Table of Contents

laurelsandwichΛογισμικό & κατασκευή λογ/κού

25 Νοε 2013 (πριν από 3 χρόνια και 6 μήνες)

268 εμφανίσεις

Table of Contents

LE PRINCIPE DE LA RE
LATIVITÉ DU CONTRAT
ET LES STIPULATIONS
POUR AUTRUI

................

9

London Drugs Ltd c. Kuehne & Nagel International Ltd

................................
................................
....................

10

L
A RÈGLE CLASSIQUE AU

S
UJET DES TIERS ET LE
UR RESPONSABILITÉ AU

K:

................................
..............................

10

Tweedle c. Atkinson, (1861)


pères 200$ et 100$ promis au nouveau mariés.


Un étranger ne
peut faire respecter le K

................................
................................
................................
................................
.....................

10

Dunlop Pneumatic Tyre Co. c.

Selfridge & Co., (1915)
-

Dew vend stock a dunlop à selfridge


dunlop veux controller ses pneus.

................................
................................
................................
................................
.

11

L
A RÈGLE CONTEMPORAIN
E


ZÉRO
JUS TERTII

................................
................................
................................
................

12

Greenwood Shopping Plaza c. Beatty (1980)


assureu
r réussi a poursuivre employé pour un feu
car tiers bénéficie du k peux être poursuivi.

................................
................................
................................
.............

12

G
REENWOOD
S
HOPPING
P
LAZA C
.

B
EATTY
C
RITIQUES
:

................................
................................
...............................

14

L
ES DEUX ASPECTS DE
LA RÈGLE QUI EXCLUT
LES TIERS DES
RESPONSABILITÉ CONTR
ATCUELLE

.........................

15

S
TRATÉGIES EX POST FA
CTO


STRAT
.

P
ROTÈGE LES TIERS APR
ÈS
K

................................
................................
..........

15

Beswick c. Beswick, (1968) A.C. 58 (H.L.)
-

Veuve poursuit son neveu pour clause… établi par le
mari (
mort)
-

................................
................................
................................
................................
................................
...........

16

S
TRATÉGIES EX ANTE


PROTÈGE TIERS AVANT
LE
K

................................
................................
................................
......

17

L
E TRANSFERT DES DROI
TS À UN TIERS
:

................................
................................
................................
..........................

17

a) la transformation du tiers en partie contractante

:
Affaire Scot
son c. Pegg (p.342)



..................

17

b) la cession des droits contractuels


in personam
-

Hirachand c. Temple, Sloan c. Union Oil

......

17

c) le contrat unilatéral accessoire à un autre contrat

:
-

Carlill c. Carb
olic.

................................
.............

18

Coulls c. Bagot’s Executor & Trust Co. (1966)


2 personnes peuvent conjointement et selon un
membre du grp faire k
-

rédaction
................................
................................
................................
................................

19

Thomas c Thomas


distinction entre conjointement ou non

................................
................................
..........

20

Q
UELLES SONT LES EXCE
PTIONS À LA RÈGLE
?
................................
................................
................................
.................

21

(i) La fiducie (1
ère

exception dans Greenwood)

................................
................................
................................
.......

21

Vandepitte c. Preferred Accidents Ins. Co. (1993)


accident d’auto
-

Jean n’est pas assuré via son
père


loi sur les assurances

................................
................................
................................
................................
.............

21

Loi sur les assurances
-

élimine le principe de la relativité mais n’annule pas la règle en
générale****nouveau

................................
................................
................................
................................
..........................

23

(
II
)

L
E MANDAT

:

(2
E

EXCEPTION RECONNUT D
ANS
G
REENWOOND
)

................................
................................
..........

23

L
ES ÉLÉMENTS D

UN MANDAT
:

(406)

................................
................................
................................
..............................

24

D
ANS LE CAS DE TRANSP
ORT

:

-

LE CONTRAT DE MANUTE
NTION

:

................................
................................
..............

24

Scotson c. Pegg, (1861)
-

Pr
omesse d’agir selon un K = cp valable

................................
................................
.

25

L& B Construction Ltd c. Northern Canada Power Commission et al, (1984)
-
Les cables brise et la
génératrice à l’eau
-

Éléments du mandat
-

................................
................................
................................
...............

27

L
ES EXCEPTIONS À

LA RÈGLE
:

................................
................................
................................
................................
.............

29

London Drugs c. Kuehne & Nagel International Ltd., (1992) 3 R.C.S. 299:
-

Exceptions à la règle
sur les tiers

................................
................................
................................
................................
................................
...............

29

L
ES
4

JUSTIFICATIONS À LA
RÈGLE CLASSIQUE
:

................................
................................
................................
...............

31

L
ES JUSTIFICATIONS RE
JETÉES DE LA RÈGLE
+

THÉORIES
:

................................
................................
.............................

33

L
A NOUVELLE EXCEPTION

À LA RÈGLE
(429)



(
MODIFIE MAIS N

ABOLIE PAS LA RÈGLE
)

................................
......

34

Fraser River Pile & Dredge Ltd c. Can
-
Dive Services
Ltd:
-
Expressément mentionné au K et dans
les fxn = Ok pas besoin d’être employé.

................................
................................
................................
.......................

35

LA
L
OI SUR LA RÉFORME DU

DROIT
-

N.B
-
,

-

TOUCHE LES TIERS PAR
TIE AFFECTÉS PAR DES

K

...............................

37

C
ONCLUSION DE LA RÈGL
E SU
R LES TIERS PARTIES

................................
................................
................................
.........

38

L
OI SUR LES ASSURANCE
S

................................
................................
................................
................................
....................

38

DOCTRINE DE PRÉCLUSI
ON FONDÉE SUR UNE PR
OMESSE

................................
................................
..

40

P
ROBLÈME
L
EBRUN C
.

L
EBLANC
:

-

COMPORTEMENT OPPORTU
NISTE

................................
................................
.........

40

Gilbert Steel c. University Constrution Ltd., nouvelle cp nécessaire pour nouvelles conditions au K

................................
................................
................................
................................
................................
................................
.......

40

Williams c. Roffey Bros & Nicholls (Contractors) Ltd. Réponse à Gilbert de Angl. Avantage = cp

..

41

D
ÉFINITION DE LA DOCT
RINE

................................
................................
................................
................................
.............

43

L
ES ÉLÉMENTS DE LA DO
CTRINE À ÉTABLIR
:

................................
................................
................................
....................

44

Central London Property Trust c. High Trees House Ltd.


Apartement London
-

guerre

.................

45

Combe

c.
Combe 1951


Divorce et la femme veut 100$/année

................................
................................
.....

46

L
OI SUR LE DROIT DE L
A FAMILLE
,

L.R.O.

1990

C
.

F.

3

................................
................................
................................
.

47

DC Builders Ltd

c.
Rees


Importance des mains propres. Rénov
ations pour 50% $

............................

48

Hoffman

c.
Red Owl Stores


Red Owl franchise


accorde pas à cause plus $.

................................
........

48

Edwards c. Harris
-
Intertype Canada Ltd
-

= Rees et DC


main propre

................................
......................

49

Scotsburn Co
-
op Services c. WT Goodwin Ltd


Chapman silence n’est pas déclaration qu’on peut
agir…

................................
................................
................................
................................
................................
...........................

50

L
E DROIT AU
C
ANADA
:

PRÉCLUSION ET LES ÉL
ÉMENTS
(
MÊMES QUE
A
NGL
)

................................
............................

51

D
ISTINCTION ENTRE UN
E DÉCLARATION INEXAC
TE ET UNE AFFIRMATIO
N QUI CRÉE UNE PRÉCL
USION
:

.............

51

L’INTENTION

................................
................................
................................
................................
........................

52

Raffles

c.
Wichelhaus

(490)


Les 2 bateaux «

Peerless

» avec le cotton

................................
....................

53

L
E FA
RDEAU DE LA PREUVE

:

-

LA PARTIE QUI PRÉTEN
D QU

IL N

AVAIT PAS L

INTENTION
.

................................
.....

55

Hobbs

c.
Esquimault and Nanaimo Railway

(488)


Intention qui relève du mot “land”


theorie
objective
-

................................
................................
................................
................................
................................
.................

55

Falck

c.
Williams

(491) (théorie subjective)


Code télégraphe


zero intention démontré.

