Le rôle des Think Tanks – ONGs dans la - CFF : Centre Français des ...

stripechillyBiotechnology

Dec 16, 2012 (4 years and 9 months ago)

278 views




Mission pour la Science et la Technologie &

Service pour la

Coopération non gouver
nementale


Le rôle des

Think Tanks


ONGs
dans la protection de
l’environnement aux
Etats
-
Unis



Auteur: Agathe Dumas

Relecteurs

: Pierre Bollinger & Marc Magaud



Mars 2010


2



T
ABLE OF
C
ONTENTS


INTRODUCTION

................................
................................
................................
................................
.........................

4

ROLE D’UN THINK TANK/ONG

................................
................................
................................
................................
...

5

Le modèle américain

: propice au développement de ces structures

................................
................................
..........

6

Un statut juridique particulier


plusieurs modes de fonctionnement
................................
................................
.........

8

Le nombre de membres

: reflet du rayon d’influence de ces organismes

?

................................
................................
.

9

Les alliances

................................
................................
................................
................................
............................

10



USCAP

................................
................................
................................
................................
................................

10



USCAN

................................
................................
................................
................................
...............................

11

Aperçu des ONGs et think tanks américains présents dans la protection de l’environnement

................................
...

12

LES
ONGS
RAYONNANT PRINCIPALEMENT A L’INTERNATIONAL

................................
................................
............

13

WORLD WILDLIFE FUND
................................
................................
................................
................................
...........

13

Un large portfolio consacré à l’environnement

................................
................................
................................
.........

14

WWF dans le paysage américain

................................
................................
................................
...............................

15

CONSERVATION INTERNATIONAL
................................
................................
................................
.............................

16

Programmes environnementaux

................................
................................
................................
...............................

17

CI aux Etats
-
Unis

................................
................................
................................
................................
........................

17

THE NATURE CONSERVANCY

................................
................................
................................
................................
....

18

Des outils de travail au service de la protection des écosystèmes

................................
................................
............

19

Quelques grands programmes

................................
................................
................................
................................
...

19

LES THINK TANKS GENERALISTES

: PRESENTS DANS LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

................................
....

21

CENTER FOR AMERICAN PROGRESS

................................
................................
................................
.........................

21

Historique

................................
................................
................................
................................
................................
...

22

Son rayonnement médiatique

................................
................................
................................
................................
...

22

L’environnement

: une thématique transversale

................................
................................
................................
......

23

BROOKINGS INSTITUTION

................................
................................
................................
................................
........

23

Historique

................................
................................
................................
................................
................................
...

24

3


Son implication dans la protection de l’e
nvironnement

................................
................................
............................

24

DES STRUCTURES SPECIALISEES DANS L’ENVIRONNEMENT
................................
................................
.....................

26

NATURAL RESOURCES DEFENSE COUNCIL

................................
................................
................................
................

26

Engagements dans l’environnement

................................
................................
................................
.........................

27

WORLD RESOURCES INSTITUTE

................................
................................
................................
................................

29

Ses programmes de rech
erche

................................
................................
................................
................................
...

29

Une présence importante à l’international

................................
................................
................................
................

30

RESOURCES FOR THE FUTURE

................................
................................
................................
................................
..

31

Un mode de fonctionnement atypique
................................
................................
................................
......................

32

Ses recherches

................................
................................
................................
................................
...........................

33

Quelles évolutions?

................................
................................
................................
................................
....................

33

ENVIRONMENTAL DEFENSE FUND

................................
................................
................................
...........................

34

Une ONG multiforme

................................
................................
................................
................................
.................

35

Porte parole du «

CAP & TRADE

»

................................
................................
................................
..............................

36

PEW CENTER ON GLOBAL CLIMATE CHANGE

................................
................................
................................
............

37

CENTER FOR INTERNATIONAL ENVIRONMENTAL LAW

................................
................................
..............................

38

LES ACTEURS ENGAGES

................................
................................
................................
................................
...........

41

SIERRA CLUB

................................
................................
................................
................................
............................

41

Historique

................................
................................
................................
................................
................................
...

42

Ses programmes environnementaux

................................
................................
................................
.........................

43

UNION OF CONCERNED SCIENTISTS

................................
................................
................................
.........................

43

La science

: au cœur de son engagement

................................
................................
................................
..................

44

Ses programmes environnementaux

................................
................................
................................
.........................

45

LES THINK TANKS PRESENTS DANS L’OPPOSITION

................................
................................
................................
..

47

CONCLUSION

................................
................................
................................
................................
..........................

49

REMERCIEMENTS

................................
................................
................................
................................
.......................

51

BIBLIOGRAPHIE

................................
................................
................................
................................
..........................

51

ANNEXES

................................
................................
................................
................................
................................
....

53


4


INTRODUCTION

L’environnement, sujet phare de la campagne électorale du président Barack Obama, fait l’objet
depuis quelques années d’une attention grandissante de la part du public et des institutions
politiques américaines. Si

le rôle des Think Tanks dans l’adoption de réglementations
environnementales n’est pas évident à cerner en raison de l’interconnexion de l’environnement
avec d’autres secteurs tels que celui de l’énergie, de la santé ou encore de la sécurité nationale, ce
s
organismes exercent néanmoins une véritable influence auprès des hautes instances
gouvernementales du pays. Les think tanks aux Etats
-
Unis ont ainsi pour vocation de faciliter le
transfert d’information entre les politiques et le monde de la recherche. L
ieux de formation des
élites du pays, ces institutions exercent non seulement un rôle de veille mais adoptent par ailleurs
une démarche proactive en finançant un certain nombre de recherches dans le but d’aiguiller les
dirigeants dans la rédaction de régle
mentations. Il est par ailleurs intéressant de noter qu’une
grande partie des hauts dirigeants de la nouvelle administration est issue de think tanks, soulignant
le rôle de «

réservoir à talent

» joué par ces organismes.

Il existe différents types d’insti
tutions

: des Think Tanks fortement engagés à l’échelle locale et
visant à éduquer la population au droit de l’environnement, aux grands organismes militant auprès
des institutions gouvernementales pour l’adoption de textes législatifs à l’échelle fédérale

et
internationale. Les différents Think Tanks présents dans ce secteur sont rarement dédiés
uniquement à l’environnement et peuvent recouvrir des domaines plus larges tels que la politique
scientifique et technologique ou la politique sociale. Pour compre
ndre et mesurer le rayon
d’influence de ces institutions, le rapport a été volontairement élargi à différents organismes à but
non lucratif (ONG).

Si une typologie peut être établie, il n’en reste pas moins que les limites de chaque catégorie ne
sont pas
nettes, chaque institution essayant de se différencier soit par un mode de fonctionnement
et des outils de rayonnement particuliers soit par une spécialisation dans un secteur défini. Loin de
vouloir recenser chaque institution travaillant dans ce domaine,

ce rapport se concentre
principalement sur les organismes fortement présents au Congrès et engagés lors de la campagne
électorale de 2008. Présentant les caractéristiques de différents Think Tanks, cette étude vise ainsi
à souligner le rôle de ces institu
tions dans l’adoption de réglementations ou de législations
environnementales.

5



ROLE

D’UN

THINK

TANK
/ONG

Les think tanks, traduits en français comme «

cercle de réflexion

», sont des institutions
indépendantes visant à transférer les informations issues
du monde de la recherche auprès des
politiques. Regroupant des experts de
divers domaines, ils visent à
émettre des propositions de
politiques publiques, se basant sur u
ne expertise scientifique. Dédi
ées à la recherche, ces structures
ne font pas appel à u
ne science déjà constituée. Au contraire, elles ont pour objectif la production
d’idées nouvelles, au moyen d’équipe
s

permanente
s

de chercheurs dont la visibilité peut
indirectement aider à l’adoption de mesures politiques concrètes.

Ces structures bénéfi
cient d’une place bien particulière aux Etats
-
Unis où l’organisation même du
gouvernement confère un certain pouvoir à ces groupes de réflexion et de recherche appliquée. En

effet, la séparation entre le C
o
ngrès, l’organe exécutif et la Cour S
uprême ainsi
que la
décentralisation des pouvoirs auprès des états fédérés a contribué au développement d’organismes
annexes visant à assurer le transfert des connaissances des scientifiques à l’ensemble de la classe
politique.
Le mode de gouvernance des Etats
-
Unis et
la complexité des pr
oblématiques
environnementales a

ainsi favorisé l’externalisation des fonctions de recherche.
En effet
, la nature
même des thématiques environnementales, souvent considérées comme secondaire
s

dans les
priorités des administrations améri
caines

précédentes
, a
indirectement relégué le rôle de la
protection de l’environnement à des organismes extérieurs
, leur conférant ainsi une véritable
crédibilité sur la scène politique américaine
.

