Avec 250000 nouveaux cas par an en France, - Retour à domicile ...

poorgardenBiotechnology

Dec 10, 2012 (4 years and 7 months ago)

310 views

29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 1/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
D
O S
S
I
I
Ave
c
25000
0
nouveau
x
ca
s
pa
r
a
n
e
n
France
,
nu
l
dout
e
qu
e
l
a
maladi
e
soi
t
u
n
march
é
d'aveni
r
pou
r
le
s
labo
s
e
t
le
s
professionnel
s
d
e
l
a
dépendance
.
A/lai
s
pou
r
l'heure
,
c
e
son
t
surtou
t
le
s
famille
s
qu
i
paient..
.
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 2/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
A
rlett
e
Meyneu
x
n
e
sai
t
plu
s
o
u
donne
r
d
e
l
a
têt
e
L
a
prési
-
dent
e
d
e
l'associa
-
tio
n
Franc
e
Alzhei
-
me
r
es
t
submergé
e
d
e
sollicitation
s
e
n
tou
t
genr
e
structu
-
re
s
d'accuei
l
pou
r
le
s
malades
,
livres
,
for
-
mations
,
bracelet
s
electronique
s
e
t
autre
s
gadget
s
«
L
a
maladi
e
d'Alzheime
r
es
t
devenu
e
u
n
moye
n
d
e
fair
e
d
e
l'argen
t
'
D
e
nombreuse
s
societe
s
souhaiten
t
mon
-
te
r
de
s
partenariat
s
ave
c
nous
,
alor
s
qu'i
l
y
a
encor
e
cin
q
an
s
nou
s
n'intéression
s
personn
e
»
,
feint-ell
e
d
e
s'étonne
r
Ce
s
«
entrepreneur
s
»
,
e
n
tou
t
cas
,
n
e
s'
y
trompen
t
pa
s
le
s
besoin
s
son
t
immense
s
Plu
s
d
e
85000
0
Françai
s
souf
-
fraien
t
d
e
l
a
maladi
e
d'Alzheime
r
o
u
d'un
e
autr
e
form
e
d
e
démenc
e
senil
e
e
n
200
4
(dernier
s
chiffre
s
disponibles
)
Cha
-
qu
e
annee
,
o
n
compt
e
25
0
00
0
nouveau
x
ca
s
De
s
malade
s
qu
i
perden
t
pe
u
a
pe
u
l
a
memoire
,
l
a
conscienc
e
d'eux-même
s
e
t
d
e
leu
r
environnemen
t
et
,
au
x
stade
s
le
s
plu
s
avances
,
l
e
langage
,
l
a
capacit
e
a
manger
,
s'habille
r
o
u
s
e
lave
r
seul
s
Tre
s
dépendants
,
il
s
nécessiten
t
un
e
attentio
n
e
t
de
s
soin
s
constant
s
L
e
coû
t
d
e
leu
r
pris
e
e
n
charge
,
largemen
t
support
e
pa
r
le
s
familles
,
a
et
e
évalu
e
a
1
0
milliard
s
d'euro
s
pa
r
a
n
Sau
f
a
découvri
r
de
s
molécule
s
capable
s
d
e
soigne
r
u
n
ma
l
toujour
s
incurabl
e
-
un
e
perspectiv
e
encor
e
incertain
e
(lir
e
pag
e
42
)
,
ce
s
dépense
s
von
t
explose
r
selo
n
u
n
rappor
t
parlementair
e
par
u
e
n
2005
,
elle
s
attein
-
dron
t
S
O
milliard
s
d'euro
s
pa
r
a
n
e
n
204
0
Pendan
t
longtemps
,
le
s
autorité
s
n
e
s
e
son
t
pa
s
vraimen
t
intéressée
s
a
u
pro
-
blèm
e
Maî
s
le
s
proches
,
souven
t
e
n
pre
-
mier
e
lign
e
au
x
côte
s
de
s
malades
,
on
t
finalemen
t
réuss
i
a
attire
r
l'attentio
n
I
I
y
a
e
u
u
n
premie
r
pla
n
Alzheime
r
e
n
2001
,
pui
s
u
n
deuxiem
e
e
n
2004
,
avan
t
qu
e
Nicola
s
Sarkoz
y
n'e
n
fass
e
officiel
-
lemen
t
un
e
de
s
priorité
s
d
e
so
n
manda
t
présidentie
l
So
n
plan
,
présent
e
débu
t
fevrier
,
prévoi
t
d
e
débloque
r
d'ic
i
a
201
2
plu
s
d
e
1,
6
milliar
d
d'euros
,
don
t
20
0
mil
-
lion
s
pou
r
l
a
recherch
e
e
t
1,
4
milliar
d
pou
r
l'accompagnemen
t
de
s
souffrant
s
Entr
e
le
s
promesse
s
d
e
l'Etat
,
l
a
hauss
e
prévu
e
d
u
nombr
e
d
e
patient
s
e
t
le
s
atten
-
te
s
de
s
familles
,
le
s
condition
s
son
t
désor
-
mai
s
reunie
s
pou
r
qu'un
e
veritabl
e
offr
e
d
e
produit
s
e
t
d
e
service
s
émerg
e
enfin
,
e
n
répons
e
au
x
besoin
s
de
s
malade
s
e
t
d
e
leu
r
entourag
e
D
e
fait
,
le
s
projet
s
foison
-
nent
,
mêm
e
s'i
l
rest
e
de
s
incertitude
s
quan
t
a
leu
r
financemen
t
Premier
s
concerne
s
le
s
gestionnaire
s
ï
d
e
maison
s
d
e
retrait
e
«
L
a
maladi
e
s
d'Alzheime
r
e
t
le
s
trouble
s
apparente
s
Le
s
enfant
s
d'Irèn
e
on
t
d
û
vendr
e
s
a
maiso
n
E
!
I
n
200
5
i
l
es
t
I
deven
u
éviden
t
I
qu'Irèn
e
Ducre
t
alor
s
âgé
e
d
e
8
2
ans
,
n
e
pouvai
t
plu
s
reste
r
a
so
n
domicil
e
So
n
man
,
Jean
,
venai
t
d
e
mourir
,
e
t
le
s
symptôme
s
d
e
l
a
maladi
e
d'Alzheimer
,
détecté
e
deu
x
an
s
plu
s
tôt
,
s'accentuaien
t
Se
s
neu
f
enfant
s
s
e
son
t
alor
s
trouve
s
fac
e
a
un
e
équatio
n
insolubl
e
Il
s
avaien
t
dénich
e
un
e
plac
e
dan
s
un
e
maiso
n
d
e
retrait
e
-
un
e
struc
-
tur
e
privee
,
qu
i
venai
t
d'ouvri
r
a
Thonon-les
-
Bam
s
(Haute-Savoie)
,
no
n
lo
m
d
u
villag
e
d
e
leu
r
mama
n
-
,
maî
s
l
a
factur
e
étai
t
lourd
e
220
0
euro
s
pa
r
mois
,
déductio
n
fait
e
d
e
l'aid
e
mensuell
e
(envi
-
ro
n
30
0
euros
)
versé
e
pa
r
l
e
consei
l
genera
l
Un
e
somm
e
a
laquell
e
i
l
fallai
t
ajoute
r
quèl
-
que
s
dépense
s
incom
-
pressible
s
pédicure
,
mutuelle
,
coiffur
e
O
r
l
a
vieill
e
dam
e
n'
a
aucun
e
economi
e
e
t
seulemen
t
1
DO
O
euro
s
d
e
retrait
e
pa
r
moi
s
«
Nou
s
devion
s
trouve
r
plu
s
d
e
1
3
DO
O
euro
s
pa
r
a
n
pou
r
couvri
r
se
s
frais
»
expliqu
e
Miche
l
Ducre
t
u
n
de
s
fil
s
d'Irène
,
qu
i
es
t
aujour
-
d'hu
i
so
n
tuteu
r
lega
l
Finalement
,
i
l
a
fall
u
vendr
e
l
a
maiso
n
fami
-
lial
e
L'argen
t
a
et
e
plac
e
et
,
chaqu
e
mois
,
le
s
somme
s
nécessaire
s
son
t
prélevée
s
su
r
c
e
capita
l
son
t
l
a
principal
e
caus
e
d'entré
e
e
n
insti
-
tutio
n
Plu
s
d
e
l
a
moiti
é
d
e
no
s
résident
s
e
n
souffren
t
déj
à
»
,
relev
é
Didie
r
Tabu
-
teau
,
directeu
r
genera
l
d
e
l
a
Fondatio
n
Caisse
s
d'épargn
e
pou
r
l
a
solidarite
,
qu
i
gèr
e
7
2
établissement
s
Seulemen
t
voila
,
l
e
nombr
e
d
e
place
s
rest
e
notoiremen
t
insuffisan
t
Un
e
opportunit
e
pou
r
le
s
promoteur
s
prive
s
(Korian
,
Domusvi
,
Orpe
a
)
u
n
pe
u
partou
t
e
n
France
,
il
s
son
t
le
s
premier
s
a
dépose
r
de
s
dossier
s
d
e
creatio
n
d
e
structure
s
I
I
fau
t
dir
e
que
,
ave
c
un
e
demand
e
exponentiell
e
e
t
de
s
tau
x
d
e
rentabilit
é
moyen
s
d
e
8 a
1
0
%
,
l
e
«
busines
s
»
es
t
attracti