............

56

Staimen Steel Ltd

c.
Commercial and Home Builders Ltd

(492) (théorie objective)


vente d’acier
vieil/neuf mal entendu


T se fie aux intentio
ns


personne raissonable.

................................
..................

57

L’estrange c. Graucob (592)


K signé = contrat lu = consentement aux obligations
...........................

58

I
NTENTION DANS LE CON
TEXTE COMMERCIAL

................................
................................
................................
.................

58

Rose

& Fra
nk Co.

c.
J.R. Crompton & Bros. Ltd. et al

(496)


2 co. Angl. Et 12 co. Améric. Papier


ex de clause qui rend K entente cadre = pas obligations

................................
................................
....................

58

N
ORMALEMENT LA LETTRE

D

INTENTION NE CRÉE PA
S D

OBLIGATION
;

................................
................................
.....

59

Wallace c. Allen (2009)

93 R.J.O (3
e
) 723 (C.A)


Allen backs out voulait les business que Wallace
voulait plus.

................................
................................
................................
................................
................................
.............

59

L
ETTRE DE CONFORT EN
P
RATIQUE COMMERCIALE
:

................................
................................
................................
.....

59

Toronto
-
Dominion
Bank c. Leigh Instruments Ltd.


Plessy envoi lettre, GE achète Plessy
-

La
Lettre de confort = recours non juridique

................................
................................
................................
.................

59

I
NTENTIONS DANS D

AUTRES CONTEXTES

:

ENG SOCIAUX
,

ENTENTE FAM
.

C
ONTEXTE D

EMPLOI

...........................

60

Balfour

c.
Balfour

(499)


famille on pas d’intention de créer des obligations contractuelles

........

61

CHARTE

................................
................................
................................
................................
................................
................

61

Jones c. Padavatton (1969) (503)


famille
-
mère qui paye maison et études de sa

fille
-

maison


mère veut évincer. Peut avoir K familiaux dans certaines circonstances.

................................
..................

62

L
OI SUR LE DROIT DE L
A FAMILLE

................................
................................
................................
................................
......

62

L
OI DE
1995

SUR LES RELATIONS DE

TRAVAIL

................................
................................
................................
................

64

C
ONCLUSION

................................
................................
................................
................................
................................
..........

64

INTERPRÉTATION DU CO
NTRAT

................................
................................
................................
..................

64

J
USTICE
C
ONTRACTUELLE ET LE C
ONTRAT D

ADHÉSION

................................
................................
................................

65

1.

L
A DÉLIMITATION DES O
BLIGATIONS
/

DU CONTRAT

................................
................................
................................
..

67

LA RÈGLE EXCLUANT LE

PREUVE EXTRINSÈQUE


Z
IPPY
P
RINT

................................
................................
....................

67

L
A DISTINCTION ENTRE
UNE SIMPLE AFFIRMATI
ON ET UNE OBLIGATION

CONTRACTUELLE

................................
...

67

Heilbut, Symons Co.

c.

Buckleton

(546)


declara
tion fait innocement vs. obligation accessoire au
contrat.


Vente d’action caoutchouc + …

................................
................................
................................
.................

68

Oscar Chess Ltd c. Williams (551)



re
-
vente d’une voiture


mauvaise date d’enregistrement,
crédit donné trop haut, approche objec
tive.

................................
................................
................................
............

70

L
A DÉLIMITATION DU CO
NTRAT


L

AJOUT DES OBLIGATION
S
=

I
NTENTIONS
+

N’
EUT ÉTÉ

................................
....

71

L
A PARTIE QUI PRÉTEND

QUE LA DÉCLARATION E
NGAGE LA RESPONSABIL
ITÉ DE SON AUTEUR DO
IT PROUVER

:

................................
................................
................................
................................
................................
................................
..

71

U
NE SIMPLE AFFIRMATIO
N OU UNE OBLIGATION
ACCESSOIRE
?

................................
................................
...................

71

Storey c. Hallmark Pool Corp.
(556)


achat d’une piscine, garanti (10 ans) mais 3 ans… poursuit
fabriquant
-

clause d’exo trop petite pour lire

................................
................................
................................
........

72

Esso Petroleum c. Mardon

(565)


-
Franchise
-
Obligation accessoire


Esso sur
-
estime ce que
Mardon va vendre et demande la différence
................................
................................
................................
............

72

D
EUX CATÉGORIES D

ARGUMENT

:

-

A
JOUT ET EFFACER POUR

CORRI
GER LE
K

................................
.........................

73

**Zippy Print Entreprises Ltd.

v.
Paliuk

(569)

«

étude du marché

»
-

Règle d’interprétation de
clause d’exonération


restrictivement


démarche pour éliminer obligations accessoires et
preuves extrinsèques

................................
................................
................................
................................
...........................

73

É
LIMINER L

INCOMPATIBILITÉ ENTR
E
K

ET OBLG
.

ACCESSORIES
:

................................
................................
................

75

C
ONDITIONS POUR QUE L
ES CLAUSES D

EXONÉRATIONS NE S

APPLIQUENT PAS

:

................................
......................

75

R
ETOUR SUR LE N

EUT ÉTÉ
-

#1

FAÇON D

I
NCLURE OBLIGATIONS A
U
K

+

T
ENIR COMPTE DES ÉLÉM
ENTS

..........

76

D
IFFÉRENCE
O
BLIGATION
A
CCESSOIRE ET DÉCLARA
TION INEXACTE
(
AVEC NÉGLIGENCE OU F
AIT
INNOCEMMENT
)

................................
................................
................................
................................
................................
....

76

L
A DÉLIMITATION DU CO
NTRAT


L

EFFACEMENT D
ES CLAUSES


2

SITUATIONS


SIGNÉ VS
.

N
ON SIGN

.............

76

(
I
)

LES DOCUMENTS NON SI
GNÉS
:

................................
................................
................................
................................
.......

76

P
OUR ÉTABLIR LE CONSE
NTEMENT IL Y A DEUX
STRATÉGIES


CONSENTEMENT RÉEL ET

EFFORT RAISSONABLE
POUR INFORMER

................................
................................
................................
................................
................................
....

77

E
XCEPTION

:

-

LA CLAUSE ONÉREUSE
=

EFFORT EXTRA POUR AT
TENTION

................................
................................
.

77

A
PPORTER LA CLAUSE À
L

ATTENTION DE L

AUTRE PARTIE


A
PPROCHE CLASSIQUE VS
.

M
ODERNE
-
..................

78

L
A CRITÈRE RA
ISONNABLE
=

P
AS ASSEZ

................................
................................
................................
...........................

78

-

L
OI SUR LA PROTECTION

DES CONSOMMATEURS PA
R
.9.1

................................
................................
...........................

79

L’Estrange c. Graucob


Critère pour évaluer la validité

................................
................................
...................

79

T
HORTON

C
.

S
HOE
L
ANE
P
ARKING

(583)
-

A
CCIDENT PARKING
,

CLAUSE D

EXO ÉVITÉ
,

SUPPORTE QUE CRITÈRE

RAISONNABLE
=

PAS ASSEZ
.

C
ONSETEMENT SPÉCIFIQU
E NÉCESSAIRE
!

................................
................................
.......

79

L
E
3
E

ARGUMENT
:

-

L’
ARGUMENT DES PRATIQU
ES ANTÉRIEURES
.

................................
................................
..............

80

McCutch
eon

c.
David McBrayne Ltd

(586)


Traversier


auto


beau frère


pas de temps pour
signer
-

pour imputer la connaissance d’une clause il faut y avoir lecture dans le passé

...................

81

Hollier

c.
Rambler Motors

(590)
-

auto reste au ga
rage la nuit et incendie.
Pour imputer clause =
preuves détaillées.

................................
................................
................................
................................
................................

81

Hardwick Game Farm c. Suffolk
Agricultural Poultry Producers Association


plusieurs
interactions/ mini K = On peut imputé

................................
................................
................................
.......................

82

L
E DOCUMENT SIGNÉ ET
LE CRITÈRE DE LA DÉM
ARCHE RAISONNABLE
-

SIGNÉ
=

LU LE TOUT

................................

82

N
O EPSE FACTUM
=

P
AS AVOIR L

INTENTION DE SIGNER
CES STIPULATIONS

................................
..............................

