LITTERATURE ET INFORMATIQUE

mustardunfInternet and Web Development

Oct 21, 2013 (3 years and 7 months ago)

81 views


1

Enrico Bolzoni

Doctorat en Littérature
s


de l’Europe Unie

XXIIe cycle

Novembre 2007




LITTERATURE ET INFORMATIQUE




1.
POEMLEDITOR ET LES SONNETS SHAKESPEARIENS



Le présent étude vise à rendre disponible la lecture des sonnets shakespeariens et
pour ce

qui concerne le texte, et pour ce qui concerne l’individuation des mètres
utilisés par le poète anglais.

L’Editor qu’on va réaliser sera une application Web,
développée par AJAX (Asynchronous JavaScript and XML).
Son but e
s
t de convertir
le texte de sonne
ts en file XML. Cet Editor doit cons
entir à l’usager d’introduire

le
texte du sonnet et une syntaxe particulière pour caractériser le sonnet
même
et

pour

spécifier le mètre.

XML
(eXstensible Markup Language)
, qu’on va utiliser,

est un métalangage adopté

p
our
la création

de nouveaux langag
es et

d’autres documents structurés (dans ce cas
le sonnet
s

shakespeariens).
Son objectif, en effet, est ‘l’interopérabilité’
, c’
est
-
à
-
dire
la

facilit
ation de

l’échange entre systèmes d’informations hétérogènes. XML, comme

le dit l’acronyme, est une extension de HTML (HyperText Markup Language), mais
il se caractérise pour être plus

rigide. Puisque XML est plus contraignant, il permet
plus de précision et une possibilité plus réduite de commettre des erreurs au moment
de la

programmation.






2

2.
OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES

D’HISTOIRE DU MÈTRE
EN POÉSIE ANGLAISE ET BREVE ANALYSE DES FORMES DE
MÈTRE DES ORIJINES JUSQU’Á SHAKESPEARE


Les poètes anglo
-
saxons, avant de l’invasion normande, ne connaissaient pas de
métrique. La m
usicalité du vers s’obtenait par la répétition de syllabes liées par un
rapport d’allitération (donc répétition des mêmes voyelles et consonants/groupes
consonantiques). Ces syllabes n’avaient pas d’accent et elles s’
alternaient avec
d’autres syllabes acce
ntuées. Il y avait un minimum de neuf syllabes et un maximum
de vingt
-
et
-
un syllabes. D’habitude la rime n’était pas utilisée.

La poésie anglaise, au contraire, applique un système métrique différent. D’un
côté il faut remarquer la tendance à suivre le mod
èle de la poésie médiévale italienne;
de l’autre côté on perçoit la nécessité d’adapter les structures fixes étrangères qu’on
veut imiter à la musicalité de la langue anglaise. Les poètes anglais choisirent d
e
s’
adapter
à
un système qui se base sur l’accen
t tonique de chaque mot,

différemment
de la poésie grecque et latine qui se basaient sur un système sur la longueur des
syllabe. Pour les anciens, on avait donc des voyelles et des syllabes qui se
différentiaient non seulement pour leur accent tonique, mai
s surtout pour leur durée
d’émission vocale. L’alternance contrôlée des syllabes longues et brèves produisait
musicalité.

La langue anglaise, n’ayant conscience de différentiation basée sur la durée, fut
fondée, comme on disait, sur un système tonique mai
s introduisant une alternation
e
ntre unités métriques qui venaien
t de la poésie classique: les pieds.

Pour les anciens le mètre était la mesure des intervalles

rythmiques.
Successivement, dans la métrique anglaise, il indiqua la composition du vers, de la

strophe, voire d’une pièce entière en vers, comme par exemple le sonnet, la chanson,
l’ode, l’élégie.

Scander le vers, c’est mesurer et compter les pieds qui le composent.

Pour
reconnaître les pieds il faut d’avantage repérer les accents et les syllabes.

L’accent

3

métrique correspond avec l’accent de mot. L’accent des mots bi syllabiques peut se
trouver sur la première ou sur la deuxième syllabe.






Le pied métrique est composé de groupes de syllabes qui représentent la base
du schéma rythm
ique du vers.

Voici une liste des pieds principaux.


Jambe:
×

/

Unstressed syllable + stressed syllabe


Trochée: / ×

Stressed syllable + unstressed syllable

Anapeste: × × /

2 unstressed syllables + stressed syllable

Dac
tyle: / × ×
Stressed syllable + 2

unstressed syllables

Pyrrhique: × ×
2 unstressed syllables

Spondée: / /
2 stressed syllables



RIME



La rime est l’identité de son produite par la même désinence de mots à la fin
de deux ou

plus que deux vers.