f
Seu
l
hic
,
comm
e
l'Eta
t
financ
e
un
e
par
t
de
s
frai
s
d
e
fonctionnemen
t
de
s
structures
,
i
l
auto
-
ris
e
ce
s
construction
s
ave
c
parcimoni
e
5
00
0
place
s
e
n
2007
,
7
50
0
a
u
titr
e
d
e
200
8
Le
s
professionnel
s
d
u
secteu
r
crai
-
gnen
t
qu
e
l
e
pla
n
Alzheime
r
n'
y
chang
e
pa
s
grand-chose
,
maigr
e
le
s
1200
0
nou
-
veau
x
lit
s
promi
s
entr
e
2008
e
t
201
2
«
Aucu
n
credi
t
n'
a
et
e
débloqu
e
depui
s
ce
s
annonce
s
Ce
s
promesse
s
n
e
son
t
pa
s
financée
s
»
,
s'emport
e
Pasca
l
Champvert
,
presiden
t
de
l'AD-PA
,
un
e
associatio
n
de
directeur
s
d
e
maison
s
d
e
retrait
e
F
aut
e
d
e
place
s
e
n
etablissement
,
maî
s
auss
i
pa
r
choix
,
entr
e
6
0
e
t
7
0
%
de
s
malade
s
d'alzheime
r
viven
t
che
z
eu
x
o
u
che
z
u
n
pro
-
ch
e
Augmente
r
l'offr
e
d
e
service
s
a
domicil
e
devien
t
don
c
un
e
urgenc
e
Le
s
prestataire
s
(principalemen
t
de
s
associa
-
tions
,
mêm
e
s
i
de
s
entreprise
s
s
e
déve
-
loppen
t
également
,
tel
s
Ag
e
d'o
i
servi
-
ce
s
o
u
Adha
p
services
)
recruten
t
a
tou
r
d
e
bra
s
e
t
multiplien
t
le
s
initiatives
,
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 3/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
Li
n
d é v o u e me n
t
i n c a l c u l a b l e
,
d e
s
d é p e n s e
s
i n s u r mo n t a b l e
s
Rém
i
doi
t
s'occupe
r
d
e
s
a
femm
e
san
s
oublie
r
s
a
mère
,
malad
e
auss
i
L
e
busines
s
d'alzheime
r
au-del
à
mêm
e
d
e
leur
s
activite
s
tradition
-
nelle
s
d
e
menage
,
d
e
toilett
e
o
u
d
e
soin
s
Ainsi
,
l'Unio
n
national
e
d
e
l'aid
e
a
domi
-
cil
e
(UNA)
,
premie
r
resea
u
d
u
secteu
r
ave
c
14
4
00
0
employés
,
propos
e
depui
s
pe
u
de
s
«
garde
s
itinérante
s
»
«
No
s
salarie
s
peuven
t
passe
r
plusieur
s
foi
s
pen
-
dan
t
l
a
nuit
,
s'i
l
l
e
faut
,
pou
r
s'assure
r
qu
e
l
e
malad
e
v
a
bie
n
Cel
a
rassur
e
l'ai
-
dant
,
qu
i
peu
t
dormi
r
»
,
expliqu
e
s
a
direc
-
tric
e
adjointe
,
Florenc
e
Ledu
c
H
élèn
e
Gisserot
,
auteur
e
d'u
n
importan
t
rappor
t
su
r
l
a
depen
-
danc
e
e
t
président
e
d
e
l'asso
-
ciatio
n
Notre-Dame-de-Bon
-
Secours
,
milite
,
elle
,
pou
r
l
e
«
balucho
n
»
,
u
n
system
e
invent
e
a
u
Canad
a
u
n
pro
-
fessionne
l
s'install
e
temporairemen
t
a
u
domicil
e
d'u
n
malad
e
e
t
assur
e
un
e
pré
-
senc
e
2
4
heure
s
su
r
24
,
pendan
t
le
s
vaca
n
ce
s
d
u
conjoin
t
o
u
de
s
enfants
,
pa
r
exem
-
pl
e
«
E
n
France
,
l
a
reglementatio
n
d
u
temp
s
d
e
travail
n
e
perme
t
pa
s
u
n
te
l
sys
-
tem
e
I
I
faudrai
t
fair
e
évolue
r
l
a
lo
i
»
,
msiste-t-ell
e
Le
s
gestionnaire
s
d
e
servi
-
ce
s
a
domicil
e
o
u
d
e
maison
s
d
e
retrait
e
on
t
auss
i
de
s
projet
s
d
e
creatio
n
d
e
lieu
x
d'accuei
l
d
e
jou
r
e
t
d'hébergemen
t
tcm
-
R
em
i
Nyza
m
a
6
7
ans
,
u
n
âg
e
ou
,
normale
-
ment
,
o
n
profit
e
d
e
l
a
retrait
e
Mai
s
depui
s
de
s
annees
,
so
n
quoti
-
die
n
tien
t
e
n
u
n
mo
t
alzheime
r
U
n
ma
l
qu
i
rong
e
pe
u
a
pe
u
s
a
mere
,
Denise
,
8
5
ans
,
placé
e
e
n
maiso
n
d
e
retrait
e
E
t
surtou
t
so
n
épouse
,
Jeanne
,
6
7
ans
,
qu
i
vi
t
toujour
s
ave
c
lu
i
«
So
n
eta
t
s'es
t
beaucou
p
dégrade
,
ell
e
n
e
peut
plu
s
rie
n
fair
e
seul
e
»
,
explique-t-i
l
Pou
r
«
teni
r
»
maigr
e
le
s
difficultés
,
Rem
i
a
mi
s
a
u
poin
t
un
e
orga
-
nisatio
n
bie
n
rodé
e
Quèlque
s
heure
s
pa
r
semaine
,
un
e
auxiliair
e
d
e
vi
e
vien
t
l'aide
r
pou
r
l
e
menag
e
e
t
pou
r
l
a
toilett
e
d
e
s
a
femm
e
Deu
x
foi
s
pa
r
semain
e
i
l
emmen
é
Jeann
e
e
n
accuei
l
d
e
jou
r
E
t
deu
x
a
troi
s
foi
s
pa
r
mois
,
il
s
se
renden
t
tou
s
le
s
deu
x
dan
s
un
e
«
halte
-
relai
s
»
associative
,
o
u
so
n
épous
e
es
t
pris
e
e
n
charg
e
pa
r
de
s
bénévoles
,
pendan
t
qu
e
lu
i
particip
e
ave
c
d
autres
«
aidant
s
»
a
u
n
group
e
d
e
parol
e
Pou
r
ce
s
services
,
i
l
a
dépens
e
473
0
euro
s
e
n
2007
,
don
t
enviro
n
4
0
%
a
s
a
charg
e
Maî
s
Rem
i
s'inquièt
e
surtou
t
d
u
jou
r
o
u
i
l
devr
a
s
e
résoudr
e
a
place
r
sa
femm
e
e
n
institutio
n
«
Ave
c
un
e
retrait
e
d
e
240
0
euros
,
j
e
n'aura
i
plu
s
grand-chos
e
pou
r
vivre
,
un
e
foi
s
tou
s
le
s
frai
s
paye
s
»
,
soupire
-
t-i
l
D'autan
t
que
,
d'ic
i
la
,
i
l
lu
i
faudr
a
san
s
dout
e
auss
i
finance
r
un
e
parti
e
d
e
l
a
factur
e
d
e
l
a
maiso
n
d
e
retrait
e
d
e
s
a
mer
e
Aujour
-
d'hui
,
le
s
economie
s
d
e
Denis
e
comblen
t
l
a
differenc
e
entr
e
s
a
pensio
n
(75
0
euros
)
e
t
l
e
pri
x
d
e
l'établisse
-
ment
,
maî
s
elle
s
seron
t
bientô
t
épuisée
s
porair
e
«
Nou
s
e
n
manquon
s
cruelle
-
ment
,
alor
s
qu
e
c'es
t
u
n
bo
n
moye
n
pou
r
le
s
famille
s
d
e
souffle
r
u
n
pe
u
»
,
applau
-
di
t
Gu
y
LeRochais
,
vice-présiden
t
d
e
Franc
e
Alzheime
r
Maîs
,
l
a
aussi
,
l'Eta
t
n
e
délivr
e
le
s
autorisation
s
qu'a
u
compte
-
goutte
s
le
s
3
20
0
nouvelle
s
place
s
pa
r
a
n
promise
s
dan
s
l
e
cadr
e
d
u
pla
n
Alz
-
heime
r
correspondent
,
a
l'unit
é
pres
,
a
c
e
qu
e
prévoyai
t
déj
à
l
e
précèden
t
gouver
-
nemen
t
Pou
r
soulage
r
le
s
famille
s
e
t
facilite
r
l
a
vi
e
d
u
personne
l
de
s
maison
s
d
e
retraite
,
beaucou
p
misen
t
su
r
l
e
high-tec
h
Cer
-
tain
s
pratiquen
t
l
a
geolocalisatio
n
de
s
malade
s
grâc
e
a
de
s
bracelet
s
electro
-
nique
s
équipe
s
d
u
GP
S
(Orang
e
a
vend
u
quèlque
s
centaine
s
d'exemplaire
s
d
e
so
n
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 4/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
L
e
busines
s
d'alzheime
r
bracele
t
Columba)
,
o
u
proposen
t
de
s
boî
-
te
s
d
e
pilule
s
intelligente
s
(l
a
start-u
p
H2A
D
e
n
a
cre
e
un
e
a
synthès
e
vocal
e
qu
i
rappell
e
d
e
