Le Web sémantique - Université Paris Dauphine

shrubberyweakInternet και Εφαρμογές Web

21 Οκτ 2013 (πριν από 4 χρόνια και 22 μέρες)

84 εμφανίσεις

Le Web sémantique et ses applications
au commerce électronique et aux systèmes d'information



Equipes participant au projet
• Equipe « Recherche opérationnelle appliquée, systèmes d'information, instruments
d'aide à la décision et dynamique des organisations » du LAMSADE
• Equipe « Intelligence artificielle et processus de décision » du LAMSADE
• Equipe « Bases de données et génie logiciel » du LAMSADE
• Equipe « Modèles de l'informatique répartie : Aide à la conception, vérification et
évaluation » du LAMSADE
• Equipe « Analyse de Données, Probabilité et Statistique » du CEREMADE

Contexte du projet

Le Web sémantique est un projet qui vise à transformer les technologies logicielles Web de
manière à ce que :
• d’une part, l’information contenue dans les innombrables fichiers de données des
machines connectées au Web soit exploitable de façon optimale,
• d’autre part que les applications locales ou réparties puissent coopérer quelque soit
leur modèle de développement.

Les fondations de ce projet sont certainement XML, modèle de représentation de données
semi structurées et les services Web, formalisme de déclaration d’invocation d’une
application « affichée » sur le Web. Cependant si ces technologies répondent au besoin
d’interopérabilité syntaxique, elles ne répondent pas au besoin d’interopérabilité
« sémantique » indispensable aux objectifs du projet. Ces insuffisances sont à l’origine de
nombreux projets de recherche actuels dont celui que nous proposons ici.

Les enjeux et les retombées industriels du Web sémantique sont de première importance ce
qui explique l’investissement des entreprises « leader » de l’informatique telles que IBM, HP,
Sun, Microsoft, Oracle, etc. Nous décrivons ci-dessous les impacts potentiels du Web
sémantique sur l’activité des entreprises.
• L’aide à la décision suppose la synthèse et l’extraction d’informations pertinentes
dans une masse d’informations opérationnelles. Le Web sémantique fournira le
moyen d’analyse de données hétérogènes et réparties.
• Le développement de l’activité commerciale sera favorisé par une plus grande
réactivité et une meilleure adéquation aux besoins des clients lors de la construction
en temps réel de propositions.
• Le partage d’informations au sein de l’entreprise et l’extraction de connaissances
sont des éléments clefs du fonctionnement de celle-ci. Ce processus sera
certainement favorisé par les méthodes de construction des ontologies associées au
Web sémantique.
• L’automatisation des tâches administratives qui a connu un premier essor avec les
outils de travail coopératif devrait se généraliser et couvrir des tâches plus
complexes.

Objectifs du projet

Ce projet vise à proposer des modèles formels de conception et d’analyse des différents
composants du Web sémantique, à développer des prototypes correspondant à ces modèles et
à valider les modèles dans un contexte réel. Nous détaillons maintenant les travaux qui
s’inscriront dans ce cadre.

1. Négociation, apprentissage et commerce électronique

Initialement associée au commerce électronique, la négociation automatique consiste en un
échange d’offres et de contre-offres entre agents vendeurs et agents acheteurs jusqu’à un
éventuel accord sur un produit et son prix. Dans ce cadre, nous nous intéressons d’une part au
développement d’agents de négociation pour la dématérialisation des achats publics (GtoB
procurement) et d’autre part à l’apprentissage de stratégies de négociation.
Agents de négociation pour la dématérialisation des achats publics

Les procédures d’achat public se veulent équitables et transparentes. Elles s’appuient sur des
règles strictes de négociation qui diffèrent selon les marchés. La dématérialisation des achats
entraîne une transmission de l’information sous forme de documents XML et une
automatisation du processus de négociation. Notre objectif est de prendre en compte la grande
variété de mécanismes de négociation, correspondant à ces différentes procédures d’achat. A
cette fin, nous nous proposons de définir :
• une ontologie des marchés publics,
• une ontologie de négociation,
• un langage de spécification qui définit, à l’aide de l’ontologie de négociation, les
règles de négociation dans une procédure d’achat,
• une architecture Multi-Agent flexible et générique conforme à FIPA qui permet de
générer les agents participant à la négociation à partir des spécifications du marché et
de la procédure d’achat.

