Canada on top of the world Le Canada au sommet - BIOTECanada

incandescentnonΒιοτεχνολογία

10 Δεκ 2012 (πριν από 4 χρόνια και 7 μήνες)

472 εμφανίσεις

Canada’s voice for biotechnology /
Le porte-parole canadien de
la biotechnologie
Continuous change and the role of Canadian
biotechnology / Les changements continuels
et le rôle de la biotechnologie canadienne
by / par Roberta Bondar
page 14
Canada’s biotech industry: Primed to be the
best in the world / L’industrie
canadienne de la
biotechnologie : tout pour être la meilleure au
monde by The Hon. / par L’hon. Jim Prentice
page 09
spring/
printemps
www.biotech.ca
Canada on top of the world
Le Canada au sommet
© Roberta Bondar PM 40064931
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 3
spring/
printemps 2008
Publisher/Éditeur
gordongroup
Tel./tél. : (613) 234-8468
Editor/Rédactrice en chef
Rhowan Sivel
Translation/Traduction
Sophie Campbell
Cindy Villeneuve-Asselin
Art Direction and Design/
Direction artistique et conception
Leslie Miles
Dominika Kowalczyk
Columns/Chroniques
Peter Brenders
Contributing Writers/Collaborateurs
Roberta Bondar
Wayne Critchley
Natalie Dakers
Kevin Giese
Cate McCready
Hon./L’hon. Jim Prentice
Philip Schwab
For additional copies of/Pour obtenir
d’autres exemplaires de insights
Tel./tél. : (613) 230-5585
E-mail/courriel : info@biotech.ca
Advertising/Publicité
Tel./tél. : (613) 234-8468, ext./poste 223
E-mail/courriel : advertising@gordongroup.com
Sales Manager/Directeur commercial
Thomas Krayer
Printing/Impression
Dollco Printing
Return undeliverable Canadian addresses to/
Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée
au Canada à :
BIOTECanada
420–130, rue Albert St.
Ottawa, Ontario Canada
K1P 5G4
Canada Post Publication Agreement Number/
Numéro de convention de publication Postes
Canada : 40064931
ISSN 1705-3315
©2008 BIOTECanada insights. Any errors, omissions or
opinions found in this magazine should not be attributed
to the publisher. The authors, the publisher and the
collaborating organizations will not assume any responsibility
for commercial loss due to business decisions made based
on the information contained in
this
magazine. No part of
this publication may be reproduced, reprinted, stored in a
retrieval system or transmitted in part or whole, in any form
or by any means, electronic, mechanical, photocopying,
recording or otherwise, without the prior written consent
of the publisher.
©2008 BIOTECanada insights. Aucune erreur ou omission
décelée dans ce magazine ou aucune opinion qui y est exprimée
ne doit être imputée à l’éditeur. Les auteurs, l’éditeur et les
organismes coopérant n’assument aucune responsabilité
à l’égard de pertescommerciales pouvant découler de

décisions d’affaires prises à la lumière des renseignements
contenus dans ce magazine. Il est interdit de reproduire,
de

réimprimer, d’emmagasiner dans un système de recherche
documentaire ou de transmettre cette publication en
tout ou en partie, sous quelque forme ou par quelque
moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie,
enregistrement ou autre), sans avoir obtenu au préalable le
consentement écrit de l’éditeur.

CONTENTS /
TABLE DES MATIÈRES

ColumNS /
ChroNIqueS
04 meSSAge from the
PreSIdeNt ANd Ceo
by Peter Brenders
06 meSSAge du PréSIdeNt et
Chef de lA dIreCtIoN
par Peter Brenders
dePArtmeNtS /
SeCtIoNS
09 federAl PerSPeCtIve

Canada’s biotech industry:
Primed to be the best
in
the world
by The Hon. Jim Prentice
le PoINt de vue fédérAl
L’industrie canadienne de la
biotechnologie : tout pour être
la meilleure au monde
par L’hon. Jim Prentice
25 legAl mAtterS

New biologics: Gaining market
access in Canada
by Wayne Critchley
queStIoNS de droIt
Les nouveaux produits
biologiques : l’accès au
marché canadien
par Wayne Critchley
31 vACCINe NewS
From polio to cancer: The new
face of vaccine technology
Nouvelle de vACCINS
De la polio au cancer : le
nouveau visage des technologies
en matière de vaccins
44 CANAdA’S leAdINg ComPANIeS
leS
PrINCIPAleS eNtrePrISeS
CANAdIeNNe
46 INbrief
eNbref
55 INduStrIAl bIoteCh
Taking it to the next level:
Canadian innovations fuel a
greener future
bIoteChNologIe
INduStrIelle

Une nouvelle étape : Les innova-
tions canadiennes annoncent des
lendemains plus verts
feAtureS /
ArtICleS
14 Continuous change and the role
of Canadian biotechnology
by Roberta Bondar
les changements continuels
et le rôle de la biotechnologie
canadienne
par Roberta Bondar
18 making the deal
How a small Canadian biotech
company turned a personal
battle into an international multi-
million dollar deal
by Kevin Giese
une affaire conclue
Comment une petite entreprise
canadienne de biotechnologie
a fait d’une lutte personnelle
une affaire internationale
de
plusieurs millions de dollars
par Kevin Giese
29 leadership begins early
Canada’s plan to lead the
bio-based economy starts at
the head of the class
le premier rang se prépare très tôt
Le plan du Canada pour dominer
la bioéconomie commence en
avant de la classe
38 Cdrd has a recipe for successful
commercialization in Canada
by Natalie Dakers
le Cdrd a une recette pour
assurer la réussite de la commer-
cialisation au Canada
par Natalie Dakers
62 It’s about time
Canada Research Chairs Program
allows researchers to pursue big
questions in biotechnology
Il était temps
Le Programme de chaires de
recherche du Canada permet
aux chercheurs d’approfondir
de grandes questions en
biotechnologie
70 what Canadians need to know
about Subsequent-entry biologics
by Cate McCready and Dr. Philip
Schwab
Ce que les Canadiens doivent
savoir au sujet des produits
biologiques ultérieurs
par Cate McCready et Philip
Schwab, Ph.d.
®
Cover photo by Roberta Bondar: Mount Logan,
Canada’s highest mountain (Yukon)
Photo de couverture par Roberta Bondar :
la plus haute montagne du Canada (Yukon)
4 |

BIOTECanada
Canadian excellence
building the global
bioeconomy
bIoteCanada is pleased launch a
new look for insights magazine with
our Spring 2008 issue. With enhanced
features and new departments, insights
has evolved to stay on the cutting
edge, much like our industry’s leading
technologies. In addition to the new
layout, we’ve increased our national and
international footprint by growing our
distribution list, and we’ve established
a strong editorial calendar for 2008.
All these changes set the stage for the
theme of this issue: Canada becoming
the world’s leading bio-based economy.
This theme of Canada’s potential to
lead may appear audacious, but my
response to that is simple: Why not us?
The infrastructure of the Canadian
biotechnology industry and its commun ity
of partners has never been stronger. Our
established leadership in vaccines,
oncology, diabetes treatments, food
technologies and rapidly expanding
industrial biotechnologies offers
Canada a unique opportunity. Increas-
ingly, biotechnology offers solutions for
modernizing our traditional industries,
while affording our nation a new realm
of economic and societal advantages
Canadians are anxious to benefit from.
In my three years as president and
CEO of BIOTECanada, I’ve witnessed
changes that are moving Canada
meSSAge from
the PreSIdeNt
ANd Ceo

