Projet Européen NEWTICKETT - InduTec

cakefloatBiotechnology

Feb 19, 2013 (4 years and 1 month ago)

149 views

Chers lecteurs,
Alors que l'hiver est sur le point de frapper à nos portes,apportant son lot habituel de froideur
et d'obscurité,InduTec se veut être ce rayon de soleil illuminant les arbres effeuillés pour les aider
à mieux traverser le long chemin qui les sépare du renouveau insufflé par le printemps.
Un projet innovateur,quelle qu'en soit la nature,a besoin de temps pour mûrir mais doit aussi
bâtir ses fondements sur des bases solides afin d'assurer son développement et sa pérennité.D'où
l'importance de pouvoir faire appel à des structures spécifiquement dédiées au soutien d'idées
nouvelles,à la mise en oeuvre concrète de leur maturation et à leur valorisation.A ce titre,
InduTec déploie ses efforts à différents niveaux.
Son rôle d'interface entre les Instituts Supérieurs Industriels de Bruxelles lui confère une place
de choix pour initier la recherche au sein même de ces instituts,tout en lui permettant de
contribuer à la soumission de dossiers de Recherche et Développement au nomde ceux-ci.Il y
a là un réel potentiel,que l'on pourrait illustrer par un exemple d'ingéniosité de la part d'un
étudiant de l'ECAMqui s'est vu remettre un prix pour avoir présenté un projet portant sur des
applications innovantes pour l'utilisation de la carte d'identité électronique.
InduTec vise également à élargir ses horizons vers de nouvelles collaborations à caractère
international.Nous restons très actifs dans des projets de recherche d'ordre plus académique,tel
le développement de la plate-forme Claroline dans le domaine de l'E-learning,mais nous nous
orientons davantage aujourd'hui vers la recherche de coopérations avec la sphère économique.
A ce propos,faisons référence aux contacts industriels de longue durée que nous entretenons
avec des institutions et des entreprises canadiennes.Citons également la récente association entre
l'Institut Meurice et une entreprise pharmaceutique française,rendue possible grâce au réseau
IRC.
Plus localement,InduTec poursuit ses recherches de collaborations avec les milieux
économiques bruxellois,forte de ses expériences fructueuses passées.Evoquons ainsi l'invention
du sheetfeeder qui est,comme vous le verrez plus loin dans ce numéro,promis à un bel avenir.
InduTec constitue,par ailleurs,un partenaire prisé pour mener à bien des négociations
commerciales et contractuelles.Enfin,nous nous consacrons à l'aide à la création et à l'accom-
pagement de spin-offs en axant nos efforts sur la valorisation de la recherche,de l'idée au projet
final,tant du point de vue économique qu'au niveau de l'ensemble du processus de développe-
ment.Découvrez un exemple de ce type de démarche dans notre article concernant l'étude de
nouvelles applications envisagées quant à l'exploitation du bambou à usage industriel.
Bonne lecture!
Anne-MarievanOost•AdministrateurDélégué
Editorial
Informatique
- eID carte d'identité
électronique
- Claroline récompensé
pages 2 et 3
Construction
- Bamboo beam
pages 4 et 5
Brevet/Contrat
- Digitizer
- Institut Meurice
pages 5 et 6
Echos
- Visite à Meurice
- Entreprendre
- Invitation à Newtickett
pages 7 et 8
N e w s n ° 3 7
Resp.:A-M.van Oost • avenue Nellie Melba 73 • 1070 Bruxelles - Imprimé sur papier blanchi 100%sans chlore
http://www.indutec.be
BELGIE-BELGIQUE
P.B./P.P.
B-008
AUTORISATION
DE FERMETURE
B-008
37

ASSOCI ATI ON DES I NSTI TUTS SUPÉRI EURS I NDUSTRI ELS DE LA RÉGI ON DE BRUXELLES-CAPI TALE
S O M M A I R E
2007
Bureaudedépôt:NAMUR1
Managing Director:
Anne-Marie van Oost
annemarie.vanoost@indutec.be
Office Manager:
Angelique Geeroms
geeroms@indutec.be
Communication Manager:
Jennifer Demeuldre
jennifer.demeuldre@indutec.be
Project Manager Valorisation:
Stéphane Wojcik
stephane.wojcik@indutec.be
Project Manager Biochemistry:
Céderic Doutrelepont
doutrelepont@indutec.be
Project Manager Mechanics:
Stéphane Yannopoulos
stephane.yannopoulos@indu-
tec.be
Rédactrice:
Natalie Mizera
L ’ É Q U I P E
Avenue Nellie Melba 73 – 1070 Bruxelles http://www.indutec.be
Tél:02.534.33.79
Fax:02.534.33.95 http://www.ingenuity.be
1
N e w s n ° 3 7
2
INFORMATIQUE
L
e côté fascinant des nouvelles technologies réside dans le double
challenge qui en constitue le moteur.D'une part,des travaux de
Recherche et Développement sont indispensables à la création d'un
produit innovant.D'autre part,l'aboutissement à des résultats
concluants,voire à la réalisation concrète d'un projet,engendre une
nouvelle vague de réflexions et d'expérimentations.Celles-ci sont
alors destinées à en améliorer les performances mais également à lui
associer des applications utiles,rendues possibles par son existence.