83

Tilden Rent
-
A
-
Car Co.

c.
Clendenning

(595)


frappe un poteau ayant bu un peu


clause onéreuse
= démarches additionnels.

................................
................................
................................
................................
................

83

D
ISTINCTION ENTRE
L’E
STRANGE ET
T
ILDEN



I
NÉGALITÉS DES POUVOI
RS
&

VULNÉRABILITÉ

...........................

84

Gregorio

c.
In
-
Trans Corp.

(325
)

:
-

Camion défectueux


garanti signé après le K conclu


exonération = doit être à l’attention de partie.
................................
................................
................................
.......

84

C
ONCLUSION
-

P
OUR LES DOCUMENTS SI
GNÉS

................................
................................
................................
.................

85

LE PROBLÈME CRÉÉ PAR

LA RÈGLE EXCLUANT LA

PREUVE EXTRINSÈQUE



MODERNE VS.
TRAD.

................................
................................
................................
................................
................................
......

85

Bauer

c.
La Banque de Montréal

(603)

:
-

clause d’exo bien écrit est valable et sécure

......................

87

I
L EXISTE
3

TYPES DE CLAUSES D

EXONÉRATIONS

:

................................
................................
................................
........

88

Carmen Construction c. La compagnie de chemin de fer canadien pacifique (609)
-

chemin a
donné 3 jours pour assement déplace roche… pas assez… règle crée un abus de pouvoir

.................

89

L
A RÈGLE EXCLUANT LA
PREUVE EXTRINS
ÈQUE


LA VERSION MODERNE
&

EXCEPTIONS

................................
.......

90

Gallen

c.
All State Grain Co.

(619) CA CB


Conditions pour inclure preuves extrinsèques, tout
considéré

................................
................................
................................
................................
................................
...................

91

Loi de 2002 sur la protection du consommateur

................................
................................
................................
...

94

LES CLAUSES IMPLICIT
ES/OU OBLIGATIONS IM
PLICITES:

................................
................................
..

95

**The Moorcock

(632)


quai + navire + marée trop basse = dommage


Critère d’intention et
necessité analysé

................................
................................
................................
................................
................................
...

96

Société hôtelière Canadien Pacificque ltée

c.
Banque de Montréal



Trois catégories/ application
de clauses implicites


néc, pratique cour, déduction(635)

................................
................................
..............

97

Liverpool City Council

c.
Irwin

(633) (exemple du 3
e

type de clau
se
-

implicites rainsonnable dans
les circoncstances.)

................................
................................
................................
................................
..............................

99

L’
INTERPRÉTATION JUDIC
IAIRE ET L

OBLIGATION D

HONNÊTETÉ ET DE BONN
E FOI

................................
.............

100

Coady Store Fixtures Ltd

c.
Tosh

(641)


contrats d’aménagement

de resto
-

mensonge et achète
equip direct du fournisseur


Bonne foi!

................................
................................
................................
.................

101

1193430 Ontario Inc c. Boa
-
Franc


distributeur vend ses actions à un compétiteur du manu et
dit pas. Manu cancel le K? Bonne foi?

................................
................................
................................
.......................

102

Shelanu Inc. c. Print Three Franchising


analogie employé/franchiseur


justifications de la CSC

................................
................................
................................
................................
................................
................................
....

103

L
ES OBLIGATIONS IMPLI
CITES EN VERTU D

UNE LOI

................................
................................
................................
....

103

D
ONC
,

OBLIGATION IMPLICITE

EN
VERTU DE LA
CL

OU DE L

EQUITY
.

................................
................................
.......

104

Loi sur la vente d’objets

................................
................................
................................
................................
..................

104

D
EUX CRITÈRES PERMETT
ENT DE DÉTERMINER SI

LA
L
OI SUR LA VENTE D

OBJETS S

APPLIQUE
:

.......................

104

Loi sur la pro
tection du consommateur, et Loi de 2002 sur la protection du consommateur

......

105

D
ÉMARCHES À SUIVRE PO
UR APPLIQUER LA LOI
SUR LA PROTECTION DU

CONSOMMATEUR
:

...............................

105

LES OBLIGATIONS PAR
ANALOGIE À UNE LOI

PARTICULIÈRE

................................
................................
.......................

106

P
OUR DÉCIDER SI LE CO
NTRAT COMPREND UNE O
BLIGATION IMPLICITE
,

LE TRIBUNAL DOIT REG
ARDER

(T
ER
N
EUZEN
)
:

................................
................................
................................
................................
................................
.............

106

Allen

c.
Bushnell TV

(645)
-

Information = objet si il ya une necessité/
dépendance sur
l’information critère Moorcock (nécessité)

................................
................................
................................
...........

106

**ter Neuzen

c.
Korn

(650)


Politiques sociales sont importantes critère à analyser pour
l’obligation implicites

................................
................................
................................
................................
......................

107

P
OUR LES OBLIGAT
IONS IMPLICITES EN G
ÉNÉRALE


L
E TRIBUNAL DOIT REGA
RDER
:

................................
..........

108

LES OBLIGATIONS IMPL
ICITES FONDÉE SUR UN
E
PRATIQUE/USAGE DE CO
MMERCE

............

108

Société hôtelière Canadien Pacifique ltée (663)


aucune obliga
tions de vérifier relevé bancaire

................................
................................
................................
................................
................................
................................
....

108

L
A PRATIQUE DOIT AVOI
R LES USAGES SUIVANT
S
:

L’
USAGE DOIT ÊTRE
:

................................
................................
..

108

Eastern Fruit & Produce Ltd et Davidson c. Paget (663)


Règle de Moorcock
-

nécessité

.............

108

British Crane Hire Ltd.

c.
Ipswich Plant Hire Ltd.

(666)


Grue qui s’enfonce


obligation implicite
imputé via commerce/ pratique courante
-

contrat rédigé par un tier impartiale

............................

109

L’INTERPRÉTAT
ION DU CONTRAT DES P
ARTIES:

................................
................................
.................

110

Rogers c. Bell Alliant


poteaux tél. «

la virgule
-

Théorie littéraire accepté

................................
..........

110

Q
UELLE EST LA JUSTIFI
CATION DE LA THÉORIE

DE L

INTERPRÉTATION LITTÉ
RALE
?

................................
...........

114

Q
UELLE EST LA JUSTIFI
CATION DE LA THÉORIE

DE L

INTERPRÉTATION CONTE
XTUELLE
?

................................
...

115

Banque Manuvie c. Conlin


interprétation K = interprétation lois

................................
...........................

116

Tercon Contractori
s Ltd. c. Colombie
-
brittanique transports et Voirie) 2010, CSC 4 au para. 64


Quatres aspects de l’interprétation

................................
................................
................................
...........................

117

INTERPRÉTATION

:

TRADITIONNEL VS. MOD
ERNE:

................................
................................
............

118

Eli Lilly & Co.
c.

Novopharm L
td.



Le texte et les mots primes sur les preuves a interprété (679)

................................
................................
................................
................................
................................
................................
....

119

Scott c. Wawanesa Insurance


Trois théories possible de l’intention. Assurance et le jeune qui
met feu à la maison

(709)

................................
................................
................................
................................
..............

120

Banque Manuvie c. Conlin

énumère les sources de signification

................................
................................
.

122

Scott c. Wawanesa Insurance


Utilisé la loi pour aider l’interprétation

:

................................
.............

123

L
ES

ÉTAPES DE L

INTERPRÉTATION
:

................................
................................
................................
..............................

123

Banque Manuvie c. Conlin


Analyse des étapes selon Iacobucci et L’Heureux
-
Dubé

.......................

123

Q
UE FAIRE SELON
M
ANWARING POUR L

INTERPRÉTATION

(Q
UEEN C
.

C
OGNOS
,

S
COTT C
.

W
AWA ET
B
AUER C
.

BMO:

................................
................................
................................
................................
................................
...................

124

F
ARDEAU DE LA PREUVE
:

................................
................................
................................
................................
.................

124

L
A DATE DE L

INTERPRÉTATION

................................
................................
................................
................................
......

124

LES RÈGLES D’INTERPR
ÉTATION

................................
................................
................................
................

125

Atlantic Paper Stock Ltd c. Ste
-
Anne Nakawic Pulp & Paper Ltd


ex
de la règle d’ejusdem generis
(675)

................................
................................
................................
................................
................................
........................