Afin d’améliorer les capacités de négociation des agents, des techniques d’apprentissage
peuvent être mises en oeuvre. Plus précisément, l’apprentissage peut intervenir de deux
façons différentes. La première approche consiste à modéliser le comportement de l’agent
adverse afin de prédire quelles offres cet agent peut accepter. Un tel modèle s’élabore durant
la négociation et s’utilise pour guider l’algorithme de négociation. Différentes techniques
d’apprentissage peuvent être envisagées selon les hypothèses que l’on fait concernant le
comportement de l’adversaire. Par exemple, si l’on suppose que le comportement de l’agent
adverse dépend de son passé, on s’orientera vers des techniques d’apprentissage de séquences
(e.g. apprentissage de processus gaussiens). Dans le cas contraire, on peut par exemple utiliser
des méthodes standards comme les réseaux bayésiens, l’apprentissage en ligne, etc.
L’approche alternative est l’apprentissage direct d’une stratégie de négociation, ce qui relève
typiquement de l’apprentissage par renforcement. Dans ce cas, l’agent adverse n’est plus
nécessairement modélisé explicitement, du fait que l’agent apprenant tente d’estimer ses
propres chances de succès dans la négociation. La seconde approche (l’apprentissage direct
d’une stratégie) soulève quant à elle de nombreuses questions théoriques : si l’agent adverse
est lui-même doté de facultés d’apprentissage, la procédure d’apprentissage peut-elle
converger, ou y aura-t-il des phénomènes de bouclage ? Quelles sont les spécificités du cadre
de la négociation pour l’apprentissage par renforcement ? Comment intégrer aux algorithmes
d’apprentissage par renforcement classique une stratégie de négociation « de base », afin que
l’apprenant ne parte pas de zéro ?


2. Interactions de services Web complexes

Les services Web sont des applications modulaires incluant la description de leurs
fonctionnalités et pouvant être publiée, localisées et invoquées à travers le Web. Le cadre
conceptuel des services Web recouvre trois aspects : les protocoles de communication
applicatifs, la description de services et la découverte de services. Cependant l'interaction
avec un service Web reste élémentaire et similaire à un appel de procédure à distance. Or les
besoins des utilisateurs conduisent à des applications complexes nécessitant un contrôle à
travers un modèle explicite de processus. Ce type de service introduit un nouveau problème :
les clients doivent gérer une interaction longue (i.e. avec état) avec un service dont la
spécification est découverte à l'exécution. L'un des buts de notre travail est de concevoir un
agent générique capable de dialoguer de manière correcte avec n'importe quel service et ceci
en se basant uniquement sur sa description formelle.
La plupart des langages de spécification (WSFL, XLANG, BPEL4WS) proposent un
ensemble d'opérateurs afin de décrire le service de façon modulaire. Bien que ces opérateurs
ressemblent aux constructeurs d'un langage de programmation, une spécification est
principalement la description du comportement observable du service à partir des messages
échangés avec le client. Aussi par construction, ce comportement est non déterministe en
raison des choix internes du serveur. De plus, la spécification inclut souvent des contraintes
de temps. La démarche que nous proposons est donc la suivante. Premièrement, nous
spécifions ce qu'est un comportement, autrement dit nous enrichissons les langages de service
Web d'une sémantique opérationnelle exprimée comme un système de transitions temporisés.
Puis nous définissons une relation entre deux systèmes communicants qui formalise le
concept d'une interaction correcte. Enfin nous développons des algorithmes de synthèse d'un
client (déterministe) qui vérifie la relation d'interaction avec le service. Certaines
spécifications, dites ambiguës, n'admettent aucun client qui vérifie la relation d'interaction.
Aussi les algorithmes doivent soit détecter l'ambiguïté d'un service Web soit générer un
modèle formel d'un « bon » client (e.g. un automate temporisé déterministe).

Dans ce projet, nous proposerons également un cadre conceptuel et architectural pour
l'interopérabilité des systèmes multi-agents (SMA) hétérogènes. Notre approche est fondée à
nouveau sur les services Web, qui permettent à des applications d'exposer leurs
fonctionnalités au travers d'interfaces standardisées. Ils favorisent ainsi une architecture
orientée services, intégrant des systèmes hétérogènes complexes, fortement distribués et
pouvant coopérer sans recourir à une intégration spécifique et coûteuse. Dans notre modèle,
les agents publieront leurs capacités en tant que services Web pouvant être utilisés par d'autres
agents et ce indépendamment des caractéristiques conceptuelles (architecture, modèle
d'interaction, etc.) et techniques (plate-forme, langage de programmation, etc.) de ces agents.

