Application GRBL

quaggaholeInternet and Web Development

Aug 15, 2012 (5 years and 3 months ago)

417 views







2011


France Telecom


Corlay Jérôme


[
APPLICATION GRBL
]

Gestion Ressources Boucle Locale


Outils d’aide à la décision


2




Table des matières


Introduction

................................
................................
................................
................................
.........

3

Présentation de France Telecom

................................
................................
................................
.........

4

Marché et chiffre d’affaire

................................
................................
................................
..............

4

Concurrence

................................
................................
................................
................................
....

5

Recherche et Dével
oppement

................................
................................
................................
.........

6

Evolutions Techniques

................................
................................
................................
.....................

7

Service Patrimoine
................................
................................
................................
.........................

10

L’application de gestion de planning, GRBL

................................
................................
......................

12

GRBL

: un outil d’aide à la décision

................................
................................
...............................

12

Anciens outils

................................
................................
................................
................................

13

Cahier des charges

................................
................................
................................
.........................

15

Base de données
................................
................................
................................
............................

18

Prévisions
................................
................................
................................
................................
.......

21

IDE choisi

................................
................................
................................
................................
.......

22

GWT

: une technologie à l’ordre du jour

................................
................................
.......................

23

Création du projet

................................
................................
................................
.........................

27

Une interface graphique efficace

................................
................................
................................
..

33

Gestion des dates, un service dédié

................................
................................
..............................

36

Documentations

................................
................................
................................
................................

37

Conclusion

................................
................................
................................
................................
.........

39

Annexes

................................
................................
................................
................................
.............

40






3

Introduction


Après l’obtention de mon BAC STI Génie Electrotechnique et m’intéressant de plus en plus à
l’informatique, je décide de postuler au BTS IRIS du lycée du Grésivaudan afin de poursuivre dans
cette voie.

C’est après avoir eu un entretien avec le responsable de l’alternance pour cette formation, Mr M.
Boudjit que je suis persuadé d’avoir trouvé la f
ormation qu’il me fallait.

J’ai choisi de faire cette formation en alternance pour acquérir une expérience du monde du travail
mais aussi afin de pouvoir appliquer les connaissances acquises pendant les semaines de cours. C’est
donc la bonne répartition en
tre acquis théoriques et pratiques qui m’a motivé.

De plus, le fait d’avoir un projet en fin de deuxième année a été une grosse source de motivation car
mener un projet à bout pour l’obtention de son diplôme est quelque chose d’important, d’autant
plus qua
nd ce dernier va servir dans une entreprise.














4

Présentation de
France Telecom


Marché et chiffre d’affaire

France Telecom concentre ses activités sur trois principaux domaines, la téléphonie fixe, la
téléphonie mobile et internet (qui comprend
la télévision et le téléphone par ADSL).




Grâce à ses activités, France Telecom arrive à un chiffre d’affaire de
45,5 milliards d’euros

se plaçant
parmi les leaders du marché, tant au niveau national que Mondial.

Le nombre de clients s’élève à 210
millions réparties dans 220 pays.

France Telecom
sur le territoire Français c’est

:



100 000 salariés.



7,4 millions

de Livebox.



9 millions

de clients équipés haut débit, soit
46,3%

de part de marché Grand Public.



26,2 millions

de clients mobiles dont
14,6

c
lients haut débit mobile.



7,2 millions

de clients VOIP.



1200

boutiques France Télécom.



736 000

clients Orange TV.



48 000 clients

ont signés pour la Fibre (644 000 foyers connectables).






Activités

Téléphonie Fixe
Téléphonie mobile
Internet
Divers

5



Parts de marché en France

:





Concurrence

E
n France nos principaux concurrents sont SFR (33.3 %

des parts de marché
) et Bouygues Telecom
(17.2 %) pour la téléphonie mobile alors que Free, SFR et Darty le sont pour internet
.








Parts de marché ADSL

FT
Autres FAI
Parts de marché Mobile

FT
Autres FAI
53,4%

46,6%

64%

36%


6

Recherche et Développement

Avec plus de 3700 chercheurs, scientifiques et ingénieurs,
France Telecom

enregistre chaque année
environ 500 inventions brevetées pour plus de 8 300 brevets déposés.