Deux mots riment quand les dernières syllabes
accentuées ont le même son vocalique et quand tous les sons qui suivent, vocaliques
et consonantiques, sont égaux.’
1

Types de rime

Single rhyme
: quand la dernière syllabe est accentuée

Dou
ble rhyme
: quand
la syllabe accentuée est suivie par une autre
syllabe non accentuée

Triple rhyme
: quand la syllabe accentuée est suivie par deux autres
syllabes non accentuées

Broken rhyme
: dans une rime triple, l’emploi de trois mots différents
pour la f
ormation des rimes

Bisecting rhyme
:

quand la fine du premier hémistiche rime avec la fin
du même vers




1

Edvige Sculte, I ritmi
della poesia inglese, R. Pironti e figli editori in Napoli, 1960


4

Eye rhyme
:

quand deux mots ont la même graphie mais leur
prononciation est différente







LE SONNET
, DE SON INTRODUCTION EN ANGLETERRE JUSQU’Á
L’ÉPOQUE
DE SHAKESPEARE


La poésie anglaise a des formes lyriques d’importation et d’autres qui sont plus
traditionnelles. Le sonnet, comme le madrigal, l’ode, l’élégie et l’
idylle, est une
forme acquise des autres pays
.
Les autres formes lyriques anglaises qui ne
peuvent
pas être classifiées parmi celles
-
ci, sont appelées

songs
.
Les formes mentionnées ci
-
dessus appartiennent au même groupe de la

poésie lyrique


(opposée à la poésie
dramatique).
En origine, la poésie lyrique

avait été pensée pour la récitation, ave
c
l’accompagnement du chant. Ensuite elle dévient une forme poétique autonome pour
la lecture. En principe, la poésie lyrique était plus libre pour ce qui concerne
l’usage
de mètre, rime et strophe. En effet, les poètes recherchaient une certaine régularit
é
d’accent à fin d’obtenir un effet d’uniformité avec le rythme du chant. Pour cette
raison, on évitait d’utiliser des sons sibilants, des consonnes
f, p,s, v, w, z

quand elles
n’étaient pas suivies par de

voyelles ouvertes; on recherchait, par contre, des

sons
plus fluides, comme ceux produits par les consonnes
l,m,n,r.



En Angleterre, T
homas Wyatt

(1503
-
1542)

fut le premier poète à introduire le
sonnet (ou
quatorzaine
)
.

Si le sonnet italien, que Wyatt considéra comme modèle,
était composé par en deux qu
atrains et deux tercets, la nouvelle forme anglaise
adaptée consistait en trois quatrains et un distique.
Le mètre était en décasyllabes
ïambiques, bien qu’on puisse repérer plusieurs irrégularités.
La rime était
abba
pour
les premi
ères deux strophes, tand
is que pour la troisième elle était
cddc

et le distique,
qui était déjà bien diffusé en Angleterre, rimait
ee.

Le poète perçut la nécessité de
créer un rythme articulé en cinq accents
.


5

Par la suite, Henry Howard, Earl of Surrey (1517
-
1547) fut un imitateur

des
poètes italiens.

Il innova le genre du sonnet, en introduisant un schéma de rime
différent:
abab
pour la première strophe,
cdcd
pour la deuxième strophe,
efef

pour la
troisième strophe et
gg

pour le distique. Ce modèle, plus tard, fut suivi a
ussi par
Edmund
Spencer

(1552
-
1599),

qui apporta une innovation avec le modèle
abab bcbc
cdcd ee.

La forme la plus haute de sonnet et qui eut plus de fortune fut celle
shakespearienne.
William
Shakespeare
(1564
-
1616)
suivit le
rhyme scheme
de
Howard (
abab cdcd efe
f gg
), en adoptant une forte césure finale de vers. Les vers
étaient
end
-
stopped
, c’est
-
à
-
dire qu
’ils avaient une pause très marqué
e

à la fin de
vers. Les accents se succédaient à travers la modulati
on de

pieds pyrrhiques,
spondaïques et trochaïques
. Ce ty
pe de sonnet est très simple et très réguliers surtout
en ce qui concerne la syntaxe.






















6

3.
RÈGLES D’A
NALYSE D’UN SONNET ANGLAIS






ALPHABET



Voyelles: a, e, i, o, u

Diphtongues e triphtongues: ea, ee, ie, ay, ai, ou, ue, oo, oi,

io, ua, ui, eau, ey, eou.