by Peter A. brenders
forward in our bid to become a world
leader. Our intellectual property
environment has improved. The federal
government recognized the need to create
an internationally-aligned IP regime and
extended data protection in Canada to
meet global IP protection commitments,
thus providing additional incentives for
biotechnology investment.
The business environment has improved.
The 2008 federal budget announced
changes to Canada’s Scientific Research
& Experimental Development tax credit
program advocated for by BIOTECanada
and our members. Improvements to
the program mean more companies will
be eligible for refundable tax credits on
R&D spending, and companies that
previously didn’t qualify for refundable
credits can now obtain up to $1 million
annually from the federal government.
Canada also passed an amendment to
its tax law that removes restrictions to
foreign investment by recognizing Limited
Liability Companies in Canada. We are
making it easier to invest and succeed
in Canada.
A number of funding programs and
incentives for business exist in Canada,
and you’ll read about them throughout
this issue. In essence, the foundation
is in place for construction to begin
on the skyscraper of Canadian biotech.
And dominating the biotech skyline
means huge market potential for our
innovations. One conservative estimate
places the global biotechnology market
value in excess of U.S. $700 billion
by 2020. Others place it in the trillions.
Canada will remain at the forefront of
this global development.
Indeed, by recognizing the value of
the industry and the partnerships
we are forging around the world,
stakeholders from across the board
in Canada are aligning to support
and promote our biotech industry.
The Canadian government recognizes
the importance of growing Canada’s
knowledge-based economy and is
working to keep pace with technological
growth. Industry is committed to
building and succeeding in Canada.
Academia is training the next generation
of biotech leaders and promising
world-leading research. It will take
time, but with the right leadership and
ongoing commitment, we see no reason
why Canada cannot become the
world’s leading bio-based economy.

BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 5
6 |

BIOTECanada
la contribution
de l’excellence
canadienne à la
bioéconomie
mondiale
À l’occasion de la parution du numéro
du printemps 2008 d’insights, bIote-
Canada a le plaisir de vous faire voir
son tout nouveau look. En apportant
des améliorations à notre magazine et en
y ajoutant des sections supplémentaires,
nous l’avons actualisé afin qu’il demeure
à jour, tout comme les technologies de
pointe de notre industrie. En plus d’une
présentation différente, nous avons
aussi accru notre portée nationale et
internationale en étoffant notre liste de
distribution, et nous avons établi un
calendrier éditorial ferme pour 2008. Tous
ces changements préparent le terrain
pour le thème du présent numéro, qui
porte sur les efforts du Canada visant à
acquérir la plus importante bioéconomie
au monde.
Ce thème autour de la possibilité pour
le Canada d’occuper le premier rang
peut sembler audacieux, mais je vous
répondrai simplement ceci : Pourquoi
pas nous?
L’infrastructure du secteur canadien de
la biotechnologie et de ses partenaires
n’a jamais été plus solide. Notre position
de chef de file en matière de vaccins,
d’oncologie, de traitements du diabète,
de technologies alimentaires ainsi que
de biotechnologies industrielles en
pleine expansion offre au Canada une
occasion unique. De plus en plus, la
biotechnologie présente des solutions
meSSAge du
PréSIdeNt et Chef
de lA dIreCtIoN

Par Peter A. brenders
pour moderniser nos secteurs d’activité
traditionnels tout en procurant à notre
nation un nouvel éventail d’avantages
économiques et sociaux dont les Canadiens
souhaitent ardemment profiter.
Au cours de mes trois années à la barre
de BIOTECanada, j’ai assisté à des
changements qui rapprochent de plus en
plus le pays de notre objectif de devenir
un chef de file mondial dans notre
domaine. Par exemple, la situation de la
propriété intellectuelle s’est améliorée. Le
gouvernement fédéral a en effet reconnu
la nécessité de créer un programme de
protection de la propriété intellectuelle
aligné sur ceux du monde entier et il a
élargi la protection des données au Canada
afin de répondre aux engagements
internationaux en la matière, ce qui
constitue une mesure incitative
supplémentaire pour les investissements
en biotechnologie.
Le contexte commercial s’est également
bonifié. Le budget fédéral de 2008 a
notamment annoncé un remaniement du
programme canadien d’incitation fiscale
Recherche scientifique et développement
expérimental (RS&DE), que prônaient
BIOTECanada et ses membres. Grâce
aux améliorations apportées, un nombre
accru d’entreprises auront droit à des
crédits d’impôt remboursables pour leurs
dépenses en R. D., et certaines sociétés
qui n’y étaient pas admissibles jusqu’à
aujourd’hui pourront désormais obtenir
chaque année jusqu’à un million de dollars
du gouvernement fédéral.
Le Canada a en outre adopté une
modification à sa loi fiscale, qui élimine
certaines contraintes imposées aux in-
vestissements étrangers en reconnaissant
les sociétés à responsabilité limitée. Nous
contribuons ainsi à faciliter les investisse-
ments et la réussite dans le pays. Il existe
au Canada plusieurs programmes de
financement et mesures incitatives qui
permettent aux entreprises de prospérer.
Nous enparlerons tout au long du présent
numéro. Essentiellement, les fondations
sont en place; il ne reste plus qu’à com-
mencer à construire le gratte-ciel de la
biotechnologie canadienne.
Qui plus est, l’énorme potentiel
commercial de nos innovations domine
actuellement l’horizon de la biotechnologie.
Selon une estimation prudente, le marché
mondial de la biotechnologie devrait
dépasser les 700 milliards de dollars
américains d’ici 2020. D’autres croient
même qu’il atteindra le niveau des
trillions. Le Canada demeurera à l’avant-
garde de ce développement d’envergure
internationale.
En effet, conscients de la grande valeur
de notre industrie et des partenariats que
nous établissons partout dans le monde,
tous les intervenants partout au Canada
s’alignent afin d’ appuyer et promouvoir
notre secteur d’activité. Le gouvernement
fédéral reconnaît qu’il est primordial de
faire croître l’économie du savoir au
Canada, et il s’efforce de suivre la
cadence de l’évolution technologique.
L’industrie est bien décidée à s’épanouir
et à réussir dans le pays. Les universités
forment la prochaine génération de chefs
de file en biotechnologie et de meilleurs
chercheurs prometteurs au monde. Il
nous faudra du temps, mais avec un
leadership adéquat et un engagement
constant, nous ne voyons pas pourquoi
le Canada ne pourrait pas devenir le pays
possédant la première bioéconomie en
importance sur la planète.

BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 9
federal perspective
le point de vue fédéral
Canada’s biotech industry:
Primed to be the best in the world
L’industrie canadienne de la biotechnologie :
tout pour être la meilleure au monde
by The Honourable Jim Prentice, Minister of Industry
par L’honorable Jim Prentice, ministre de l’Industrie
The Government of Canada’s long-term economic plan,
Advantage Canada, seeks to position Canada as an
innovation leader. Innovation is crucial to strengthening
Canada’s competitiveness and productivity and to improving
our quality of life. Canadian innovators and entrepreneurs are
doing truly outstanding work in many areas of biotechnology.
Their work is proof that Canadians can compete with the best
the world has to offer.
As part of our economic plan, Prime Minister Stephen Harper
unveiled our Science and Technology (S&T) Strategy, Mobilizing
Science and Technology to Canada’s Advantage. It is a
multi-year framework that will:
• Encourage companies to invest in research
and development (R&D);
• Support research excellence and align university research
with the needs of business; and
• Provide opportunities for Canadians and ensure
firms have access to highly-skilled workers.
The S&T Strategy emphasizes helping Canada’s
knowledge-based industries, including biotechnology,
to become more globally competitive by
strengthening strategic research, talent,
private sector R&D and public-private sector
partnerships. The strategy emphasizes
greater investment in four areas, including
three with significant interest for biotechnology
companies: environmental science and
technologies; health and related life sciences
and technologies; and natural resources
and energy.
Key driver of the economy
In addition to providing health and environ-
mental benefits, biotechnology and other life
science industries such as pharmaceuticals
Le plan économique à long terme du gouvernement canadien,
Avantage Canada, vise à faire du pays un chef de file en
matière d’innovation. L’innovation est essentielle pour
accroître la compétitivité et la productivité du Canada ainsi
que pour améliorer notre qualité de vie. Les innovateurs et
les entrepreneurs canadiens accomplissent un travail tout à fait
exceptionnel dans de nombreux domaines de la biotechnologie.
Leur travail constitue la preuve que les Canadiens sont
capables de faire concurrence à ce que l’on trouve de mieux
sur la planète.
Dans le cadre de notre plan économique, le Premier ministre
Stephen Harper a dévoilé notre stratégie au chapitre des
sciences et de la technologie (S. T.), intitulée Réaliser le
potentiel des sciences et de la technologie au profit du
Canada. Il s’agit d’un cadre pluriannuel qui vise à :
• encourager les entreprises à investir dans la recherche
et le développement (R. D.);
• appuyer l’excellence dans la recherche et harmoniser la
recherche universitaire avec les besoins des entreprises; et
• offrir des possibilités aux Canadiens et veiller à ce que
les
entreprises aient accès à des employés hautement qualifiés.
La stratégie S. T. cherche particulièrement
à aider les secteurs canadiens fondés sur le
savoir, notamment celui de la biotechnologie, à
accroître leur compétitivité internationale en
renforçant la recherche stratégique, les talents,
la R. D. dans le secteur privé ainsi que les
partenariats public-privé. La stratégie est axée
sur l’augmentation des investissements dans
quatre domaines, dont trois sont d’un intérêt
particulier pour les entreprises de biotechnolo-
gie, c’est-à-dire les sciences et les technologies de
l’environnement, les sciences et les technologies
de la santé et les sciences de la vie connexes,
et les ressources naturelles et l’énergie.
10 |