Le Gr
oupe a l’ambition de fournir à ses clients le meilleur de la technologie, dès qu’elle est
disponible, tout en prenant en compte les générations technologiques suivantes. Grâce à son travail
d’anticipation, la R&D détecte bien à l’avance les évolutions et r
uptures technologiques majeures, et
les nouveaux usages. Ainsi, elle est à l’origine d’avancées importantes dans le domaine des services
(le Machine to Machine par exemple : usage des réseaux mobile pour la communication entre
machines) ou bien dans celui
des réseaux et des accès.



La R&D travaille d’ores et déjà sur la future génération des réseaux mobile pour encore plus de
débit, de services et de contenus pour les clients.


Inventions et faits marquants

:





1963 : Aristote, premier commutateur électronique


1963 : S63, poste téléphonique optimisé


1967 : Satellite géostationnaire de télécommunications


1977 : Étude et développement des câbles optiques


1977 : Création du télétexte


1978 : Mise au point du réseau Transpac


1980 : Invention du Minitel


1984 :
Co
-
invention de l'ATM et premier
Switch

pré
-
ATM.


1982 : Marathon, premier prototype de téléphone mobile


1987 : Visage, visiophone grand public


1987 : Lancement du réseau numérique à

intégration de services RNIS (Numéris)


1988 : Lancement de solution de radiodiffusion numérique (DAB)


1988 : Démonstration de télévision haute définition


1991 : Invention du Bi
-
Bop, premier téléphone mobile grand
-
public


2001 : Développement d'objets et vê
tements communicants


2004 : Création de la Livebox


2005 : Recherche sur le Giga Ethernet


2006 : La téléphonie haute
-
définition, utilisant le principe de la téléphonie large
-
bande


2007 : Bubbletop, Pikeo, SoundTribes, Liveradio


2008 : Home Library

Actuellem
ent, Orange Labs concentre ses efforts sur 4 grands domaines que sont

:



les services liés au multiplay, au nomadisme en entreprise, aux services de gestion et de mise
en relation
.



les technologies permettant la montée en débit du cœur de réseau et des accè
s fixes et
mobiles
.



les services sécurisés et les briques de confiance
.



les services de paiement et de transactions
.


7

Evolution
s

Technique
s

Le premier réseau de communication français, le réseau de télégraphie optique de Chappe, a vu le
jour sous la Révolut
ion française, en 1792.



Une tour de télégraphe (Chappe, réplique)


Après l'invention du Télégraphe électrique et du téléphone, l’histoire des télécommunications en
France prend son essor avec la création du ministère des Postes et Télégraphes en 1878.


Ce ministère annexe rapidement les services du Téléphone qui sont nationalisés en 1889.

Néanmoins, il faudra attendre jusqu'en 1923 pour voir apparaître le sigle PTT (avec un second T).



Une étape décisive de l’histoire des télécommunications en France est la création, en 1944, du CNET,
Centre National d'Études des Télécommunications.

Sa Première mission a été de rétablir un réseau de télécommunications (téléphone et télégraphe) au
lendem
ain de la Seconde Guerre mondiale.



8

Cet organisme, chargé de développer l'industrie des télécommunications en France, a également
permis à notre pays de rattraper son retard et de mettre au point plusieurs innovations : la
commutation numérique, le Minite
l ou encore la norme GSM.


Sa
p
remière réalisation notable pour le grand public a été la retransmission par voie hertzienne du
couronnement de la reine Elizabeth II, en 1953.



Une télévision
dans les années
50
.


En
1972
, le CNET met au point un système
de commutation électronique temporelle, qui permet de
simplifier les centraux téléphoniques.

Dès les années 70, il fait des essais de transmissions par
Fibre optique

et travaille sur la visiophonie.



Les années 1975
-
1985, sont marquées par des recherch
es sur la numérisation du réseau de
communication, qui aboutissent à la
création du Minitel

en
1980
.




Le Télétexte, encore utilisé de nos jours, date aussi de cette époque, ainsi que les téléphones publics
à carte.



9

Après 1985, le CNET a contribué à l
’histoire des télécommunications en France en préparant
l’avènement des communications par l'image et la vidéo, et notamment le haut débit, le multimédia
et la reconnaissance de la parole.

Les premiers services mobiles apparaissent dans les années 1990, a
vec le Bi
-
Bop, ainsi que les
premiers essais de
Télévision

numérique terrestre (en 1993).