Cette"spirale positive"de l'innovation n'a pas épargné la carte
d'identité électronique (eID) qui,l'an dernier,s'est retrouvée au
cœur d'un concours interscolaire initié par le SFP Intérieur.Les
jeunes de toute la Belgique ont massivement répondu présent à cet
appel au terme d'une grande campagne de communication,y com-
pris à l'égard des écoles,des directions et des corps professoraux.Le
concours,qui s'est déroulé du 1er septembre au 30 novembre 2006,
s'adresssait aux élèves âgés d'au moins 12 ans ainsi qu'aux étudiants.
Plus de 200 projets,tous portant sur des applications concrètes ou
des concepts en rapport avec l'eID,ont été rendus et 11 d'entre eux
ont été sélectionnés par un jury,présidé par un représentant du
Registre National.Les critères de sélection retenus étaient essentiel-
lement la nature innovante des projets et les possibilités de pouvoir
concrétiser les idées développées.
L'étudiant François Ledent
cherche à dépasser
les limitations
D
éjà gradué en Informatique,François Ledent venait d'entamer sa
troisième année de Bachelier en Sciences Industrielles à l'ECAM
lorsque le concours organisé par le SPF Intérieur a été lancé.Ses
préoccupations liées à la carte d'identité électronique tournaient
alors autour du caractère très limité de ses applications.L'origine
de cette situation est partiellement à rechercher dans le fait que
la signature électronique de cette carte n'est lue que par les
lecteurs reliés au serveur"Certipost",développpé par Belgacom et
n'utilisant qu'un seul langage de programmation.
L'«eID Vault CMS»,nom du projet déposé par François Ledent,
poursuivait ainsi l'objectif d'élargir ce langage grâce à une nouvelle
programmation.L'extension du PHP,langage open source spéciale-
ment conçu pour le développement web,devrait,selon lui,faciliter
l'exploitation de la carte d'identité électronique.Le détenteur de la
carte pourrait alors espérer en retirer plus d'avantages que de seule-
ment pouvoir consulter ses données au registre national!
En réalité,l'ambition de ce projet est de rendre possible une authen-
tification sécurisée de l'utilisateur à un portail web,au moyen de sa
carte d'identité,lors de l'envoi de messages sur un chat ou de
l'accès à des dossiers privés sur un serveur distant.Imaginez de
pouvoir consulter votre dossier médical,votre déclaration fiscale ou
encore votre dossier de pension à tout moment...à condition,bien
sûr,d'être relié à Internet et de disposer d'un lecteur de carte.
Une somme non négligeable
pour y parvenir
O
utre le prestige et la satisfaction de voir son projet devenir
lauréat d'un concours,François Ledent dispose maintenant des
moyens techniques et financiers pour le faire évoluer en véritable
innovation,susceptible d'être valorisée.En effet,notre futur
ingénieur n'avait pas les mains vides en quittant l'école « XIOS
Hogeschool Limburg»,où le Vice-Premier ministre et ministre de
l'Intérieur Patrick Dewael a procédé à la remise des prix du
concours scolaire aux 11 lauréats.
En ce lundi 12 février 2007,François Ledent est,en effet,reparti
avec un certificat et une centaine de lecteurs de cartes destinées à
permettre aux autres étudiants de l'ECAMde tester les applications
actuelles de la carte d'identité électronique.De plus,comme lors
d'un bon repas,l'entrée était suivie du plat de résistance,à savoir
une sponsorisation du SPF Intérieur de 13.500 euros en vue de la
réalisation concrète du projet.Cette somme sera notamment
allouée au financement des formations et du matériel (ordinateurs,
lecteurs,logiciels) que requiert le développement de l'«eID Vault
CMS».
Aidé par son professeur M.Philippe Dekimpe,enseignant dans
le département Technologies de l'Information et de la Commu-
nication,François Ledent dispose actuellement de quelques mois
pour mener à bien les différentes phases de sa recherche.La
première étape est analytique et consiste à faire une analyse de l'eID
autant que du language PHP.La seconde est plutôt d'ordre
pratique,puisqu'il s'agit de procéder à des développements et à
des tests dans le cas où l'analyse se serait montrée posi-
tive.Pour sortir victorieux de ce challenge,
François Ledent devrait pouvoir présenter,
d'ici la fin de l'année 2007,une possibilité
d'extension du PHP accompagnée de pro-
cédures et d'un matériel prêt à l'emploi.
On lui souhaite bonne chance!