BIOTECanada
federal perspective
le point de vue fédéral
are major R&D drivers and therefore key players in the
economy of the future. Globally, Canada continues to rank
among the top three countries in number of biotechnology
firms, fourth in revenues and R&D expenditures, and fifth
in biopharmaceutical inventions. Canada is truly one of the
world’s leaders in biotech and health R&D.
The Canadian biotechnology industry has demonstrated
strong growth, with annual increases of 15 percent in R&D
spending and 20 percent in revenues. Canadian biopharma-
ceutical companies have more than 500 products in various
stages of R&D, representing one of the strongest product
pipelines in the world. Life science companies undertake
over 20 percent of Canada’s total private sector R&D, and
the products arising from them are an important part of
Canada’s innovative economy.
In response to these biotech industry strengths, the Canadian
government has made significant investments and fostered
partnerships with Canadian biotechnology companies in the
areas of research, technology transfer, networks and centres
of excellence to private sector R&D. Government of Canada
spending on biotechnology has increased over five years from
six to nine percent of total S&T expenditures, one of the
Un moteUr clé de l’économie
En plus d’apporter des bienfaits pour la santé et l’environ -
n ement, la biotechnologie de même que les autres secteurs des
sciences de la vie comme l’industrie pharmaceutique tiennent
un rôle important en R. D. et constituent par conséquent les
acteurs clés de l’économie de demain. Sur la scène internationale,
le Canada se classe actuellement parmi les trois meilleurs pays
quant au nombre d’entreprises biotechnologiques, parmi les
quatre meilleurs en ce qui a trait aux revenus et aux dépenses
associées à la R. D., et parmi les cinq meilleurs pour ce qui
est des inventions biopharmaceutiques. Ainsi, le Canada fait
réellement partie des chefs de file mondiaux au chapitre de
la R. D. en biotechnologie et en santé.
Le secteur canadien de la biotechnologie a connu une forte
croissance, avec une augmentation annuelle des dépenses en
R. D. de 15 pour cent et une hausse des revenus de 20 pour cent.
Plus de 500 produits d’entreprises canadiennes de produits
biopharmaceutiques en sont à divers stades de R. D., ce qui
constitue l’une des gammes de produits potentiels les plus
importantes au monde. Les entreprises des sciences de la vie
représentent au-delà de 20 pour cent de toute la R. D. effectuée
dans le secteur privé au Canada, et les produits qui en découlent
constituent une part importante de l’économie novatrice du pays.
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 11
federal perspective
le point de vue fédéral
highest concentrations of S&T expenditures in biotech in
the OECD. Federal health research spending, of which the
majority is in biotech, has increased from 17 percent to
23 percent of government R&D expenditures.
The federal government wants to ensure Canadian
biotechnology firms can continue to strengthen their
global competitiveness and attract new global life science
investments by building upon our world-class research
and infrastructure, and ensuring a supply of highly-skilled
workers. We have also responded to the innovative strengths
of Canadian biotechnology and other life science industries
through changes to intellectual property and health regulations,
so that Canada is internationally competitive on data protection
and regulatory approval times for health products.
challenges we face
The most important role of the government is to ensure
a competitive marketplace and to foster an investment
climate that encourages private sector innovation. We recognize
Canadian biotechnology companies, like their counterparts in
other countries, face difficult challenges in terms of commer-
cialization. Over the last two budgets, key commitments that
have been well received by the Canadian biotechnology industry
include new investments in research infrastructure and
genomics research; new Centres of Excellence for Commer-
cialization and Research with the majority focussed on health
discoveries; updates of Canada’s Scientific Research and
Experimental Development (SR&ED) tax credit program to
ensure it continues to encourage private sector R&D; reduction
in corporate tax burden; and changes to ensure Canada is a
best-in-class regulator. Although Canadian biotechnology has
experienced remarkable growth—and many firms have seen
improvements in their market opportunities—the primary
challenge remains the need to attract sufficient capital
both domestically and from abroad.
Our firms have demonstrated a remarkable capacity to find
new and innovative ways to attract this risk capital. The
Government of Canada has made efforts to strengthen the risk
capital environment within Canada, including improved flow
of capital between Canada and the U.S. and a new investment
in the Business Development Bank of Canada for a new,
private sector-led late-stage venture capital fund. Part of the
government effort also involves getting the message out to the
global community, in partnership with the Canadian biotech-
nology industry, about the competitiveness of the industry
here. This is why we had a large delegation attend the industry’s
premier annual event, the BIO International Convention 2007,
in Boston, and will be out in force at BIO 2008 in San Diego.
Intense global competition is re-shaping how businesses
compete and how commerce functions. The prerequisites
for economic success, the raw materials of prosperity and
the defining measurements of achievement are fundamentally
En réponse à ces forces de l’industrie de la biotechnologie,
le gouvernement du Canada a fait des investissements
considérables et il cherche à établir des partenariats avec les
entreprises canadiennes de biotechnologie dans les domaines
de la recherche, du transfert de technologie, du réseautage
et des centres d’excellence pour la R. D. du secteur privé.
En
cinq ans, les dépenses du gouvernement fédéral pour
la biotechnologie sont passées de six à neuf pour cent de
l’ensemble des dépenses en sciences et technologie, constitu-
ant ainsi l’une des plus grandes concentrations de dépenses
en sciences et technologie consacrées à la biotechnologie au
sein de l’Organisation de coopération et de développement
économiques (OCDE). Par ailleurs, les dépenses fédérales
dédiées à la recherche en santé, dont la majeure partie sont
investies dans la biotechnologie, ont augmenté de 17 à 23
pour cent de toutes les dépenses de ce gouvernement en R. D.
Le gouvernement canadien souhaite s’assurer que les
entreprises canadiennes de biotechnologie peuvent continuer
à accroître leur compétitivité à l’échelle mondiale de même
qu’à attirer de nouveaux investissements étrangers en sciences
de la santé. Pour réaliser ce projet, nous comptons miser sur
notre infrastructure de recherche de niveau international et
veiller à la disponibilité de travailleurs hautement qualifiés.
Nous avons également répondu aux forces novatrices de la
biotechnologie canadienne et des autres secteurs des sciences
de la vie en apportant des modifications aux règlements en
matière de propriété intellectuelle et de santé de telle façon
que le Canada soit concurrentiel à l’échelle internationale
en ce qui concerne la protection des données et les délais
d’approbation réglementaire pour les produits de santé.
les défis à relever
Le rôle le plus important du gouvernement consiste à veiller
à la compétitivité du marché ainsi qu’à favoriser un climat
d’investissement qui encourage l’innovation dans le secteur
privé. Nous reconnaissons qu’à l’instar de leurs semblables
dans les autres pays, les entreprises canadiennes de biotech-
nologie font face à certaines difficultés considérables au
niveau de la commercialisation. Parmi les principaux
engagements des deux derniers budgets à avoir reçu un bon
accueil de la part de l’industrie canadienne de la biotechnologie
figurent les nouveaux investissements dans les infrastructures
de recherche et la recherche en génomique; la création des
Centres d’excellence en commercialisation et en recherche,
dont la majorité sont axés sur
les découvertes en santé; la
mise à jour du programme d’incitation fiscale Recherche
scientifique et développement expérimental (RS&DE)
en vue de voir à ce qu’il continue à encourager la R. D. dans le
secteur privé; la diminution du fardeau fiscal des entreprises;
et les mesures visant à s’assurer que le Canada compte parmi
les meilleurs en fait de réglementation.
Bien que la biotechnologie canadienne ait connu une croissance
remarquable – et que de nombreuses entreprises aient vu
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 13
federal perspective
le point de vue fédéral
different from what they were even ten
or 15 years ago. Global restructuring in
many segments of health industries is
having an impact on the opportunities
for Canada to realize the benefits of
public investments in health research.
This restructuring is also having an
impact on Canadian biotechnology
companies engaged in high-risk and
long-term investments. We need to
consider a new value proposition that
will guide all of us in Canada to
ensure our health industries remain
globally competitive, and help
Canadians realize the full social
benefits of biotechnology.
canadian commitment
to biotechnology
The Canadian biotechnology industry
has demonstrated its ability to innovate,
grow and pursue global opportunities.
The Government of Canada sees
biotechnology as an important part of
Canada’s innovative economy and has
made significant investments to enable
this industry to realize its full potential.
Government and industry will continue
to work together to help address the
financing and commercialization
challenges for biotechnology through
Canada’s long-term economic plan,
Advantage Canada, and through the
implementation of Canada’s new S&T
strategy, Mobilizing Science and
Technology to Canada’s Advantage.
The Honourable Jim Prentice,
appointed Minister of Industry on
August 14, 2007, was elected to the
House of Commons in 2004 and was
re-elected in 2006. He currently
serves as Chair of the government’s
Operations Committee of Cabinet,
and he is a member of the Priorities
and Planning Committee as well as
the Economic Growth and Long-Term
Prosperity Committee.