Consonnes: b, c, d, f, h, j, k, l, m, n, p, q, r, s, t, v, w, y, z



Vers: chaine de caractères entre un signe et l’autre.


SYLLABES

a.

voyelle (o)

b.

Ou:
consonne + voyelle (to)

c.

Ou:
voyelle + consonne (er)

d.

Ou:
consonant + voyelle + con
sonant (not)

e.

Ou:
consonne + consonne + voyelle (the)

f.

Ou:
consonne + consonne + voyelle + consonne (that)

g.

Ou:
consonne + voyelle + consonne + consonne (long)

h.

ou:
voyelle + consonne + consonne (ing)

i.

ou:
voyelle + consonne + consonne + consonne (arts)

j.

ou:
con
sonne + dyphtongue (you)

k.

ou:
consonne + dyphtongue + consonne + consonne (count)

l.

ou:
consonne + dyphtongue + consonne (weep)

m.

ou:
consonne

+ consonne + dyphtongue + consonne (break)


7

n.

ou:

consonne + consonne + dyphtongue + consonne + consonne (friend)

o.

ou:

dyp
htongue + consonne + consonne + consonne (earth)



1.

Si
un mot termine par la voyelle

e,
alors

elle ne forme pas une syllabe et elle
fait partie de la syllabe qui la précède.

2.

Si
une consonne ou plusieurs consonnes sont précédées par une apostrophe,
alors

c
es consonnes font partie de la syllabe qui précède.

3.

Si
la consonne

l
-

est précédée par les consonnes b, c, d, p, alors ces groupes
de mots ne peuvent pas être séparés.

4.

Si

la consonne

r
-

est précédée par les consonnes b, c, d, g,
alors

ces groupes
conson
antiques ne peuvent pas être séparés.

5.

Si
deux consonnes consécutives sont doubles,
alors
ces consonnes peuvent être
séparées, en agrégeant la première à la voyelle qui précède et la deuxième à la
voyelle qui suit.

6.

Si
un mot termine par le morphème

ing,

alors

ce groupe constitue une syllabe

(cette règle s’impose sur la règle 6)
.

7.

Si
le suffixe ‘

ed’ est précédé par les lettres

t
-

o

d
-
,
alors ‘

ed’ forme une
extra syllabe et elle est atone.

8.

Si

o’ est suivi par une voyelle,
alors
elles appartiennent au mê
me groupe
syllabique.

9.

Si

y se trouve à la fin de mot,
alors
elle doit être considérée voyelle.

10.

Si,
à la fin d’un mot,

se présente la séquence consonante + la consonante

l
-

+
la voyelle muette
-
e,
alors
on doit considérer cette séquence comme une
syllabe

autonome.

11.

Si
le suffisse du ‘simple past’

ed se présente par la graphie

èd,
alors
il faut le
considérer comme une syllabe autonome mais toujours

‘unstressed syllable’.


8

12.


Si
le morphème

es du plural est précédé par
les lettres (ou

groupes

de
consonnes)


ch
-
,
-
sh
-
,
-
x
-
,

-
s,
-
ss,

alors
le morphème

es forme une seule
syllabe





MOTS COMPOSÉS


Les
préfixes
, les suffixes e les mots suivants, utilisés pour former mots composés,
dans la scansion des mètres doivent
être

considérés comme des syllabes simples.

En
plus, les mots qui terminent avec

e muette, participent à la syllabe qui précède.


-
age,
be,
by,
cast, charged, couple, date, de, ever,
fare,
for, fore,
-
ful, give, gold, gone, grace, him, hear, here, in,
judge,
kind,

know,

-
ledge,
-
less, light, live,

loath,

-
ment,
more,
my,
-
ness, pain, on, out,
three, say, safe, score, self, selves, so,

-
some,

speech,

there, thing,
through, thy,
till
-
,
to,

un,

up,

used
,

vouch, war
d
, well,

what,
wher
e, with
,
youth, your




TRAITEMENT DES CERTAINS MOTS


Le mots ‘heav
en’, ‘flower’ doivent être considérés comme une seule syllabe.