Le degré d’expertise

de ces organismes

en matière de déf
ense de l’environnement est reconnu sur
l’ensemble du territoire américain ainsi qu’à l’international.
A titre d’exemple, le congrès s’appuie
régulièrement sur des études précises réalisées par des organismes extérieurs (telles que RFF, CI
,
BI)

et réputé
e
s

pour leur
objectivité. Il est de plus

fréquent que les hauts dirigeants des think tanks
et ONGs américaines soient amenés à témoigner lors d’auditions au Capitol
e
.
Les think tanks
américains jouent par ailleurs le rôle de réservoir à talent

lors de la for
mation de nouvelles
administrations ou de refuge pour les membres de l’administration précédente dont le parti n’est
plus au pouvoir. Cette fonction d’
accueil

peut s’illustrer par l’exemple de John Podesta, chef de
cabinet de la Maison Blanche sous l’admin
istration de Bill Clinton, puis président du think tank
«

Center for American Progress

» lors des mandats

présidentiels

de George W. Bush.

Si les think tank
s

n’ont pas pour vocation d’exercer un pouvoir,
ces derniers
ayant un statu
t
d’organisme à but non

lucratif
, leur rayon d’influence et la force de conviction de leurs idées en
font une pièce majeure dans l’échiquier politique américain, notamment lors de la précédente
administration peu favorable à l’adoption de réglementations environnementales. Longt
emps
configuré en opposition par rapport au gouvernement, ces organismes sont néanmoins des outils
6


d’influence à double facette, ceux
-
ci devant maintenant développer de nouvelle
s

relation
s

de
collaboration avec les différentes agences gouvernementales. En
effet, l’environnement nécessite
de par la nature et l’échelle de ses problématiques (le changement climatique mobilisant
l’ensemble de la communauté internationale), d’importants échanges interdisciplinaires entre les
différentes institutions existantes,
dans le but d’informer la classe politique sur la complexité et le
degré d’interconnexion de ces thématiques avec d’autres secteurs telles que l’économie
(émergence de la définition d’

«

emploi vert

»).
A ce sujet, le réseau américain d’organismes
dédiés
à l’environnement montre un nombre de collaborations inter
-
organisation
s

bien plus
important que dans d’autres secteurs
1
. Portés par le biais

d’alliance
s

formalisées
ou de partenariat
s

implicite
s
, ceux
-
ci se sont
révélés

d’une grande e
ff
icacité dans le pas
sé et ont permis de grandes
avancées dans l’adoption de
réglementations
environnementales à
l’échelle fédérale

(
cas de
l’adoption du C
l
ean Air A
ct

en 1970
,

suivi du Clean Water A
ct

en 1977).

L
E
MODELE

AMERICAIN

:

PROPICE AU
DEVELOPPEMENT

DE CES STRUCTURES

Actuellement et selon les travaux de James McGann
2
, près de 7 000 think tanks existent sur
l’ensemble du globe (données de 2006). Parmi
ceux
-
ci
, 917 sont dédiés à l’analyse de sujets
environnementaux. Un quart de ces organisations sont implantées en Amériq
ues du Nord et
étudient le changement climatique, le développement durable, la gestion de l’eau et la
problématique de l’adoption de réglementations environnementales. Si le nombre de think tanks
existant en Europe est similaire à celui des Etats
-
Unis, les

organismes européens ne bénéficient pas
des mêmes sources de financement et semble
nt

moins visibles que leur
s

confrères américains.

Ces
observations s’expliquent en partie par une différence de perception de l’indépendance

entre les
deux continents
. Si le
s organismes américains, principalement financés par une communauté de
mem
bres importante

ainsi que par un certain nombre de dons (provenant de particuliers ou du
secteur privé
3
), vont chercher à s’affranchir de l’état en limitant la part de financement pr
ovenant
d’agences fédérales
4

(crédits de l’EPA, du DoI…), le mécanisme sera inversé en France où tout
financement
étatique sera

perçu comme un gage de neutralité et d’indépendance vis
-
à
-
vis du
secteur privé.

A ces
disparités

de perception de la notion d’in
dépendance, s’ajoute de plus des
différences

dans les thématiques abor

es entre organismes des deux continent
s. Moins visibles
en
E
urope,

les acteurs non gouvernementaux

assimil
ent

par ailleurs

davantage la notion de



1

Le «

National Center for Charitable Statistics

» de l’Urban Insitute a publié une étude «The Broader Movement

:
Nonprofit Environmental and Conservation Organization, 1989
-
2005

».

2

Directeur du programme «

Think Tanks & Civil
Societies

» à l’institut «

Foreign policy Research institute

» et
professeur à l’université de Pennsylvanie
.

3

En moyenne 46% du revenu d’organismes non lucratifs (enregistrés sous le statut 501 c
-
3) proviennent de dons du
secteur privé.

4

En moyenne 9% du

revenu de ces organismes non lucratifs (enregistrés sous le statut 501 c
-
3 proviennent du
gouvernement.

7


développement à la gestion des thémati
ques environnementales, notamment en raison
de
l’intégration des pays de l’E
st. Globalement, le rôle des think tanks américains auprès des
instances gouvernementales s’explique p
ar l’historique du pays, à savoir un

statut juridique

particulier,

associé aux

traditions de «

philanthropie

» de la socié
té américaine
.


Figure

1
:
explosion du nombre de think tanks indépendan
ts

aux Etats
-
Unis ainsi que leur répartition


par secteur en 2006

(données provenant du programme «

think Tank an
d Civil Societies

» du chercheur McGann)

L’expansion des think tanks

et ONGs

dédiés à
l’environnement se résume

principalement en deux
vagues

:

Les premiers think tank
s

et ONGs

apparaissent dans les années 20 (création du premier think tank
américain


Br
ookings
-

en 1916) avec pour mission de représenter la société civile auprès du
gouvernement. Non spécialisé dans l’environnement et menant des activités de recherche dans
divers domaines, ces organismes avaient pour principal objectif de conseiller les gr
andes
administrations.

L’
environnement étant à l’époque

perçu

comme une problématique locale et
marginale
, principalement

apparenté
e

à la gestion des ressources naturelles, ces premiers think
tanks
ont joué

un rôle primordial dans la sensibilisation des po
pulations
à de telles thématiques
.

A cette premièr
e vague succède l’apparition d’organismes non gouvernementaux

spécialisés sur
des thématiques environnementales précises ainsi que la création de structures
idéologisés,
plaidant pour des causes spécifiques

auprès de l’opinion publique, des médias et des décideurs.
Dès les années 70, le nombre de
ces organisations

augmentent fortement. McGann recense en
moyenne la création annuelle de 35 structures au cours des années 80.

Depuis les années 2000, il semblera
it néanmoins que le nombre d’organisations créées chaque
année soit en diminution. Peu expliquée, cette baisse résulterait du nombre important de structures
déjà existantes dans ce domaine.
L’
Urban
Institute

met par ailleurs en évidence

une volonté des
str
uctures existantes à se décentraliser. Si la croissance en nombre des organismes
environnementaux diminue, le développement des structures existantes

(création d’antennes

8


régionales..
.)

sur l’ensemble du territoire ne fait aucun doute.
Ce mouvement

résulte
rait

en partie

de l

admin
istration

précédente. P
eu favorable à la protection de l’environnement

(mandat de G.W.
Bush),

elle aurait

alors
favorisé le développement de
structures

régionales
, attentives aux besoins
locaux des populations,

lesquelles sont les

premières

à
souffrir

des
répercutions environnementales
de

mesures politiques adoptées par l’ancienne administration (cas de la pollution atmosphérique
engendrée par la

réglementation

«

Mountain Top Removal

», permettant d’extraire les minerais à
ciel ouv
ert).


Par ailleurs, on ne peut nier l’impact
récent
de la crise économique sur
la croissance

d’organisme
s
non gouvernementaux
, fortement dépendant financièrement de dons extérieurs. Globalement, la
récession économique a eu pour principal impact de réduir
e les effectifs de ces organisations (think
tanks et ONGs confondus), freinant par conséquent leur croissance.