leurs débouchés se multiplier –
le principal défi demeure la nécessité
d’attirer suffisamment de capitaux,
provenant tant de l’intérieur du pays
que de l’étranger.
Nos entreprises ont fait preuve de
capacités exceptionnelles pour trouver
de nouvelles façons ingénieuses d’attirer
des tels capitaux de risque. Le gou-
vernement du Canada a fait des efforts
afin de solidifier la situation du capital
de risque dans le pays. Il a notamment
amélioré l’échange de capitaux entre
le Canada et les États-Unis et a réinvesti
dans la Banque de développement du
Canada afin de créer un fonds de
capital de risque de développement
destiné au secteur privé. Par ailleurs,
une grande part des efforts du gou-
vernement est consacrée à faire savoir
à la communauté internationale, en
collaboration avec l’industrie canadienne
de la biotechnologie, à quel point cette
dernière est concurrentielle. Voilà
pourquoi nous avons envoyé une grande
délégation assister au premier événement
annuel de l’industrie de l’an passé, c’est-
à-dire le congrès international de BIO
de 2007, qui s’est déroulé à Boston.
Nous serons également très bien
représentés lors de l’édition 2008 de
ce même congrès, qui se tiendra cette
fois à San Diego.
L’intense compétition internationale
actuelle redéfinit la façon dont les
entreprises se font concurrence ainsi
que celle dont fonctionne le commerce.
Les préalables pour la réussite
économique, les matières premières
de la prospérité et les éléments qui
permettent d’évaluer les accomplisse-
ments sont fondamentalement différents
de ceux que l’on retrouvait il y a à peine
10 ou 15 ans. La restructuration
mondiale dans nombre de segments
des secteurs de la santé influence les
possibilités pour le Canada de tirer
pleinement profit des investissements
publics réalisés dans la recherche en
santé. Cette même restructuration a
également des répercussions sur les
suite à la page 81
supporting r&d
in canada
Originally created in 1985, the
SR&ED program is designed to
provide financial incentives for
companies doing R&D in Canada
through tax credits that can be used
to feed a company’s development
pipeline. The government’s 2008
budget announced valuable changes
to the program aimed at recognizing
the 21
st
century dynamic of discovery
and development. These changes
include:
• Increase the expenditure limit for
refundable tax credits by 50 per-
cent, from $2 million to $3 million.
With refundability at 35 percent,
this results in an additional
$350,000 for eligible companies.
Moreover, the total refundability
now increases to over $1
million.
• Raise the upper limit for the
taxable capital phase-out range,
increasing the amount of
companies that can qualify for
a tax credit. The limit has been
increased from $15 million to
$50 million.
• Increase the upper limit of the
taxable income phase-out range
from $600,000 to $700,000.
Companies that previously didn’t
qualify for refundable credits can
now obtain up to $1 million from
the federal government.
• Extend the SR&ED investment tax
credit to certain activities carried
on outside of Canada in situations
where “A SR&ED performer is
required to carry on a portion
of its SR&ED
activities outside
Canada in support of its SR&ED
carried on in Canada.” The budget
introduced a 10 percent allowance
for international research in these
credits.
For more information on the SR&ED
program, please visit the Canada
Revenue Agency website:
www.cra-arc.gc.ca/taxcredit/sred/
menu-e.html
14 |

BIOTECanada
Roberta Bondar
Astronaut, Scientist,
Physician, Pioneer
Aboard the space shuttle Discovery
in 1992, Dr. Roberta Bondar
became the world’s first astronaut-
neurologist. For over a decade
she researched new connections
between recovery from unusual
environments and neurological
illnesses. Time magazine named her
as one of Canada’s Best Explorers
in 2003. Numerous commendations
include the Canadian Medical Hall
of Fame, the NASA Space Medal
and the International Women’s
Forum Hall of Fame. Respected
for her expertise and animated
commentary, Dr. Bondar has
appeared on CNN, BBC, PBS
and CBC.
Roberta Bondar
Astronaute, scientifique,
médecin, pionnière
À bord de la navette spatiale
Discovery en 1992, la Dre Roberta
Bondar est devenue la première
astronaute neurologue à l’échelle
mondiale. Pendant plus d’une
décennie, elle a fait des recherches
sur l’existence de nouveaux liens
entre le rétablissement suivant
un séjour dans un environnement
inhabituel et les affections neu-
rologiques. La revue Time l’a
désignée comme étant l’une des
meilleures exploratrices en 2003.
Ses nombreuses mentions élogieuses
comprennent l’intronisation au
Temple de la renommée médicale
canadienne et au Women’s Forum
Hall of Fame, et l’obtention de la
médaille spatiale de la NASA.
Respectée pour son expertise et ses
commentaires animés, Dre Bondar
a été interviewée sur les chaînes
CNN, BBC, PBS et CBC.
Continuous
change and the
role of Canadian
biotechnology
Les changements
continuels et
le rôle de la
biotechnologie
canadienne
by Roberta Bondar, OC, O.ON, MD, FRCP, FRSC
par Roberta Bondar, O.C., O.ON, M.D., FRCP, MSRC
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 15
Le changement : qu’on le veuille
ou non, il se produira et exigera de
nous des efforts. Pas une personne
qui s’engage dans le cycle de la vie ne
peut nier l’existence, dans son univers
personnel, de changements continu-
els. Nos professions nous emmènent
ensuite dans un monde beaucoup
plus large, que nous partageons avec
de nombreuses autres personnes qui,
toutes, seront tranquilles pendant un
moment et en danger l’instant suivant.
Les modèles contemporains n’offrent
plus le rendement auquel nous nous
sommes habitués, parce qu’ils sont
devenus soit inefficaces, soit désuets ou
ont perdu leur pertinence.
Si nous allons encore plus avant dans
le grand monde, nous nous retrouvons
dans un contexte mondialisé qui, bien
que nous reliant entre nous grâce à
la technologie, peut nous mettre en
danger, vulnérabilisant les finances,
la politique, le social et la santé à une
échelle sans précédent au cours de
notre histoire personnelle et même de
celle de l’humanité sur terre.
Bienvenue dans le nouveau millé-
naire, sa fièvre et ses promesses. Dans
l’ensemble au cours de cette première
décennie, nous avons assisté à une
sombre suite d’actes terroristes, de
guerres, de génocides, de famines et de
pertes financières, ainsi qu’à de la pau-
vreté, à la croissance de la population
et au réchauffement de la planète. La
peur des irréductibles Gaulois serait-
elle en train de se réaliser? Le ciel nous
tombe-t-il sur la tête?
Bien que nous vivions en des temps
troublés, les changements continu-
els nous forcent au dépassement. La
vie qui se trouve menacée à un mo-
ment peut tout à coup bénéficier d’un
changement radical quand le danger
imminent s’éloigne. En biologie, nous
savons et apprécions le fait que les nu-
triments dont la vie dépend se recréent
grâce à des phénomènes naturels dont
certains sont menaçants. Les change-
ments saisonniers de température, les
inondations et les incendies de forêt
ont tous leur rôle à jouer dans la re-
naissance et l’épanouissement de la vie.