Le
1
er

janvier 1988
, la direction générale des télécommunications est rebaptisée
France

Telecom
.

Avec la
loi du 2 juillet 1990
, France Télécom devient un exploitant de droit public, doté d'une
personnalité morale distincte de l'Etat et d’une autonomie financière.

En
juillet 1996
, une nouvelle loi transforme France Télécom en société anonyme dont l'État français
est le seul actio
nnaire, pour préparer l'ouverture à la concurrence (au 1er janvier 1998).


La filiale
Orange SA

a été créée en 2003 et a fusionné avec les services mobiles de France Télécom
(Itinéris, OLA, Mobicarte).

Grâce à de nombreuses autres acquisitions de société
s, il est devenu le
quatrième opérateur mondial

par sa taille.


France Télécom est finalement devenue une entreprise privée
en septembre 2004
, 115 ans

après

la
nationalisation du
Téléphone

en France.









10

Service

Patrimoine

L
'équipe documentation

de
l’
UI
-
Alpes

fait partie de la branche technique, pour effectuer son travail
elle utilise deux applications principales

:

L’application
TIGRE






C’
est une carte de France sur laquelle apparaît notre réseau, c'est à dire que chaque câble est géo
localisé comme nos équipements et infrastructures. Les équipements sont les PC (points de
concentration), SR (sous répartiteurs), RE (répartiteurs). Il y app
araît aussi bien la partie boucle locale
cuivre que la fibre optique, la transmission.








11

L’application
42C






C’
est

un regroupement de tous les clients qui sont attribués à une location sur le réseau, elle nous est
nécessaire pour savoir comment attribuer nos câbles lors de la mise en place de nouvelles
inf
rastructures ou d’extensions
.

Ces activités donnent la possibil
ité à nos services techniques et commerciaux d’avoir des données à
jours et justes pour les aider dans leur travail. Par exemple, les chargés d’affaires en charge de faire
des études terrain pour le développement de nouvelles infrastructures ont besoin d’u
ne carte de
notre réseau leur permettant d’étudier les extensions en vue de satisfaire les demandes des clients.

Ce travail permet dans un même temps de répondre à la loi LME (Loi de Modernisation de
l’Economie), cela consiste à fournir des documents et re
ssources aux collectivités locales et autres
opérateurs afin de ne pas les bloquer dans leur développement (notamment la concurrence).

Vous trouverez ci
-
dessous deux captures d’écran, la première sous 42C où l’on a accès à toutes les
informations relative
s à la ligne du client et la seconde qui a été prise sous TIGRE, qui montre le
réseau du lycée du Grésivaudan et son voisinage.








12

L’application de gestion de planning
,

GRBL




GRBL

: un outil d’aide à la décision

L’application GRBL s’inscrit dans u
ne catégorie managériale, le but recherché étant d’avoir une vue
globale de l’activité du groupe Documentation. Cette vue globale nécessite un aspect planning (type
calendrier) permettant une visualisation directe de la présence des employés de l’équipe

:
congés
posés, en prévisions, type d’activité …

Dans un second temps l’application devra permettre un calcul sur l’activité à proprement parlé de
chaque employés

: volume global de tâches traitées sur un intervalle de temps prédéfini
e
.

Le besoin traduit par cette application est d’avoir à disposition
un outil permettant de valider ou non
l’atteinte d’objectifs qui peuvent êtres déterminés dans différentes circonstances (entretiens
individuels, réunions de groupe …). La partie planning es
t elle aussi un aspect important de
l’application car elle permet une simplification de la tâche du manager dans ce domaine (voir ancien
outils).

Le besoin est de créer un outil de management regroupant plusieurs fonctionnalités afin de faciliter
le traite
ment de ces données et d’en extraire des indices d’objectifs.

Pour cela il est nécessaire d’avoir un outil sobre et maximisant l’interactivité pour l’étendre au plus
grand nombre.



13


Anciens outils

Le besoin n’étant pas nouveau, des outils ont
préalablement été mis en place par le manager

d’équipe

pour y palier. Ces outils éta
ient

répartis dans divers fichier Excel
et
ne permettai
en
t pas une
centralisation claire des données renda
nt le tout difficile à l’emploi, notamment pour des utilisateurs
étrangers à cet ensemble

de fichiers
.