U
N STATUT JURIDIQUE P
ARTICULIER



PLUSIEURS MODES DE F
ONCTIONNEMENT

Si le présent

rapport cherche avant tout à expliciter le développement de th
ink tanks
environnementaux autour du Congrès ainsi que leur explosion en nombre au cours de ces dernières
décennies, les ONGs présentes au
Capitole

ont par ailleurs été inclus à cette analyse, leur statut
juridique et leur
s

thématiques de
recherche pouvant

être assimilé
s à ceux de think tanks
américains.

Il est effectivement difficile de
tracer

la frontière entre une ONG présentant des travaux de
synthèse, pouvant se rapprocher de production de centres académiques et des think tanks opérés
par des membres
du milieu universitaire. Actuellement, 50% des think tanks recensés sont affiliés
à des universités (UCS…). Par ailleurs, think tanks et ONGs vont présenter des similitudes en
termes d’organisation et de rendus (publication de livres, rapports, articles..)

avec les centres
académiques. Amenées à travailler ensemble sous le couvert de collaborations indirectes ou sous
la forme de partenariats institutionnalisés (accord USCAP
5

pour le changement climatique), ces
différents organismes ne peuvent être différen
ciés selon leur statut mais plutôt selon leur
thématique de recherche, leur moyen de communication, leur objectivité ou prise de position.

Les think tanks possèdent aux Etats
-
Unis le statut de fondation ou association à but non lucratif,
exempte d’impôts

sur le revenu à l’échelle fédérale
. C
e

statut légal leur permet de bénéficier de
dons importants de la part du secteur privé, la loi américaine (article 501)
défiscalisant

les dons fait
à ces institution
s au titre de «

philanthropie

»
.
Globalement, parmi l
es 26 000
6

organismes non
gouvernementaux
, dédiés à la protection de l’environnement

aux Etats
-
Unis

et recensés par



5

Cf. sous partie suivante

6

Comprend l’ensembles des acteurs non gouvernementaux

: ONGs, Think Tanks, Fondations, Centres académiques…

9


l’Urban Institute, 93% sont enregistré
s

sous le statut 501 (c)
-
3 et 6% sous le paragraphe 501 (c)
-
4
de l’article 501 du code fédéral des imp
ôts

américains

(
mis en place en 1917
)
.



Le paragraphe 501(c)
-
3 définit les organisations appelées «

Public charities

». Ce statut est
attribué aux fondations et

organisations de charité, de
bienfaisance
, religieuses,
scientifiques, littéraires ou éducati
ves
. Si ce s
tatut confère aux organisations le

droit
d’accepter
des dons défiscalisés, ces dernières doivent en contrepartie s’engager dans des
actions de lobbying
7

limitées afin de conserver une neutralité politique.



Le paragraphe 501 (c)
-
4 varie de son
prédécesseur

sur les libertés accordées à
l’organisation

en termes de lobbying. Définissant toute
association civique

promouvant le
bien
-
être social ou associations locales de salariés, dont le nombre de membres est limité
,
ce paragraphe confère aux acteur
s non gouvernementaux le droit de mener des activités de
lobbying auprès du Congrès lorsque celles
-
ci sont en adéquation avec les thématiques et
objectifs de l’organisation.
A titre d’exemple, le
s ONGs Sierra Club ou

Greenpeace sont
enregistrés sous ce sta
tut.

La spécificité de
l’article 501
permet ainsi aux
organisations

de conserver le
ur indépendance
d’action quelle que

soit la source de leur donation

tout en leur octroyant le droit de vendre leurs
prestations
.
Du coté des donateurs
,
les

entreprises

peuve
nt
effectuer des dons «

militants

»

défiscalisés, en accord avec leur propres valeurs.

L
E NOMBRE DE MEMBRES

:

REFLET DU RAYON D

INFLUENCE DE CES
ORGANISMES

?

Si la croissance des think tanks et ONGs aux Etats
-
Unis est facile à surveiller

(notamment par
l’a
nalyse de
variables telles que
le nombre de membres ou le budget de l’organisation)
, mesurer
leur rayon d’influence l’est moins. En effet, la densité de ces organisations ainsi que le
ur

degré de
collaboration rend difficile l’évaluation
de la portée

des id
ées émises par ces
institutions
. Cela est
d’autant plus difficile à mesurer si l’on tient compte de la lenteur du processus politique américain
de revue et d’adoption de projet de loi. Une idée peut par ailleurs faire fondamentalement avancer
le débat sur
la
scène

politique sans pour autant déboucher sur l’adoption d’une législation
, ou
encore

être

modifié par différentes
institutions
,
rendant

leur paternité difficile à établir.

S’il n

existe

pas de protocole de mesure de l’influence d’une idée
et
par cons
équent
de
l’
organisation

qui la soutient
, un certain nombre de fa
c
teurs peuvent
néanmoins fortement
contribuer

à leur rayonnement.
Ainsi
, la présence de liens informels entre l’
organisation et l
es



7

Une activité
de lobbying est définie selon le code fédéral des impôts américains (IRS


Internal Revenue Code)
comme toute prise de contact directe avec des représentants du gouvernement sur des législations spécifiques ou
comme tout activisme mené de la part de l’orga
nisation auprès des population dans le but d’inciter ces dernières à
contacter les membres du Congrès sur des projets de loi particuliers.

10


décideurs politiques (membres du C
o
ngrè
s…), tout en respect
ant l’
indépendance

politique de
l’organisation, peut fortement aider (cas de la Brookings
Institution

ou de l’American Center for
Progress pour le parti démocrate ou de l’American Enterprise Institute et de l’Heritage Foundation
pour le parti républicain).

Par
ailleurs, une idée saura d’autant plus
être

influente si celle
-
ci est suivie par
une partie de

l’
opinion publique
. Une organisation s’appuyant sur une large communauté de membres aura ainsi
plus de chance d’
être

influente. A ce sujet, L’Urban Institut
e recense une croissance continue du
nombre de membre des organisations environnementales, mettant en évidence une implication de
plus en plus importante de la part du public américain vis
-
à
-
vis de la protection de
l’environnement. Recensés à 5,1 millions
en 1981, le nombre de membres des organismes dédiés à
la protection de l’environnement a atteint 15,9 millions en 1999
8
. Globalement
,

cette étude
souligne

une corrélation entre
les mandats présidentiels plutôt défavorables à la protection de
l’environnemen
t et l’engouement du public à rejoindre une organisation environnementale.
L
es
sondages réalisés sur la période 2000
-
2005
révèlent

cependant

une baisse de la croissance du
nombre de membres
. L’Urban Ins
t
itute explique cette

tendance
par un changement de
po
sitionnement des populations, celles
-
ci préférant

s’engager sur des projets particuliers (soutient
d’une idée telle que la protection d’une espèce ou la mise en place d’un marché de permis
d’émissions de GES)

au détriment de l’adhésion sur le long
terme

à
une
institution
.

L
ES ALLIANCES

Si chaque organisation

présente d
es spécificités en terme
s

de thème de
recherche

et
de
m
ode de
fonctionnement, il n’est pas rare de voir des alliances émerger dans le but d’étendre leur visibilité
ainsi que leur rayon d’acti
on au sein de la capitale, du territoire américain et à l’international. Dans
le secteur de l’environnement, les deux principales alliances sont les suivantes

:



USCAP

L’USCAP (United States Climate Action Partnership) est une alliance
regroupant des entrep
rises
américaines (
Alcoa, BP America, Caterpillar, Duke Energy, DuPont, FPL Group, General Electric,
Lehman Brothers) et des
acteurs non gouvernementaux tel
s que Environmental Defense, Natural
Resources Defense Council, Pew Center on Global Climate Change
et World Resources Institute.

Créé en 2007 lors de l’administration précédente afin de faire pression auprès des instances
législatives sur l’urgence de réguler les gaz à Effet de Serre (GES), cette alliance n’a cessé de
croître et regroupe actuellement 27

compagnies américaines et 6 organisations non
gouvernementales. Selon WRI, un des membres fondateurs de l’alliance, il s’agit de la première



8

Selon l’étude «

the Greening of the Globe

?
Crossnational Levels of Environmental Group Membership”, publiée
dans l
a revue Environmental Politics (Vo. 14
-

Aout 2005).

11


alliance à grande échelle appelant à la mise en place d’un système de marché de permis
d’émissions sur le territoi
re américain. Cette alliance aurait ainsi influencé le premier projet de loi
déposé au Sénat en 2008 («

The Lieberman/Warner bill

») et portant sur une
limitation

des
émissions de GES.