Nouveaux défis autour de la
carte d'identité électronique
UN ÉTUDIANT DE L'ECAMVOIT SON PROJET NOMINÉ
LORS D'UN CONCOURS INTERSCOLAIRE
L
a
v
o
l
o
n
t
é
d
u
S
e
r
v
i
c
e
P
u
b
l
i
c
F
é
d
é
r
a
l
I
n
t
é
r
i
e
u
r
d
e
s
e
n
s
i
b
i
l
i
s
e
r
l
e
s
j
e
u
n
e
s
a
u
x
a
t
o
u
t
s
q
u
e
l
a
c
a
r
t
e
d
'
i
d
e
n
t
i
t
é
é
l
e
c
t
r
o
n
i
q
u
e
s
e
r
a
i
t
s
u
s
c
e
p
t
i
b
l
e
d
'
o
f
f
r
i
r
à
l
'
a
v
e
n
i
r
a
i
n
s
i
q
u
e
l
e
d
é
s
i
r
d
e
l
e
s
v
o
i
r
p
a
r
t
i
c
i
p
e
r
à

c
e
s
é
v
o
l
u
t
i
o
n
s
o
n
t
d
é
b
o
u
c
h
é
s
u
r
l
'
o
r
g
a
n
i
s
a
t
i
o
n
d
'
u
n
c
o
n
c
o
u
r
s
i
n
t
e
r
s
c
o
l
a
i
r
e
.
U
n
é
t
u
d
i
a
n
t
d
e
l
'
E
C
A
M
f
a
i
s
a
i
t
p
a
r
t
i
e
d
e
s
l
a
u
r
é
a
t
s
.
.
.
C
o
n
t
a
c
t
:
S
t
é
p
h
a
n
e
W
o
j
c
i
k
P
r
o
j
e
c
t
M
a
n
a
g
e
r
V
a
l
o
r
i
s
a
t
i
o
n
s
t
e
p
h
a
n
e
.
w
o
j
c
i
k
@
i
n
d
u
t
e
c
.
b
e
C
'est d'ailleurs cette empreinte d'ubiquité, tellement
présente en Asie et visible au niveau géographique,
domestique ou culturel autant qu'au niveau technique,
qui a séduit l'ingénieur en construction de l'ECAM,
Benoît Hargot. Celui-ci a, en effet, eu la chance d'effec-
tuer un voyage aux Philippines pour la coopération au
développement. Le but du séjour était de participer à la
vie quotidienne de la population, dont l'activité principa-
le est le travail du bambou. Par la suite, Benoît Hargot
a passé un an et demi en Chine, où il a constaté que
l'utilisation du bambou était encore plus répandue.
L'explication de ce
phénomène réside
certainement dans
l'abondance du bam-
bou en comparaison
avec le bois massif,
cocotier et autres
essences traditionnel-
lement utilisés dans
ces régions pour la
construction des maisons. L'étudiant de l'ECAM a ainsi
eu l'occasion de manipuler le bambou et de découvrir les
multiples domaines d'utilisation de cette plante qui, sous
ses aspects de "mauvaise herbe", cache bien ses remar-
quables propriétés mécaniques et écologiques.
Ce qui est singulier à l'usage du bambou en Asie, et qui a
surpris Benoît Hargot, c'est le peu de transformations
apportées à ce matériau lorsqu'il est utilisé pour des appli-
cations industrielles dans le secteur de la construction;
puisqu'il est utilisé sous sa forme la plus simple, c'est à
dire la canne de bambou. Signalons également que le
bambou est employé pour la production de planchers et
de parquets, essentiellement à destination de l'Europe et
des Etats-Unis, mais aussi dans la production de viscose
pour l'industrie du textile et dans la production de pâte à
papier pour l'industrie papetière.
Une alternative ou un
complément à nos bois de
construction?
F
amiliarisé avec les technologies exploitées dans la
transformation du bois destiné à la construction, Benoît
Hargot s'est demandé pourquoi il n'existait pas encore de
techniques similaires pour le bambou. Il a donc a propo-
sé, pour son travail de fin d'études, d'étudier le compor-
tement mécanique d'une poutre réalisée en bambou
lamellé-collé. Contrairement au bois lamellé-collé,
dont les qualités et les techniques de production sont
éprouvées, très peu de recherches ont été menées sur des
poutres entièrement réalisées en bambou lamellé-collé.
Les premiers résultats se référant à l'exploitation de
poutres en bambou lamellé-collé de 7 mètres de long,
obtenus par Benoît Hargot en mars dernier, se sont
révélés très prometteurs. Des caractéristiques mécaniques
très intéressantes et parfois nettement supérieures à celles
de son plus proche concurrent, le bois lamellé-collé, ont
été mises en évidence. Les tests de performance réalisés
sur ces poutres expérimentales portent à croire que les
qualités du bambou, associées ou non à celles du bois
classique, permettraient de fabriquer des poutres de
sections plus réduites pour un encombrement minimum.
Outre ses performances mécaniques, le bambou affiche
également un caractère écologique très intéressant car il
pousse très rapidement. A titre comparatif, moins de
5 ans sont nécessaires pour qu'une bambouseraie arrive à
maturité alors que le bois traditionnel requiert une
période d'attente de plusieurs dizaines d'années pour
aboutir au même résultat.