COMPTE DES SYLLABES


Jambe:
syllabe non accentuée + syllabe accentuée

Trochée:
syllabe accentuée + syllabe non accentuée


9

Spondée:
syllabe accentué + syllabe accentuée

Pyrrhique:
syllabe n
on accentuée + syllabe non accentuée

Feminine ending:
syllabe non accentuée (en fin de pied)

Acéphale (catalectique):
syllabe accentuée (au début du vers, à la fin du vers ou en
correspondance de césure)





PENTAMÈTRE JAMBIQUE



syllabe non accentuée + sy
llabe accentuée (×5)



ou

syllabe non accentuée + syllabe accentuée (×3) + syllabe non accentuée + syllabe non
accentuée + syllabe accentuée + syllabe accentuée



ou

syllabe non accentuée + syllabe non accentuée + syllabe accentuée + syllabe
accentuée + sy
llabe non accentuée + syllabe accentuée (×3)



ou

syllabe non accentuée + syllabe accentuée (×4) + syllabe accentuée + syllabe non
accentuée



ou

syllabe non accentuée + syllabe accentuée (×3) + syllabe accentuée + syllabe non
accentuée + syllabe non acce
ntuée + syllabe accentuée



ou

syllabe accentuée + syllabe non accentuée + syllabe non accentuée + syllabe
accentuée (×4)


Cas de pentamètre avec l’extension d’une syllabe (vers d’onze syllabes)


a.
pied acéphale


10

syllabe non accentuée + syllabe accentuée (
×2) +
syllabe accentuée (=acéphale)
+
syllabe non accentuée + syllabe accentuée (×3)


b.
feminine ending

syllabe non accentuée + syllabe accentuée (×5) +
syllabe non accentuée (feminine
ending), à la fin d’un pied qui termine avec syllabe accentuée



ACCE
NTS

1) Chaque vers doit avoir au moins cinq accents.

2) Dans les mots avec plus de deux syllabes, on peut avoir deux accents par mots

(par exemple la première et la troisième ou la deuxième et la quatrième)
.

2) Dans des mots polysyllabiques, l’accent toni
que de chaque mot est aussi la
syllabe tonique du mètre.

3) Les monosyllabes suivants, quand ils se trouvent au début du vers, doivent
être accentués.

Ah, b
e, clouds, die, do, feed, find, grant, great, harsh, holds,
hung, kill, leese, let, lifts, look, l
ord, makes, mark,
o,
pluck,
points, rough, save, sets, strikes, sings, shifts, suns, take, vaunt
,
yet
,

4)

Les mots: the, of,

a, an

etc d’habitude ne sont pas accentués
.

S’ils se trouvent
dans une position qui devrait être accentuée, il faut mettre l’acce
nt sur le
monosyllabe qui se trouve à côté.



11

5) Les monosyllabes qui
n’ont pas beaucoup d’importance

du point de vue
sémantique (comme ceux nommés au point 4) doivent ‘céder’ leur
s

accents à
d’autres mots qui se trouvent à côté
.

6
) Les verbes dont la derni
ère syllabe est

ize ou dont la pénultième syllabe est
-
iz
-

doivent être accentués sur cette syllabe.

7
)

Le suffixe

able n’est pas accentué.


8
) Le suffixe

ing n’est jamais accentué, à moins qu’il se trouve à la fin d’un vers
et il est la syllabe fina
le d’un mot trisyllabe ou tétrasyllabe.

9
) Un mot qui se trouve entre deux virgules doit être accentué.

10
) Les termes ‘love,‘ten’ et ‘time’/’times’ doivent être accentués.

8) Certains mots peuvent avoir d’importance sémantique (et, donc, exiger un
accent)

mais ils peuvent aussi ne pas l’avoir, par rapport aux mots qui se
trouvent à côté

(you, thy, thine, etc…)





4)

a. Premier accent: sur la syllabe 1 ou sur la syllabe 2 ou sur la syllabe 3
‘Look
in thy
glass

-

‘From
fair
est
crea
tures’ ‘And there
reign
s love’

b. Deuxième accent: sur la syllabe 2 ou sur la syllabe 3 ou sur la syllabe 4 ou
sur la syllabe 5 ‘
Die sin
gle and thine
I
mage’



Gild
ing
pale

streams

with
heaven
ly
al
che
my




Strikes each
in
each
by
mu
tual
or
der
ing’


‘Re
serve
them for
my love
,


c. Troisième accent

: sur la syllable 4 ou sur la syllabe 5 ou sur la syllabe 6 ou
sur la syllable 7

‘Strikes each
in
each
by
mu
tual
or
der
ing’
-

‘As
he
takes
from
you
I en
graft
you
new’

‘Harsh, fea
tureless, and
rude, bar
renly
per
ish’
‘But
out
a
lack
, he w
as
but

one
hour mine:’


12

d. Quatrième accent: sur la syllable 7 ou sur la syllabe 8 ou sur la syllable 9

Be
as thy

pres
ence

is, gra
cious and
kind’



Why

lov’
st thou
that
which
thou
re
ceiv’
st not
glad
ly’?