Apparu dans un contexte politique peu propice à la protection de l’env
ironnement (mandat
présidentiel de G. W. Bush), WRI rappelle qu’USCAP a alors joué un role

primordial dans la
reconnaissance du changement climatique et la sensibilisation de l’opinion publique. Cependant,
depuis le changement d’administration et la volont
é du nouveau gouvernement d’inscrire le
changement climatique comme une des priorités nationales, cette alliance a perdu de son pouvoir
d’action. En effet si certains think tanks reconnaissent l’importance d’une telle alliance, ils en
déplorent néanmoins
la part de compromis

découlant du nombre de membres.



USCAN

Fondée en 1989,
USCAN (United States Climate Action Network) représente la branc
he
américaine d’un réseau de plus de 400 ONG
s disséminées dans
85 pays
. Aux Etats
-
Unis, cette
alliance regroupe la m
ajeure partie des
acteurs

non gouvernementaux

(ONGs, Think Tanks,
Fondations..)

œuvrant à la protection de l’environnement. Elle a pour objectif de coordonner les
efforts menés à différentes échelles (du régionale à l’internationale) et de développer une s
tratégie
commune concernant les politiques climatiques
actuellement
mises en place

dans certains pays
.












12


A
PERÇU

DES

ONG
S ET THINK TANKS AME
RICAIN
S

PRESENTS

DANS LA PROTECTION
DE L

ENVIRONNEMENT



13


LES

ONGS

RAYONNANT

PRI
NCIPALEMENT


A

L’INTERNATIONAL


Les ONGs présentes dans le secteur de l’environnement peuvent être classées selon les trois
catégories suivantes

: les ONGs dites de «

Défense de l’environnement

» (ex

: NRDC), les ONGs
de «

Conservation

» dédiées à la prote
ction de
s espaces naturels
ou d’
espèces

(ex

: CI, TNC) et les
ONGs de

«

développement

», se concentrant
principalement
sur
les répercutions socio
-
économiques

coulant de problématiques

environnementales.

Loin de lister toutes les grandes
ONGs internationa
le
s

présente
s

sur la
scène

politique de Washington, cette partie
présente un
échantillon d’ONGs dites de «

Conservation

».

Si leur mode de fonctionnement et leur objectif en
termes de mission

diffère
nt légèrement
,
ces

organismes

travaille
nt

sur de nombreux

programmes
communs
. Utilisant des campagnes fortement médiatisées, elles rayonnent aux Etats
-
Unis et sur la
scène

politique de
Washington notamment grâce à leur

retour d’
expérience

(témoignage lors
d’auditions au Congrès) et

leurs

actions menées sur le te
rrain (aux Etats
-
Unis
et

surtout à
l’international
)
.

Ces organismes aident ainsi l’organe législatif lors d’élaboration de mesures
réglementaires
international
es concernant l’environnement
.
A titre d’exemple, ils ont fortement
contribué à

l’élaboration du
projet REDD, visant à mettre en place des mécanismes
compensatoires dans le cadre d’une loi de réduction des GES et dont l’objectif vise à lutter contre
la déforestation
.


Si des
activités

de recherche sont menées au sein de ces organismes, celles
-
ci ne
co
nstitue pas le corps de leur
s

actions.

WORLD

WI
L
D
LIF
E

FUND

Créé en 1961
en Suisse, le World Wi
l
d
lif
e Fund (WWF)

est une organisation non
gouvernementale spécialisée dans la protection de l’environnement.

Membre du Réseau USCAN,
il s’agit actuellement de

la plus grande
organisation

dédiée à la

pr
otection

de l’environnement.
Présente

dans une centaine de pays, WWF compte plus de 5 millions de membres de part le monde
dont 1,2 millions aux Etats
-
Unis.

Carter Roberts
dirige l’organisation depuis 2006.

Il

suc
cède au
x deux mandats de Bruce Babbitt

connu notamment pour ces projets de restauration aux Everglades
,

pour son implication dans le
texte du «

Ca
lifornia Desert Protection Act

» et
pour sa lutte en faveur de la

protection

d
es
habitat
s
naturels

(aide à
l’
a
doption de l’
«

Endangered Species Act

»
)
.
Carter Roberts, connu pour ces
travaux

menés au sein de Nature Conservancy avant de rejoindre WWF, siège par ailleurs dans
plusieurs board
dont

le «

Grantham Institute for Climate Change

»

et

le
«

Nicholas Institut
e for
Environmental Policy Solutions and Interaction

»
.

14


Localisé

à Washington DC, l’organisatio
n mène des activités de conseil et

de recherche

lobbying
auprès du Congrè
s américain. Cette organisation est financée en majeure partie par des donations
proven
ant de particuliers (cf. histogrammes ci
-
dessous).



Revenus totaux

en 2008

: 177 millions de $

Dépenses totales en 2008

: 180 millions de $

Table
1
:

répartition des revenus et dépenses de WWF pour 2008

U
N LARGE PORTFOLIO CO
NSAC
RE A L

ENVIRONNEMENT

Avec pour mot d’ordre «

to halt and reverse the destruction of our environment”
(en français

:
«

arrêter et remédier à la détérioration de l’environnement

»
)
, l’organisation est particulièrement
active sur les projets concernant la pro
tection de la biodiversité

(conservation des forê
ts, des
écosystèmes estuariens, côtiers et océaniques).
Depuis quelques années, les activités de

WWF
se
sont cependant élargies
aux problématiques

de la pollution et du

changement climatique.

Globalement, l
’organisme

réparti

ses priorités en terme de recherches et de campagnes de
sensibilisation selon les thèmes suivants

: le changement climatique, la gestion des ressources
maritimes, la protection des espaces forestiers, la protection des ressources en eau,

les espèces
menacées (végétales et animales) et les polluants chim
iques. Chacune de ses thématique
s disposent
de nombreux programmes de terrain répartis de part le monde. Près de 15 000 projets auront été
financés sur un peu moins de 200 pays.
Ainsi
, l’ON
G aura marqué les esprits et sensibilisé les
populations à la protection de l’environnement au moyen de programmes tels que «

Project Tiger

»
ou «

Save the Rhino

», ayant largement contribué à la protection
d’espèces menacées d’extinction.

Au
-
delà de
sa fo
rte implication

au sein des

différents programmes de restauration

des milieux
naturels
,
l’organisme

a mis au point un indicateur de biodiversité appelé

LPI «

living Plant Index

»
et dont l’objectif consiste à évaluer
l’état de sa
nté des différents écosystè
mes présents sur
l’ensemble du globe.
Cette initiative a vue le jour suite à la collaboration de l’ONG avec

l’équipe
de recherche de la société «

Zoological Society of London

» et l’UNEP
-
WCWC (pour la collecte
de données).

15


Globalement, cet indicateur se b
ase sur trois principaux indices
reflétant

l’état de santé des
écosystèmes terrestr
es
,
marins et estuariens.

Une moyenne est par la suite
calcul
ée pour obtenir
l’indicateur LPI (cf. tableau ci
-
dessous).

Les résultats de ces travaux sont présentés tous les
deux
ans sous la forme d’un rapport «

WWF Living Planet

» destiné au public général. Ces recherches
font par ailleurs l’objet de publications au sein de l’ONU («

Ecosystem Assessment

» ou «

Global
Environment Outlook

»). Cet indicateur sert ainsi de référe
nce en matière de réglementation
environnementale et est utilisé lors de négociations
internationale
s



Convention on Biological
Diversity en 2002).


Figure

2
:
présentation des indices calculé
s pour les écosystèmes terrestre, ma
rin et estuarien
.


WWF

DANS LE PAYSAGE AMER
ICAIN


Aux Etats
-
Unis, WWF a développé différents partenariats avec le secteur privé et les agences
gouvernementales (U.S. Department of State, U.S. Fish and Wildlife Service, National Oceanic
and Atmospheric Admi
nistration, U.S. Environmental Proctection Agency…).

A titre d’exemple,
la
NOAA et WWF ont collaboré sur une vingtaine de
projets depuis 1995 et travaillent

actuellement sur 4 programmes distincts tels que
«

Climate Change LEADS

»

dont l’objectif est
d’ap
porter des outils d’aide à la décision pour minimiser l’impact du changement climatique sur l
a
région d
es Keys en Floride.

Siégeant à Washington, la branche américaine de WWF

s’implique

par ailleurs

fortement auprès
de l’organe législatif américain
de par
t ses activités de recherche et de lobb
ying
. L’organisation
s’est ainsi positionnée dans le débat actuel concernant
l’adoption d’une loi

«

Climate Bill

»
visant
à réguler les GES
sur l’ensemble du territoire américain.
Soutenant activement cette initiative
,
WWF a cependant souligné la nécessité d’accompagner cette réglementation

par

l’adoption d
’un
certain nombre d
e mesures internationales, telles que le partage des technologies vertes mises aux
point
s

aux Etats
-
Unis avec
les pays émergents
.