127

Banque Manuvie c. Conlin
-

exemple de la règle 12.

................................
................................
...........................

128

Scott c. Wawanesa Insurance exemple de la règle 1

................................
................................
.........................

130

C
ONCLUSION
-

I
NTER
PRÉTATION

................................
................................
................................
................................
....

131

I
L Y A TROIS THÉORIES

POSSIBLES DE L

INTENTION
:

................................
................................
................................
...

131

LA JUSTICE CONTRACTU
ELLE
-

LES CLAUSES D’EXONÉR
ATION ET LES DOCTRIN
ES DE
L’INEXÉCUTION FONDAM
ENTALE ET DE L’INIQU
ITÉ

................................
................................
..........

131

L
A DOCTRINE DE L

INEXÉCUTION FONDAMEN
TALE
:

-

PROPOSÉ PAR LORD
D
ENNING

................................
............

132

-

Au Canada



Hunter Engineering c. Syncrude:
-

privée de la quasi totalité du bénéfice

...............

132

Tercon Con
tractors

Ltd. c. Colombie
-
Britannique


Indépendant de l’intention si privé de
quasi totalité.

................................
................................
................................
................................
................................
.......

133

Photo
-
Production Ltd.


Inexécution fondamental = mettre fin au K

................................
.......................

133

Karsales (Harrow) Ltd.

c.

W
allis
,
-

Protection des parties vulnérable sous
-
tend la doctrine
-

étique


mains sales = no deal

................................
................................
................................
................................
....................

133

L
ES PROBLÈMES CONCEPT
UELS ET PRATIQUES DE

LA DOCTRINE D

INEXÉCUTION FONDAMEN
TALE
:

................

133

L
E PROBL
ÈME PRATIQUE

................................
................................
................................
................................
.............

133

Suisse Atlantique société d'armement maritime S.A. c N.V. Rotterdamsche Kolen Centrale


Interprétation du K prime sur l’inexécution (723)
-

................................
................................
...........................

134

Levison

c.
Patent Steam Carpet Clea
ning Co
.


Tapi chez le nettoyeur est volé
-

Denning reformule
selon raisonnabilité de la clause et doit être sur pied d’égalité
-

Tilden

(736)

................................
....

134

Photo
-
Production Ltd.

c
Securicor Transport Ltd.



Warehouse brule à cause du
feu du garde
-

inexécution fondamental n’existe pas en Angl. Intentions et interprétation!


il gaut respecter les
clauses inclus au K(740)

................................
................................
................................
................................
.................

135

L
ES OBLIGATIONS IMPOS
ÉES AUX PARTIES

:

P
RINCIPALE
,

IMPLICITES SUBSIDIAI
RES ET SUB
SIDIAIRE ANICIPATIVE

................................
................................
................................
................................
................................
...............................

136

A
U
C
ANADA


INEXÉCUTION FOND
.

R
AISONNABLE
,

INIQUITÉ
,

POLITIQUES SOCIALES
.

................................
..........

138

Dyck

c.
Manitoba Snowmobile Assoc
.


Dyck gagne la course mais frappe un employé après
-
énumè
re les critères à considéré pour raisonnabilité de la clause (756)

................................
................

138

**Hunter Engineering Co. Inc. c. Syncrude Canada ltée


Clause d’exonération de Aliss
-
Chalmers v.
Syncrude
-

Dickson (iniquité) vs. Wilson (inex.) (758)
-

C
SC

................................
................................
..........

138

Fraser Jewellers (1982) Ltd.

c.
Dominion Electric Protection Co. et al

(793)
-

employé de l’agence
sont trop lent pour apeller la police


Liste de facteur a considérer si la clause est inique
-

DICKSON

................................
................................
................................
................................
................................
................

141

Solway

c.
Davis Moving & Storage Inc.



inexécution l’emporte dans le contexte consommateur


mauvais selon Manwaring
-

WILSON

................................
................................
................................
.......................

141

Plas
-
Tex Canada Ltd. C. Dow Chemical of Canada Ltd.
Resin défectueuse causait
des fuites


intention outrageuse = inexécution fondamental/ iniquité

................................
................................
..........

142

Selkirk Petroleum Products Ltd. C. Husky Oil Ltd. 2008 MBCA 87

Husky change la formule de
calculs


injustice


Dickson = equity, Wilson = ordre public
.

................................
................................
.......

143

H
UNTER ET
T
ERCON


L

ANALYSE DE L

INÉQUITÉ SE FAIT À L
A DATE DU DÉBUT DU C
ONTRAT
.

.........................

144

S
OMMAIRE

:

S
ELON LES ARRÊTS CI
-
HAUT ON PEUT CONCLUR
E

:

ADHÉSION
,

INÉGALITÉ POUVOIR
,

ABUS
/
DÉCL
INEX
,

RAIS
ONNABLE
,

POSSBILITÉ D

ASSURER
,

ORDRE PUBLIC

................................
................................
....................

144

LE REFUS JUSTIFIÉ D’
EXÉCUTER LES ENGAGEM
ENTS CONTRACTUELS :
LE CONSENTEMENT
VICIÉ ET L’INIQUITÉ

................................
................................
................................
................................
.........

145

L
ES ÉLÉMENTS À ÉTABLI
R
:

D
ÉCLARATION INEXACTE
FA
IT PAR NÉGLIGENCE

................................
........................

146

Gaertner

c.
Fiesta Dance Studios



Pas de cassette pour enr.
-
Tout les autres K sont valides mais
pas celui @ fraude (804)

................................
................................
................................
................................
................

146

Loi de 2002 sur la protection du consommateur

................................
................................
................................

146

L
E CONSENTEMENT VICIÉ

:

2

D
OCRINES

:

-

LA CONTRAINTE ET L

ABUS DE POUVOIR
.

................................
...........

147

P
ost et al

c.

Jones et al



Les naufragés en Alaska


vendre cheap et safe (802)certaines
circonstance menace éco
nomique est OK

................................
................................
................................
...............

147

Williams c. Roffey Bros.
-

L’abus du pouvoir de dominer la volonté

................................
...........................

148

I
L FAUT ÉTABLIR DEUX
ÉLÉMENTS
:

1.

AVAIT LE POUVOIR DE
DOMINER
&

2.

A ABUSÉ DU POUVOIR

..................

148

Lloyd's Bank Ltd.

c.
Bundy


hypothèe maison pour airder
-

Aucune présomption que la banque
domine mais elle peut avoir le pouvoir (806)

................................
................................
................................
.......

148

National Westminster Bank

c.
Morgan



hypothèque maison pour aider
-

Do
it aviser avocat
quand même
-

la banque n’a pas de présomption de pouvoir. (811)

................................
........................

148

Barclays Bank PLC

c.
O’Brien et al

(815)



Mari force sa femme a hypoth pour dettes du mari


Banque = zéro presomption

................................
................................
................................
................................
..........

149

L
E CONTRAT INIQUE


L’
EQUITY INTERVIENT PO
UR PROTÉGER LA PARTI
E VULNÉRABLE
.

................................
...

149

Schroeder Music Publishing Co. c. MacAuley


Musicien vs. Maison de production lié par K


non
car liberté commercial + ordre public(
834)

................................
................................
................................
.........

149

LE CARACTÈRE RAISONN
ABLE DU CONTRAT
.



D
IPLOCK


K

ADHÉSION
,

POUVOIR RELATIF
,

ENSEMBLE DES
ENGAGEMENTS
(
BALANCE OF POWER
)

................................
................................
................................
...........................

150

Norberg

c.
Wynrib

(846)


médecin + fav sexuel
-

2 éléments p
our prouver une opération inique ,
«

inégalité écroissante.

» et exploitation
................................
................................
................................
.................

150

Harry

c.
Kreutziger

-

(843)


permis de pêche, bateau vendu sous harcèlement. doit démontrer
une inégalité pertinente


pas nécessairement comme
rcial etc…

................................
..............................

150

Smyth

c.
Szep

(836)


assureur et jeune fille de 19 ans après accident


inégalité de pouvoir +
malveillance à interprété

................................
................................
................................
................................
...............

151

Birch et al. c. Union of Taxation Employees,
-

employé t
raverse la ligne de piquetage doit payer
une amende


contre l’ordre public et marché imprudent


syn a le pouvoir

................................
.......