prendr
e
le
s
médicament
s
e
t
envoi
e
de
s
alerte
s
a
un
e
plate-form
e
d'as
-
sistanc
e
medical
e
e
n
ca
s
d'oubli
)
Demain
,
le
s
appartement
s
seron
t
équipe
s
d
e
cap
-
teur
s
d
e
mouvement
s
égalemen
t
relie
s
a
de
s
plates-formes
,
d
e
système
s
d'éclai
-
rag
e
automatique
s
o
u
d
e
chemin
s
lumi
-
neu
x
pou
r
evite
r
au
x
malade
s
d
e
s
e
perdr
e
l
a
nui
t
(Euro
p
Assistanc
e
o
u
Legran
d
phosphoren
t
su
r
ce
s
idees
)
«
O
n
regorg
e
d
e
projets
,
maî
s
i
l
fau
t
encor
e
trouve
r
le
s
bon
s
modèle
s
économique
s
»
,
expliqu
e
Vincen
t
Rialle
,
auteu
r
d
e
rapport
s
su
r
le
s
nouvelle
s
technologie
s
e
t
alzheime
r
S
'i
l
y a
u
n
busines
s
qu
i
es
t
déj
à
e
n
plei
n
boum
,
e
n
revanche
,
c'es
t
celu
i
d
e
l
a
formatio
n
continu
e
De
s
organisme
s
surfen
t
su
r
l
a
vagu
e
de
s
thérapie
s
«
no
n
médicamen
-
teuse
s
»
l
a
validation
,
l
a
method
e
Snoe
-
zelen
,
l
a
remediation
,
et
e
De
s
approche
s
qui
,
a
défau
t
d
e
soigne
r
le
s
malades
,
pré
-
tenden
t
améliore
r
leu
r
pris
e
e
n
charg
e
Elle
s
rencontren
t
u
n
vi
f
succe
s
auprè
s
d
u
personne
l
de
s
maison
s
d
e
retrait
e
e
t
de
s
hôpitau
x
«
L
a
demand
e
es
t
tell
e
qu
e
nou
s
n'arrivon
s
plu
s
a
suivr
e
»
,
témoign
e
Anni
e
deVivie
,
responsabl
e
d'u
n
orga
-
nism
e
spécialis
é
dan
s
l
a
méthod
e
Huma
-
nitude
,
e
t
qu
i
compt
e
parm
i
se
s
dernier
s
client
s
l
e
Group
e
Koria
n
«
Pou
r
l'instant
,
aucun
e
d
e
ce
s
approche
s
n'
a
et
e
validé
e
scientifiquement
,
tempèr
e
Jean-Françoi
s
Dartigues
,
d
e
l'Inser
m
Plusieur
s
évalua
-
tion
s
on
t
ét
é
lancée
s
et
,
s
i
leu
r
efficacit
é
es
t
démontrée
,
l
e
march
é
v
a
explose
r
»
D'autre
s
formation
s
s'adressen
t
plutô
t
au
x
famille
s
de
s
patients
,
pou
r
le
s
aide
r
à
comprendr
e
l
a
maladi
e
Franc
e
Alzheime
r
es
t
a
l
a
point
e
dan
s
ce
s
activites
,
e
n
par
-
tenaria
t
ave
c
de
s
laboratoire
s
pharmaceu-
tique
s
(lir
e
pag
e
44
)
Maî
s
d
e
nouveau
x
acteur
s
apparaissen
t
dan
s
certain
s
dépar
-
tements
,
l
a
Mutualit
e
français
e
propos
e
à
se
s
adhérent
s
de
s
atelier
s
pou
r
le
s
prépa-
re
r
a
l
a
dégradatio
n
d
e
leu
r
paren
t
malad
e
«
L
e
pla
n
Alzheime
r
prévoi
t
de
s
finance
-
ment
s
pou
r
c
e
typ
e
d
e
formatio
n
Cel
a
devrai
t
accélére
r
leu
r
diffusio
n
»
,
espèr
e
Michell
e
Dange
,
président
e
d
e
l'Unio
n
national
e
mutualist
e
de
s
personne
s
âgée
s
L'aid
e
au
x
«
aidant
s
»
,
terrai
n
su
r
leque
l
l
a
Franc
e
es
t
tre
s
e
n
retar
d
(lir
e
pag
e
40)
,
serait-ell
e
e
n
trai
n
d
e
deveni
r
un
e
réalit
é
?
Pa
s
dan
s
l
e
privé
,
e
n
tou
t
ca
s
«
Dan
s
c
e
domain
e
aussi
,
le
s
modele
s
économique
s
resten
t
à
invente
r
»
,
résum
e
Gille
s
Duthil
,
d
e
l'institu
t
SilverLif
e
L
e
Group
e
Kena
n
e
n
a
fai
t
l'amèr
e
expérienc
e
Koria
n
ser
-
Annic
k
accueill
e
e
t
assist
e
René
e
che
z
ell
e
Q
uan
d
René
e
Caquar
d
a
com
-
pri
s
qu'ell
e
avai
t
l
a
maladi
e
d'Alzheimer
,
voil
à
deu
x
ans
,
ell
e
a
chois
i
d'entre
r
e
n
mai
-
so
n
d
e
retrait
e
Ell
e
a
trouv
e
un
e
place
,
maî
s
pa
s
dan
s
u
n
établisse
-
men
t
spécialis
é
«
Ell
e
pouvai
t
marche
r
e
t
mange
r
seule
,
alor
s
o
n
considérai
t
qu'ell
e
étai
t
autonom
e
Maî
s
c
e
n'étai
t
pa
s
l
e
ca
s
»
,
racont
e
s
a
fille
,
Annic
k
Celle-c
i
décid
e
alor
s
d
e
l
a
prendr
e
che
z
elle
,
à
Château-Gontie
r
(Mayenne
)
Li
n
choi
x
qu'ell
e
n
e
regrett
e
pas
,
mêm
e
s
i
c'es
t
«
u
n
tra
-
vai
l
à
temp
s
plei
n
»
«
J
e
lu
i
fai
s
s
a
toilette
,
j
e
l'habille
,
j
e
l'aid
e
à
manger
,
j'essai
e
d
e
l'occupe
r
L
a
nuit
,
j
e
m
e
lèv
e
pou
r
l
a
conduir
e
au
x
toilet
-
te
s
»
,
explique-t-ell
e
Se
s
seul
s
moment
s
d
e
répi
t
le
s
troi
s
après
-
mid
i
pa
r
semain
e
o
ù
un
e
aid
e
à
domicil
e
pren
d
l
e
relai
s
A
u
total
,
trente-neu
f
heu
-
re
s
pa
r
mois
,
facturée
s
68
0
euro
s
e
t
prise
s
e
n
charg
e
à
hauteu
r
d
e
56
3
euro
s
a
u
titr
e
d
e
l'APA
,
l'allocatio
n
per
-
sonnalisé
e
d'autono
-
mie
,
versé
e
à
Renée
,
8
7
ans
,
pa
r
l
e
consei
l
généra
l
d
e
l
a
Mayenn
e
Malgr
é
so
n
engage
-
ment
,
Annic
k
n'
a
droi
t
a
rie
n
Sau
f
à
l'essen
-
tie
l
l
a
reconnaissanc
e
d
e
s
a
mama
n
qui
,
dans
se
s
rare
s
moment
s
d
e
lucidité
,
lu
i
fai
t
com
-
prendr
e
a
que
l
poin
t
ell
e
lu
i
es
t
indispensabl
e
vices
,
qu
i
proposai
t
d'assiste
r
le
s
famille
s
de
s
malade
s
pou
r
l'organisatio
n
d
e
leu
r
planning
,
l
a
coordinatio
n
de
s
prestataire
s
e
t
leu
r
gestio
n
budgétaire
,
a
fai
t
u
n
flo
p
«
Le
s
Françai
s
n
e
son
t
pa
s
prêt
s
a
paye
r
pou
r
c
e
typ
e
d
e
prestation
,
qu'il
s
consi
-
dèren
t
êtr
e
d
e
l'ordr
e
d
u
servic
e
publi
c
»
,
résum
e
Rosé-Mari
e
Va
n
Lerberghe
,
l
a
pré
-
sident
e
d
u
groupe
,
qu
i
a
prefér
e
interrom
-
pr
e
l'expérienc
e
fi
n
200
7
Et
,
d
e
fait
,
l
e
gouvernemen
t
vien
t
d'annonce
r
qu'i
l
allai
t
créer
,
d'ic
i
à
2012
,
de
s
guichet
s
uni
-
que
s
pou
r
l'orientatio
n
de
s
familles
,
ains
i
qu
e
I
00
0
poste
s
d
e
coordinateur
s
Principal
e
leço
n
d
e
cett
e
mésaventur
e
'
'
Le
s
contrainte
s
budgétaire
s
de
s
famille
s
son
t
u
n
frei
n
a
u
developpemen
t
d'activi
-

s
nouvelle
s
liée
s
à
l
a
pris
e
e
n
charg
e
de
s
malade
s
Certes
,
de
s
aide
s
existen
t
L'Eta
t
e
t
le
s
conseil
s
générau
x
versen
t
un
e
allo
-
catio
n
personnalisé
e
d'autonomi
e
So
n
montan
t
(qu
i
n
e
couvr
e
jamai
s
l
a
totalit
é
de
s
besoins
)
vari
e
selo
n
l
a
générosit
é
de
s
départements
,
l
e
typ
e
d
e
dépendanc
e
e
t
l
e
reven
u
d
u
bénéficiair
e
L
e
fis
c
accord
e
auss
i
de
s
déduction
s
o
u
de
s
réduction
s
d'impôt
,
maî
s
elle
s
n
e
bénéficien
t
pa
r
définitio
n