Cela fait du bambou le champion
toutes catégories en matière de
production de tonnes à l'hectare.
En effet, les forêts de bois les mieux
gérées produisent jusqu'à 9 tonnes à
l'hectare, alors qu'une bambouseraie
produit jusqu'à 30 tonnes à l'hecta-
re. De plus, certaines espèces, dont
celle utilisée par Benoît Hargot pour
ses recherches, peuvent très bien
pousser sous nos latitudes et
résistent jusqu'à des températures de
-20°C.
N e w s n ° 3 7
4
S
i
J
e
a
n
d
e
l
a
F
o
n
t
a
i
n
e
a
v
a
i
t
v
é
c
u
e
n
C
h
i
n
e
,
p
e
u
t
-
ê
t
r
e
s
a
f
a
b
l
e
"
l
e
C
h
ê
n
e
e
t
l
e
R
o
s
e
a
u
"
s
e
r
a
i
t
-
e
l
l
e
d
e
v
e
n
u
e
"
l
e
C
h
ê
n
e
e
t
l
e
B
a
m
b
o
u
"
.
L
a
m
o
r
a
l
e
d
e
l
'
h
i
s
t
o
i
r
e
,
r
e
m
e
t
t
a
n
t
e
n
c
a
u
s
e
l
a
"
l
o
i
d
u
p
l
u
s
f
o
r
t
"
,
n
'
a
u
r
a
i
t
p
a
s
c
h
a
n
g
é
p
o
u
r
a
u
t
a
n
t
.
.
.
Q
u
e
d
u
c
o
n
t
r
a
i
r
e
,
e
l
l
e
a
u
r
a
i
t
c
e
r
t
a
i
n
e
m
e
n
t
é
t
é
d
'
a
u
t
a
n
t
p
l
u
s
e
x
p
l
i
c
i
t
e
p
o
u
r
l
e
s
m
i
l
l
i
a
r
d
s
d
e
C
h
i
n
o
i
s
,
d
e
P
h
i
l
i
p
p
i
n
s
,
d
e
M
a
l
a
i
s
i
e
n
s
e
t
a
u
t
r
e
s
h
a
b
i
t
a
n
t
s
d
e
p
a
y
s
o
ù
l
e
b
a
m
b
o
u
p
o
u
s
s
e
p
a
r
t
o
u
t
e
t
t
r
o
u
v
e
d
e
s
a
p
p
l
i
c
a
t
i
o
n
s
a
u
s
s
i
v
a
r
i
é
e
s
q
u
'
i
n
n
o
m
b
r
a
b
l
e
s
.
Quand une herbe fait concurrence
au bois…
LE BAMBOU - MATÉRIAU ÉCOLOGIQUE ET REMARQUABLE -
RENTRE DANS LA COUR DES GRANDS
CONSTRUCTION
N e w s n ° 3 7
5
L
e digitizer, invention développée par l'Erasmushogeschool
Brussel IWT, commence à faire ses preuves! Développée sous
le patronage de deux professeurs du département des Sciences
Industrielles et de Technologie de l'Institut, le Dr Erik
d'Hollander et l'Ir Albert Van Steedam, cette innovation
technologique avait initialement pour but l'automatisation du
processus de numérisation de clichés radiographiques, leur
annotation et leur acheminement vers un second centre de
diagnostique. Le développement de cette nouvelle technologie
a permis un transfert plus rapide et plus sûr des radiographies
entre spécialistes. A l'heure actuelle, dans la plupart des
hôpitaux, la prise de clichés radiographiques s'effectue exclusivement de manière digitale c'est pourquoi le digitizer s'oriente
aujourd'hui vers l'archivage numérique à grande échelle des clichés RX argentiques. Cet archivage permettrait de libérer des
milliers de mètres carrés utilisés actuellement dans les hôpitaux pour stocker ces clichés radiographiques.
Une technologie de pointe
T
echniquement, le Automated High Speed Digitizer est un système de scanning haute définition automatisé permettant la
numérisation très rapide (7 scans/min.) de 13 formats de radiographies analogiques différents (en cm :
18x24, 24x30, 30x40, 35x43, 18x43, 40x40, etc.) et leur transmission au travers d'un réseau numé-
rique vers des serveurs médicaux dédicacés PACS : (Picture Archiving and Communication
System) et RIS (Radiological Information System).
Le Digitizer fait intervenir plusieurs sphères de compétences: l'ingénierie mécanique, l'automa-
tisation mécanique au moyen de commandes logiques programmables, l'imagerie médicale
nécessitant le développement d'un système compatible avec le standard international DICOM
(Digital Imaging and Communication in Medecine format) et d'un processus de digitalisation de
haute qualité, sans parler de la gestion du réseau numérique.
Les résultats obtenus par Benoît Hargot et Albert Mahy, professeur en Construction à l'ECAM, ont
fait l'objet d'un reportage lors de l'émission " Une brique dans le ventre " diffusée le 31 mars 2007
sur la Une (RTBF).