Il existait un premier fichier Excel concernant la partie planning où l’ensemble de l’activité était tenue
à jour
à la fois par le manager et par les membres de l’équipe. Cet outils n’était pas pratique au
changement d
’années par exemple et la saisie de congés en masse nécessitait un certain nombre de
manipulations (copier / coller, changement de couleurs …).

Capture d’écran de la partie planning

:





14

Deux autres fichiers étaient consacrés à la partie statistique et in
terprétaient des fichiers eux même
issues des bases de données pour ensuite créer différentes moyennes d’activités, là aussi le nombre
de manipulation était trop élevé.

Capture d’écran d’un des fichiers de statistiques

:




Ce fichier par exemple regroupe

des calculs issus de plusieurs autres fichiers Excel pour arriver à un
résultat final

: l’activité de telle personne par rapport à celle du groupe.







15

Cahier des charges





Fonction
s

La liste des fonctions que l’application doit réaliser est la suivante

:


Affichage d’un planning sur le mois courant


Permettre un défilement des mois, dans le passé et dans le futur via des boutons prévus à
cet effet.


Partie planning interactive

: mise à
jour des cellules par un click.


Formulaire de mise à jour de la base de données

: ajout d’une personne ou d’un type
d’activité.


Partie statistique de l’application

: comptabilisation du temps total de travail, de congés.


Visualisation des statistiques d’un
e personne par rapport à l’équipe.


Interprétation des fichiers issus des bases de données.





Contraintes

Portabilité sur n’importe quel navigateur web (Firefox, Internet Explorer, Opera, Chrome …).


Utilisation de logiciel libre pour le développemen
t

:


Wamp


Eclipse







16

Cas d’utilisation


Description

:


La mise à jour de l’application se fait par l’intervention de l’administrateur qui

a certains privilèges tel
qu’ajouter ou supprimer des caractéristiques dans la base de données

: type d’activités, utilisateurs.

Ces mises à jour sont possibles après authentification.









17

Déploiement



Description

:


Ce diagramme de déploiement repr
ésente l’architecture globale de l’application GRBL, cela
comprends les parties cliente et serveur de l’application ainsi que les bases de données dans
lesquelles l’application récupère ce dont elle a besoin.









18

Base de données

Tables


Utilisateur

:

Contient les informations relatives à un membre de l’équipe documentation

:



nom



prénom



service



activité principal

De telle manière à ce que le planning se remplisse avec cette activité par défaut, l’avantage étant
d’avoir à intervenir sur ce secteur d
e manière ponctuelle (congés, formation …)



Activité

:

Une activité est simplement composée d’un nom, elle permet d’être associée à une date et un nom
pour apparaître dans le planning










19

Connexion à la base de données (code source)

:




Cet extrait

de code permet de faire la connexion entre l’application et le serveur où est la base de
données.

Le détail de ce que contient chaque variable est le suivant

:

«

String url

»

: Adresse du serveur de la base de données

«

String db

»

: Nom de la base de don
nées

«

String driver

»

: Contient les drivers nécessaires pour que les requêtes SQL
soient

reconnues

en
Java.

«

String user, pass

»

: Nom d’utilisateur et mot de passe de connexion à la base de données, cela est
nécessaire pour établir une connexion.





20

Re
quêtes sur la base de données (code source)

:













Ce code permet l’extraction des données concernant les membres de l’équipes, ces données sont
ensuite traitées afin d’alimenter le planning sur le côté client de l’application.

Ici, la requête exéc
uter est la suivante

: «

SELECT * FROM user

». Cette requ
ête récupère tous

les
champs de la table «

user

» dans la base de données.

Dans la boucle «

while

», on s’occupe de découper

les résultats issus de la requête SQL afin de
pouvoir les intégrer dans u
n tableau, côté client de l’application.










21

Prévisions


Planning prévisionnel mis en place lors
de l’écriture du cahier des charges.

En bleu ciel apparaissent
les prévisions tandis que le vert représente la réalisation, avec deux couleurs suivant le dépassement
ou non des prévisions.







22

IDE choisi

Eclipse


E
nvironnement de développement intégré libre permettant de créer des projets
de développement
mettant en œuvre n'importe quel langage de programmation. Eclipse IDE est principalement écrit en
Java (à l'aide de la bibliothèque graphique SWT, d'IBM), et ce langage, grâce à des bibliothèques
spécifiques, est également utilisé pour écr
ire des extensions.