‘But
out
a
lack
, he was
but

one
hour mine:’

e. C
inquième accent: sur la syllabe 10 ou sur la syllable 9 ‘Though
yet

heaven
knows

it
is
but
as
a
tomb’


‘To
give
a
way
your
self
keeps
yourself
still’

f. Sixième accent (avec des pieds acéphales, en ce cas be
-
): sur la sillabe 11
‘Whose
speech
less
song, be
ing
ma
ny
seem
ing
one’




RIME

La rime est l’identité de son de mots qui se trouvent à la fin de chacun vers dans la
même poésie. Nous pouvons l’appeler ‘chaîne de comparaison’.

1.

Si le dernier mot d’un vers termine avec un monosyllabe accentué, la
chaîne de

comparaison correspond à la dernière voyelle accentuée et
toutes les consonnes qui la suivent. (ex: grows
-
shows,
masculine
rhyme
).

2.

Si le dernier mot d’un vers termine avec un polysyllabe accentué sur
la pénultième syllabe, la chaîne de comparaison c
orrespond à la
voyelle accentuée suivie par la dernière syllabe. (ex: sadly
-
gladly,
feminine rhyme
)

Dans le cas du sonnet shakespearien (et dans le cas du sonnet anglais en général,
l’accent ne se trouve jamais au
-
delà de la pénultième syllabe.

Pour la plu
part de fois, il y a correspondance entre graphie et prononciation. De toute
façon, dans beaucoup de fois il faut remarquer que certaines lettres et certains
groupes de lettres ont une graphie différente, bien qu’ils reproduisent les mêmes

13

voyelles/consonn
es. On transcrit ci
-
dessous les cas des sonnets shakespeariens où il y
a identité de son et, donc, la rime.

a.


ey (+consonne),
-
ei (+consonne),
-
y (+consonne), ex
. eye, die, by

b.


ay,
-
ai,

ey
,


ex.
days
,
praise
/day, survey

c.


ou,
-
ew, ex.
you, new

d.


eave,
-
eive,
ex.
leave, decieve

e.


o,
-
ow, ex.
go, grow


f.


oes, ows, ex.
foes,shows

g.


ime,
-
yme, ex.
crime, rhyme

h.


our,
-
ower, ex.
hour, flower

i.


air,
-
eir, ex,
fair, heir

j.


y (accentée),
-
e,
-
ee,

ex.

memory, be, t
hee

k.


oak, oke,
ex.
cloak, smoke

l.


ence,
-
ense, ex.
commence,
sense

m.


ite,
-
ight, ex.
spite, alight

n.


outh,
-
uth, ex.
youth, truth

o.


eart,
-
art, ex.
heart, art

p.


ear,
-
ere, ex.
forebear, there

q.



oan,
-
one, ex.
m
oan, gone

r.


east,
-
est, ex.
feast, guest


Dans les cas où l’on a des consonnes géminées, on ne considère pas ce
redoublement.

Ex.
moment, comment; dwell, excel


Dans les sonnets shakespeariens l’on répère des cas d’
eye rhyme
.
On donne de suite
une petite liste.


14

Glass, was

Wind, find

Are, prepare

Noon, son

Field, held

One, alone

Love, move



CÉSURES

La césure peut ê
tre colloquée
à la fin d’un mot. Il n’y a pas de position précise pour la
césure. Quelques fois, elle peut être indiquée par un signe de ponctuation.














15




BIBLIOGRAPHIE



Abrams, M. H.. et al.
The Norton Anthology of English Literature
, New Yo
rk,
London, 1970

William Shakespare,
Sonetti,
(notes d’
Alessandro Serpieri), BUR C
lassici
, Milan,
1995

Schulte, Edvige,
I ritmi della poesia inglese
, R. Pironti e Figli Editori in Napoli, 1960

Schulte, Edvige,
Profilo storico della metrica inglese,

Istit
uto Universitario Orientale,
Napoli, 1960

Serpieri, Alessandro (notes de),
William Shakespare,
Sonetti
,

BUR C
lassici
, Milan,
1995




SOURCES SUR LE WEB



http://www.wikipedia.htm

http://vitali.web.cs.unibo.it/Progetti/PoemlEditor