16


C
ONSERVATION

INTERNATIONAL

Acteur

incontournable dans le domaine de la bio
diversité
, «

Conservation International

» (CI) a
pour vocation de
concilier

la protection de
la biodiversité au développement économique et social.
Cet angle d’approche

est un atout important pou
r persuader les autorités gouvernementales et les
secteurs industriel et commercial

du bien fondé de
s programmes

de CI
,
notamment dans les pays
en

voie de

développement.

Si l’ONG
, créée en 1987,

s’est dans un premier temps spécialisée sur la protection de
s milieux
tropicaux,
elle

est maintenant présente dans plus de 45 pays et œuvre à la protection de différents
écosystèmes tels que les milieux marins, désertiques, ou les forêts en milieux tempérées.

Principalement tourné vers l’international,
CI

déploie p
eu de programmes au sein des Etats
-
Unis
mais reste néanmoins fortement présent sur la scène politique de Washington de part son
rôle de
conseil et d’expertise
(
en termes de protection de la biodiversité
)

et d’autre part au moyen de
partenariat
s

avec différ
ents groupes non gouvernementaux
.
A titre d’exemple, l’organisme
travaille actuellement avec l’alliance CAN sur les questions de pr
otection

des milieux naturels et
de l’adaptation.

Le siège de l’ONG est

basé à Arlington en Virginie où

plus de 400 personne
s y travaillent.
L’organisation dénombre plus de 55

000 membres et emploie près de
600 personnes de plus sur le
terrain o
u

dans les bureaux régionaux (Los Angeles, Chicago, NY …). L’organisation est membre
du réseau USCAN et est dirigé par Peter A. Seligma
nn (Chairman et CEO) et Robert J. Fisher,
(Chairman Executive Committee).
En 2008, CI présentait un budget de 233 millions de dollars (cf.
graphes ci
-
dessous)
.



Revenus totaux en 2008

: 233 millions de $

Dépenses totales en 2008

: 135 millions de $

Ta
ble
2
: répartition des revenus et dépenses de CI pour 2008

17


P
ROGRAMMES ENVIRONNEM
ENTAUX

Près des deux tiers des programmes entrepris par CI sont implantés à l’international. Travaillant en
collaboration avec les gouvernements des pay
s d’
accueils
, CI souhaite inscrire

ses activités
dans le
cadre de

mesures de développement.

On distingue deux types de programmes au sein de
l’institution

:



Des projets

entrepris
à l’échelle locale
. Collaborant avec les
collectivités
par le financement
d’
études de terrain et
par

la mise en place de programmes d’éducation des populations,

ces
pro
jets

visent à protéger la biodiversité
par des mesures

concrète
s

(création de réserves
,
découvertes de nouvelles espèces
…).



Des programmes à plus grande échelle po
rtant principalement sur des aspects
réglementaires
. Ainsi, CI

est fortement présent
à l’international

sur le volet déforestation et

à l’échelle fédérale
en ce qui concerne

l’
attribution
des offsets liés à la protection des
espaces boisés dans le cadre du
projet de loi climatique américain.

De par la nature des programmes entrepris (activités nécessitant un suivi sur le long terme des
écosystèmes),
CI ne suit pas un agenda fixe
.

Celui
-
ci évolue en fonction des programmes et de leur
degré de réussite en term
es de collaborations avec les gouvernements locaux.

Globalement,
l’organisme utilise deux
systèmes de cotation

afin d’
évaluer l
’empreinte des ces activités. La

première

méthode, scientifique, consiste à cartographier

les résultats afin d’évaluer les
progre
ssions et les résultats envisageables sur le long terme. La seconde, sociologique, se base sur
une évaluation des populations touchées et mesure au travers de leur ressenti, les répercutions de la
mise en place du projet.

A titre d’exemple, u
ne des initia
tives phares de l’organisme

fut

de créer

le programme «

Rapid
Assessment Program

» dont l’objectif consiste à identifier les zones naturelles nécessitant des
mesures de protection d’urg
ence. Ce projet, faisant appel à

des scientifiques de renommée
internat
ionale, est à l’origine de plus de 12 études de terrains sur 4 continents différents. Il a par
ailleurs permis la création de plusieurs réserves naturelles
dans différents pays.

Si l’ONG est
actuellement reconnu pour ses actions localisées, celles
-
ci souha
ite néanmoins mettre en place des
programmes de plus grandes envergures.

CI

AUX
E
TATS
-
U
NIS

Aux Etats
-
Unis, l’organisme cumule ces fonctions d’ONG
,

délivrant des études de terrain

et
sensibilisant les populations,

avec celles de think tank Environnement
, en

charge d’informer les
politiques sur des thématiques précises.

En effet, CI exerce des activités de
conseils auprès du
Congrès

d’autant plus importantes
qu’il

est à l’origine de la création d’un groupe bipartisan
dont
l’objectif est d’informer

les

membres

des différents

comités
de la Chambre des R
eprésentants
des

18


enjeux des réglementations environnementales. Ce groupe, nommé «

International Conservation
Caucus

»
,

est à l’origine de plusieurs lois portant sur la protection des forêts tropicales.

La

branche

américaine de CI est par ailleurs en charge des recherche
s

financé
e
s par le groupe. Si

l’ONG ne consacre qu’une partie mineure
de ses activités à la recherche,
cette dernière

représente
néanmoins une part non négligeable du travail entrepris à Washington.

En effet, c
es
travaux

de
recherche ont pour objectif la publication de rapport
s

dans le but

d’aider à
l’élaboration

de
politique publique. Si actuellement, l’ONG est fortement sollicitée sur la question des ressources
forestières et la mise en place de mé
canisme de gestion durable

(dans le cadre des négociations
climatiques internationales)
,
elle

accorde

cependant

de plus en plus d’attention aux

thème
s

du
monde marin

et de la gestion de l’eau

(acidification de l’océan, sécheresse dans
les états

du sud…).



THE

NATURE

CONSERVANCY

Créé en 1951,

The

Nature Conservancy (
T
NC) travaille sur l’ensemble du territoire américain
et

dans une trentaine de pays. L’ONG siège à Arlington (Virginie) et regroupe prés de 700
scientifiques. Membre du réseau USCAN,
T
NC est
sp
écialisé dans l’acquisition de terrains
dans le
but de préserver la plus grande superficie d’
espaces naturels. Actuellement, l’ONG est détentrice
de près de 49 millions d’hectares

de terrains
,
de
8

000 km de rivières ainsi que d’une centaine de
zones mari
times dispatchées de part le monde.

En moyenne, l’ONG acquiert 400 hectares de
terrain par jour.

Avec pour objectif premier d
e

préserver les espaces naturels en rachetant des
surfaces de terrain à
des particuliers, des compagnies ou à l’état
, l’
ONG a

pe
u à peu diversifié

son portefeuille et œuvre
de manière plus globale à l
a protection des écosystème
s
. Dans ce contexte, TNC s’est allié
avec

différentes institutions gouvernementales et sociétés
dans le but de

changer les pratiques

à l’origine
d’une dégrad
ation des environnements et aider à l’adoption de réglementation en faveur de la
protection des espaces naturels.
A tit
re d’exemple, l’ONG s’est regroupée

en 2003

avec CI, WWF
et des organisations environnementales chiliennes pour la protection de zones de

forêts tropicales

au Chili

en 2003
. Cette alliance a résulté en la protection de plusieurs espèces de faune et de flore
sauvages menacées
.

Mark Tercek, fort d’une expérience de 24 ans dans le secteur privé (Directeur du centre pour les
marchés environneme
ntaux et stratégie environnementale chez Goldman et Sachs) a pris la tète de
l’organisation depuis 2008. Le conseil d’administration est quant à lui dirigé par Roger Milliken,
siégeant également au conseil du
«

Manomet Forest
Conservation Program

»
. Fin 20
0
8
,
l’or
ganisation présentait un revenu

annuel de 1 400

millions de dollars.
La

crise économique a
cependant
fortement touchée l’organisation, celle
-
ci

ayant

réduit

ses effectifs de 10% courant
20
09
.