151

C
ONCLUSION
:
-

I
NIQUITÉ
-

BON FXNEMENT DU MARC

,

INÉGALITÉ ÉCRASANTE
ET EXPLOITATION DE I
NÉGALITÉ
DE POUVOIR
.

................................
................................
................................
................................
................................
........

151

LES DROITS ET LES OB
LIGATIONS DES PARTIE
S EN CAS D’INEXÉCUTI
ON DU CONTRAT


RÉPARATION
-
................................
................................
................................
................................
....................

152

T
YPES DE CLAUSES QUI
AFFECTENT LES OBLIGA
TIONS
/

RÉPARATIONS
:

................................
................................
..

152

Swi
ss atlantic



clause pénal/ clause qui fixe les D
-
I.

................................
................................
.......................

15
2

(
Harris c. Intertag
)


clause qui permet de saisir le bien si impayé

................................
...........................

153

2.

L
ES STIPULATIONS CONT
RACTUELLES SONT
-
ELLES DES CONDITIONS

OU DE
S GARANTIES
?

.......................

153

I
L Y A TROIS CATÉGORI
ES DE STIPULATION CO
NTRACTUELLE

:

CONDITION
;

GARANTIE
;

CLAUSE INNOMÉE
.

.....

154

(
Spottiswood)

«

Sous réserve d’un document… achat de bien fond

»

-

une condition p
réalable

..

154

(
Manchester Diocesan Council
) appel d’offre


démarche pour accept.;
-

une véritable condition
suspensive

................................
................................
................................
................................
................................
..............

154

(
Sale labrador c. Challenge 1)
Vendre navire au locataire si tous les pai
ements sont fait selon K


condition promissoire.

................................
................................
................................
................................
.....................

154

C
ONDITION DANS LE SEN
S TECHNIQUE OU JURID
IQUE



DROIT À
DI

ET DÉCHARGE D

OBLIG

...............................

154

IBM

c.
Shcherban

[1925] 1 D.L.R. 864

balance avec vitre ca
ssé


qualité marchande loi sur vente
d’objets
-

importance de “condition”

................................
................................
................................
.......................

155

L
OI SUR LA VENTE D

OBJETS


ART
.

15:

................................
................................
................................
.........................

155

S
IGNIFICATION DE
G
ARANTIE

:

................................
................................
................................
................................
........

155

G
ARANTIE
-

J
U
RIDIQUE



DROIT AU
DI

MAS PAS A DÉCHARGE D

OBLIG

................................
................................
...

155

C
LAUSE INNOMMÉE

:

STIPULATION QU

ON PEUT PAS CATÉGORI
SER

................................
................................
.........

155

Hong Kong Fir

c.
Kawaski Kisen Kaisha Ltd (1962)
K entre affréteurs, un se comport
e mal et
l’autre met fin


seulement le droit aux DI d’après type d’inexécution

................................
....................

155

C
OMMENT CATÉGORISER L
ES ENGAGEMENTS
?

-

I
NTERPRÉTATION

................................
................................
..........

156

Wickman Machine Tool Sales Co. c. L.G. Shuler A.G.
-

in
exécution du K visite des clients pas fait


peut pas metre fin mes DI ok
-

condition mais pas dans le sens techn.

................................
......................

156

Hong Kong Fir c. Kawaski Kisen Kaisha Ltd


K transport ent U.S et Japon un équipe dumb


l’autre annule le
K, mais droit seulement aux DI


id. Condition innomée


impact inexéc.

..........

157

Cehave NV c. Bremer Handelgesellschaft mbh

pelures d’oranges


qualité marchande
-

loi
comprend “condition et garanti” mais pas les clauses innomées


inomée existe

..............................

157

L
ES STIPULATIONS CONC
ERNANT LE DÉLAI D

EXÉCUTION
:

................................
................................
........................

158

L
OI MODIFIANT LE DROI
T COMMERCIAL

................................
................................
................................
........................

158

Bunge Corporation

c.
Tradax SA



date de livraison eff
et important pour xsport
-

si la date est très
importante, clause expresse = condition

................................
................................
................................
.................

158

D
OCTRINE DE L

EXÉCUTION SUBSTANCIE
LLE


DONC DEVRAIT PAS ANN
ULÉ LE
K

................................
.................

159

Sail Labrador c. Challenge one


paiement à temp pour achat bateau, un chèque erreur banque

................................
................................
................................
................................
................................
................................
....

159

LA RÉPARATION EN CAS

D’INEXÉCUTION DU CON
TRAT

................................
................................
....

159

Asamera Oil Corp.

c.
Sea Oil & General Corp. et Baud Corp., N.V. (1979)


vente d’ac
tions et non
réclamations d’actions
-
on indemnise le préjudice


autres motifs ou enrichissements ne sont pas
importante + agir pour éviter préj


le T attribut un montant équivalent à la différence entre le
prix du K et le prix de la transaction en substi
tution
-



généralement (888)

................................
......

159

LE CHOIX DU CALCUL:

................................
................................
................................
................................
.....

160

I
NTÉRÊT
R
ESTITUTOIRE


LA BASE


................................
................................
................................
.............................

160

I
NTÉRÊT AU RÉTABLISSE
MENT


BASE
+

DÉPENSE SUR LA FOIE
-

................................
................................
..............

160

I
NTÉRÊT EXPECTATIF

:

-

BASE
+

PREUVE DE PERTE DE P
ROFIT

................................
................................
.................

160

Lavigne c. CNA


ex de choix de calculs

................................
................................
................................
...................

161

L
E CHOIX DU CALCUL SE
LON LA PREUVE ET LE
PROBLÈME DU CONTRAT
DÉFICITAIRE



W
ADDAMS EX
.

DE
L’
ENTREPRENEUR ET PROP
RIÉTAIRE
2/3

DU TRAVAIL
=

2/3

DU PAIEMENT
:

................................
.......................

162

Anglia télévision Ltd. C. Reed


Acteur américain x2booking
-

rétablissement
................................
....

163

Bowlay Logging Ltd. c. Domtar

Ltd.
-

bowlay a mal calculé ses coût de transport de bois à Domtar


xsfert pas la perte à la partie fautive

................................
................................
................................
....................

163

L
ES
4

POINTS QUI RÉSUMENT
LES PRINCIPES FONDAM
ENTAUX
.

................................
................................
................

164

C
ALCUL DES DOMMAGES
-
INTÉR
ÊTS
-

L

EXPECTATIVE

................................
................................
................................
.

164

Loi sur la vente d’objets art 48 et 49
................................
................................
................................
.........................

165

Q
UATRE POINTS IMPORTA
NTS
:

DU CALCULS EXPECTATI
F

................................
................................
..........................

166

L
A RÈGLE DE LA VALEUR

MARCHANDE

................................
................................
................................
...........................

166

Peevyhouse c. Garland Coal Mining Co.
-

Ferme et exploitation de charbon moins que prévu


il ne
faut pas sur
-
indemniser!

................................
................................
................................
................................
................

166

Ruxley Electronics and Construction Ltd. c. Forsyth

piscine qui manquait qq pouc
es


critère de
raisonnabilité est important, cout d’exécution des travaux = indemn. En construction

..................

167

L
E PROBLÈME DE LA SUB
STITUTION D

UNE TRANSACTION À CE
LLE PRÉVUE AU CONTRA
T

................................
...

167

Thompson (W.
L.) Ltd. c. Robinson (Gunmakers) Ltd
.



malgré inexécution, on peut faire la
transaction = pas de substitution

................................
................................
................................
...............................

168

Charter c. Sullivan
-



malgré inexécution, on peut faire la transaction = pas de substitution

....

168

Hamilton c. Open Window Bakery Ltd



contrat de mandat entre dem et def, def annule


moins
avant pour dem, mois onér pour def.

................................
................................
................................
........................

168

L
ES RESTRICTIONS APPL
ICABLES AUX DOMMAGES
-
INTÉRÊTS
:

-

LIEN DE CAUSALITÉ EN
T
RE INEXÉC
.

ET
PRÉJUDICE
,

MAIS IL FAUT REGARDE
R CE QUI EST RAISONN
ABLE
-

................................
................................
.............

168

L
ES RESTRICTIONS SONT

:

PRÉVOIR LE DOMMAGE S
ELON INEX
.