Vous l'aurez compris, le bambou offre une alternative écologique et performante par rapport au
bois lamellé-collé classiquement utilisé. Les recherches actuelles vont également dans le sens des
poutres (composite) composées d'éléments en bois et en bambou, où ce dernier reprendrait
les contraintes mécaniques les plus importantes. L'avenir proche nous dira si le bambou a séduit ou
convaincu les architectes et les entrepreneurs. Le candidat bâtisseur aura alors peut-être une brique et un bambou dans le ventre!
BREVET/CONTRAT
C
o
n
t
a
c
t
:

C
é
d
e
r
i
c
D
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
P
r
o
j
e
c
t
M
a
n
a
g
e
r
B
i
o
c
h
e
m
i
s
t
r
y
-
E
n
v
i
r
o
n
m
e
n
t
d
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
@
i
n
d
u
t
e
c
.
b
e
L'Erasmushogeschool Brussel a
soumis une demande de brevet
NOUVELLE ÉTAPE DANS LA MATURATION DE NOTRE
AUTOMATED HIGH SPEED DIGITIZER
F
o
r
t
d
e
s
r
é
s
u
l
t
a
t
s
o
b
t
e
n
u
s
l
o
r
s
d
e
s
e
s
s
a
i
s
p
r
é
l
i
m
i
n
a
i
r
e
s
à
g
r
a
n
d
e
é
c
h
e
l
l
e
,
l
'
E
r
a
s
m
u
s
h
o
g
e
s
c
h
o
o
l
B
r
u
s
s
e
l
s
o
u
h
a
i
t
e
a
s
s
u
r
e
r
l
a
v
a
l
o
r
i
s
a
t
i
o
n
d
e
s
o
n
p
r
o
t
o
t
y
p
e
e
n
l
e
p
r
o
t
é
g
e
a
n
t
i
n
t
e
l
l
e
c
t
u
e
l
l
e
m
e
n
t
.
I
n
i
t
i
a
l
e
m
e
n
t
d
é
v
e
l
o
p
p
é
d
a
n
s
l
e
c
a
d
r
e
d
u
p
r
o
j
e
t
"
T
e
l
e
-
M
a
m
m
o
g
r
a
p
h
y
"
(
1
)
,
i
l
a
p
o
u
r
o
b
j
e
c
t
i
f
l
'
a
m
é
l
i
o
r
a
t
i
o
n
d
e
s
p
e
r
f
o
r
m
a
n
c
e
s
e
n
m
a
t
i
è
r
e
d
e
t
r
a
i
t
e
m
e
n
t
e
t
d
e
g
e
s
t
i
o
n
d
'
i
m
a
g
e
s
m
é
d
i
c
a
l
e
s
.
I
l
e
s
t
r
é
c
o
m
p
e
n
s
é
à
c
e
t
e
f
f
e
t
p
a
r
l
'
o
b
t
e
n
t
i
o
n
d
u
p
r
i
x
d
e
l
'
I
n
t
e
r
n
e
t
S
o
c
i
e
t
y
B
e
l
g
i
u
m
e
n
2
0
0
5
.
(1) projet initié et subventionné par la région de Bruxelles-Capitale dans le cadre de la détection et de la prévention du cancer du sein.
C
o
n
t
a
c
t
:

S
t
é
p
h
a
n
e
Y
a
n
n
o
p
o
u
l
o
s
P
r
o
j
e
c
t
M
a
n
a
g
e
r
T
e
c
h
n
i
q
u
e
s

d
e
P
r
é
c
i
s
i
o
n
s
t
e
p
h
a
n
e
.
y
a
n
n
o
p
o
u
l
o
s
@
i
n
d
u
t
e
c
.
b
e
N e w s n ° 3 7
6
BREVET/CONTRAT
L
e réseau des «Innovation Relay Centres» (IRC) a été
créé en 1995 avec le soutien de la Commission
Européenne pour favoriser l’innovation et la coopération
technologique internationale en Europe. Il rassemble
270 organisations regroupées en 71 IRC locaux, présents
dans 33 pays. L'IRC responsable pour la région de
Bruxelles-Capitale, connu sous le nom de
Brussels IRC, n'est autre que L’Agence
Bruxelloise pour l'Entreprise (ABE).
Le Brussels IRC a pour objectif d'«aider
les PME et chercheurs bruxellois à
identifier des partenaires en Europe, de
les assister lors de la prise de contact, de la
négociation et de la signature d’accords de
collaboration ou de transfert de technologies
ou d’innovations transnationaux
1
». Les mises en
réseaux ainsi rendues possibles complètent le travail des
interfaces universitaires. Par exemple, le département
Chimie Physique de l'Institut Meurice a récemment
diffusé, par l'intermédiaire du Brussels IRC, un profil
technologique où il offrait à des partenaires étrangers son
expertise de pointe en matière de développement, de
caractérisation et de fonctionnalisation de surfaces de
charbons actifs standardisés.