qu'au
x
personne
s
imposable
s
Seul
e
nouveaut
e
le
s
enfant
s
qu
i
héber
-
gen
t
o
u
qu
i
aiden
t
u
n
paren
t
dépendan
t
bénéficien
t
d'u
n
crédi
t
d'impô
t
su
r
leur
s
dépense
s
d'aid
e
à
domicil
e
à
hauteu
r
d
e
600
0
euros
,
à
conditio
n
toutefoi
s
qu'il
s
soien
t
salarie
s
o
u
chômeur
s
«
A
u
total
,
o
n
estim
e
qu
e
plu
s
d
e
6
0
%
d
u
coû
t
d
e
cett
e
maladi
e
resten
t
à
l
a
charg
e
de
s
familles
,
qu
e
c
e
soi
t
e
n
investisse
-
men
t
personne
l
o
u
e
n
terme
s
financier
s
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 5/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
«
aidant
s
»
mieu
x
aidé
s
à
l'étrange
r
T
oute
s
le
s
étude
s
l
e
prouven
t
le
s
malade
s
atteint
s
d'u
n
alzheime
r
e
t
maintenu
s
à
domicil
e
épui
-
sen
t
leur
s
proche
s
D'aprè
s
u
n
récen
t
rappor
t
d
e
l'Inserm
,
8
0
%
de
s
«
aidant
s
»
souf
-
fren
t
d
e
trouble
s
d
u
sommei
l
e
t
3
0
%
,
d
e
dépressio
n
Sou
-
vent
,
il
s
négligen
t
leu
r
propr
e
santé
,
e
t
leu
r
espéranc
e
d
e
vi
e
es
t
plu
s
faibl
e
qu
e
l
a
moyenn
e
Li
n
problèm
e
jusqu'ic
i
trè
s
ma
l
pri
s
e
n
compt
e
dan
s
l'Hexagon
e
«
Depui
s
de
s
années
,
d
e
nombreu
x
pay
s
on
t
pri
s
conscienc
e
d
e
l
a
valeu
r
éco
-
nomiqu
e
des
aidant
s
E
n
Aus
-
tralie
,
a
u
Canada
,
e
n
Irlande
,
a
u
Royaume-Uni
,
e
n
Suèd
e
o
u
e
n
Finlande
,
de
s
service
s
d
e
soutie
n
on
t
ét
é
créé
s
pou
r
eux
,
des
compensations
,
des
salaire
s
leu
r
son
t
mêm
e
versé
s
»
,
relèv
e
l
e
patro
n
d'Euro
p
Assistance
,
Marti
n
Vial
,
dan
s
so
n
ouvrag
e
L
a
«
Care
Revolution
»
(Edition
s
Nouveau
x
Débat
s
publics
,
2008
)
A
u
débu
t
d
e
2007
,
l'Espagn
e
a
mi
s
e
n
plac
e
u
n
systèm
e
similair
e
Au
x
Etats
-
Unis
,
certaine
s
entreprise
s
subventionnen
t
de
s
program
-
me
s
d'informatio
n
e
t
d
e
servi
-
ce
s
pou
r
le
s
salarié
s
ayan
t
u
n
proch
e
dépendan
t
à
charg
e
E
n
France
,
rie
n
d
e
tou
t
cel
a
le
s
proche
s
peuven
t
simplemen
t
prendr
e
u
n
«
cong
é
d
e
soutie
n
familia
l
»
d'u
n
a
n
no
n
rémunér
é
pen
-
dan
t
leque
l
il
s
continuen
t
d'acquéri
r
de
s
droit
s
à
l
a
retrait
e
L
e
pla
n
Alzheime
r
n'apport
e
qu
e
quèlque
s
amé
-
lioration
s
deu
x
jour
s
défor
-
matio
n
pou
r
le
s
aidant
s
e
t
u
n
meilleu
r
suiv
i
d
e
leu
r
santé
.
Marcell
e
pai
e
pou
r
l
e
confor
t
d
è
s
a
mama
n
D
'auss
i
lo
m
qu'ell
e
s'e
n
souvienne
,
Marcell
e
Lacau
x
a
toujour
s
entend
u
s
a
mer
e
dir
e
qu'ell
e
voulai
t
mouri
r
dan
s
l
a
grand
e
maiso
n
o
ù
ell
e
es
t
née
,
a
u
coeu
r
d
e
Toulous
e
«
J
e
fai
s
tou
t
pou
r
res
-
pecte
r
s
a
volont
é
»
,
explique-t-ell
e
Maî
s
cel
a
n'
a
rie
n
d'évident
,
surtou
t
depui
s
qu
e
s
a
mama
n
a
commenc
é
a
souffri
r
d'alzheimer
,
voil
à
cin
q
an
s
Aujour
-
d'hui
,
Marie-Jeanne
,
L
e
busines
s
d'alzheime
r
9
5
ans
,
complètemen
t
dépendante
,
a
besoi
n
d'un
e
surveillanc
e
constant
e
Marcell
e
a
don
c
recrut
é
deu
x
aide
s
a
domicile
,
l
a
premier
e
pou
r
l
a
semaine
,
l'autr
e
pou
r
l
e
week-en
d
Elle
s
son
t
nourrie
s
e
t
logée
s
che
z
s
a
mèr
e
Marcell
e
considèr
e
qu
e
cett
e
solutio
n
es
t
l
a
meilleur
e
pou
r
elle
,
mêm
e
s
i
ell
e
es
t
coûteus
e
plu
s
d
e
3
60
0
euro
s
pa
r
mois
,
alor
s
qu
e
Marie-Jeann
e
a
seulemen
t
240
0
euro
s
d
e
revenus
,
entr
e
s
a
petit
e
retrait
e
(90
0
eu
-
ros)
,
u
n
reven
u
locati
f
(76
0
euros
)
e
t
l'alloca
-
tio
n
personnalisé
e
d'au
-
tonomi
e
(76
0
euros
)
«
J
e
pai
e
d
e
m
a
poch
e
le
s
1
20
0
euro
s
man
-
quant
s
»
,
soulign
e
Mar
-
cell
e
A
u
total
,
mêm
e
e
n
tenan
t
compt
e
d
e
l
a
réductio
n
d'impô
t
d
e
600
0
euro
s
à
laquell
e
ell
e
devrai
t
avoi
r
droit
,
l
a
maladi
e
d
e
s
a
mama
n
lu
i
coûter
a
cett
e
anné
e
840
0
euro
s
E
t
l
e
pla
n
Alzheime
r
n'
y
chang
e
rie
n
»
,
déplor
e
Gu
y
L
e
Rochai
s
U
n
boulevar
d
pou
r
le
s
banque
s
e
t
le
s
assurances
7
Mêm
e
pa
s
Le
s
prêt
s
hypothécaire
s
viagers
,
qu
i
permetten
t
aux
proprietaire
s
d'emprun
-
te
r
à
hauteu
r
d
e
l
a
valeu
r
d
e
leu
r
bie
n
immobilie
r
pou
r
subveni
r
à
leur
s
besoin
s
(l
e
prê
t
es
t
sold
e
a
u
momen
t
d
e
leu
r
decè
s
pa
r
l
a
vent
e
d
u
logement)
,
commencen
t
tou
t
just
e
à
s
e
développe
r
D
e
même
,
l'as
-
surance-dépendance
,
ave
c
3
million
s
d
e
personne
s
couverte
s
seulement
,
tard
e
à
décolle
r
So
n
coû
t
es
t
eleve
,
pou
r
de
s
ren
-
te
s
pe
u
adaptée
s
aux
besoin
s
«
L
e
déve
-
loppemen
t
du
march
é
dépendr
a
de
s
déci
-
sion
s
d
u
gouvernemen
t
su
r
l
a
cinquiem
e
branch
e
d
e
l
a
Securit
e
social
e
»
,
constat
e
Jerôm
e
Cornu
,
d
e
l
a
Fédératio
n
français
e
de
s
société
s
d'assurance
s
E
n
clair
,
l
e
sec
-
teu
r
es
t
dan
s
le
s
startmg-blocks
,
a
condi
-
tio
n
qu
e
l
e
financemen
t
d
e
l
a
dépendanc
e
pa
r
l
a
solidarit
é
national
e
(l
a
fameus
e
cin
-
quiem
e
branche
)
s
e
limit
e
a
u
minimu
m
Le
s
assureur
s
s
e
rêven
t
mêm
e
e
n
presta
-
taire
s
d
e
service
s
-
certain
s
venden
t
déj
à
d
e
l
a
téléassistanc
e
o
u
d
e
l
a
mis
e
e
n
rela
-
tio
n
ave
c
de
s
service
s
a
domicile
,
e
t
veu
-
len
t
alle
r
beaucou
p
plu
s
lo
m
D
e
leu
r
côté
,
le
s
association
s
d
e
malade
s
e
t
d
e
person
-
ne
s
âgees
,
entr
e
autres
,
militen
t
pou
r
qu
e
l
a
couveitur
e
pa
r
l
a
collectivit
é
soi
t
l
e
plu
s
larg
e
possibl
e
Entr
e
ce
s
deu
x
conceptions
,
l'Eta
t
doi
t
encor
e
tranche
r
Stéphani
e
Ben
z
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 6/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
Le
s
labo
s
dan
s
l
a
cours
e
à
l
a
molécul
e
jackpo
t
Commercialemen
t
prometteuse
,
l
a
recherch
e
d
e
remède
s
stimul
e
le
s
méninge
s
d
u
secteu
r
pharmaceutique
.