En technologie, les changements sont
aussi fréquents que dans la nature.
Toutefois, c’est le cerveau humain qui
mettra en question, perfectionnera et
redéfinira ce qui doit l’être. La valeur
des découvertes et de l’innovation
scientifiques apparaît quand une
technologie est utile et, plus important
encore, quand elle est répandue et of-
ferte au bien commun. Dans cette ère
récente de réchauffement climatique,
nous cherchons auprès des sciences et
de la technologie des réponses et des
outils qui nous permettent de réduire
notre participation aux modifications
du climat et de nous y adapter le plus
efficacement possible.
Les changements climatiques qui
se produisent à l’échelle planétaire
Change, planned or not, will happen
and will challenge us. Within our own
personal worlds, continuous change
cannot be denied as we engage in the
cycle of life. Our professions bring us
into a much larger world, one that is
shared by many others, each of whom
can be secure one moment and threat-
ened the next. Contemporary paradigms
may no longer give us the return to
which we have grown accustomed,
either because they have become
inefficient, obsolete or irrelevant.
As we move farther outward, we find
ourselves in a global environment that
while connecting us through technology,
can expose us, rendering a vulnerability
to financial, political, social and health
issues on a scale unprecedented in our
lives or indeed, in the life of human
existence on planet Earth.
Enter the new millennium with its
excitement and promise. Globally in
this first decade, we have witnessed a
morose sequence of terror, war, poverty,
genocide, population growth, starvation,
financial downslide and global warming.
Was Chicken Little right? Is the sky
falling?
Although we live in uneasy times, there
is a greatness that comes from the
challenge of continuous change. Life
endangered at one moment can also
become a beneficiary of severe change
when the imminent threat subsides.
In biology, we know and appreciate nu-
trients upon which life depends comes
from replenishment by the challenging
forces of the natural world. Seasonal
temperature changes, floods and forest
fires all play a role in allowing new life
to arise and even flourish.
In technology, change is as continuous
as in the natural world. But it is the
human mind that will challenge, develop,
refine and re-define what is possible.
The value of scientific discovery and
innovation is visible when technology
is useful and most importantly, when
it is widespread and available for the
global good. In this latest era of a
warming planet, we look to science and
technology for answers and tools to
minimize our contribution to climate
temperature fluctuations and to adapt
as efficiently as possible.
The changes in climate that are
occurring worldwide affect health and
agriculture on a global scale. Already
there are shifts in the distribution of
“Althoughwelivein
uneasytimes,thereisa
greatnessthatcomes
fromthechallengeof
continuouschange.”
16 |

BIOTECanada
touchent la santé et l’agriculture
partout dans le monde. On constate
déjà des déplacements des maladies
que causent différents virus et bacté-
ries et de leurs hôtes – entre autres :
moustiques, oiseaux et humains. La
population de la planète augmente à un
rythme si démesuré que les aliments et
les médicaments manqueront, surtout
en cas d’anomalies climatiques nuisant
à leur production ou à leur livraison.
Comment, alors, protéger la vie telle
que nous la connaissons sur cette
planète et l’aider à s’adapter? Que
pouvons-nous apprendre de la nature,
qui subit les conséquences du dével-
oppement humain et des fluctuations
du climat? Pouvons-nous extraire la
technologie de la nature de manière
éthique et l’utiliser pour réduire la mor-
bidité et la mortalité? Et si les Gaulois
avaient eu une formation en biologie?
Ils auraient su que le ciel ne pouvait
pas tomber et pourquoi il était bleu.
S’ils avaient disposé de la technologie
nécessaire à la mise en œuvre de la
biologie de leur choix, peut-être aurait-
on vu Astérix bondir à toute vitesse
sans potion magique.
Le Canada a une réputation méritée de
chef de file dans le domaine en folle
expansion qu’est la biotechnologie. En
fait, les 530 entreprises de biotech-
nologie du Canada qui investissent
près de 1,8 milliard de dollars par
année en recherche-développement
produisent plus de 4 milliards de
dollars en revenu. L’industrie
canadienne de la biotechnologie est
active entre autres dans les secteurs
de l’environnement, de la santé, de
l’agriculture et de la nutrition.
Bon nombre des découvertes que les
chercheurs canadiens en biotechnologie
ont faites reflètent le rôle traditionnel
du Canada dans le monde par rapport
aux domaines de la santé et de
l’agriculture, de même que sa vision
de la justice sociale et de l’équité. Les
défis émergents des changements
climatiques et environnementaux, des
dissensions politiques, de la pression
qu’exerce l’accroissement des popula-
tions, de la famine et de la pauvreté
peuvent générer des solutions innova-
trices. La biotechnologie canadienne
tente de relever ces défis en cherchant
de nouveaux moyens de profiter de la
vie qui s’épanouit sur terre.
En santé, par exemple, la recherche en
génétique au Canada et en partenariat
avec des collaborateurs internationaux
a permis d’identifier de nouveaux liens
dans la chaîne de processus morbides
aussi divers que ceux du VIH, de la
colite, du cancer, du diabète, des trau-
matismes médullaires, du glaucome, de
l’autisme et des réactions allergiques.
L’industrie canadienne du vaccin se
trouve au premier plan mondial du
développement, de la promotion et de
la commercialisation d’immunisations.
Les nouvelles menaces que constituent
le SRAS, le virus du Nil occidental,
diseases such as bacteria and viruses
and their hosts, including mosquitoes,
birds and human beings. With the
population of the planet increasing at
such an unsustainable rate, food and
medicines will be in short supply,
especially when production and deliv-
ery are affected by weather anomalies.
How do we move to protect life as we
know it on this planet and help it to
adapt? What can we learn from things
that exist in the natural world that
will also feel the pressure of human
development and fluctuations in climate?
Can we extract natural technology
ethically and apply it to decrease our
morbidity and mortality? What if
Chicken Little had training in biology?
He would know that the sky cannot
fall and why the sky is blue. If he
had technology to implement his own
biology, we might have seen a chicken
really fly.
Canada has a well-deserved reputation
as a leader in the wildly explosive field of
biotechnology. In fact, the 530 biotech
companies in Canada that invest close
to $1.8 billion annually on research
and development generate over
$4 billion in revenues. The biotechnology
industry in Canada is active in sectors
that include the environment, health,
agriculture and nutrition.
Many discoveries by Canadian biotech-
nology researchers reflect the traditional
role that Canada has played in the world
in the fields of health and agriculture,
and our vision of social justice and
equality. Emerging challenges of climate
and environmental change, political
strife, population pressures, famine
and poverty, can generate emerging and
novel solutions. Facing the challenge,
Canadian biotechnology is seeking out
new ways to benefit life on Earth.
In health, for example, genetics research
in Canada and in partnerships with
international collaborators have identi-
fied new links in the chain of disease
processes as diverse as HIV, colitis,
cancer, diabetes, spinal cord injuries,
“ManydiscoveriesbyCanadianbiotechnology
researchersreflectthetraditionalrolethatCanada
hasplayedintheworldinthefieldsofhealth
andagriculture,andourvisionofsocialjustice
andequality.”
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 17
la grippe aviaire et d’autres virus
potentiellement mortels exigeront
le meilleur de la biotechnologie afin
d’empêcher l’éclosion de pandémies.
Le Canada, par le biais de projets
réalisés en collaboration comme le
Consortium international sur les
thérapies antivirales, jouera un rôle
clé dans l’élimination de ces menaces.
La force du Canada en biotechnologie
agricole offre au monde des plantes qui
sont moins sensibles à la sécheresse,
aux maladies et aux mauvaises condi-
tions de sol. Ainsi, les agriculteurs
arrivent à obtenir un meilleur rendement
et des cultures plus saines. Les in-
novateurs canadiens créent des plantes
qui peuvent servir à des applications
pharmaceutiques, comme le carthame
génétiquement modifié, capable de
produire des quantités commerciales
d’insuline humaine. À mesure qu’on
exploitera plus avant la capacité des
plantes transgéniques (génétiquement
modifiées) de produire des protéines,
on verra davantage de produits
pharmaceutiques tirés de plantes.
En tant que diplômée en agriculture et
en médecine, je ne peux pas imaginer
un monde où la biotechnologie serait
absente. Les nouvelles idées déjà et
potentiellement mises au point grâce
à la biotechnologie et transformées
en applications grâce à l’industrie
m’enthousiasment. Pour les étudiants
qui sont les chercheurs de demain, la
biotechnologie n’a de limites que celles
que leur impose leur imagination
dans la recherche de solutions aux
problèmes les plus difficiles à s’être
jamais posés à l’être humain. On ne
peut pas arrêter le changement, et nous
colorons notre vie de la manière dont
nous nous adaptons à ce changement
continu et permettons à la vie de
se renouveler.