La spécificité d'Eclipse IDE vient du fait de son architecture totalement développée autour de la
notion de plugin

: toutes les fonctionnalités de cet atelier logiciel sont développées en tant que plug
-
in.

Plusieurs logiciels commerciau
x sont basés sur ce logiciel libre, comme par exemple
IBM Lotus Notes
8
,
IBM Symphony



Eclipse est également conseillé par Google pour le développement d’application utilisant Google
Web Toolkit, la mise en place de cette Framework étant grandement simpli
fiée via l’installation de
ces fameux plugins.


Arborescenc
e d’un projet GWT sous Eclipse






23

GWT

: une technologie
à l’ordre du jour





Pourquoi ?

Google Web Toolkit est un framework qui permet de créer un RIA (Rich Internet Application) sans
avoir
à écrire des centaines de lignes de JavaScript. GWT est un compilateur qui génère à partir de
code source Java des fichiers JavaScript, XML et HTML.

U
ne couche client
-
serveur RPC (Remote Protocol Call) entre le JavaScript côté client et le Java côté
serveu
r permet de faire transiter par HTTP des objets Java entre le client et le serveur et des objets
JSON entre le serveur et le client.







Afin de simplifier les étapes de tests et de débug, GWT fourni une JRE permettant d’exécuter
l’application en local
:

Hosted Mode
. Ceci évite la compilation de l’application et le déploiement sur
le serveur.

GWT a donc pour but principal de simplifier et d’unifier le

développement

d’application Web : le
développeur crée les classes Java nécessaire à l’application et GWT

s’occupe du reste.













24


Principe

Ajax

JavaScript

Asynchronous

XML

Concept
déposé

en 200
5

et reposant sur
des fondements plus anciens (l’élaboration totale
du principe AJAX se fera entre les années 1996 et 2004).


Le principe de base est d'intercepter en utilisant
JavaScript

les
évènement
s
survenants

sur la
page web

(interface utilisateur)
, et d'insérer dynamiquement dans la page un contenu
provenant d'un
serveur web
, véhiculé par un document
XML
, toujours en util
isant JavaScript.

La pierre angulaire de cette méthode est l'objet XmlHttpRequest, qui permet à JavaScript
d'effectuer une requête vers le serveur sans que l'
utilisateur

ne le voie, et ce de façon
asynchrone.





25

Avantage

:


I
nteractivité

: les
interface
s
utilisant Ajax offrent une interactivité et une réactivité
bien plus importantes que les pages habituelles, ou l'utilisateur doit attendre le
rechargement complet de sa page.



P
ortabilité

: tous les
navigateurs

actuels proposent l'ensemble des outils néces
saires
à la mise en place d'un moteur Ajax

Inconvénient

:



E
rgonomie : l'utilisation d'Ajax entraine une
impossibilité

pour l'utilisateur d'utiliser
son bouton "Retour" de façon attendue. De la même façon, Ajax pose des problèmes
pour la mise en place de
signets

(
bookmarks
) sur les pages, ainsi que pour
l'ind
exation du contenu des pages.



T
emps de latence : les appels vers le serveur peuvent avoir des temps de latence
importants qui sont mal perçus et compris par les utilisateurs.



U
tilisation de JavaScrip
t : le moteur Ajax fait fortement appel au JavaScript. Il faut
prévoir pour les utilisateurs ayant désactivé
JavaScript

(plugin NoScript sous Firefox)

ou ne pouvant pas l'utiliser, une solution de repli acceptable.



C
omplexité des
développements

: comme to
ut composant additionnel Ajax offre des
possibilités, mais la mise en place peut se révéler coûteuse au moment du
développement.




Pour conclure, l’ensemble AJAX n’est pas une nouvelle technologie en soi mais plutôt une nouvelle
approche utilisant plusi
eurs technologies déjà existantes

:



XHTML/CSS

: Standard de présentation



DOM


(Dynamic Object Documents)

: Affichage dynamique



XML

: Echange de données



Objet XMLHttpRequest: récupération de données



JavaScript

: Permet de lier le tout

Ce type d’approche est

de plus en plus
utilisé

de nos

jours pour le développement Web dit 2.0 car il
permet une utilisation plus efficace et conviviale pour l’
utilisateur

: par exemple l’auto
-
complétion du
moteur de recherche Google fonctionne sur ce principe.