19




Revenus totaux en 200
8

: 1 398

millions de $

Dépens
es totales en 200
8

:

910

millions de $

Table

3
: répartition des revenus et dépenses de TNC pour 2008

D
ES OUTILS DE TRAVAIL

AU SERVICE DE LA PRO
TECTION

DES ECOSYSTE
MES

Evitant toute confrontation directe, TNC favorise les solutions
pragmatiques. L’ONG a ainsi mis
au point un outil d’aide à la protection des milieux naturels appelé «

Conservation by Design

».
Fonctionnant sur une approche systémique, cette méthode vise à prioriser les lieux d’intervention.
Avec pour politique de prése
rver suffisamment de chaque milieu, TNC ne se focalise pas
uniquement sur les écosystèmes en danger ou les milieux extrêmes.

TNC a

de plus

mis au point
plusieur
s
grilles d’évaluations

afin d
e mesurer

l’état de dégradation des différents espaces naturels
.
A

titre d’exemple, le système d’évaluation de la survie d’une espèce «

TNC
Rank

» est
actuellement utilisé

par plusieurs organismes et sur différents continents.

L’ONG est par ailleurs une d
es premières à avoir
répandu l’utilisation de mécanismes de
compen
sation financière pour la protection d’espaces naturels. Appelé «

Conservation easement

»,
ce mécanisme dédommage le propriétaire des terrains (réduction de dettes publique…) en échange
d’obligations de protection d’écosystèmes. Cet outil
est à l’origine d
e

la préservation de
nombreux
terrains

dans les pays en voie de développement.

Q
UELQUES GRANDS PROGR
AMMES

Avec pour optique de préserver les écosystèmes dans leur intégralité, TNC apporte une attention
particulière aux mécanismes de perturbation tels que l
a fragmentation des habitats et les espèces
invasives. Représentant des menaces à la survie d’espèces animales et végétales, l’ONG promeut
des mécanismes de gestion d’écosystèmes

particuliers
tels que l’utilisation des feux de forêt.


Globalement, TNC trav
aille sur des projets de grandes échelles,
financés

au moyen de grandes
campagnes médiatisées tels que ce fut le cas en 2000 avec «

The Campaign for Conservation

»
dont l’objectif visait à collecter un milliard de dollars pour la protection de 200 écosystè
mes
20


considérés comme clés en termes de biodiversité. Plus récemment, l’ONG a démarré en 2008 un
vaste programme «

Plant a billion tree

» dont le but est d’impliquer la communauté int
ernationale
dans le reboisement

de terrains
brésiliens
dont la surface équ
ivaut à plus de 10 000 km2. Plantant
un arbre pour chaque dollar donné, TNC prévoit la fin du projet pour 2015.



21


LES

THINK

TANK
S

GENERALISTES

:

PRESENT
S

DANS

LA

PROTECTION

DE

L’ENVIRONNEMENT


Washington dénombre un certain nombre de think tanks générali
stes, intégrant la protection de
l’environnement comme une thématique de
r
echerche transversale
à leurs différents programmes
.
Fortement actives

au Capitole,
ces structures

sont généralement axées sur l’analyse des politiques
(
intérieure

et
extérieure
) ain
si que
des
stratégies économiques. Cette partie présente deux think
tanks, aux antipodes en terme de mode de fonctionnement, d’ancienneté
,

de méthode de
rayonnement

et de moyens financiers

mais
étant actuellement

considéré
s

comme des plus influents

sur la
scène politique de Washington
. Si la
B
rookings

Institution

rayonne de par son ancienneté,
sa
taille,
la diversité des sujets traités

et ses moyens financiers
, le C
enter for American Progress

utilise l
’ensemble d
es moyens médiatiques actuels pour occuper l’
espace politique et porter ses
idées des populations locales jusqu’à la Maison Blanche.
Fortement inspirées par le

courant
progressiste et proche

du parti démocrate, ces deux organismes sont des grands pourvoyeurs
d’idées ainsi que

de talents (un certains
nombre

de hauts conseillers de l’administration actuel
le
provient

de ces think tanks).

Si ces deux structures se présentent comme généralistes, celles
-
ci possèdent néanmoins un certain
nombre de projets portant sur les stratégies d’adaptation et d’atténua
tion face aux changements
climatiques. Elles sont aussi responsables d
e plusieurs
études sur la problématique de l’énergie et
la gestion des ressources naturelles.
Leur forte présence sur la scène politique américaine ainsi
que
la qualité de leur
recherche

en font des organismes incontournables dans l’aide à l’adoption de
réglementation pour la protection de l’environnement.

CENTER

FOR

AMERICAN

PROGRESS

Think Tank
dédié à la
recherche

et à l’
éducation dans le domaine des

politiques publiques, le
«

Center fo
r American
P
rogress

» (CAP) se définit comme une «

advocacy organization

» ou
groupe d’intérêt. S’il s’agit formellement d’un think

tank non
-
partisan, le CAP

est en réalité
l’expression du
courant progressiste
,
proche du

parti démocrate
.
Avec pour objectif

de

développer
une vision à

long
-
terme d’une Amérique progressiste
, restaurer le leadership américain sur la scène
internationale

et générer de nouvelles idées en termes de propositions
de
politiques

publiques
, il a
de plus

pour mission de répondre rapidem
ent et efficacement
à la rhétorique conservatrice
,
dominant fortement les médias au cours de la dernière décennie
.


Le CAP est un think tank
axant ses recherches selon les trois catégories suivantes

:

“politique
intérieure”, “politique économique” et “pol
itique étrangère”.
Non spécialisé dans l’environnement,
celui
-
ci œuvre néanmoins à sa protection au moyen de thématiques
de recherche
transversales
telles que les stratégies d
’adaptation face aux impacts du

changement climatique,
la mise en place
22


d’un nouv
eau marché énergétique

(déploiement d’énergie renouvelables,

innovation
technologiques,

l’émergence d
e la notion d’
emplois verts...).

En 200
9
, le CAP disposait d’un
budget annuel de l’ordre de
27

millions de dollars

(contre 15
millions en 2004)
.
Il est es
sentiellement financé par les dons de riches Démocrates comme le
financier George Soros (qui a donné 3 millions au CAP) et les milliardaires californiens Herbert et
Marion Sandler.

H
ISTORIQUE

C
réé en octobre 2003 par John Podesta, ancien directeur de cabin
et du Président Clinton, le CAP a
pour ambition de rééquilibrer le paysage des think tanks américains où les institutions
conservatrices (Heritage Foundation, Cato Institute) dominent largement, particulièrement dans
leurs capacités de communication et leu
r présence médiatique.

Si John Pod
esta en est le président
,
Morton Halperin, ancien directeur du «policy plannin
g staff» sous l’administration C
linton, s’est
chargé quant à lui, de

recruter les collaborateurs de l’organisme
. Commençant ses travaux en 2003
avec 35 personnes, le CAP compte actuellement plus de
180

employés

(dont une dizaine de
bloggeurs à plein temps)
.

Présent sur la scène politique depuis 7 ans,
le
CAP a fortement
influencé

la politique américaine,
notamment
grâce

au

«

Center for
American Pr
ogress Action Fund

» (CAPAF)
, en charge du
lobbying des idées progressistes développé par le CAP. Créé en même

temps, c
es deux structures
sont fiscalement indépendante
s
: le CAP est enregistré sous le
statut 501
-
c
-
3 alors que le CAP
AF
peut entrepren
dre des
activités

de lobbying auprès

du Congrè
s américain (statut

501
-
c
-
4)
. Trè
s
proches, ces deux organisations mettent en commun leurs ressources humaines pour une meilleure
visibilité de leurs actions.

Actuellement, le CAP est considéré comme un think tank démo
crate des plus influents, comme en
témoigne la présence d’anciens membres de l’institut à des hauts postes de la nouvelle
administration (cas de Todd Stern, nommé ambassadeur climat de la Maison Blanche pour les
négociations climatique
s

à l’international).

S
ON RAYONNEMENT MEDIA
TIQUE

Le CAP se démarque des autres think tanks notamment par un grand nombre d’initiatives
médiatiques (publications, rapports, newsletter, blogs, radios, vidéos…) visant à promouvoir sa
vision progressiste ainsi que ses conseils en
matière de politiques publiques. Son blog généraliste
«

think Progress

» et sa newsletter «

The progress Report

», mis a jour à un rythme journalier, sont
des incontournables au Capitole.
Le
CAP

est par ailleurs fortement présent sur la thématique de
l’édu
cation avec la mise en place du programme «

Campus Progress

». Ce dernier a pour objectif
la création de plateformes d’échange dans les campus étudiant
s

et la formation de la nouvelle
génération de leaders,
en charge

de faire évoluer les idées progressiste
s.