3. Web mining

Le Web mining comporte deux aspects complémentaires : le « Web content mining » et le
« Web usage mining ». Le Web content mining concerne l'extension du text mining à des
documents contenant des structures de liens hypertextuels. Le Web usage mining concerne les
méthodes de traitement, de détection et d'analyse de comportement d'utilisateurs sur les sites
Web. Décrire et analyser les concepts sous-jacents des données issues du Web de taille parfois
gigantesques de façon à en extraire des connaissances nouvelles constituent une tâche
d'importance grandissante. Ces concepts peuvent seulement être décrits par des données plus
complexes : variables à valeur, intervalle, histogramme, loi, etc. parfois structurées par des
règles ou des taxonomies. L'analyse des données symboliques, sa théorie et son cadre
informatique mis au point par la participation de 17 équipes européennes à deux projets
européens d'EUROSTAT (SODAS et ASSO) ouvrent la voie à de nombreuses directions de
recherche à l'interface entre les bases de données et les statistiques en permettant en entrée des
données plus complexes car aptes à décrire des concepts qui constituent de nouvelles unités
statistiques sur lesquels il faut étendre les langages d'interrogation, les méthodes à ce type de
données et les grands outils de la statistique descriptive, exploratoire ou décisionnelle. Il est
ainsi possible de sortir du carcan (imposé actuellement par les logiciels de statistiques ou de
data mining), des tableaux de données classiques où les unités sont seulement décrites par des
variables quantitatives ou qualitatives. Ces recherches peuvent déboucher sur une meilleure
connaissance du profil des utilisateurs du Web, connaître les centres d'intérêts des utilisateurs
pour adapter le contenu de site, connaître le comportement des utilisateurs pour adapter
l'ergonomie du site.

L'analyse des données exploratoire, la classification automatique, L'analyse des données
symbolique, le « data mining », le passage des données aux connaissances constituent dans
cette optique des directions de recherche très ouvertes au champ d'application considérable.

4. Systèmes d'annotation et de notification

Dans la lignée du thème précédent, nous nous proposons d'étudier les mécanismes de
description de ressources du Web et l'utilisation de ces descriptions comme support pour des
fonctionnalités de recherche, de notification et de personnalisation. Le Web peut être vu
comme une immense bibliothèque de documents aux formats et contenus très hétérogènes.
De plus cette bibliothèque évolue de manière souvent imprévisible, soit par ajout/suppression
de documents, soit par modification du contenu des documents existants. Une démarche
essentielle pour pallier les obstacles soulevés par cette diversité est la production de méta-
données ou annotations, qui fournissent une description structurée des ressources et
permettent donc le développement de services divers. Ces méta-données peuvent être
obtenues soit par analyse textuelle (cf. ci-dessus) soit par annotation manuelle, soit enfin par
des mécanismes d'inférence qui s'appuient sur le contexte d'un document (par exemple les
liens hypertextes qui lient ce document au reste du Web) où des ontologies décrivant le
domaine de connaissance.

Nous nous proposons d'étudier ces mécanismes de productions de méta-données dans des
situations plus contraintes que le Web pris dans sa généralité: bibliothèques numériques,
systèmes d'enseignement à distance (ressources pédagogiques), systèmes d'information
d'entreprise. Nous visons également à formaliser et expérimenter divers types de services
s'appuyant sur ces méta-données :
• recherche et parcours d'information (« Donnez moi tous les emails, factures, devis et
propositions commerciales relatives à CE client »)
• notification/alerte (« Prévenez-moi si un évènement de n'importe quel type
(facturation, envoi/réception d'email ou de proposition commerciale) survient pour CE
client dans les deux prochaines semaines »)
• personnalisation (« Offrez-moi une vision et/ou des parcours spécifiques du système
d'information basés sur mon profil »)

Ces axes de recherche se rattachent, au sein du Web sémantique, à tout ce qui relève de la
gestion d'ontologies, de systèmes collaboratifs et distribués et de langages de description et de
raisonnements.