glaucoma, autism and allergic reactions.
Canada’s vaccine industry is on the
forefront of global leadership in
developing, promoting and providing
immunizations to prevent diseases.
Emerging threats of SARS, West Nile
virus, avian flu and other potentially
lethal viruses will require the best of
biotechnology to minimize outbreaks
that could trigger a pandemic. Canada,
through collaborative initiatives such
as the International Consortium on
Anti-Virals, will play a key role in
countering such threats.
Canada’s strength in agricultural
biotechnology gives the world plants
that are less susceptible to drought,
disease and poor soil conditions.
Growers can obtain greater yields and
healthier crops. Canadian innovators
are developing plants that can be used
for pharmaceuticals such as genetically
modified safflower plants that can
produce commercial quantities of
human insulin. In the future, we will
see more plant-made pharmaceuticals
as the ability of transgenic plants
(altered by genetic changes) to produce
proteins is further mined.
As a graduate of both agriculture and
medicine, I can’t imagine a world without
biotechnology. I am excited about the
reality and the potential of biotechnology
to develop new ideas and for the bio-
technology industry to move them from
innovation to application. For students
who are our future researchers, bio-
technology is as infinite as are their
imaginations in seeking answers to the
most challenging questions ever asked
of human beings. Change is continuous,
and we mark our lives by the way we
adapt to change and give the world
new life.

18 | insights

BIOTECanada
Making the deal

How a small Canadian biotech company turned a personal
battle into an international multi-million dollar deal
Une affaire conclue
Comment une petite entreprise canadienne de biotechnologie
a fait d’une lutte personnelle une affaire internationale de
plusieurs millions de dollars
by Kevin Giese, President and CeO, BioMs Medical
par Kevin Giese, président et chef de la direction, BioMs Medical
Photo: Clifford Giese, Chairman (left), and Kevin Giese, President and CEO of BioMS Medical
Photo credit: Edmonton Journal
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 19
Making the deal

How a small Canadian biotech company turned a personal
battle into an international multi-million dollar deal
Une affaire conclue
Comment une petite entreprise canadienne de biotechnologie
a fait d’une lutte personnelle une affaire internationale de
plusieurs millions de dollars
by Kevin Giese, President and CeO, BioMs Medical
par Kevin Giese, président et chef de la direction, BioMs Medical
Le 17 décembre 2007, BioMS Medical
Corp. a annoncé la signature de la
plus importante affaire de l’histoire
de la biotechnologie canadienne :
l’entreprise assurera l’élaboration
conjointe et la commercialisation de
MBP8298 avec le géant pharmaceu-
tique Eli Lilly & Company.
MBP8298 est le médicament contre
la sclérose en plaques (SP) qui arrive
actuellement aux essais déterminants de
phase III chez BioMS. Conformément
à l’entente, BioMS a reçu un paiement
forfaitaire unique de 87 millions de
dollars, et elle pourra recevoir des
paiements d’étapes totalisant 410
millions de dollars ainsi que des
redevances non divulguées sur les
ventes du médicament, dans le cas
où les autorités de réglementation
l’approuveraient.
Pour l’équipe de BioMS, cette entente
a constitué la plus importante réussite
au cours de la mise au point de
MBP8298, mais il y a eu et il y aura encore
d’autres moments forts. « La première
On December 17, 2007, BioMS
Medical Corp. announced it signed
one of the biggest deals in the
history of Canadian biotech: to
co-develop and market MBP8298
with pharmaceutical giant Eli Lilly
& Company.
MBP8298 is the multiple sclerosis
(MS) drug that BioMS is currently
advancing through pivotal Phase III
trials. In the deal, BioMS received an
up-front payment of $87 million with
potential milestone payments totaling
$410 million, plus an undisclosed
royalty on future sales of the drug,
assuming it is ultimately approved
by regulators.
For the team at BioMS, the deal
represents one of the biggest mile-
stones in the course of developing
MBP8298—but it was not the first,
nor will it be the last. “The first
big milestone was more personal,”
20 |