n
arriv
e
S
anofi-Aventi
s
toujour
s
pa
s
à
avale
r
l
a
pilul
e
So
n
médicamen
t
l
e
plu
s
prometteu
r
dan
s
l
a
lutt
e
contr
e
l
a
maladi
e
d'Alzheimer
,
l
e
Xahpro
-
den
,
n'
a
pa
s
pass
e
l
a
barr
e
de
s
dernier
s
essai
s
So
n
développemen
t
a
ét
e
stopp
e
ne
t
e
n
septem
-
bre
,
apre
s
de
s
année
s
d
e
recherch
e
e
t
prè
s
d'
1
milliar
d
d'euro
s
d'investissement
s
«
Le
s
resultat
s
son
t
tre
s
décevants
,
soupir
e
Sylvai
n
Durrleman
,
vice-présiden
t
d
u

-
veloppemen
t
cliniqu
e
Le
s
image
s
suggè
-
ren
t
qu
e
le
s
neurone
s
de
s
patient
s
s
e
régé
-
nèrent
,
maî
s
cel
a
n
e
s
e
tradui
t
pa
s
pa
r
un
e
amélioratio
n
dan
s
l'évolutio
n
de
s
symp
-
tôme
s
»
Un
e
énigm
e
qu
i
n
e
décourag
e
pa
s
l
e
laboratoir
e
d
e
poursuivr
e
se
s
investiga
-
tion
s
«
Nou
s
avon
s
cin
q
autre
s
produit
s
e
n
développemen
t
»
,
revel
e
Sylvai
n
Durr
-
lema
n
L'explicatio
n
d
e
ce
t
entêtemen
t
u
n
march
e
d
e
plusieur
s
milliard
s
d'euro
s
pou
r
l
e
premie
r
laboratoir
e
qu
i
mettr
a
su
r
l
e
march
é
un
e
molécul
e
efficac
e
Déjà
,
le
s
vente
s
d
e
medicament
s
pres
-
crit
s
pou
r
atténue
r
le
s
symptôme
s
s'élè
-
vent
a
4
milliard
s
d'euro
s
Ave
c
u
n
bon
d
d
e
2
0
%
pa
r
rappor
t
a
l'a
n
pass
é
'
Aujourd'hui
,
quatr
e
grand
s
médicament
s
s
e
partagen
t
c
e
crénea
u
trè
s
lucrati
f
l'Ancep
t
d
u
japonai
s
Eisa
i
e
t
d
e
l'amé
-
ricai
n
Pfizer
,
l'Ebix
a
d
u
danoi
s
Lund
-
beck
,
l'Exelo
n
d
u
suiss
e
Novarti
s
e
t
l
e
Reminy
l
d
e
l'américai
n
Johnso
n
&
John
-
so
n
Maî
s
leur
s
rivau
x
son
t
dan
s
le
s
star
-
tmg-block
s
12
0
laboratoire
s
s
e
son
t
lan
-

s
dan
s
l
a
quêt
e
d
u
Graa
l
L
e
britanniqu
e
GlaxoSmithKhne
,
le
s
françai
s
Ipse
n
e
t
Sane
f
i-Aventis
,
le
s
américain
s
Merck
,
Wyet
h
e
t
El
i
Lilly
,
testen
t
e
n
c
e
momen
t
de
s
molécule
s
trè
s
prometteuse
s
Dan
s
leu
r
sillage
,
de
s
dizaine
s
d
e
petite
s
entre
-
prise
s
d
e
biotechnologie
s
espèren
t
auss
i
découvri
r
l
a
molécul
e
miracl
e
e
t
fair
e
fortun
e
e
n
l
a
cédan
t
a
u
laboratoir
e
l
e
plu
s
offran
t
Maîs
,
avan
t
l
e
sprin
t
final
,
l
a
recherch
e
su
r
l
a
maladi
e
d
'
Alzheime
r
a
tou
t
d'u
n
parcour
s
d
u
combattan
t
Premièr
e
difficult
é
l
a
complexit
é
d
e
l
a
maladi
e
«
Ell
e
es
t
connu
e
depui
s
long
-
temps
,
maî
s
nou
s
n
e
savon
s
toujour
s
pa
s
c
e
qu
i
l
a
déclench
e
»
,
soulign
e
Jean
-
Jacque
s
Pére
,
responsabl
e
d
u
développe
-
men
t
de
s
médicament
s
su
r
l'alzheime
r
à
Novarti
s
Conséquenc
e
«
Nou
s
pouvon
s
seulemen
t
agi
r
su
r
le
s
dégât
s
qu'ell
e
occa
-
U
n
march
é
déj
à
considérabl
e
Montant
*
de
s
vente
s
d
e
medicament
s
anti-alzheime
r
(e
n
million
s
d'euros
)
*
1
2
moi
s
su
r
200
6
e
t
200
7
Sourc
e
IM
S
Healt
h
Produi
t
Laboratoir
e
Montan
t
v
^
r
w
Aricep
t
Eisai/Pfize
r
Ebixa/Namend
a
Lundbeck/Fores
t
Exelo
n
Novarti
s
Reminy
l
Johnson&johnso
n
Ce
s
spécialités
,
encor
e
e
n
positio
n
dominante
,
von
t
devoi
r
fair
e
fac
e
à
l'arrivé
e
de
s
génériques
.
sienn
e
a
u
cerveau
.
»
Le
s
laboratoire
s
exploren
t
souven
t
plusieur
s
piste
s
pou
r
évite
r
d'abouti
r
a
un
e
impass
e
(lir
e
ci
-
contre
)
Ce
s
géant
s
surveillen
t
auss
i
c
e
qu
i
s
e
pass
e
dan
s
le
s
biotechnologie
s
E
t
n'hé
-
siten
t
pa
s
à
noue
r
de
s
alliance
s
pou
r
profi
-
te
r
d
e
leur
s
recherche
s
Lundbec
k
travaill
e
ains
i
ave
c
Forest
,
Wyet
h
ave
c
Elan
,
Novar
-
ti
s
ave
c
Cyto
s
Biotechnology
,
e
t
Roch
e
ave
c
Memor
y
Pharmaceutical
s
Dan
s
cett
e
course
,
le
s
chercheur
s
comp
-
ten
t
auss
i
su
r
le
s
avancée
s
d
e
leur
s
concur
-
rent
s
pou
r
gagne
r
d
u
temp
s
Merc
k
e
t
Novarti
s
s
e
son
t
pa
r
exempl
e
engagé
s
su
r
l
e
chemi
n
ouver
t
pa
r
Wyet
h
Premie
r
à
avoi
r
test
é
u
n
vacci
n
contr
e
l
a
maladi
e
d'Alzheimer
,
l
e
lab
o
américai
n
a
montr
e
qu'i
l
étai
t
possibl
e
d'enraye
r
l
e
mécanism
e
d
e
destructio
n
d
u
cervea
u
e
n
injectan
t
au
x
malade
s
de
s
anticorp
s
o
u
e
n
incitan
t
l'or
-
ganism
e
a
le
s
fabrique
r
lui-mêm
e
Pro
-
blèm
e
1
8
de
s
30
0
patient
s
traite
s
son
t
mort
s
d'un
e
méningite
,
apre
s
un
e
réac
-
tio
n
immunitair
e
excessiv
e
«
L'expenenc
e
d
e
Wyet
h
nou
s
a
permi
s
d
e
mieu
x
onente
r
no
s
recherches
,
soulign
e
Jean-Mari
e
Goehrs
,
directeu
r
médica
l
d
e
Merc
k
e
n
Franc
e
L
e
vacci
n
a
déj
à
prouv
é
so
n
effi
-
cacit
é
su
r
de
s
souri
s
génetiquemen
t
mo
-
difiée
s
e
t
su
r
de
s
singe
s
Nou
s
avon
s
commenc
é
de
s
etude
s
che
z
l'homme
,
et
,
d'aprè
s
le
s
neurologues
,
nou
s
devrion
s
avoi
r
de
s
résultat
s
d'ic
i
troi
s
à
cin
q
an
s
»
Fac
e
au
x
aléa
s
d
e
l
a
recherche
,
quèlque
s
laboratoire
s
tenten
t
leu
r
chanc
e
ave
c
u
n
médicamen
t
déj
à
commercialis
e
Leu
r
idé
e
prouve
r
qu
e
so
n
rayo
n
d'actio
n
s'éten
d
a
l
a
maladi
e
d'Alzheime
r
Pfize
r
mis
e
su
r
so
n
anticholestéro
l
Lipitor
,
l
e
médicamen
t
l
e
plu
s
vend
u
a
u
monde
,
e
t
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 7/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
T r a i t e
r
Le
s
médicament
s
actuel
s
réduisen
t
le
s
symptôme
s
de
s
patient
s
(agressivité
,
pert
e
d
e
mémoire
)
san
s
ralenti
r
l
e
processu
s
d
e
dégénérescenc
e
Seul
s
u
n
tier
s
de
s
malade
s
françai
s
seraien
t
sou
s
traitemen
t
Le
s
brevet
s
de
s
quatr
e
principau
x
médicament
s
tomberon
t
entr
e
201
2
e
t
201
4
G u é r i
r
Le
s
laboratoire
s
cherchen
t
d'un
e
par
t
à
empêche
r
l
a
formatio
n
de
s
protéine
s
qu
i
atta
-
quen
t
l
e
cervea
u
de
s
malades
,
d'autr
e
part
,
à
stimule
r
leu
r
éliminatio
n
Un
e
autr
e
approch
e
consist
e
à
régénére
r
le
s
neurone
s
détruit
s
Dan
s
cett
e
perspective
,
de
s
recherche
s
su
r
le
s
cellule
s
souche
s
son
t
e
n
cour
s
V a c c i n e
r
L
a
vaccinatio
n
es
t
l'un
e
de
s
piste
s
le
s
plu
s
prometteuse
s
L'idé
e
es
t
d'injecte
r
au
x
patient
s
de
s
anticorp
s
qu
i
immunisen
t
l'orga
-
nism
e
contr
e
l
a
protéin
e
amyloid
e
Cett
e
immu
-
nothérapi
e
pourrai
t
êtr
e
employé
e
pou
r
guéri
r
le
s
malades
,
maî
s
auss
i
e
n
prévention
,
che
z
de
s
gen
s
asymptomatique
s
P r é v e n i
r
Plusieur
s
étude
s
montren
t
qu
e
le
s
médicament
s
contr
e
l'hypertensio
n
e
t
l
e
cholestéro
l
pourraien
t
retarde
r
l'apparitio
n
d
e
l
a
maladi
e
Le
s
patient
s
sou
s
anti-inflammatoire
s
seraien
t
auss
i
moin
s
exposé
s
L
e
Cmkgo
b
i
loba,
le
s
oméga
s
3
,
l
a
vitamin
e
E
e
t
l
e
séléniu
m
son
t
d'autre
s
pistes
.