5. La gestion des connaissances

Les ontologies sont considérées comme une technologie clef pour la gestion de connaissance
(Knowledge Management) en grande partie parce qu’elles aident à apporter une
représentation commune dans la manière où l’expertise est décrite. Cette représentation
commune concerne non seulement la terminologie mais également la manière dont les
concepts et les objets peuvent être organisés et structurés dans un domaine. Par essence, les
ontologies sont des spécifications formelles et consensuelles de conceptualisations qui
proviennent d’une compréhension partagée et commune d’un domaine, une compréhension
qui peut être transmise par les personnes et les systèmes d’information.
Dans un monde globalisé, fondé sur une société de l’information structurée en réseaux, et des
entreprises qui se trouvent au cœur des mouvements économiques et sociaux, les
connaissances sont devenues une ressource immatérielle primordiale. Les concepts de
«Système d’Information», d’«Entreprise Étendue» et de «Knowledge Management»
recouvrent de nombreuses acceptions selon les courants d’influence (managérial versus
technologique). Ainsi il n’existe pas de modèles stables de ces trois concepts et de leurs
impacts sur les performances de l’organisation. Les organisations ont besoin de référentiels
leur permettant d’intégrer ces concepts dans leur vision stratégique et d’en tenir compte en
tant que facteur d’amélioration des performances.
La finalité de la gestion de connaissance pour le Web sémantique est de créer des instruments
de référence (modèles, méthodes et outils) permettant de définir des ontologies pour les
«entreprises étendues». Les ontologies doivent être dynamiques, c'est-à-dire qu’une
connaissance ayant un schéma interprétatif pour une communauté doit pouvoir être intégrée
comme concept. Ce concept pouvant soit être modifié si son schéma évolue, soit disparaître
de l’ontologie si son schéma n’est plus acceptable par la communauté.

Notre étude se déclinera selon les thèmes suivants :
• Modéliser l’entreprise étendue et son système d’information.
• Modéliser le processus de création de sens dans le cadre d’une décision collective.
• Construire un modèle global de knowledge management de l’entreprise (MGKME)
qui établisse les liens entre les théories des organisations et du management, l’aide à la
décision, la sociologie des organisations. Instrumenter ce modèle par des méthodes et
des outils (ontologies, approches, méthodes d’ingénierie des besoins et de conduite de
projets, grilles d’analyse et de synthèse, atelier logiciel et algorithmes d’aide à la
décision).
• Apporter les éléments nécessaires à la spécification d’artefacts et de logiciels
applicatifs intégrant les connaissances (portails d’entreprise, atelier logiciel supports
des démarches mise en oeuvre, algorithmes et outils d’évaluation des résultats).
Ces recherches reposent sur les travaux en système d’information (SI), en ingénierie des
connaissances (IC) en knowledge management (KM) et en aide à la décision individuelle et
collective , en reprenant différents modèles, techniques et méthodes dont :
• les langages de modélisation, les méthodes de conception et les outils informatiques
(Internet, outils de travail coopératif, outils de gestion des contenus, moteurs de
recherche, portails) issus des recherches en système d’information ;
• les méthodes et outils d’acquisition et de représentation des connaissances issus des
recherches en ingénierie des connaissances ;
• le cadre directeur GAMETH pour repérer les connaissances cruciales issu des
recherches en KM ;
• les techniques et méthode de l'analyse multicritères issus des recherches en aide à la
décision.
Ainsi, ces recherches contribuent à alimenter les réflexions sur les constructions des
ontologies associées au Web sémantique dans le cadre des entreprises étendues, par une
fertilisation croisée de ces domaines.

Collaborations nationales

INRETS, GRETIA Arcueil, G. Scemama
INRA Grignon, J-M Attonaty
CIRAD Montpellier, J-P Müller
ITAVI (Institut technique de l’aviculture), I. Bouvarel
LIP6 thème OASIS, Université Paris 6, J-P. Briot, A. El Fallah
LIPN, Université Paris-Nord: P. Dague
LEIBNIZ équipe MAGMA, Université Grenoble, Y. Demazeau
LRI, Université Orsay, P. Rigaux, N. Spyratos
LIP6 thème SRC, Université Paris 6, F. Kordon, B. Folliot, P. Sens
CEDRIC, CNAM Paris, C. Kaiser, K. Barkaoui
LABRI, Université Bordeaux 1, J-M. Couvreur
LAAS, Toulouse, F. Vernadat
CRESTIC, Université Reims, P.Moreaux, H. Fouchal
LIP6 pôle IA, Université Paris 6, P. Brezillon
Ecole Normale Supérieure de Cachan, A. David
Laria, Amiens, G. Kassel
LIRIS,Université Claude Bernard Lyon1, A. Mille
CGS, école des Mines de Paris, J C Sardas
IRIT – INPT Equipe CSCToulouse, P. Zaraté