BIOTECanada
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 21
qui s’élevait à plus de 40 millions de
dollars. À partir de ce moment-là, les ac-
tivités visant le partenariat sont passées à
la vitesse supérieure, et plusieurs grandes
sociétés pharmaceutiques sont venues en
Alberta pour effectuer des vérifications
préalables. Une concurrence s’est ainsi
établie entre les partenaires potentiels –
une situation idéale pour BioMS.
Le contexte actuel est assez difficile pour
les sociétés de biotechnologie ouvertes
au Canada, les valeurs étant évaluées à la
explains BioMS chairman Clifford
Giese. “It was when we became aware
of MBP8298, which was being tested at
the University of Alberta, and
decided to enroll my wife, Robin,
who has secondary progressive MS,
in a phase I clinical trial. The day we
realized some of the brutal effects of
her disease were starting to diminish
was one of the greatest days in our lives.”
Cliff Giese and his brother Kevin,
now President and CEO of BioMS,
went on to purchase the rights to
“ The BioMS deal
reflects the increased
willingness of pharma-
ceutical companies to
ensure opportunities
are not missed.”
« L’entente conclue par
BioMS reflète une
volonté croissante
des sociétés
pharmaceutiques de
ne pas laisser filer
les occasions qui se
présentent. »
importante étape était plus personnelle »,
explique le président du conseil de
BioMS, Clifford Giese. « Nous avons
eu vent de MBP8298, qui faisait alors
l’objet d’essais à l’University of Alberta,
et ma femme, Robin, atteinte de sclérose
en plaques progressive secondaire, s’est
inscrite à des essais cliniques de phase I.
Le jour où nous avons constaté la dimi-
nution de certains des effets foudroyants
de sa maladie a été l’un des plus beaux de
notre vie. »
Clifford Giese et son frère Kevin,
maintenant président et chef de la
direction de BioMS, ont ensuite acheté
les droits de MBP8298 et mis sur pied
BioMS en tant que société ouverte, avec
pour mission de commercialiser le
produit à l’échelle mondiale.
« Nous avons compris dès le début qu’à
un moment donné, il nous faudrait
un partenaire pour arriver à mettre
MBP8298 sur le marché », ajoute Kevin
Giese. « Bien que notre mobilisation de
fonds ait connu beaucoup de succès, les
coûts de la tenue des essais cliniques de
MBP8298 and formed BioMS as a
public company with the mission to
commercialize MBP8298 globally.
“We realized from the start that at some
point we would need a partner to help
bring MBP8298 to market,” Kevin Giese
adds. “While we’ve had great success at
raising capital, the costs of conducting
international Phase III clinical trials
required to get MBP8298 approved are
enormous. If a drug is successful in the
clinic, the resources required to com-
mercialize it on a worldwide basis are
even greater.” Fortunately, BioMS was
able to attract the attention of potential
partners early on, and retained consul-
tants from Deloitte to manage the initial
unsolicited attention of potential suitors.
“While a deal could conceivably have
happened at anytime, we felt the most
value for shareholders would be real-
ized once we had our U.S. Phase III
trial underway and enough cash in the
phase III à l’échelle internationale
nécessaires pour l’approbation de
MBP8298 sont énormes. De plus, si
les essais cliniques réussissent, les res-
sources nécessaires à la commercialisation
d’un médicament à l’échelle mondiale
sont encore plus élevées. » Heureusement,
BioMS a pu attirer l’attention de partenaires
potentiels très tôt et elle a retenu les
services d’experts-conseils de chez Delo-
itte pour gérer les premières demandes
non sollicitées d’acquéreurs potentiels.
« Même si une entente aurait pu se
produire à n’importe quel moment,
nous considérions que les actionnaires
obtiendraient une valeur maximale une
fois les essais de phase III en cours
aux États-Unis et quand nous aurions
suffisamment d’argent en banque pour
assurer les résultats préliminaires de
nos essais clés canadiens-européens,
MAESTRO 01 », fait remarquer Kevin
Giese. En effet, à la mi 2007, BioMS
avait inscrit son premier patient aux
essais déterminants des États-Unis,
qui s’appelait MAESTRO 03, et avait
terminé son financement par actions,
bank to get us past interim data from
our pivotal Canadian/European trial,
MAESTRO-01,” notes Kevin Giese.
Indeed, by mid-2007, BioMS had
enrolled the first patient in its pivotal
U.S. trial, known as MAESTRO-03,
and had completed an equity financing
raising more than $40 million. At that
point, partnering activity went into high
gear, with several major pharmaceutical
companies coming to Alberta to conduct
due diligence, creating a competitive
setting for potential partners—an ideal
situation for BioMS.
The current environment for public
biotechnology companies in Canada has
been trying, with valuations falling and
sources of capital shying away from
the sector. But the BioMS/Eli Lilly
deal offers a ray of hope to Canadian
biotechnology companies because,
despite the challenges they face, the
pharmaceutical industry faces an even
greater threat: that they may not find
22 |

BIOTECanada
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 23
new drugs to replace products going
off-patent. As this threat grows, the
large multinational pharmaceutical
companies are making a greater effort to
secure new products by partnering with
smaller biotech companies.
The BioMS deal reflects the increased
willingness of pharmaceutical com-
panies to ensure opportunities are not
missed. With MBP8298 targeting
one of the largest underserved markets
in the healthcare sector with blockbuster
potential, this was clearly an opportu-
nity that Eli Lilly could not pass by.
“We’re not there yet,” cautions Cliff
Giese. “The biggest milestones are yet to
come, when data from our two pivotal
trials become available over the next
baisse et les sources de capitaux fuyant
le secteur. Cependant, l’entente conclue
entre BioMS et Eli Lilly constitue une
lueur d’espoir pour les entreprises
canadiennes de biotechnologie. Celles-ci
ont de grands défis à relever, mais
l’industrie pharmaceutique se trouve
devant une menace encore plus im-
portante, celle de ne pas trouver de
nouveaux médicaments pour remplacer
les produits dont le brevet arrive à
échéance. À mesure que cette menace
grandit, les multinationales pharmaceu-
tiques consacrent davantage d’efforts à
obtenir de nouveaux produits par le
biais de l’association avec de plus
petites entreprises de biotechnologie.
L’entente conclue par BioMS reflète
une volonté croissante des sociétés
pharmaceutiques de ne pas laisser
filer les occasions qui se présentent.
MBP8298 visant un des plus vastes
marchés mal desservis du secteur de la
santé ayant un potentiel de médicament
vedette, il constituait certainement une
de ces occasions à ne pas rater pour
Eli Lilly.
18 months.” If the data is as strong
as the earlier Phase II and follow-up
results that demonstrated a delay of
disease progression of five years in the
target patient group, then both BioMS
and Eli Lilly will have good reason to
celebrate once again.
In the meantime, Cliff and his wife, who
now has been on the drug for twelve
years, are enjoying their own personal
celebration. “Before MBP8298, MS
was steadily and relentlessly damaging
Robin. Now that the progression of the
disease has been slowed, we are free to
live life fully again and look ahead with
hope. It has changed everything.”

« Mais ce n’est pas gagné », prévient
Clifford Giese. « Nous ne franchirons
les plus importantes étapes que lorsque
nous recevrons, tout au long des 18
mois à venir, les résultats de nos deux
séances d’essais clés. » Si les données
sont aussi claires que les résultats de la
phase II et de contrôle qui ont montré
que la progression de la maladie était
retardée de cinq ans dans le groupe
cible, alors BioMS et Eli Lilly auront
toutes deux de bonnes raisons de
célébrer de nouveau.
En attendant, Clifford et sa femme,
qui prend maintenant le médicament
depuis 12 ans, se réjouissent de ce qui
constitue pour eux une réussite person-
nelle. « Avant MBP8298, la SP atteignait
régulièrement et inexorablement la santé
de Robin. Maintenant que nous avons
ralenti la progression de la maladie, nous
pouvons de nouveau vivre pleinement
notre vie et penser à l’avenir avec espoir.
MBP8298 a tout changé pour nous. »

Kevin Giese is the
founding President and
CEO of BioMS Medical.
Kevin practiced law in
Vancouver, has been the
past president of
Mr. Lube U.S., and was
a director and the CFO
for NQL Drilling Tools,
a TSX-listed oilfield
equipment company.
Kevin has in the past
served on the board
of a number of private
and public companies,
and is currently a
member of the
Board of Directors
of BioAlberta.
Fondateur de
l’entreprise BioMS
Medical, Kevin Giese
en est également
le président et chef
de la direction. M. Giese
a exercé le droit à
Vancouver et a été
président de la société
Mr. Lube U.S., puis
directeur financier
de la NQL Drilling
Tools, une entreprise
d’équipement pour
champs de pétrole
inscrite à la Bourse de
Toronto. Dans le passé,
il a en outre siégé au
conseil d’administration
de plusieurs sociétés
privées et publiques,
et il fait aujourd’hui
partie de celui de
BioAlberta.
“ The biggest milestones are yet to come, when
data from our two pivotal trials become available
over the next 18 months.”
24 |