En effet, le département Chimie Physique, dirigé par
Vincent Dubois, avait l'ambition de développer de
nouvelles collaborations internationales. Une entreprise
pharmaceutique française faisant, elle, partie du réseau
IRC français a répondu à l'appel, visiblement intéressée
par la taille et surtout par les compétences du départe-
ment de recherche et développement de l'Institut
Meurice.
Il faut savoir que les charbons actifs «haut de
gamme» trouvent largement leur place dans
les manipulations effectuées par l'industrie
pharmaceutique. De plus, la fonctionnali-
sation des surfaces des charbons actifs et la
capacité à les standardiser représentent des
éléments essentiels car elles permettent à la
fois d'obtenir le résultat escompté et de le
reproduire de façon identique.
Les nouveaux partenaires ont ainsi signé un contrat
de confidentialité avant de se rencontrer à Bruxelles pour
concrétiser un premier accord concernant un travail de
recherche et développement confidentiel, impliquant des
sommes de plusieurs milliers d'euros. Par ailleurs, le
département Chimie Physique de l'Institut Meurice
effectuera des travaux de consultance pour l'entreprise
pharmaceutique française. Enfin, cette nouvelle collabo-
ration ouvre la porte à de futurs accords potentiels,
oujours synonymes de défis à relever au bénéfice des
avancées de la recherche.
Une valorisation préliminaire indispensable
A
ujourd'hui, les inventeurs du Digitizer ont trouvé important de franchir l'étape préliminaire idéale en matière de valorisation
d'un produit, à savoir l'obtention d'un brevet. De telle sorte que le 19 juin 2007, une demande de brevet belge "Werkwijze en
inrichting voor het automatich digitaliseren van Röntgenfoto's" / "Method and device for the automatic digitalization of X-Ray
images" a été soumise. L'initiative émane du département des Sciences Industrielles et de Technologie de l'Erasmushogeschool
Brussel ; les démarches et la coordination du dossier de dépôt du brevet ont été prises en charge par InduTec.
O
b
t
e
n
i
r
u
n
s
o
u
t
i
e
n
c
o
n
c
r
e
t
d
a
n
s
l
a
r
e
c
h
e
r
c
h
e
d
e
p
a
r
t
e
n
a
i
r
e
s
p
o
t
e
n
t
i
e
l
s
p
o
u
r
l
e
d
é
v
e
l
o
p
p
e
m
e
n
t
d
e
p
r
o
j
e
t
s

i
n
n
o
v
a
t
e
u
r
s
p
e
u
t
p
e
r
m
e
t
t
r
e
d
'
a
b
o
u
t
i
r
à
d
e
s
c
o
l
l
a
b
o
r
a
t
i
o
n
s
a
u
s
s
i
i
n
a
t
t
e
n
d
u
e
s
q
u
e
f
r
u
c
t
u
e
u
s
e
s
q
u
a
n
t
à
l
e
u
r
s
r
é
s
u
l
t
a
t
s
.
C
'
e
s
t
e
n
t
o
u
s
c
a
s
c
e
q
u
'
e
s
p
è
r
e
l
e
d
é
p
a
r
t
e
m
e
n
t
C
h
i
m
i
e
P
h
y
s
i
q
u
e
d
e
l
'
I
n
s
t
i
t
u
t
M
e
u
r
i
c
e
q
u
i
,
a
i
d
é
p
a
r
l
e
r
é
s
e
a
u
I
R
C
,
a
t
r
o
u
v
é
u
n
a
s
s
o
c
i
é
d
a
n
s
l
'
H
e
x
a
g
o
n
e
.
L'Institut Meurice signe un contrat
avec une entreprise
pharmaceutique française
UNE COLLABORATION RENDUE POSSIBLE GRÂCE AU BRUSSELS IRC
(1) http://www.abebao.be/content/publication/publicationcontent.aspx?ContentGUID=38ed64f4-6dda-4e38-ad27-df03e66d552b
C
o
n
t
a
c
t
:

C
é
d
e
r
i
c
D
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
P
r
o
j
e
c
t
M
a
n
a
g
e
r

d
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
@
i
n
d
u
t
e
c
.
b
e
N e w s n ° 3 7
7
ECHOS
F
ort de ses nombreuses et enrichissantes collaborations
avec des instituts et des centres de recherche au Canada,
l'Institut Meurice a eu le plaisir de recevoir la visite, le 30
mai dernier, d'une délégation canadienne composée
essentiellement d'entreprises biopharmaceutiques spécia-
lisées dans le diagnostic médical et les essais cliniques.
Parmi celles-ci, on notait la présence des laboratoires
médicaux Gamma-Dynacare, Spharm, CGF Pharmatech,
Integrated Research Inc., IRB Services, Scimega
Recherche, Pharmaconsult inc., …
Patrick Dysseler, Directeur-Président de la Haute Ecole
Lucia de Brouckère, a souligné lors de cette rencontre que
l'Institut Meurice entretenait depuis une bonne quinzai-
ne d'années des liens étroits de collaboration avec le
Canada dans des projets de Recherche et Développement
en technologies alimentaires et pharmaceutiques ainsi
qu'en matière d'environnement. Il a également mis en
évidence les compétences uniques des unités et des
laboratoires de la Haute Ecole (voir encadré).