don
t
l
e
breve
t
arriv
e
à
échéance
.
Ipse
n
espèr
e
d
e
so
n
côt
é
donne
r
un
e
second
e
jeu
-
ness
e
à
l'un
e
de
s
vedette
s
d
e
so
n
porte
-
feuille
,
l
e
Tanaka
n
Ce
t
extrai
t
d
e
Gmkgo
biloba
prescri
t
depui
s
ving
t
an
s
pou
r
trai
-
te
r
le
s
trouble
s
d
e
l
a
mémoir
e
pourrai
t
retarde
r
l'apparitio
n
de
s
premier
s
symp
-
tôme
s
d
e
l
a
maladi
e
«
I
I
s'agi
t
d'u
n
anti
-
oxydan
t
tre
s
puissan
t
»
,
expliqu
e
Hélèn
e
Mathiex-Fortunet
,
directeu
r
medica
l
d
u
laboratoir
e
«
A
haut
e
dose
,
i
l
pourrai
t
bloque
r
l
a
formatio
n
e
t
l'agrégatio
n
de
s
plaque
s
qu
i
attaquen
t
l
e
cervea
u
de
s
patients
.
»
L
e
résulta
t
de
s
étude
s
ser
a
conn
u
e
n
2010
,
et
,
s'i
l
es
t
positif
,
l
e
médi
-
camen
t
ser
a
commercialis
é
ave
c
cett
e
nou
-
vell
e
indicatio
n

s
201
2
U
n
calendrie
r
record
,
alor
s
qu
e
le
s
laboratoire
s
qu
i
déve
-
loppen
t
de
s
molécule
s
nouvelle
s
n
e
pro
-
metten
t
rie
n
avan
t
di
x
an
s
C
e
déla
i
es
t
essentiellemen
t
occup
é
pa
r
le
s
essai
s
cliniques
,
qu
i
représenten
t
u
n
secon
d
casse-têt
e
pou
r
le
s
laboratoires
.
«
Nou
s
manquon
s
d'outil
s
d'évaluatio
n
fiable
s
e
t
sensible
s
»
,
regrett
e
Sylvai
n
Durrleman
,
à
Sanofi
.
Premie
r
critèr
e
d'ef
-
ficacit
é
o
u
d'échec
,
['évolutio
n
de
s
symp
-
tôme
s
s
e
mesur
e
difficilement
.
«
Nou
s
recueillon
s
l'avi
s
d
e
l'entourag
e
e
t
deman
-
don
s
a
u
patien
t
d'effectue
r
u
n
bila
n
ave
c
u
n
neuropsychologu
e
Ce
s
évaluation
s
son
t
longues
,
e
t
leu
r
pertinenc
e
cliniqu
e
n'es
t
pa
s
toujour
s
évidente
,
expliqu
e
Jean
-
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 8/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
Novarti
s
s'occup
e
auss
i
de
s
proche
s
F
orme
r
I
entourag
e
d
e
malade
s
d
alzhei
-
me
r
pou
r
accroîtr
e
l'efficacit
é
de
s
traitement
s
Voil
a
l
e
proje
t
lanc
e
pa
r
Novarti
s
apre
s
avoi
r
men
é
un
e
enquêt
e
auprè
s
d
e
57
0
«
aidant
s
»
,
majoritai
-
remen
t
le
s
conjoint
s
o
u
le
s
enfant
s
des
patient
s
«
L'implicatio
n
de
s
proche
s
perme
t
d
e
retarde
r
e
n
moyenn
e
d'u
n
a
n
e
t
dem
i
l
e
placemen
t
des
patient
s
e
n
institutio
n
»
soulign
e
Thierr
y
Calva
t
délègu
e
genera
l
d
e
l
a
fondatio
n
Novarti
s
«
Le
s
troi
s
module
s
d
e
formatio
n
qu
e
nou
s
avon
s
conçu
s
ave
c
l'associatio
n
Franc
e
Alz
-
heime
r
e
t
l'hôpita
l
Breton
-
neau
,
a
Pari
s
on
t
pou
r
bu
t
d
aide
r
le
s
proche
s
a
mieu
x
comprendr
e
l
a
maladie
,
a
communique
r
ave
c
le
s
medecin
s
maî
s
auss
i
a
prendr
e
soi
n
d'eu
x
»
Un
e
vingtain
e
d'
«
aidant
s
»
on
t
particip
e
au
x
session
s
pilote
s
qu
i
s
e
son
t
achevée
s
a
l
a
m
i
mar
s
Un
e
foi
s
validée
,
l
a
formatio
n
ser
a
gratuite
-
men
t
mis
e
à
l
a
dispositio
n
de
s
medecin
s
e
t
de
s
psy
-
chologue
s
dans
tout
e
l
a
Franc
e
L'intérê
t
d
e
Novar
-
tis
7
«
Mieu
x
connaîtr
e
le
s
patient
s
e
t
developpe
r
un
e
approch
e
global
e
de
s
soins
,
au-del
à
d
e
l
a
communicatio
n
ave
c
le
s
medecin
s
»
,
expliqu
e
Thierr
y
Calva
t
Un
e
ma
-
nièr
e
auss
i
d
e
s
e
rendr
e
in
-
dispensabl
e
alor
s
qu
e
le
s
premier
s
generique
s
d
e
so
n
Exelo
n
arriveron
t
su
r
l
e
march
e
e
n
201
2
A
l'hôpita
l
Bretonneau
,
l
a
fondatio
n
Novarti
s
organise
,
e
n
collaboratio
n
ave
c
Franc
e
Alzheimer
,
de
s
formation
s
destinée
s
a
aide
r
l'entourag
e
de
s
patients
.
Le
s
labo
s
dan
s
l
a
course
-
Jacque
s
Pere
,
d
e
Novarti
s
L'imageri
e
medical
e
nou
s
apport
e
de
s
indication
s
plu
s
objective
s
su
r
l
a
dégénérescenc
e
plu
s
o
u
moin
s
rapid
e
d
u
cerveau
,
maî
s
l
e
lie
n
ave
c
l'éta
t
d
u
malad
e
n'es
t
pa
s
toujour
s
avèr
e
»
Conséquenc
e
le
s
chercheur
s
peinen
t
a
défini
r
précisémen
t
l
e
dosage
,
l
a
frequenc
e
d'administratio
n
e
t
l
a
dure
e
d
u
traitemen
t
F
ac
e
a
ce
t
enjeu
,
plusieur
s
societe
s
tenten
t
d'identifie
r
de
s
marqueur
s
biologique
s
spécifique
s
a
l
a
mala
-
di
e
d'Alzheime
r
Parm
i
elles
,
Exonhi
t
Therapeutics
,
un
e
societ
e
fran
-
çais
e
qu
i
traqu
e
le
s
anomalie
s
induite
s
pa
r
l
a
maladi
e
a
l'intérieu
r
mem
e
de
s
cellu
-
le
s
«
Ce
s
marqueur
s
constituen
t
l
a
signa
-
tur
e
d
e
l'ALzheime
r
»
,
indiqu
e
Olivie
r
Sol
,
directeu
r
de
s
etude
s
cliniques
,
qu
i
espèr
e
lance
r
de
s
l'anné
e
prochain
e
u
n
tes
t
san
-
gui
n
I
I
permettrai
t
d'abor
d
au
x
labora
-
toire
s
d'affine
r
le
s
critère
s
d
e
recrutemen
t
de
s
patient
s
lor
s
de
s
essai
s
clinique
s
L
e
suiv
i
de
s
marqueur
s
pourrai
t
aussi
servi
r
a
évalue
r
l'impac
t
d
u
traitemen
t
Enfin
,
c
e
tes
t
ouvr
e
l
a
voi
e
a
u
diagnosti
c
précoc
e
d
e
l
a
maladi
e
e
t
au
x
traitement
s
préven
-
tif
s
«
Le
s
premiere
s
lesion
s
apparaissen
t
quinz
e
a
ving
t
an
s
avan
t
l
e
déclenchemen
t
d
e
l
a
maladi
e
Leu
r
dépistag
e
permettr
a
au
x
medecin
s
d'agi
r
avan
t
qu'i
l
n
e
soi
t
tro
p
tar
d
»
,
précis
e
l
e
chercheu
r
Surtou
t
ce
s
progre
s
dan
s
l'analys
e
d
e
l'évolutio
n
d
e
l
a
maladi
e
devraien
t
don
-
ne
r
davantag
e
d'argument
s
au
x
labo
s
pou
r
décroche
r
un
e
autorisatio
n
d
e
mis
e
su
r
l
e
march
e
e
t
u
n
meilleu
r
pri
x
pou
r
leur
s
medicament
s
Objecti
f
préserve
r
leu
r
pr
e
«
Nous
devrions
avoir
des
résultats
sur
un
vaccin
d'ici
trois
à
cinq
ans.