26

Architecture
R
emote Procedure Call (RPC)




Le principe fondamental entre une application AJAX et une application basée sur de l’HTML simple
est qu’il n’y a plus besoin de charger de nouvelles pages pendant son exécution.

Les applications
AJAX fonctionnent de manière à

être intégrées dans le navigateur contrairement aux pages HTML
standard qui ont besoin d’être récupérées sur le serveur.

L’avantage de ce système, tel qu’il l’a été présenté précédemment et de pouvoir modifier le contenu
de la page sans avoir besoin d’env
oyer des requêtes vers le serveur permettant un affichage
dynamique.









27

Création du projet

Pré requis


Afin de pouvoir bénéficier de toutes les fonctionnalités
intégrant GWT, il est nécessaire d’installer
certaines librairies.


I.

Installation du JD
K Java.

Le JDK est un environnement de développement pour développer des
applications, applets et des composants en utilisant le langage

de
programmation «

Java

».



II.

Installation d’Apache Ant.

Cette librairie permet d’utiliser les lignes de commandes pour

la création et
l’édition d’un projet GWT. Ce n’est cependant pas obligatoire car un projet peut
tout aussi bien être crée avec Eclipse, solution choisie pour l’élaboration de
l’application GRBL.

Cette librairie permet aussi la «

construction

» (build) et
l’exécution de projet Java.


III.

Télécharger le SDK de GWT.

Il contient les bibliothèques de base et le compilateur dont on a besoin pour la
création d’une application Java.

Ce SDK est directement téléchargeable sur la page dédiée à GWT.
http://code.google.com/intl/fr
-
FR/webtoolkit/download.html

Le SDK utilisé pour ce projet est la version 2.2.0.









28

Exemple de création en ligne de commande


Cette solution a été
la première à être utilisée pour l’application GRBL permettant une approche plus
directe, comparée à ce que font les IDE tel qu’Eclipse.


Création du répertoire de base

:



Il faut tout d’abord se placer dans le répertoire du SDK de GWT

grâce à la commande «

cd

».




Puis créer le projet grâce à la commande «

WebAppCreator

».




On peut ensuite lancer le mode de développement grâce à une commande ant (à condition
d’avoir bien installer la librairie).


Cependant, cette méthode n’est pas aussi pratique que d’uti
liser les outils proposés par Eclipse.


Création du projet sous Eclipse


Création d’un nouveau projet.


S’en suit une fenêtre de création standard où l’on précise plusieurs éléments

:


Nom du projet.


Nom du package (que l’on réutilise dans le code).


Un
répertoire de création (le workspace Eclipse est par défaut).


La version du SDK GWT.


L’utilisation ou non d

App Engine, non utilisée ici pour des problèmes de compatibilité en
mode de développement.



29

La fenêtre de création

:




Le projet est ensuite crée
et apparaît dans l’arborescence de l’explorateur d’Eclipse

:



30

Les RPC au service de GRBL

L’architecture d’un Remote Procedure Call tourne autour de deux interfaces et d’une classe telle que
ça l’est présenté dans figure précédente.

Pour l’application GRB
L ce sont les suivantes

:


I.
ScheduleRequest.java

(interface)


C’est la première partie crée lors de la création du service RPC, cette interface qui «

étend

»
l’interface GWT «

RemoteService

» sert à stocker les appels à différentes méthodes qui sont
ici

:

-

greetServer (récupère le mot de passe)

-

Members (tableau de stockage des données)











31

II.
ScheduleRequestAsync.java

(interface)


Cette interface doit être placée dans le même package que celle du service, il s’agit donc du package
«

client

».

Ce
tte interface reprends les mêmes noms de méthodes que celle déclarée dans la première interface
mais ne retourne pas de type, en revanche le dernier paramètre est un objet «

AsyncCallBack

».

Cet objet permet de faire appel à deux nouvelles méthodes, une qu
i s’exécute en cas de succès alors
que la deuxième sert en cas d’échec.



Ici, en cas d’échec une fenêtre dîtes «

pop
-
up

» apparaitra signalant un problème côté serveur. Cela
est possible via la mise en place d’une DialogBox

:


Il suffit ensuite d’ajouter un Label à cette DialogBox. En revanche, en cas de succès, l’application
lance une nouvelle «

pop
-
pup

» qui cette fois
-
ci, récupère les données côté serveur permettant
l’affichage du planning.