L
IMITER SON PRÉJUDICE

................................
....

168

C
ONNAISSANCES IMPUTÉE
S VS
.

C
ONNAISSANCE
S RÉELS

:
................................
................................
...........................

169

**Hadley c. Baxendale (1854)
-

transport d’une pièce four un moulin, retard cause + pertes


TEST
du critère de la personne raisonnable

................................
................................
................................
.....................

169

Horne

c.
Midland Railway (1873)

(931)
-

Crit
ère 1 de Hadley
-
transport de souliers en retard pour
l’armée


guerre fini et pris chute


inclure des clauses pour retard vs. onéreuse

.............................

169

Victoria Laundry

c.
Newman Industries (1949)

(934)
-
Critère 2 de Hadley
-

Critères de l
a personne
raisonnable


dans les souliers de l’autre d’après l’info donné

................................
................................
....

170

Koufos

c.
Czarnikow Ltd (1976)

(939)
-

transporteur de sucre qui livre en retard et pris baisse


Seulement indemniser le prix raisonnable. «

succep
tible de se produire

»

................................
.............

170


Le principe de la relativité du contrat et les stipulations pour autrui


Stipulations pour autrui

Le principe de la relativité du contrat


situation ou le k conclut par les parties offre une certai
ne protection ou
confère un avantage à un tiers qui n’est pas une partie contractante.


La question abordée dans ce chapitre est de savoir à qui une partie
contractante doit des obligations ?


Formulée autrement, la question est de savoir qui peut poursuiv
re pour
inexécution du contrat ?


Est
-
ce que le public devrait avoir le droit de poursuivre un joueur de hockey
qui refuse de jouer en violation de son contrat avec l’équipe ?

(le cas d’Alexis Yashin


gens voulaient poursuivent Yashin car il avait décidé
de ne pas jouer. Les Sénateurs pouvaient le faire mais le public? Le public
est un tiers)
-

Le public ne pourrait pas ! Le fait que Yashin veut pas jouer
est
-
ce que ça brise le L??


Quelle est la distinction entre
l’obligation contractuelle

et
l’obligation
délictuelle?




Le contrat n’impose pas de devoir général. Le champ d’obligation est
limité aux parties contractantes.

Le principe est que la common law ne
permet pas au tiers d’intervenir dans une opération même si cette opération
a des conséquences impo
rtantes pour le tiers.


Le droit des délits civils impose des obligations envers toute
personne qui pourrait subir un préjudice à cause de l’action sociale
s’il y a un devoir de diligence (le champ d’obligation est beaucoup
plus large
).


Règle générale

:

une obligation contractuelle n’impose pas de devoir
générale, le champ d’obligation qui résulte du K est limité aux parties
contractantes, pas de devoirs envers les tiers. En droit des K, la
responsabilité est stricte.


L’i
ntroduction


Le principe de la r
elativité du contrat limite le droit de faire respecter le
contrat aux parties contractantes. Quelle politique sociale sous
-
tend ce
principe ?

London Drugs Ltd c. Kuehne & Nagel International Ltd


Dans l’affaire
London Drugs

le juge Iacobucci décrit la
règ
le de base

: le
principe de la relativité du K…



« … ce principe veut qu’un contrat ne confère des droits et n’impose
des obligations qu’aux personnes qui y sont parties … » (410)
-
démontre
champ d’obligations limité.


Le principe de la relativité du contr
at :

La règle classique
au sujet des tiers et leur responsabilité au K
:


1.
Un parfait étranger ne peut faire respecter le contrat.

2.
Un tiers bénéficiaire identifié expressément ou implicitement au contrat
ne peut faire respecter le contrat.


Quelle est
la règle

?


1.

Un parfait étranger ne peut engager des poursuites fondées sur
une entente. Le K ne crée une communauté d’obligations limitées.
On permet aux parties contractantes de délimiter leurs obligations
en négociant.


cette première règle n’est pas

controversée.


2.
Un tiers qui obtient un avantage en vertu du contrat ne peut
engager des poursuites fondées sur ce contrat.

Beaucoup plus
controversé. Ne peut pas poursuivre pour faire respecter l’engagement qui
est à son avantage. Ce principe s’appliq
ue à 2 situations différentes

:


i)
au cas ou le K confère un avantage pécuniaire (un droit positif, payer de
payer quelque chose


Tweedle c. Atkinson)


ii)
concerne des engagements négatifs

: le K dégage le tiers d’une
responsabilité car une clause dans

le K répartie le risque entre les parties
contractantes. (clause limitative de responsabilité ou une clause qui enlève
la responsabilité)


dans Greenwood. Dans ce contexte, les tribunaux sont
plus portés à modifier la règle.



Tweedle c. Atkinson, (1861)



pères 200$ et 100$ promis au nouveau mariés.


Un
étranger ne peut faire respecter le K

1B. & S. 392, 121 E.R. 762
: p.376
-
une des sources du principe

F.

Le dem. épouse la fille de William Guy. Ce dernier et le père du
dem. signent un K selon lequel i
ls s’engagent à payer





















K

M. Tweedle




M. Guy (200pounds)

(100pounds)


paiement Couple Tweedle
-
Guy





Dunlop Pneumatic Tyre Co. c. Selfridge & Co., (1915)
-

Dew vend stock a dunlop à
selfridge


dunlop veux cont
roller ses pneus.


A.C. 847 (H.L.)
: p.377
-
Angleterre

F.

Les appelants vendent un nombre de pneus à Dew & Co. Un K
est signé par les 2 parties selon les termes duquel Dew
s’engagent à ne pas revendre les pneus à un prix inférieur au
é物ê⁦i磩⁰慲É猠慰
éÉl慮t献⁄ ⁰lu猬⁥渠捡c⁤É⁲ 癥ntÉI⁄ 眠
s’engagent à obtenir les mêmes conditions de leurs clients. Dew
vendent des pneus à l’intimée. Celle
J
ci s’engage à respecter
toutÉ猠lÉ猠牥獴物捴ion猠iméo珩s猠é慲É猠慰éÉl慮t猠èu慮t⁡u⁰物ê
dÉ⁲ 癥ntÉ⁤É猠énÉu猠(hO)
. De plus, en cas de défaut, l’intimé se
dit d’accord de payer 5 livres pour chaque pneu vendu. L’intimée
癥nd⁤É猠énÉu猠à⁵n⁰物ê in曩fiÉu爠êÉlui⁦i磩⁰慲É猠慰éÉl慮t献
iÉ⁤ÉmK⁩ntÉntÉ⁵n 慣aionK⁅n‱槨 É⁩n獴慮捥Ⱐil⁡ 条in⁤É⁣au獥⸠
La C.A. de l’Angl
ÉtÉ牲É⁲Én癥牳ê⁣ÉttÉ⁤É捩獩onK⁄畮loé⁩ntÉ牪整êÉ
à愠䍨慭b牥⁤É猠lo牤献



䕳t
J
捥ⁱuÉ⁄畮loé⁰Éut扬i来g⁓Él晲id来⁤Éui⁰慹敲⁵nÉ
牥獰É捴i癥mÉnt′ 0i癲v猠Ét‱ 0i癲v猠慵⁤ÉmK Au捵n⁤É猠éè牥猠
nÉ⁰慩É愠aommÉ⁰狩癵É⁰慲É⁋K⁌ 猠O⁰è牥猠mÉu牥ntK⁌
dÉmK⁩ntÉntÉ⁵nÉ⁡ tion⁣ont牥a⁳u捣c獳son⁤u⁤é晵nt⁗ lli慭
du礠y獯渠bÉ慵
J
éè牥)⁰ou爠獥⁦慩牥⁰慹a爠êÉ猠O00
i癲v猠é牯mi献



䕳t
J
捥ⁱuÉÉ⁦il猠慵om⁤u⁣ouélÉ⁰Éut⁰ou牳畩癲v⁰ou爠晡i牥
牥獰É捴É爠ê愠a牯mÉ獳政



乯⁳t牡湧É爠êo⁴hÉ⁣on獩dÉ牡瑩on⁣an⁴慫É⁡ 癡vt慧É映
捯湴牡捴I⁡lthou杨 m慤É⁦o爠桩猠bÉnÉ晩tK



J
nÉ⁰Éut⁰慳aéou牳êi癲vÉ⁢É慵
J
éè牥⁣慲⁵n⁴i
É牳⃩t牡湧É爠nÉ
éÉut⁰慳a景湤É爠畮É⁰ou牳畩tÉK

J
une personne qui n’assume pas d’obligation en vertu du K ne
éÉut⁰慳a景湤É爠畮É⁰ou牳畩tÉ⁳u爠捥⁋K

J
癯楲⁰K″ 0
J

d慮s⁣ÉttÉ⁡ 晡f牥湴⁰慲aÉ⁤É愠aé


élémÉnt⁤É
癡vÉu爠ê牡湳êi猠du dÉmKou⁤é昮⁥琠癩獥s癥牡
K⁉捩I lÉ⁦ils⁥獴
bénéficiaire du k, il n’a rien fournit en échange

J
èui⁰ou牲慩t⁦慩牥⁲ 獰É捴É爠ê愠a牯mÉ獳攠摡n猠捥⁣慳c⁌ ⁰è牥
du fils, soit la partie contractante présumant qu’il avait payé la
獯浭É⁰牯mi獥⸠

Seule les parties contractantes peuvent
f
onder une poursuite sur le contrat.

pénalité prévue dans le K?