»
Jean-Mari
e
Goehrs
,
directeu
r
medica
l
d
e
Merck-Franc
e
carr
e
alor
s
qu
e
l
a
concurrenc
e
de
s
generi
-
que
s
sonn
e
l
e
gla
s
de
s
medicament
s
uti
-
lise
s
actuellemen
t
Lundbec
k
affront
e
déj
à
le
s
copie
s
indienne
s
d
e
so
n
Ebixa
,
pour
-
tan
t
protèg
e
pa
r
u
n
breve
t
qu
i
cour
t
jusqu'e
n
201
2
D
e
so
n
côte
,
Novarti
s
s'ap
-
prêt
e
a
lance
r
un
e
versio
n
patc
h
d
e
l'Exe
-
lon
,
bie
n
plu
s
difficil
e
a
copie
r
qu
e
le
s
comprime
s
«
Ains
i
administre
,
l
e
medica
-
men
t
es
t
bie
n
mieu
x
tolèr
e
»
,
assur
e
Jean
-
Jacque
s
Per
e
D
e
quo
i
dissuade
r
le
s
patient
s
d
e
s
e
tourne
r
ver
s
u
n
générique
,
e
t
garde
r
un
e
longueu
r
d'avanc
e
su
r
l
a
concurrenc
e
e
n
attendan
t
l
a
nouvell
e
gene
-
ratio
n
d
e
medicament
s
Chlo
e
Hoorma
n
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 9/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
L
a
peu
r
fai
t
vendr
e
à
De
s
gélule
s
au
x
logiciel
s
e
n
passan
t
pa
r
le
s
sardines
,
inventair
e
de
s
produit
s
censé
s
préveni
r
l
a
maladi
e
o
u
ralenti
r
s
a
progression
.
D
e
s
extrait
s
d
e
racine
s
d
e
perce-neig
e
au
x
assu
-
rances-mémoir
e
e
n
pas
-
san
t
pa
r
le
s
logiciel
s
d'entraînemen
t
céré
-
bra
l
o
n
trouv
e
d
e
tou
t
pou
r
entreteni
r
se
s
neurone
s
e
t
conjure
r
l
e
spectr
e
d
e
l
a
maladi
e
d'Alzheime
r
L
e
volum
e
d'affaire
s
engendr
é
pa
r
l
a
peu
r
de
la
dégénérescenc
e
es
t
encor
e
difficil
e
à
quantifier
,
maî
s
l
e
busines
s
d
e
s
a
pré
-
ventio
n
es
t
promis
,
selo
n
le
s
scientifi
-
ques
,
a
u
n
esso
r
comparabl
e
à
celu
i
qu
i
a
accompagn
é
le
s
maladie
s
cardio-vas
-
culaire
s
«
Mêm
e
s
i
rie
n
n'es
t
encor
e
prouvé
,
nou
s
avon
s
d
e
nombreuse
s
pis
-
te
s
d
e
traitemen
t
crédible
s
»
,
assur
e
l
e
P
r
Brun
o
Vellas
,
patro
n
d
u
gérontopôl
e
d
e
Toulouse
,
auteu
r
d'u
n
articl
e
su
r
l
e
suje
t
à
paraîtr
e
dan
s
l
a
revu
e
scientifiqu
e
britanniqu
e
The
Lancet
Dan
s
l
e
secteu
r
d
e
l
a
parapharmacie
,
nombr
e
d'industriel
s
on
t
mi
s
su
r
l
e
mar
-
ch
é
de
s
cocktail
s
associan
t
plante
s
e
t
vita
-
mines
,
présenté
s
comm
e
de
s
rempart
s
fac
e
à
l
a
dégénérescenc
e
de
s
fonction
s
cogmtive
s
Dan
s
celu
i
d
e
l'informatique
,
fabricant
s
d
e
jeu
x
vidé
o
e
t
start-u
p
visen
t
le
s
consommateur
s
le
s
plu
s
âgé
s
e
t
pro
-
posen
t
de
s
exercice
s
cérébrau
x
ludique
s
Quan
t
à
l'édition
,
ell
e
a
déj
à
produi
t
d
e
nombreu
x
titre
s
décrivan
t
l
a
maladie
,
le
s
étape
s
|l
e
s
a
progressio
n
e
t
le
s
mesure
s
permettan
t
d'e
n
atténue
r
le
s
effets
.
«
Mêm
e
s
i
l'o
n
n'es
t
pa
s
certai
n
d
e
l'ef
-
ficacit
é
d
e
tou
s
ce
s
produit
s
e
t
services
,
il
s
peuven
t
aide
r
à
lutte
r
contr
e
l
a
mala
-
di
e
»,
reconnaî
t
le
Dr
Jérôm
e
Blin
,
patro
n
d
e
l
a
Cliniqu
e
d
e
l
a
mémoire
,
à
Pari
s
Ouver
t
e
n
2003
,
ce
t
établissemen
t
priv
é
accueill
e
2
00
0
patient
s
pa
r
a
n
Décryp
-
tag
e
d
u
busines
s
d
e
l
a
peu
r
e
t
analys
e
de
s
produit
s
pa
r
no
s
deu
x
experts
,
Jérôm
e
Bli
n
e
t
Brun
o
Vella
s
Jean-Lu
c
Barber
i
c o m p l é m e n t
s
a l i m e n t a i r e
s
Médecine
s
douce
s
:
u
n
crénea
u
porteu
r
A
u-del
à
d
e
l
a
vitamineC
,
d
u
magnésiu
m
o
u
d
u
sélénium
,
parm
i
le
s
adjuvant
s
censé
s
préveni
r
l
a
déperditio
n
d
e
mémoire
,
le
s
feuille
s
d
u
Cinkgo
biloba
représenten
t
un
e
pist
e
sérieus
e
tou
t
autan
t
qu'un
e
véritabl
e
aubain
e
pou
r
le
s
industriel
s
de
s
médecine
s
douce
s
Le
s
feuille
s
d
e
ce
t
arbr
e
vieu
x
d
e
30
0
mil
-
lion
s
d'année
s
contien
-
nen
t
de
s
flavonoide
s
censé
s
améliore
r
l
a
cir
-
culatio
n
d
u
sang
,
e
t
don
c
l
e
fonctionne
-
men
t
d
u
cervea
u
à
conditio
n
qu
e
l
e
suje
t
ai
t
aval
é
des
gélule
s
pendan
t
plusieur
s
années
,
voir
e
duran
t
z
tout
e
so
n
existenc
e
I
Un
e
vrai
e
rent
e
pou
r
I
le
s
fabricant
s
'
D
u
§
coup
,
commercialis
é
i
C
i
e I
S
sou
s
form
e
d
e
boîte
s
d
e
gélule
s
(labora
-
toire
s
Arko
-
pharma
,
Conu
a
)
,
l'ex
-
trai
t
d
e
gmkg
o
figur
e
au
x
pre
-
mière
s
place
s
de
s
remède
s
antiperte
s
d
e

-
moir
e
de
s
rayon
s
d
e
parapharmao
e
Moin
s
connu
e
d
u
gran
d
public
,
l
a
galan
-
thamme
,
extrait
e
d
e
l
a
racin
e
d
e
perce-neige
,
es
t
l'u
n
de
s
principau
x
composant
s
d
u
Remi
-
nyl
,
u
n
médicamen
t
au
x
effet
s
reconnu
s
contr
e
l
a
maladi
e
O
n
l
a
retrouv
e
dan
s
l
e
Memor
y
Now
,
au
x
côté
s
d
e
l'huper
-
zm
e
A
,
u
n
com
-
pos
é
extrai
t
d'u
n
lycopod
e
chinoi
s
L
a
famill
e
de
s
vita
-
mine
s
B
semblerai
t
ell
e
auss
i
joue
r
u
n
rôl
e
importan
t
dan
s
l
e
maintie
n
d'u
n
bo
n
tonu
s
in
-
tellectue
l
Ainsi
,
l
e
laboratoir
e
Neitum
,
cit
é
pa
r
l'associatio
n
Franc
e
Alzheimer
,
propos
e
l
e
Bprev
,
u
n
complémen
t
alimentair
e
rich
e
e
n
vi
-
tamine
s
B
qu'i
l
recom
-
mand
e
d
e
prendr
e
tou
t
e
n
pratiquan
t
de
s
exer
-
cice
s
ave
c
u
n
logicie
l
l
l
es
t
difficil
e
d
e
mesure
r
l'efficacit
é
d
e
ce
s
produit
s
lorsqu'il
s
son
t
pri
s
comm
e
complé
-
ment
s
alimentaires
,
ca
r
l
e
dosag
e
d
e
principe
s
actif
s
es
t
plu
s
faibl
e
qu
e
celu
i
de
s
médicaments
.