32

III. ScheduleRequestImpl.java

(classe)


Cette classe met en œuvre la première interface créée (ScheduleRequest.java) et étends la classe
Google
«

RemoteServiceServlet

»
.

C’est dans cette classe que les opérations serveurs sont effectuées comme la connexion à la base de
données, les r
equêtes sur la base …



Digramme de classe

:



Représentation UML des services RPC présents dans l’application GRBL



33

Une interface graphique efficace

L’interface graphique de l’application GRBL est basée sur un principe simple

: permettre à l’utilisateu
r
une bonne vue globale de ce qu’il recherche ainsi qu’une manipulation simplifiée en tous points.

Cela passe par une interface épurée et agréable à l’œil réduisant le nombre d’options potentielles
que pourrais avoir l’utilisateur
, le focalisant sur l’esse
ntiel.


Les éléments


Avec GWT, plusieurs éléments ont été utilisés pour obtenir l’interface graphique voulue, les panels
en font partis, en voici

un digramme de classe complet.





34

Les panels sont à la base de chaque application basée sur GWT car ils per
mettent l’affichage d’autres
éléments en leur sein, tel que les TextBxox, Label et autres.

Pour l’application GRBL plusieurs labels ont été utilisés, chacun ayant leur propre utilitée.


Pourquoi

?


Ils permettent de dédier à chaque fonction de
l’application une fenêtre d’affichage tel que la mise à
jour de la base de données

:




Cette fenêtre de mise à jour comporte différents éléments graphique

:


Des TextBoxs, qui permettent à l’utilisateur de rentrer les données à transmettre.


Des Labels
afin d’indiquer succinctement à quoi correspondent certains éléments.

HorizontalPanel

: Barre d’entête.

AbsolutePanel

: Base de la fenêtre sur laquelle se rattachent les autres éléments.

HorizontalSplitPanel

: Séparation en deux de la fenêtre.


Des PushButt
ons pour valider et donc transmettre les données saisies ou bien pour fermer la
fenêtre.

Chaque élément peut se voir attribuer un style CSS (Cascading Styles Sheets) pour être personnalisé.

Un extrait de la feuille CSS de l’application (Lgm.css)

:




35


Une
fois le style définis, il faut l’attribuer à l’élément voulu et ce, directement à la création de
l’élément.

Cela se passe en trois étapes

:

A.

Création du PushButton




B.

Ajout du PushButton au Panel





C.

Ajout du style CSS




La partie «

C

» permet de
récupérer le style précédemment défi
nis dans la feuille de style CSS et par
conséquent de pouvoir facilement en changer l’aspect graphique.



Toute la construction graphique de l’application se fait via la création de ces éléments et l’attribution
du style

souhaité, la partie la plus délicate étant d’assembler tous ces éléments entre eux pour
arriver à une bonne hégémonie de l’aspect visuel de l’application.











36

Gestion des dates, un service dédié


Description du développement de l’affiche des dates d
ans l’affichage du planning.

On commence tout d’abord par «

ScheduleRequestImpl

» afin de récupérer la date grâce à la
fonction «

GregorianCalendar

».


Il est ensuite nécessaire d’ajouter cette méthode dans le service asynchrone
«

ScheduleRequestAsync

»
.


Puis de l’ajouter au service «

ScheduleRequest

».



Une fois les trois services correctement mis à jour, on est libre de réutiliser les requêtes faites du
côté serveur, sur le côté client au sien du «

onModuleLoad

» (là ou l’on construit chaque élément)
.



37

Documentations


Hébergement de la documentation


Toute la documentation de l’application GRBL est hébergée sur la page dédiée au
x

projet
s

Google
(
http://code.google.com/intl/fr
-
FR/
).

Ce système permet
de créer des pages «

Wiki

» dans lesquels les différentes documentations de
l’application ont été écrites (Documentation utilisateur et technique).



38

La documentation est disponible en Français mais aussi en Anglais suivants les besoins. De plus, cette
mét
hode d’hébergement permet de stocker
le code source

du projet ce qui sert à la fois de
sauvegarde, sachant que l’on peut faire des sauvegardes de différentes versions.