R.

Un tiers qui obtient un avantage en vertu du contrat ne peut
engager des poursuites fondé
es sur ce contrat.

A.

-
ici, nous devons voir la chose comme 2 K distincts

-
Dunlop ne peut pas poursuivre car il n’a pas de lien contractuel
avec Selfrige, son rapport est avec Dew.

-
argument de Dunlop, prétend qu’il agissait comme mandataire
mais argume
nt rejeté car il n’y a pas de preuve.

-
Dunlop n’est qu’un tiers au K entre Dew et Selfridge

-
de plus, Dunlop n’a fournit aucune cp à Selfriedge.

-
l’autre exception à la règle est en créant une fiducie mais ici
Dunlop ne peut pas prouver ça.








K. No

1



Dunlop






Dew & Co.










K. No 2




??






Selfridge

La règle contemporaine


zéro
jus tertii

Le droit canadien ne reconnaît pas de
jus tertii


droit du tiers parti
.



Greenwood Shopping Plaza c. Beatty (1980)


assureur réussi a pou
rsuivre employé
pour un feu car tiers bénéficie du k peux être poursuivi.


2 R.C.S. 228
: p.378
-

principe de base

pose du contexte d’emploi.
=

=
La dem. (bailleur) est propriétaire d’un centre commercial et le
lç捡c慩牥I⁃慮aÇi慮=qi牥K⁌=慧慳an⁰êÉnÇ⁰çs
獥獳sçn⁤É猠
locaux et engage des employés. (contrat d’emploie entre ces
é慲瑩É猩K⁌=猠intimé猠t牡癡êllÉnt=éçu爠ê愠捯浰慧niÉ=ÇÉ⁎=il⁊⸠
Buchanan. Aucun nouveau bail n’a été signé entre Buchanan et
l’appelante mais ils ont discuté du nouveau loyer, de la dur
éÉI=
Ét挮⁉l=礠愠敵aun⁩ncÉnÇiÉ⁥琠il⁡=été⁣慵珩⁰s爠滩杬igÉn捥⁤É愠
é慲琠ÇÉ猠intimé献⁃=éÉnÇ慮tI⁩l⁹⁡=un⁰牯blèmÉ⁰çu爠êÉ猠
慳au牡湣敳ê
=

=
䕳t
J
捥ⁱuÉÉ猠Émélç秩猠yÉu癥湴⁢éné晩捩É爠摥猠捬慵獥猠san猠lÉ=
h⁤Éç捡ciçn⁤É⁢ail⁣çn捥cn慮tÉ猠慳au牡湣敳ê⁅

J
捥ⁱcÉ=
l’assureur peur poursuivre les employés?
=

=
lÉ⁰物ê捩éÉ⁤É愠牥l慴iîité⁤É猠捯湴牡ês
=
W
=
nul⁡=t牥ⁱuÉÉ猠é慲瑩É猠
àn⁋=nÉ⁰Éut⃪瑲==lié⁰慲⁣alui
J
ci甠慶çi爠摥猠ê牯it猠Én=
Çé捯畬慮tK=
䕸捥ctiçn
=
W
=
rnÉ⁰É牳ênnÉÉ⁰Éut⁥渠慵捵n⁣慳⁳É=
é狩癡lçi爠ê
’un contrat auquel elle n’est pas partie
à moins qu’il
ne s’agisse d’un contrat conclu en son nom par son
mandataire ou à moins qu’une fiducie dont elle est la
bénéficiaire n’ai été constituée.

A.

-

une clause qui dit que le propriétaire du centre d’achat

s’occupe des assurances pour l’immeuble. Il y a aussi une clause
de renonciation à une clause de subrogation (le droit que
l’assureur peut poursuivre au nom de l’assuré)


cette clause
veut dire que l’assureur renonce à son droit de poursuivre la
partie f
autive au nom de l’assuré

cette clause sert à assuré
qu’il n’y a pas de poursuite contre le magasin.

-
l’employeur de société est responsable du fait d’autrui (resp.
des actes négligents des employés).

-
l’assureur poursuit l’employeur et décide de poursuiv
re les
employés.
La CSC dit que l’assureur ne peut pas poursuivre
les employés car ils sont des tiers (parfaits étrangers au
K).

-
Les déf. soutient que sans être explicitement parties au K, ils
n’en sont pas moins des bénéficiaires au même titre que leur
e
mployeur et que le jugement de 1
ière

instance était bien fondé.

-
il est évident qu’en concluant ce contrat, les parties étaient tout
à fait au courant de l’utilisation que ferait l’employeur des lieux
loués et de ce garantir contre le risque d’incendie en
concluant
des ententes a cet effet, les parties étaient au moins
partiellement au courant du risque d’incendie correspondant à
cette utilisation.

-
Toutefois, quel que soit le but recherché par les cocontractants,
il reste que les employés qui cherchent à ê
tre garantis par les
clauses 14 et 15 ne sont pas parties au contrat et que,
conformément au droit des K en common law,
ils ne peuvent
ni intenter de poursuites pour le faire respecter ni s’en
prévaloir.

-
pour s’en sortir, les intimés
devaient démontré qu’
ils
faisaient exception à la règle, donc qu’il y avait mandat
ou qu’il était bénéficiaire d’une relation fiduciaire avec la
compagnie.


Dans l’arrêt la CSC reconnaît 2 exceptions à la règle générale

:
le mandat et la relation de fiducie. Mais elle rejette
ces 2
exceptions.


ICI,
la CSC accueille l’appelle et affirme la règle sans offrir de
justification


c’est pas correcte, elle l’applique juste comme ça.
Cette décision a été sévèrement critiquée.

-
exemple du dogmatisme judiciaire qui ne permet pas une
év
olution appropriée de la common law


Conséquence pratique de cette conclusion

:

est d’imposer le
risque à la partie qui n’est pas capable de s’assurer/se protéger.
-
les employés n’achètent pas d’assurance car on présume que
l’employeur est responsable. Ça
coûte tellement cher que ça ne
vaudrait pas la peine de travailler là. De plus, ce n’est pas une
pratique courante. Aussi, les assureurs n’offre pas le produit
(n’offre pas de police d’assurance pour les employés).
Problème majeure
, une décision qui permet

à un assureur qui
a assumé volontairement le risque de transférer le risque à la
personne qui est le moins bien placé pour ce protéger. Permet à
une partie en position de forcé de transféré la responsabilité à
une partie vulnérable qui ne peut se protéger
.



Assureur




Bail

Proprietaire




Locataire



?





Contrat d’emploi






Pettipas et Beatty




« Toutefois, quel que soit le but recherché par les cocontractants, il
reste que les employés qui che
rchent à être garantis par les clauses 14 et 15
ne sont pas parties au contrat et que, conformément au droit des contrats
en
common law
, il ne peuvent ni intenter de poursuites pour le faire
respecter ni s’en prévaloir. » (383)


***« Un des critères habit
uels qui sert à déterminer s’il y a création d’une
fiducie consiste à se demander
si les parties au contrat peuvent en
modifier les termes sans faire référence aux prétendus bénéficiaires
de la fiducie. Si la réponse est affirmative, alors aucune fiducie n
’a
été constituée.
» (385 per MacIntyre, J.)