Collaborations internationales

Carnegie Mellon Université, CMU, Robotic Institute, K. Sycara
Université de Lisbonne, LABMAG, Laboratoire de Modélisation d’Agents, Faculté de
Sciences (FCUL), H. Coelho
ISCTE – DCTI Lisbonne, J. A. Louçã
Imperial College Londres, F. Toni
Université de Chypres, A. Kakas, P. Moraitis
Centro de Informática (CIn) Universidade Federal de Pernambuco, G. Ramalho
Laval University, Quebec, B. Moulin, B. Chaib-Draa
Department of Information Technology, The Poznan University of Economics, W. Cellary
Instituto de Computaçao, UNICAMP Campinas, Brasil, C. B. Medeiros
New Jersey Institute (USA), V. Oria
Université de Turin, S. Donatelli, G. Franceschinis
Université de Saragosse, M. Silva
Birbeck College, Londres, A. Poulovassilis
Institut FORTH, Crète, V. Christophides
University Of South Florida (USF), Chair Information Systems & Decision Sciences College
of Business Administration Tampa, Stanley J. Birkin
University of Cologne, Germany, C. Loebbeck :
Universita Cattolica de Milan, M de Marco, M Sorrentino et A Carignani
CEN/ISSS (Centre Européen de Normalisation/ Information Society Standardization System)

Participation au réseau d’excellence international AGENTLINK
PAI (EGIDE) avec l’Université de Lisbonne.
Contrat Européen : responsable scientifique du projet européen d'EUROSTAT intitulé ASSO
qui réunit quinze équipes européennes de 9 pays avec pour objectif de réaliser un logiciel
d'Analyse de données symboliques orienté traitement de données provenant d'enquêtes
relevant de la statistique officielle.
Contrat de recherche entre la NSF et l’INRIA portant sur l’Analyse des Données
Symboliques. L. Billard (UGA) resp. Etats-Unis.

Relation avec le projet d’enseignement de l’Université

Ce projet s’articule avec le projet LMD de l’Université (prévu pour la rentrée 2005) à la fois
sur le volet professionnel et sur le volet recherche :
• Volet professionnel avec le pôle des 3 DESS Informatique (Informatique
Décisionnelle, Systèmes d’Information et Technologies Nouvelles, Technologies de
l’Internet pour les Organisations) qui comprennent des enseignements sur l’analyse de
données, le développement des applications Internet, la mise en place des services
Web, l’impact des technologies « Web » sur la conception des systèmes
d’information et sur l’activité commerciale
• Volet Recherche avec le DEA 127 des Systèmes Intelligents auxquels collaborent la
plupart des équipes et qui décline le projet sur les aspects de modélisation formelle et
algorithmique.

Publications récentes en rapport avec le projet

S. Haddad, T. Melliti, P. Moreaux, S. Rampacek « A dense time semantics for Web services
specifications languages » IEEE First International Conference on Information &
Communication Technologies: from Theory to Applications Damas, Syrie, Avril 2004

S. Haddad, T. Melliti, P. Moreaux, S. Rampacek « Modelling Web Services Interoperability »
6th International Conference on Enterprise Information Systems Porto, Portugal, Avril 2004

T. Melliti, S. Haddad « Synthesis of Agents for Web Service Interaction » Workshop
Semantic Web Services for Enterprise Application Integration and E-Commerce of the Fifth
International Conference on Electronic Commerce Pittsburgh. USA Octobre 2003

J. El Haddad, S. Haddad « Algorithmes de communication auto-stabilisants dans un système
de robots mobiles » Colloque Francophone sur la Modélisation des Systèmes Réactifs
(MSR'03) Metz. France Octobre 2003

J. El Haddad, S. Haddad « Self-Stabilizing Scheduling Algorithm for Cooperating Robots »
ACS/IEEE International Conference on Computer Systems and Applications (AICCSA'03)
Tunis Tunisie. Juillet 2003

L. Billard, E. Diday « From the Statistics of Data to the Statistics of Knowledge: Symbolic
Data Analysis » JASA. Journal of the American Statistical Association. Juin, Vol. 98, N°
462, 2003

E. Diday , R. Emilion « Maximal and stochastic Galois Lattices » Journal of Discrete Applied
Mathematics . 127 , 271-284, 2003

E. Diday, F. Esposito « An introduction to Symbolic Data Analysis and the Sodas Software »
IDA. International Journal on Intelligent Data Analysis, Volume 7, issue 6. december 2003.