L’outil utilisé


Il est cependant nécessaire d’installer un logiciel supplémentaire af
in de pouvoir héberger son code
sur les services Google, ici le choix a été de passer par Subversion (aussi abrégé SVN)

: TortoiseSVN.

A propos de TortoiseSVN

:

«

TortoiseSVN

est un SCM (Source Control Microsoft) facile d’accès et probablement
le
meilleur
client Subversion Apache existant.

Il est implémenté comme

une extension du shell
Windows ce qui permet une intégration transparente dans l’explorateur Windows. De plus,
puisque ce n’est pas une intégration pour un IDE spécifique, vous pouvez l’utiliser av
ec tous
les de développement existants.

»



Visualisation de TortoiseSVN sur un dossier

:











39

Conclusion



Ainsi, j’ai effectué mon alternance du BTS Informatique et Réseaux pour les Service et l’Industrie au
sein de l’entreprise France Telecom. Lors de
ces

deux ans, j’ai pu mettre en pratique mes
connaissances théoriques acquises durant ma formation, de plus,
je me suis confronté aux difficultés
réelles du monde du travail et aux difficultés techniques que l’on peut avoir dans la réalisation d’un
tel projet.

Après ma rapide intégration dans l’équipe, j’ai eu l’occasion de réaliser plusieurs tâches qui ont
const
itué une activité en accord avec ce que fait France Telecom au quotidien.

Chacune de ces tâches, utiles au service et au bon déroulement de l’activité de l’entreprise, se sont
inscrites dans la stratégie de celle
-
ci et plus précisément dans celle du servic
e patrimoine en mettant
en avant les aspects bien particuliers du réseau France Telecom tout en étant en adéquation avec la
partie informatique «

générale

» propre à ma formation.

Le projet m’aura permis d’acquérir des connaissances certaines dans le dével
oppement
d’applications web bien que le service patrimoine n’était pas dédié à ce genre d’activité, favorisant
alors un travail de recherche personnel soutenu par mes professeurs et mon maître de stage qui
m’auront aidé à avancer.

Je garde de cette alterna
nce un excellent souvenir, elle constitue désormais une expérience
professionnelle valorisante et encourageante pour mon avenir.

Je pense que cette expérience en entreprise m’a offert une bonne préparation à mon insertion
professionnelle car elle fut pour
moi une expérience enrichissante et complète qui conforte mon
désir d’exercer mon futur métier dans le domaine de l’informatique.


Enfin, je tiens à exprimer ma satisfaction d’avoir pu travaillé dans de bonnes conditions humaine et
matérielle permettant un
e rapide intégration dans l’équipe documentation avec qui cela a été un
plaisir de travailler au quotidien.







40

Annexes


Utilisation de Wamp pour le développement

:


WampServer est une plate
-
forme de développement Web sous Windows. Il vous permet de
développer des applications Web dynamiques à l'aide du serveur Apache2, du langage de scripts PHP
et d'une base de données MySQL. Il possède également PHPMyAdmin pour gérer

plus facilement vos
bases de données.

Comme vous allez le voir, WampServer s'installe facilement et son utilisation très intuitive permet de
le configurer très rapidement (sans toucher aux fichiers de configuration).

Contrairement aux autres solutions, W
ampServer vous permet de reproduire fidélement votre
serveur de production. Une fois la base installée, vous avez la possibilité d'ajouter autant de versions
d’Apache, MySQL et PHP que vous le souhaitez.

WampServer dispose également d'un "TrayIcon" vous pe
rmettant de gérer et configurer simplement
vos serveurs, sans toucher aux fichiers de configuration.












Installation


Double cliquez sur le fichier téléchargé et laissez vous guider. Tout est géré par l'installeur de
WampServer. Par défaut, WampS
erver est livré avec les toutes dernières ver
sions
d’Apache
, MySQL
et PHP.



41

Fonctionnalités


Les fonctionnalités de WampServer sont trè
s complètes et très intuitives.

Via un click gauche sur l'icône de WampServer, vous pouvez notamment

:


gérer les services
d’Apache

et
MySQL.


passer en mode online/offline (accessible à tous ou limité à localhost)
.



installer et changer de version
d’Apache
, MySQL et PHP
.



gérer les paramètres de configuration de vos serveurs
.



accéder à vos logs
.



accéder au
x fichiers de configuration
.



créer des alias
.


Via un click droit :


changer la langue du menu de WampServer
.



accéder directement à cette page
.