-
il est évident que les parties pourraient modifier l
e K sans consulter les
parties.

Greenwood Shopping Plaza c. Beatty Critiques

:


Cette décision impose la responsabilité à la partie la plus vulnérable ;

Les

employé(e)s n’envisagent pas cette responsabilité ;

Ils et elles ne négocient pas sur un pied d’égalité et ne peuvent obliger
l’employeur à protéger leurs intérêts ;

«…les syndicats et les employeurs ont des préoccupations plus urgentes.»
(436)

Les emplo
yé(e)s ne peuvent s’assurer ;


Une partie au contrat ne respecte pas ses engagements et le modifie
unilatéralement en sa faveur ;

Cette règle est «…incompatible avec les attentes raisonnables de chacune
des parties à l’opération.» (414)
Les concepts juridiq
ues qui permettent
d'éviter les conséquences de la règle


Critiques
:


le problème cognitif ; le problème de prédire à prévoir le problème donc ne
sont pas porté à s’assurer.


le problème du pouvoir ; e qu’il y a un risque de responsabilité. Les
employés o
nt de la difficulté


le problème de la disponibilité des assurances ; comment convaincre les
assureurs d’offre ce produits au employés à un raisonnable.


la question de principe.

Les deux aspects de la règle

qui exclut les tiers des responsabilité contrat
cuelle


Comme le juge Iacobucci souligne à la page 410, cette règle a deux aspects
distincts :


1.
Les parties contractantes ne peuvent imposer des responsabilités ou des
obligations à des tiers.
2 parties contractantes ne peuvent obliger un
tiers à faire

quelque chose.


2.
Les tiers ne peuvent faire respecter le contrat. (« il empêche les tiers de
bénéficier des droits et des avantages que confère le contrat; … »)
-

aspect
controverser, plus important.
Les tiers bénéficiaires ne peuvent
poursuivre pour for
cer les parties contractantes à agir
conformément au K.

Stratégies ex post facto



strat. Protège les tiers après K

(après le fait): stratégies pour faire en sorte que les intérêts du tiers soient
protégés après la création du K.


Le droit des parties cont
ractantes de faire respecter la stipulation pour autrui



Beswick c. Beswick, (1968) A.C. 58 (H.L.)
-

Veuve poursuit son neveu pour clause…
établi par le mari (mort)
-


: p.388

=
䍨慭b牥⁤É猠lç牤猬⁁nglÉtÉ牲ÉK
J
=
獯汵tiçn⁰牯揩摵牡汥⃠êl愠
狨glÉ⁧éné牡汥
=

=
m
慲⁵n⁋I⁍K⁂=獷s捫⁶ÉnÇ⁳çn⁣çmmÉê捥⁤攠ci癲慩獯渠ÇÉ=
charbon à son neveu. En cp, le neveu promet d’embaucher M.
Beswick comme consultant jusqu’à sa mort. Dans une 2
e

clause,
il s’engage à verser une pension à Mme Beswick au décès de M.
BÉ獷s捫K⁍mÉ⁂=獷sc
k n’est pas une partie au K. M. Beswick
mÉu牴êÉtÉÉ癥甠敦îÉ捴uÉ⁵n⁶É牳êmÉntai猠牥晵獥⁤攠
捯湴inuÉ爠êÉ猠晡f牥⁣çmmÉ⁰狩癵猠慵=hK⁍mÉ⁂=獷s捫=intÉntÉ=
unÉ⁡=tiçn=捯浭É⁥磩捵t物捥⁴É獴慭Ént慩牥⁤É愠au捣敳獩çn⁤É=
獯渠m慲楥⁥t⁥渠獯sçm⁰É牳ênnÉl⁣çnt
牥ÉÉu癥⁰çu爠
exécution en nature du K. (le neveu ne paye pas d’argent pour
l愠açmé慧niÉF
=
J
lÉ⁔⁤攠=
ière

instance décide que la veuve n’a aucun droit de
faire respecter l’entente, que ce soit en common law, en equity
ou en vertu de l’art. 56 de la
Law o
f Property Act

de 1925. Mme
interjette appel à la C.A. d’Angleterre qui lui donne raison. Son
nÉ癥甠î慩t⁡ééÉl⃠=l愠䍨慭b牥⁤É猠iç牳
=

=
䕳t
J
捥ⁱuÉ愠aÉu癥⁰Éut⁰çu牳êi癲î⁰çu爠êbligÉ爠獯nÉ癥u⃠=lui=
é慹É爠êÉ猠獯浭É猠Çu⁥渠癥îtu⁤u⁋⁤É=捯浭É牣ê?
=

=
L’E
quity peut intervenir et ordonner l’exécution en nature du K
=

=
J
neveu dit que la veuve n’est pas partie contractante, dit qu’il
n’y a pas de relation de fiducie.
=
J
獥汯渠lÉ⁰物n捩éÉ⁤É⁲=l慴i癩téI渠Çi牡楴=nçn⁣慲⁥llÉ⁥獴⁵n⁴iÉ牳ê
晡fÉ⁡=⁋⁤çnc⁥汬É=nÉ
=
éÉut⁩ntÉntÉ爠畮É⁡=tiçn⁥渠獯渠nçm=
éÉ牳ênnÉlK=
=
J
malgré tout ça, la veuve a gain de cause malgré ce
principe

car elle a
2 rôles, elle est veuve mais elle est aussi
exécutrice testamentaire
donc elle peut poursuivre au nom
de la succession et la succession

peut faire respecter le K. La
succession est une partie contractante.


-
le neveu dit ok mais dit que la succession n’a droit qu’aux d
J

car la succession n’a pas droit à l’argent donc ne subit aucune
éÉ牴攮êiÉ猠t物êun慵x⁶ÉulÉnt⁴牯u癥î⁵nÉ⁦懧潮aÇÉ⁣çntç
u牮É爠捥=
é牯blèmÉK
=
J
car la décisions d’accorder des d
J
içmin慵砠獥s慩t⁩nàustÉ=捡爠cÉ=
nÉ癥甠îçu牲慩t⁡=hÉtÉ爠êÉ⁣çmmÉ牣ê⁳慮猠景畲湩爠摥⁣êK
=
J
L’Equity peut intervenir

éçu爠灲ê癥湩爠畮É⁩nàusti捥ⁱui
pourrait résulté de l’application stricte des principes
ÇÉ⁣çmmçn=
law. L’equity permet de régler le problème mais elle dépend des
faits.


Ordonnance d’exécution en nature
-

-
l’Equity ordonne à la partie fautive d’exécuter ses
engagements. La chambre des Lords décide que la succession a
droit à une ordonne d’ex
écution en nature du K obligeant le
neveu a payer les sommes dues et de continuer à payer.






K de vente


Neveu



M. Beswick [sa succession]
-

Oncle








Rapport légal

obligation




Mme Beswick
-

Veuve

Stratégies ex ante


protège tiers avant
le K

(avant le fait du K): avant la création du K pour protéger les intérêts du
tiers. Utiliser au moment de la création du K pour conférer à un tiers un
avantage (peu être positif = donner quelque chose, ou négatif=enlever une
responsabilité)

Le transfert

des droits à un tiers :

a) la transformation du tiers en partie contractante

:

Affaire Scotson c. Pegg (p.342)




il ne peut pas obliger le vendeur de livrer les objets à la personne identifié
par l’intermédiaire. Possibilité

: cession des droits contract
uels, on peut
vendre le K à une autre personne.





K


vendeur



acheteur intermédiaire



K? K




acheteur ultime

b) la cession des droits contractuels


in personam
-

Hirachand c. Temple, S
loan c. Union Oil


Hirachand

c.
Temple

(360)

:

la possibilité de cession dépend de la nature
du K et des considérations d’ordres publics. Si c’est une obligation
in
personam

(obligation personnel) il est impossible de céder (ex

: un employé
ne peut pas céd
er son K d’emploi, l’obligation de travailler est personnelle


Sloan c. Union Oil
). Si l’obligation est personnelle, on ne peut pas céder le
K. (partie K cède ses droits à un tiers). Lorsqu’un individu est embauché il y
a établissement d’une relation pers
onnelle.








K


fils (débiteur)




créanciers








aucun K