23


Le think tank est actif sur un certain nombre de sujets parmi lesquels figurent la lutte pour la mise
en place d’une assurance santé
, la mise en place de nouvelles formes de collaborations avec les
pays du Moyen Orient, la nécessité d’agir face au chan
gement climatique


L’
ENVIRONNEMENT

:

UNE THEMATIQUE TRANS
VERSALE

Si le

CAP

n’est pas par définition un think tank environnemental, le thème

du changement
climatique

fait néanmoins parti des priorités de l’organisme
. Convaincu de l’urgence d’agir afin
d’att
énuer les
répercutions socio
-
économiques

du changement climatique
, l’organisme voit dans ce
dernier l’opportunité de remodeler le marché énergétique, notamment via la mise en place d’un
marché de permis d’émission («

Cap and Trade

») et

de

booster la reche
rche dans le secteur des
innovations technologiques.
Si l’organisation

soutient le développement

de technologies propres,
elle

ne se prononce cependant pas en faveur de l’énergie
nucléaire, dont le déploiement à

plus
grande échelle est
estimée bien plus co
û
teux que d’autres alternatives énergétiques
.

Afin d’aider à la mise en place de stratégies pour lutter contre le
chan
gement climatique,

l’organisme
finance via le CAPAF

un blog appelé «

Climate Progress

»,

qui sert actuellement de
référence

en
matière

de
politique environnementales à Washington. Listant les connaissances
acquises
et les solutions technologiques existantes

sur le sujet
, analysant les
différents

projets de
lois
émis par le

Congrès, le chercheur Joseph Romm, physicien et expert climatique, li
vre
quotidiennement

une analyse de l’actualité publiée dans ce domaine.

BROOKINGS

INSTITUTION

Considéré comme l’un des premiers think tanks
américai
n
s

spécialisé
s

dans la recherche e
t l
’étude
des
politiques publiques, la B
rookings

Institution (BI)

voit le

jour en 1927.

Organisation
généraliste,
rassemblant

des exper
ts issus du monde universitaire

ainsi que de l’administration, elle
oriente principalement ses programmes de recherche vers l’économie mondiale et le
développement, la gouvernance, la politique
étrangère

et
intérieure
.

Son ancienneté, sa taille et la
diversité de ces sujets en font une institution de référence, dont la qualité de la r
echerche et des
études sont reconnues de tous.
Si la BI est une institution généraliste, elle n’en possède pas mo
ins
de

solide
s

programme
s

sur les questions d’environnement, d’énergies et de lutte contre le
changement climatique.

La B
I

est actuellement considéré comme l’un des trois think tanks politisés les plus influents sur la
scène politique américaine (avec l’A
merican Enterprise Institute et l’Heritage Foundation).
Officiellement

indépendante et non
-
partisane
,
elle

est en réalité l’expression du centre gauche
démocrate, proche des administrations de

Roosevelt, Kennedy

et
Clinton
(l
’institution est
présidé
depuis

2002

par Strobe Talbott, ancien adjoint du secrétaire d’état sous
l’administration Clinton
)
.

Siégeant

à Washington, le

think tank présentait un budget de
80

millions de dollars

en 2009
.
La BI
a pour caractéristique de disposer de fonds propres, un «endow
ment» (estimé à
258 millions de
dollars en 2009
)
lui permettant de bénéficier de la sécurité
financière
ainsi que d’une plus grande
24


flexibilité vis
-
à
-
vis
des donations de fondations ou des contrats
extérieurs
. En 2003, 34% de son
budget annuel de fonctionn
ement (environ 40 millions de dollars)
provenait
des intérêts d’une
donation établie à l’origine par so
n fondateur Robert S. Brookings. Ce budget est complété

par des
dons («grants») de fondations, d’entreprises et de particuliers (43%), ainsi que

par

d’au
tres sources
telles que la Brookings Institution Press (8%), qui publie plus de cinquante ouvrages chaque année,
et le Center for Public Education (11%) qui organise des séminaires pour les cadres du
gouvernement et des milieux d’affaires.

La BI compte
prè
s

de 300 employés permanents dont 150 chercheurs (dont 40 chercheurs
américains et étrangers «invités») et une cinquantaine de chercheurs assistants.

H
ISTORIQUE

La création de la B
I

résulte de la fusion de trois organismes.
En 1916, l’homme d’affaires et
p
hilanthrope Robert S. Brookings finança la création d’un Institut de recherches
gouvernementales, l’Institute for Governement Research
, suivi peu de temps
après

par la création
de

deux org
anisations

:

l’

«

Institute for Economics

»

et la
«

Graduate School
of Economics and
Governement

»
.
En

1927
les trois organisations fusionnent
pour former la
Brookings Institution
.


Proche
de la Maison Blanche, la BI fut à plusieurs reprises mandaté par les différentes
administrations pour diverses analyses économiques (pa
rticipation à l’élaboration du plan
Marshall…).

S
ON IMPLICATION DANS
LA PROTECTION DE L

ENVIRONNEMENT

Axant son expertise sur

les problématiques de gouvernance, de développement écono
mique

et de
politique
extérieure
, l’organisme

est cependant engagé dans l
a protection de l’environnement qui
représente u
ne thématique

de recherche

transversale

au sein des différents projets financés par la
Brookings
.
A ce titre, le programme «

Economie Globale et Développement

» prévoit la parution
d’un rapport intitulé «

les

répercutions économiques des stratégies d’atténuation du changement
climatique (rapport coécrit par Peter Wilcoxen et Warmick McKibbin).

Depuis quelques années, le think tank a
cependant
mis en place un programme spécifique
dédié au
changement climatique

et regroupant trois experts dans le
s

domaine
s

de l’économ
ie du
changement climatique et d
es réglementations concernant le
secteur

énergétique et la gestion des
ressources naturelles.
Analysant les potentielles répercutions économiques à l’échelle globale,

ce
programme a longtemps été animé par le professeur David Sandalow (responsable pour
l’environnement au Département d’Etat sous l’Administration Clinton)
ayant actuellement rejoint

l’administration du président Obama (adjoint aux affaires internationales

d
u DoE


Department
of
Ener
gy).

Les manifestations climatiques ou environnementales organisées par la BI (environ 2 ou 3 fois par
an), souvent en collaboration avec d’autres organisations
telles que le

Pew Center ou le World
25


Ressources Institute, réunisse
nt généralement des intervenants de haut niveau et ont un certain
écho médiatique.

26


DES

STRUCTURES

SPECIALISEES

DANS

L
’ENVIRONNEMENT

Dans les années 70
-
80 apparaissent de nombreux think tanks et ONGs spécialisés dans
l’environnement.

Loin de décrire l’ens
emble des organisations existantes dans ce domaine aux
Etats
-
Unis, cette partie a pour objectif de présenter un échantillon révélateur de la diversité
observée au sein de ces organism
es, notamment en termes de mode de fonctionnement
, d’outils de
rayonnemen
t ou d’inclinaison politique
. Proche du secteur privé (tel que WRI

et le Pew Center on
Global climate change
), des centres académiques (cas de RFF) ou des agences fédérales (EDF),
ces organismes participent indirectement à l’élaboration des politiques publ
iques dans le secteur de
l’environnement. Se positionnant en tant que censeur (actions en justice) ou soutenant activement
des initiatives de l’administration, ses structures augmentent considérablement
la visibilité des
problématiques environnementales, n
otamment par l’amélioration des connaissances sur le sujet et
le développement de stratégies de réponse
.

Si chaque organisme travaille sur ces propres thématiques, ce rapport souligne un fort
degré

de
collaboration inter agence sur les défis posés par le c
hangement climatique.
Ces organisations

accordent
par ailleurs

une place grandissante à la question de l’intégration des pays émergents au
débat climatique. Avec une attention particulière portée à la Chine,
elles

souhaitent avant tout
conserver un rôle
pr
o actif
dans la définition de la politique scientifique environnementale

américaine

et pousser à l’adoption de législations internationales
.

NATURAL

RESOURCES

DEFENSE

COUNCIL

Créé en
1970, le Natural Resource
s Defense Council (NRDC)
représente

par sa tai
l
le

la troisième
ONG dédié à l’
environnement aux Etats
-
Unis, après WWF et le Sierra Club
. Basé
e

à

New York,
elle

compte 4 bureaux aux Etats
-
Unis

et un en Chine. Avec pour principale missio
n de contribuer à
l’adoption de

r
églementations

et au changement des
pratiques environnementales
, le NRDC vise
aussi à
sensibiliser le grand public

par des actions locales
.

Si l’organisme

travaille avec la Chine,
très peu de projets sont néanmoins entrepris à l’international, l’ONG focalisant ses efforts sur les
Etats
-
Unis.