Le rôle d'InduTec ainsi que les services fournis
par l'asbl pour ce qui concerne le transfert de
technologies entre le monde de la Recherche et celui des
entreprises ont été présentés par son Administrateur
Délégué, Anne-Marie van Oost.
Lors de la visite de l'Unité de BioTechnologies,
la délégation canadienne a particulièrement été intéressée
par le professionnalisme de l'équipe et les dimensions
préindustrielles des installations. La proximité avec
l'industrie a aussi impressionné la délégation, qui n'a pas
manqué de remarquer l'expertise développée quant à la
production et la purification de molécules d'intérêt ainsi
que la mise au point de nouveaux réacteurs / fermenteurs
pour les industries pharmaceutique et alimentaire.
Alain Durieux, Directeur de l'UBT, a saisi l'occasion pour
également mentionner les étroites collaborations que son
unité entretenait avec de nombreux autres laboratoires et
entreprises, dans la perspective de pouvoir offrir aux
industriels des solutions “clé sur porte” en fonction des
défis rencontrés. Et pour ne rien gâcher au tableau,
Jean-Paul Simon a présenté Eurobiotec Brussels, la
dernière spin-off née et fraîchement sortie de l'UBT, dont
il est le Managing Director. Précisons qu'Eurobiotec
Brussels sera un centre technologique pour l'innovation
en biotechnologie. Créé pour apporter un soutien actif
aux sociétés spin-off et start-up du secteur de la bio-
technologie, il sera opérationnel fin 2008 .
Cette après-midi de visite a permis de nouer des contacts
en vue de diverses collaborations potentielles en R&D
ainsi qu'en matière de valorisation de technologies bruxel-
loises au Canada.
(1) Fondée en mai 2007, BECI est le fruit de
l'union entre la Chambre de Commerce et
d’Industrie de Bruxelles et l’Union des
Entreprises de Bruxelles.
L'Institut Meurice reçoit la
visite d'industriels canadiens
UNE NOUVELLE RENCONTRE CONSOLIDANT UNE COOPÉRATION
FRUCTUEUSE ET BIEN ENRACINÉE
E
n
m
a
i
d
e
r
n
i
e
r
,
à
l
a
d
e
m
a
n
d
e
d
e
J
e
a
n
-
P
h
i
l
i
p
p
e
M
e
r
g
e
n
,
d
i
r
e
c
t
e
u
r
d
u
D
é
p
a
r
t
e
m
e
n
t
I
n
t
e
r
n
a
t
i
o
n
a
l
d
e
l
a
B
r
u
s
s
e
l
s
E
n
t
e
r
p
r
i
s
e
s
C
o
m
m
e
r
c
e
a
n
d
I
n
d
u
s
t
r
y
(
B
E
C
I
1
)
,
I
n
d
u
T
e
c
a
c
c
u
e
i
l
l
a
i
t
u
n
e
d
é
l
é
g
a
t
i
o
n
d
'
i
n
d
u
s
t
r
i
e
l
s
c
a
n
a
d
i
e
n
s
e
n
b
i
o
p
h
a
r
m
a
c
i
e
.
N
o
u
s
a
v
o
n
s
p
r
o
f
i
t
é
d
e
l
'
o
c
c
a
s
i
o
n
p
o
u
r
o
r
g
a
n
i
s
e
r
u
n
e
v
i
s
i
t
e
d
e
l
'
i
n
s
t
i
t
u
t
M
e
u
r
i
c
e
a
f
i
n
d
'
e
n

p
r
é
s
e
n
t
e
r
l
e
s
n
o
m
b
r
e
u
s
e
s
c
o
m
p
é
t
e
n
c
e
s
e
t
d
e
m
e
t
t
r
e
e
n
é
v
i
d
e
n
c
e
s
o
n
U
n
i
t
é
d
e
B
i
o
T
e
c
h
n
o
l
o
g
i
e
s
(
U
B
T
)
,
The
M
e
u
r
i
c
e
I
n
s
t
i
t
u
t
e
, part of the Haute Ecole Lucia
de Brouckère, delivers Master Industrial Engineers in
Chemistry and Biochemistry grades. Moreover, since
more than one century, the Meurice Institute works
out R&D programs with the industrial world in the
fields of applied microbiology, food processing and
bioprocesses, at Belgian and international level.
Capitalizing on more than 40 researchers experts in
Life Sciences, the Institute actively participates to
broadly applied research with future-oriented and
innovative strategy including economic valorization
through existing spin-off companies.
The Meurice Institute is located on the C.E.R.I.A.
(Centre de Recherches des Industries Alimentaires et
Chimiques) Campus in Brussels.