De
s
jeu
x
pou
r
garde
r
l
a
form
e
cérébral
e
D
éj
à
1
DO
O
per
-
sonne
s
s
e
son
t
abonnée
s
à
Happyneuro
n
(9,9
0
euro
s
pa
r
mois)
,
u
n
sit
e
consult
é
tou
s
le
s
moi
s
pa
r
100DO
O
per
-
sonnes
,
proposan
t
de
s
jeu
x
destiné
s
à
amélio
-
re
r
l
e
fonctionnemen
t
d
e
l
a
mémoir
e
Troi
s
mill
e
heure
s
d'exercice
s
mi
s
a
u
poin
t
pa
r
l
a
sociét
e
Scientifi
c
Bra
m
Training
,
créé
e
pa
r
l'ex
-
§
ministr
e
Miche
l
Noi
r
D
e
so
n
côté
,
Nintend
o
propos
e
u
n
programm
e
d'entraînemen
t
céré
-
bral
,
e
t
l
e
P
r
Schlom
o
Breznit
z
(CogniFit
,
e
n
Israel
)
travaill
e
su
r
de
s
jeu
x
informatique
s
visan
t
à
l
a
préventio
n
d'alzheime
r
Ce
s
logiciel
s
on
t
u
n
effe
t
positi
f
su
r
le
s
performance
s
intellectuelles
,
maî
s
dan
s
l
a
limit
e
d
u
cham
p
d
e
l'exercic
e
propos
é
Aucu
n
n
e
dispens
e
d'activité
s
intellectuelle
s
variée
s
29 RUE DE CHATEAUDUN
75308 PARIS CEDEX 09 - 01 75 55 10 00
AVRIL 2008
Mensuel
OJD : 160514
Surface approx. (cm²) : 3686
Page 10/10
H2AD
2031805100501/GYP/ASM
Eléments de recherche : Toutes citations : - H2AD ou MA SANTÉ CHEZ MOI : fournisseur de services pour sécurisation du domicile/prise en
charge du retour de personnes malades - PAUL VERDIEL : président de H2AD
tou
s
le
s
rayon
s
^
r
^-
T
B<s>-
^
L'esso
r
d
u
dépistag
e
S
oucieux
d
e
l
a
monté
e
d
u
«
ris
-
qu
e
alzheime
r
»
che
z
leur
s
adhérents
,
le
s
assureur
s
on
t
décid
é
d
e
s'intéresse
r
à
l
a
pré
-
ventio
n
activ
e
d
e
l
a
maladi
e
Première
s
à
s
e
lance
r
su
r
l
e
créneau
,
le
s
AG
F
proposen
t
depui
s
janvie
r
200
7
à
tou
s
leur
s
client
s
ayan
t
souscri
t
un
e
assurance
-
dépendanc
e
leu
r
pro
-
gramm
e
Capita
l
mémoir
e
Conç
u
sou
s
l'égid
e
d
e
l'Institu
t
d
e
sant
é
publique
,
d'épi
-
démiologi
e
e
t
d
e
déve
-
loppemen
t
(Isped)
,
s
i
l
comport
e
deu
x
ser
-
vice
s
à
parti
r
d
e
5
0
ans
,
u
n
entretie
n
préventif
,
puis
,
au-del
à
d
e
6
5
ans
,
u
n
bila
n
comple
t
ains
i
qu'un
e
analys
e
d
u
mod
e
d
e
vi
e
Le
s
AG
F
on
t
ét
é
rejointe
s
e
n
octobr
e
I
dernie
r
pa
r
l
a
Caiss
e
national
e
de
pre
-
voyance
,
qui
,
ave
c
Filassis
t
mémoire
,
a
mi
s
e
n
plac
e
u
n
systèm
e
d
e
dépistage
,
d
e
soutie
n
e
t
d'orientatio
n
ver
s
des
traitement
s
adé
-
quat
s
pou
r
s
a
clientèl
e
Toute
s
ce
s
prestation
s
son
t
incluse
s
dan
s
le
s
forfait
s
d'assurance
-
dépendanc
e
a v i
s
d e
s
e x p e r t
s
L
a
détectio
n
précoc
e
peu
t
ralenti
r
l
a
pro
-
gressio
n
d
e
l
a
maladi
e
D
e
plus
,
le
s
prestation
s
de
s
compagnie
s
d'assurance
s
aiden
t
le
s
patient
s
à
s'oriente
r
trè
s
vit
e
ver
s
l
e
meilleu
r
traitemen
t
a l i me n t a t i o
n
D
e
nouvelle
s
vertu
s
pou
r
le
s
oméga
s
3
D
éj
à
connu
s
pou
r
leur
s
effet
s
bénéfique
s
dan
s
l
a
préventio
n
de
s
mala
-
die
s
cardio-vasculaires
,
le
s
acide
s
gra
s
poly
-
msaturé
s
oméga
s
3
e
t
6
favoriseraien
t
le
s
activi
-

s
cérébrale
s
e
n
«
graissan
t
le
s
neuro
-
ne
s
»
Ce
s
nouvelle
s
vertu
s
de
s
acide
s
gra
s
insaturé
s
qu
e
l'o
n
trouv
e
à
l'éta
t
nature
l
dan
s
l'huil
e
d
e
colza
,
l
e
soj
a
o
u
le
s
poisson
s
gra
s
comm
e
l
e
saumo
n
e
t
l
a
sardine
,
son
t
un
e
nouvell
e
op
-
portunit
é
commercial
e
pou
r
le
s
industriel
s
d
e
l'agroahmentair
e
comm
e
Sojasu
n
Déj
à
ennemi
e
d
u
cholesté
-
rol
,
l
a
lécithm
e
d
e
soj
a
utilisé
e
comm
e
émulsi
-
fian
t
alimentair
e
o
u
dan
s
l
e
chocola
t
serai
t
auss
i
reconnu
e
pou
r
so
n
efficacit
é
contr
e
l
a
survenu
e
d
e
l
a
maladi
e
a v i
s
d e
s
e x p e r t
s
Le
s
scientifique
s
étudien
t
l
a
pist
e
de
s
oméga
s
3
Maîs
,
dan
s
c
e
domaine
,
pa
s
d
e
recett
e
miracl
e
Un
e
alimentatio
n
sain
e
e
t
équilibré
e
contribuerai
t
à
évite
r
l
a
maladi
e
mo l é c u l e
s
L
a
nicotin
e
recyclé
e
e
n
aide-mémoir
e
Y
aurait-i
l
u
n
effe
t
bénéfiqu
e
d
e
l
a
nicotin
e
su
r
l
a
mémoire
7
O
n
n'
a
pa
s
encor
e
dépass
é
l
e
stad
e
d
e
l'expé
-
rimentatio
n
Maî
s
de
s
travaux
,
mené
s
notammen
t
pa
r
de
s
cher
-
cheur
s
d
e
l'Institu
t
Pasteu
r
su
r
de
s
souris
,
on
t
mi
s
e
n
évidenc
e
qu
e
c
e
composan
t
d
u
taba
c
pri
s
e
n
faibl
e
dos
e
aurait
u
n
effe
t
posi
-
ti
f
Attention
,
s
i
cett
e
hypothès
e
s
e
vérifiait
,
l
a
pris
e
d
e
nicotin
e
s'effec
-
tuerai
t
sou
s
form
e
molé
-
culair
e
e
t
no
n
pa
r
l
e
biai
s
d
e
l
a
cigarett
e
r

»
Selo
n
tou
s
le
s
médecins
,
mêm
e
s
i
l
a
nicotin
e
peu
t
amélio
-
re
r
le
s
performance
s
cérébrales
,
l
e
taba
c
demeur
e
u
n
poiso
n
dangereu
x
pou
r
l'organisme
.
l i v r e
s
Alzheime
r
fai
t
s
a
percé
e
éditorial
e
P
révenir
Alzheimer,
can-
cers
,
che
z
Rober
t
Laffont
,
La
Maladie d'Alzheimer,
chez
Masson
,
o
u
Alzheimer,
communiquer
grâce
à
la
musico-
thérapie,
a
U
Mar
-
PHILIPP
E
PKESLE
S
CATHUUN
F
5O1.AN
O
'Préveni
r
matta
n
Mêm
e
s
i
aucu
n
d
e
ce
s
ouvrage
s
n'
a
encor
e
attein
t
l
e
tirag
e
de
s
livre
s
vedette
s
consacré
s
au
x
maladie
s
cardio-vasculaire
s
o
u
à
l'amincissement
,
u
n
phéno
-
mèn
e
alzheime
r
commenc
e
à
s
e
dessine
r
e
n
librairi
e
L
a
préventio
n
figur
e
au
x
toute
s
première
s
place
s
de
s
thème
s
évoqué
s
'a v i
s
d e
s
Ce
s
ouvrage
s
s'adressen
t
sur
-
tou
t
au
x
famille
s
des
malade
s
Il
s
permetten
t
d
e
mieu
x
connaîtr
e
l
a
maladi
e
e
t
le
s
solution
s
qu
i
peuven
t
ralenti
r
s
a
progressio
n