Membre du réseau USCAN et USCAP,
NRDC est une organisation indépendante, en réalité plus
proche du parti démocrate. Elle est

actuellement codirigé par

Daniel Tishlan depuis 2007 et
Frances Beinecke depuis 2006. F. Beinecke siège au board d’autres organis
mes non
gouvernementaux tels que «

World Resources institute

»
,
«

Energy Future Coalition

»

et
«

Conservation International's Center for Environmental Leadership in Business

».
Forte d’une
expérience de 30 ans au sein de l’organisation, la nouvelle préside
nte souhaite donner la priorité

au

développement de programmes

économiques

(énergies propres, accompagnement du
27


développement économique de la Chine..)

permettant de diminuer
l’impact du changement
climatique.

Cette ONG
emploie
près de 350

personnes

(
avoc
ats, scientifiques et experts en politique
)

et
compte

plus de 1,2 millions de membres.
F
in 2008
, le budget de l’organisme s’élevait à 87
millions de dollars

(cf. graphes ci
-
dessous).



Revenus totaux

en 2008
:
87

millions de $

Dépenses totales

en 2008:

8
6

millions de $

Table
4
: répartition des revenus et dépenses de NRDC pour 2008

E
NGAGEMENTS DANS L

ENVIRONNEMENT

L’ONG œuvre sur 5 dossiers scientifiques

portant respectivement sur le réchauffement global (et le
développement de str
atégies d’atténuation), la préservation des espaces naturels (afin d’aider à la
protection de la biodiversité), la promotion des énergies propres et l’amélioration de l’
efficacité

énergétique

(
en œuvrant
pour la mise en place d’une nouvelle politique

énerg
étique),
l’amélioration des modes de gestion des écosystèmes marins

(
gestion des exploitations piscicoles
et protection des réserves maritimes américaines
)

et enfin l’étude de l’impact de
s polluants

présents dans l’environnement sur la santé humaine.

Chacu
ne de ces thématiques fait l’objet d’un
certain nombre d’étude de terrain ainsi que de travaux de recherche.

L
’organisation

est
de plus

très

présente sur le volet réglementaire.

Privilégiant des thématiques
jusqu’alors peu couvertes par le réseau d’organi
smes environnementaux ou au contraire
s’impliquant dans des dom
aines largement traité
s mais où

sa force de frappe peut faire une réelle
différence, l’ONG couvre un large champ d’
actions sur la scène politique américaine.
Actuellement, NRDC défend les dossi
ers suivants

: lutte pour l’abandon de la pratique

«Mountain
28


Top Removal

»
9
,

sensibilisation des agences fédérales au

pollution à l’atrazine (pesticides
retrouvés en concentration im
portante dans plusieurs nappes phréatique
s) et opposition à

l’
exploitation

des schistes de la région du nord
-
est, lesquels représentent des gisement
s

importants
de ga
z

naturels (mais dont la mise en exploitation pourrait engendrer des risques en termes de
répercutions sur la santé humaine).

Le NRDC
joue par ailleurs un rôle de
censeur à

l’échelle fédérale

n’
hésitant pas
mener des
actions
en justice
,
lorsqu’
il

estime que
le
secteur privé
ou

les différentes agences gouvernementales
n’ont
pas respecté

les lois environnementales (
telles que le «

Clean Air Act

» ou

le «

Clean Water A
ct

»).

L’ONG agit alors souvent en réseau, en faisant appel à d’autres organisations telles que le Sierra
Club ou l’Environnemental Defense Fund.

A titre d’exemple,

NRDC a fait appel à la cour suprême
en 1984 pour s’opposer à l’EPA sur l’affaire «

Chevron

». Le NRDC souhaitait ainsi dénoncer les
abus de droit

auxquels prenaient part
l’agence fédérale
. En

effet, celle
-
ci

adaptai
t

les diff
érents
textes législatifs à sa

convenance
,

au détriment du respect des normes environnementales (cas de
l’adaptation du Cl
ean Air Act par l’EPA en 1984).

L’organisation a par ailleurs mené plusieurs études sur la question nucléaire, lesquelles ont fait
l’objet de publication sous la forme d’articles indépendants dans la revue «

Bulletin of the Atomic
Scientists

». Se
s travaux

concluent à un usage limité de cette forme d’énergie, cette dernière ne
pouvant être considérée comme une

solution à la dépendance énergétique du pays et
au
contrôle
des émissions

de

GES
.


Au final, le NRDC se distingue des autres
acteurs non gouvernement
aux

par
son engagement
auprès

de la
Chine et
sa volonté d’améliorer les relations bilatérales
. Consacrant son dernier
programme à la Chine, l’organisation espère ainsi aider
le pays

à
transiter vers une

«

économie
verte»
10
.

Q
UELQUES GRANDES INIT
IATIVES DU
NRDC

L
e

NRDC est à l’origine de différentes initiatives telles que

:



«

BioGems initiative

»
, programme initié en 2001 visant à mobiliser le public pour la défense
des écosystèmes en danger. Cette initiative a pour objecti
f de mettre à disposition des
popu
lations
, l’expertise du NRDC sur des sujets d’actualité précis (tel que la préservation des
espaces sauvages d’Alaska, lesquels font l’objet de pressions importantes provenant des
compagnies pétrolières).




9

en français

: extraction de minerais a ciel ouvert, responsable d’une forte pollution atmosphérique
ainsi que d’une détérioration des écosystèmes environnants.

10

Cet engagement
résulte en partie

de l’e
xpertise acquise par la présidente du NRDC. En effet, celle
-
ci a
développé
une connaissance des problématiques énergétiques entre les deux pays,

travaillant auparavant
au conseil
d’administrations du «

China
-
U.S. Center for Sustainable Development

»
.

29




Le NRDC s’est par ailleurs fortement impliqué auprè
s de communautés lors de l’ouragan de
Katrina et est
actuellement
toujours présente sur le terrain.

WORLD

RESOURCES

INSTITUTE

C
réé en 1982
, le World Resources Institute (
WRI
)

est une organisation hybride, à l’intersection
entre l’environnement et le dével
oppement. Contrairement à Oxfam, ou Care, spécialisés dans le
développement ou encore WWF et RFF, spécialisés dans l’environnement, WRI adopte une
démarche proactive tenant compte d
e ces deux dimensions. Selon la

philosophie

de l’institut
,
l’adoption de no
uvelles réglementations environnementales doit
tenir compte des enjeux
économiques et de

la notion de développement. Si WRI se présente en terme institutionnel comme
un think tank, ces actions se rapprocheraient cependant plus d’
un «

do
-
tank

» dans la mesu
re où

ces dernières
répondent

à des objectifs spécifique
s
.
Proche des entreprises, l’organisme mène un
certain nombre de recherches appliquées, à l’origine du développement de plusieurs outils
financiers et économique
s
.

Membre du réseau USCAN et USCAP,
WR
I

siège à

Washington où ses bureaux accueillent
près

de 200 personnes.
James A. Harmon

est président du conseil d’administration du WRI depuis 2004
et siège au sein de ceux du
«

Center for Global De
velopment

»
,
d’«

Africare

» ou encore

du
«

Council on Foreign Relations

»..
.
Créé sous l’impulsion d’une promesse de don de $15 millions
en provenance de la MacArthur Foundation, l’organisme présentait un budget de 26,5 millions de
dollars fin 2008 (cf. gr
aphes ci
-
dessous).



Revenus totaux

en 2008
:
26,5

millions de $

Répartition des dépenses

en 2008

Table
5
: répartition des revenus et dépenses de WRI pour 2008

S
ES PROGRAMMES DE REC
HERCHE

Soutenant l’idée que la protection de l’
environnement
doit contribuer au développement
économique et social du pays
, l’institution organise ses missions autour de quatre
thématiques

de
30


recherche
,
à savoir

: «


Climat, énergie et transport

», «

Gouvernance

»,
«

le marché des
entreprises

» et «

le
s populations et écosystèmes

».
Répondant à des objectifs précis, chaque
programme est prévu pour une durée comprises entre 3 et 5 ans et fait l’objet de publications,
notamment par le biais de la revue
semestrielle

«

World Resources Report

» éditée par WR
I.

Longtemps proactif sur le thème du climat, l’organisme accorde de plus en plus d’importance au
thème émergent «

écosystème et populations

». En effet,
WRI souligne la nécessité d’accroitre les
recherches
dans cette direction

afin de mettre en place
des

mécanismes de protection des
écosystèmes ainsi qu’