Major research bioengineering units conducted in
Meurice Institute are :
• Biotechnology Unit
• Brewery and Fermentation Unit
• Food Technology Unit
• Microbiology Unit
• Natural Substances Unit
The
C
I
R
I
H
A
(Research and Information Center on
Food Intolerances and Hygiene) provides expertise
mainly in food intolerances analysis and in reduction
of cardiovascular risks related to food practices.
C
o
n
t
a
c
t
:

C
é
d
e
r
i
c
D
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
P
r
o
j
e
c
t
M
a
n
a
g
e
r
B
i
o
c
h
e
m
i
s
t
r
y
-
E
n
v
i
r
o
n
m
e
n
t
d
o
u
t
r
e
l
e
p
o
n
t
@
i
n
d
u
t
e
c
.
b
e
D
ans le cadre du Projet Européen NEWTICKETT,
(NEW Tools to Improve Clusters Key European
Technology Transfer), dont l’Agence Bruxelloise pour
l’Entreprise est partenaire, des outils concrets pour évaluer
et faciliter le partenariat et le transfert de technologie ont
été développés.
L’innovation, le transfert de technologie et le partenariat
technologique sont considérés comme les meilleures armes
pour raviver la compétitivité des entreprises européennes
(cfr. stratégie de Lisbonne), mais leur mise en œuvre est
souvent difficile, voire hasardeuse.
La boîte à outils NEWTICKETT est mise gratuitement à
votre disposition pour évaluer vos forces et faiblesses face
au partenariat technologique et vos atouts et besoins face au
transfert de technologie.
Pour vous en faire une meilleure idée, nous vous convions
à un séminaire de présentation du projet et de la métho-
dologie NEWTICKETT, où seront discutés de manière
collective les avantages, inconvénients, pièges et oppor-
tunités du partenariat technologique et du transfert de
technologie.
Ce séminaire se tiendra à l’Agence
Bruxelloise pour l’Entreprise, sur le site de
Tour&Taxis (Avenue du Port 86c à 1000
Bruxelles) le 23 Janvier 2008 à 14h.
Pour vous y inscrire, il vous suffit de remplir
le tableau ci-dessous avec vos coordonnées
et de le renvoyer par mail à Jennifer
Demeuldre : jennifer@indutec.be ou par
fax au 02 534 33 95. La participation au
séminaire est gratuite mais la réservation
obligatoire. Les places sont limitées à 30
personnes.
N e w s n ° 3 7
8
F
ort de son savoir-faire, Impact Cooremans a mis au point un
programme de formations qui développe l’esprit d’entreprendre.
Ce programme unique, grâce à l’expérience et aux compétences des
Hautes Ecoles participantes (H.E. Francisco Ferrer, H.E. Lucia de
Brouckère et H.E. Paul-Henri Spaak) et de leurs partenaires
(Agence Bruxelloise pour l’Entreprise, InduTec, Société de
Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale) couvrira les
domaines suivants :
1. Entreprendre : de l’idée à la création de l’entreprise
2. Définir sa stratégie
3. Gérer ses finances
4. Définir sa stratégie marketing
5. Valoriser ses acquis et créer son entreprise
Cette formation fait appel à une équipe professorale recrutée dans le
monde des affaires. « Vouloir entreprendre » est un objectif mais
aussi une passion que l’équipe s’est donné pour défi de transmettre !
L’aspect « connaissances académiques » de la formation a été réduit
pour laisser place à une pédagogie de type interactive entre interve-
nant(e)s et participant(e)s.
Ce programme de formation s’adresse à :
- tout étudiant inscrit ou diplômé d’un deuxième cycle qui
souhaite entreprendre, soit pour s’intégrer dans une entre-
prise, soit pour la reprendre ;
- toute personne ayant un projet ou souhaitant développer ses
compétences entrepreneuriales (sur présentation d’un
dossier soumis au directeur du programme).
La formation commence le 27 novembre 2007 pour s’achever fin
mai 2008 à raison de deux soirées (17h à 21h) hebdomadaire.
Pour tout renseignement : Michel Hansoul
Tel : +32 2 551 02 13 (du lundi au jeudi de 14h à 19h)
GSM : +32 486 41 03 42
Mail : michel.hansoul@brunette.brucity.be
www.cooremans.net
Vouloir entreprendre
ECHOS
JE SOUHAITE PARTICIPER AU SEMINAIRE NEWTICKETT ORGANISÉ
LE 23 JANVIER 2008 A TOUR & TAXIS (1000 BRUXELLES)
TITLE
………
FIRST NAME
………………………
FAMILY NAME
…………………………
POSITION IN ORGANIZATION
………………….
ORGANIZATION
……………………….
ADDRESS
………………………………………………………………………………………...
CITY
……………………………
POST CODE
……………
COUNTRY
……………………..
PHONE
…………………
FAX
…………………
EMAIL
……………………………………..
Décidez au terme de ce
séminaire si vous désirez
bénéficier de la méthode
NEWTICKETT