E. Diday « Analyse des données symboliques: théorie et outil pour la fouille de
connaissances » TSI (Technique et Science Informatiques). Vol 19, n°1-2-3 , Janvier 2000.

Ciampi, E. Diday, J. Lebbe, E. Perinel, R. Vignes « Growing a tree classifier with imprecise
data » Pattern Recognition letters 21, pp 787-803. 2000

S. Aknine, S. Pinson, S. Shakun « An Extended Multi-Agent Negotiation Protocol,
International Journal on Autonomous Agents and Multi-Agent Systems, 8(1), 5--47, 2004

M.J. Bellosta, I. Brigui, S. Kornman, D. Vanderpooten « A multicriteria model for electronic
auctions » SAC2004 (ACM Symposium on Applied Computing), pp759-765, 2004

S. Aknine, M.J. Bellosta, S. Kornman, S. Pinson. « A Many-to-Many Negociation Protocol
for Electronic Commerce with Risk Commitment Strategies » The Fifth International
Conference on Electronic Commerce Research (ICECR-5), Montreal, Canada October 23-27,
2002.

N. Bredeche, Y. Chevaleyre, L. Hugues. « Wrapper for Object Detection in an Autonomous
Mobile Robot » Proceedings of the IAPR's Sixteenth International Conference on Pattern
Recognition 2002. Quebec City, Canada.

N. Bredeche, Y. Chevaleyre. « Physically grounding the lexical semantics of words in a robot
visual perception » Proceedings of the Seventh International Symposium on Artificial Life
and Robotics for Information Technology 2002. Oita, Japan.

N. Bredeche, J-D Zucker, Y. Chevaleyre. « A Wrapper-based Approach to Robot Learning
Concepts from Images » Proceedings of the Seventh Pacific Rim International Conference on
Artificial Intelligence 2002. Tokyo, Japan.

P. Caillou, S. Aknine, & S. Pinson, « A Multi-Agent Method for Forming and Dynamic
Restructuring of Pareto Optimal Coalitions » First International Joint Conference on
Autonomous Agents and Multi-Agent Systems (AAMAS 02), Bologne, Italie, ACM Press,
1074-1081.

P. Caillou, S. Aknine, & S. Pinson « Multi-Agent Models for Searching Pareto Optimal
Solutions to the Problem of Forming and Dynamic Restructuring of Coalitions » European
Conference of Artificial Intelligence (ECAI 2002), Lyon, France, IOS Press, 13-17.

P. Caillou, S. Aknine, & S. Pinson « How to Form and Restructure Multi-agent Coalitions »
National Conference on Artificial Intelligence (AAAI 02) Workshop on Coalition Formation,
Edmonton, Canada, AAAI Press, 32-37.

S. Aknine and S. Pinson « Managing Distributed Parallel Workflow Systems Using a Multi-
Agent Method » Yiming Ye and Elizabeth Churchill (eds.), Agent Supported Cooperative
Work, Kluwer, 2002.

Y. Chevaleyre , N. Bredèche, J.-D. Zucker. « Learning Rules from Multiple Instance Data :
Issues and Algorithms » Proceedings of the 9
th
International Conference on Information
Processing and Management of Uncertainty in Knowledge-Based Systems 2002. Annecy,
France.

M. Grundstein, C. Rosenthal-Sabroux et A. Pachulski Reinforcing Decision Aid by
Capitalizing on Company’s Knowledge: Future Prospects., EJOR, European Journal of
Operational Research Revue EJOR, European Journal of Operational Research, Volume 145,
number 2, March 1, 2003, pp.256-272.
M. Grundstein, C. Rosenthal-Sabroux Three Types of data for extended company’s
employees: a knowledge management viewpoint:. annales n°1, décembre 2002, P173-191.

C. Cauvet, C. Rosenthal-Sabroux Ingénierie des systèmes d’information, chez Hermès janvier
2001

M. Grundstein et C. Rosenthal-Sabroux Vers un système d'information source de
connaissances p. 317-348 dans Ingénierie des systèmes d’information paru chez Hermès
2001.

N.Kettani, P. Paré, D. Mignet et Camille Rosenthal-Sabroux DE MERISE à UML chez
Eyrolles 2002.