BIOTECanada
legal matteres
questions de droit
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 25
legal matters
questions de droit
New biologics: Gaining
market access in Canada
Les nouveaux produits biologiques :
l’accès au marché canadien
by / par Wayne Critchley, Gowling Lafleur Henderson LLP
The route to market in each country is characterized by a
unique process and standards that reflect the local conditions
and priorities of that country. Canada is no different. The
biologics supplier that develops a good understanding of
this process is more likely to succeed in getting its product
to Canadian patients.
Health Canada administers the regulatory approval system
for new pharmaceutical products based on safety and efficacy.
Priority review is available for drugs that show the promise
of filling an unmet need or providing significant improvement
over existing therapies. Health Canada also allows earlier
access to drugs, prior to formal approval, through the Special
Access Program (SAP). Under the SAP, manufacturers from
either within or outside of Canada may supply products for
Canadian patients on a physician’s request. As of 2006,
biologics manufacturers are also eligible for data protection.
Long before market approval, a manufacturer should be
thinking about establishing a price and a marketing strategy.
For most drugs, there are three key components of the pricing
and reimbursement system:
• Patented Medicine Prices Review Board (PMPRB): A price
review for patented drugs to ensure the price is not excessive;
• Common Drug Review: An evidence-
based assessment of the clinical and
cost effectiveness of the drug for
purposes of recommending coverage by
the federal, provincial and territorial
public drug plans; and,
• Public Drug Plans: A review and final
negotiation of price and the terms
and conditions of reimbursement.
The PMPRB claims jurisdiction over the
price charged by the manufacturer for
patented medicines, even if supplied under
the SAP. Although its jurisdiction only begins
when a patent is issued, the PMPRB also
claims retroactive jurisdiction during most of
Le chemin de la commercialisation dans chaque pays se
caractérise par un processus unique et par des normes qui
reflètent la situation nationale et les priorités du pays. Le Canada
n’y échappe pas. Le fournisseur de produits biologiques
qui arrive à bien comprendre ce processus aura davantage de
chances de réussir à rendre ses produits accessibles aux
patients canadiens.
C’est Santé Canada qui administre le système d’approbation
réglementaire des nouveaux produits pharmaceutiques, basé
sur l’innocuité et l’efficacité. Il est possible d’obtenir un examen
prioritaire des médicaments qui semblent prometteurs en ce qui
concerne un besoin non comblé ou une amélioration considérable
de traitements existants. Santé Canada permet aussi un accès
précoce aux médicaments, avant leur approbation officielle, en
vertu du Programme d’accès spécial (PAS). En vertu du PAS, des
fabricants, du Canada ou de l’extérieur du pays, peuvent fournir
des produits à des patients canadiens à la demande d’un
médecin. Depuis 2006, les fabricants de produits bio logiques
sont aussi admissibles à la protection des données.
Bien avant l’approbation du marché, le fabricant doit réfléchir
à une stratégie de prix et de commercialisation. Pour la plupart
des médicaments, trois étapes clés forment le système
d’établissement des prix et des remboursements :
• Le Conseil d’examen du prix des médica-
ments brevetés (CEPMB) : un examen
des prix des médicaments brevetés afin de
s’assurer que les prix ne sont pas excessifs;
• Le Programme commun d’évaluation des
m
édicaments (PCEM) : une évaluation, basée
sur des critères objectifs, de l’efficacité
clinique et de la rentabilité du médicament
aux fins de recommandation d’une
couverture par les régimes d’assurance-
médicaments fédéraux, provinciaux et
territoriaux; et
• Les régimes publics d’assurance-
médicaments : une analyse et une
négociation finale des prix et des
conditions de remboursement.
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 27
legal matters
questions de droit
the patent application period. Since it is not uncommon for a
biologic to be sold before a patent is issued, it is important to
be aware of the reporting requirements and price guidelines of
the PMPRB at an early stage.
These guidelines are intended to ensure a price is not excessive.
For most new drugs, prices are limited to those of the most
expensive existing treatment in the class. A drug that repre-
sents a breakthrough or substantial improvement can have a
higher price, provided it does not exceed the median of prices
for the same drug in seven other industrialized countries:
France, Germany, Italy, Sweden, Switzerland, the United
Kingdom and the United States. The PMPRB has powers to
enforce price limits after giving the manufacturer an opportu-
nity to be heard, but in its 20-year history, it has achieved a
high degree of voluntary compliance, and over 90 percent of
patented drugs are priced within its guidelines.
The Common Drug Review (CDR) is a newer process. Since
2003, it has reviewed new drugs on the basis of the manufac-
turer’s submission, to assess clinical and cost effectiveness
of drugs and to make recommendations to the public drug
plans for listing purposes. Positive recommendations from
the CDR often involve recommendations for specific criteria
or restrictions on coverage. The CDR process also prescribes
clear timeframes and submission requirements. Its recom-
mendations are published on the CDR website and help
provide manufacturers, patients and others with a better
understanding of the evidence considered by the CDR, and
the relative weight put on that evidence. In response to a
recent federal parliamentary committee report, the CDR has
begun steps to increase the transparency and openness of
its activities.
In recent years, the larger public drug plans have implemented
new policies to increase their capacity to negotiate pricing and
other conditions when making listing decisions. For the largest
plan, in Ontario, the executive officer may negotiate confidential
payments or rebates with a manufacturer. This policy is intended
to allow the government to exercise its buying power to obtain
a better net price than the published price generally available
in the market.
Canada’s provincial governments have recently implemented
continued on page 79
Le CEPMB revendique la
c
ompétence en ce qui concerne le prix
facturé par le fabricant de médicaments brevetés, même s’ils
sont fournis en vertu du Programme d’accès spécial. De plus,
bien que sa compétence ne débute qu’au moment de la
délivrance du brevet, le CEPMB revendique une compétence
rétroactive qui couvre la plus grande partie de la période qui suit
la demande de brevet. Comme il n’est pas rare de vendre un
produit biologique avant l’obtention du brevet, il est important
de s’informer tôt des exigences en matière de rapport et des
lignes directrices en matière de prix du CEPMB.
Ces directives visent à assurer des prix qui ne soient pas
excessifs. Pour la plupart des nouveaux médicaments, les
prix sont restreints à celui du plus coûteux traitement de la
même catégorie. Un médicament qui constitue une percée ou
une amélioration considérable peut avoir un prix plus élevé,
à condition qu’il ne dépasse pas le prix moyen du même
médicament dans sept autres pays industrialisés : la France,
l’Allemagne, l’Italie, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni et
les États-Unis. Le CEPMB dispose de l’autorité d’imposer
des limites de prix dès lors qu’il a entendu les arguments du
fabricant. Cependant, après 20 ans d’existence, il obtient un
degré élevé de conformité volontaire, et plus de 90 % des
médicaments brevetés ont un prix qui respecte ses directives.
Le Programme commun d’évaluation des médicaments
(PCEM) constitue une étape plus récente. Depuis 2003, il
examine les nouveaux médicaments en fonction du dossier
présenté par le fabricant afin d’évaluer l’efficacité clinique et
la rentabilité des médicaments et de faire des recommanda-
tions aux régimes publics d’assurance-médicaments à des fins
d’inscription aux listes. Les recommandations positives du
PCEM sont souvent limitées à des critères précis et compren-
nent des restrictions en ce qui concerne la couverture. Le
processus du PCEM prescrit aussi des délais précis et la
nécessité de présenter certains documents. Il publie ses
recommandations sur son site Web, ce qui aide les fabricants,
les patients et les autres intervenants à mieux comprendre
les critères objectifs dont il tient compte
et le poids relatif
de chacun de ces critères. Par suite du récent rapport d’un
comité parlementaire fédéral, le PCEM a entrepris d’améliorer
la transparence et l’ouverture de ses activités.
Au cours des dernières années, les grands régimes publics
d’assurance-médicaments ont mis en œuvre de nouvelles
politiques en vue d’améliorer leur capacité de négocier les prix et
les autres conditions avant l’inscription d’un médicament à leurs
listes. L’administrateur du plus grand régime, celui de l’Ontario,
peut confidentiellement négocier des paiements ou des remises
avec le fabricant. Cette politique a pour but de permettre au
gouvernement d’exercer son pouvoir d’achat de manière à
obtenir un meilleur prix net que le prix de vente au public
généralement annoncé dans le marché.
suite à la page 79
“ These guidelines are intended to
ensure a price is not excessive.
For most new drugs, prices are
limited to those of the most expen-
sive existing treatment in the class.”
28 |

BIOTECanada
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 29
Leadership begins earLy:

Canada’s pLan to Lead the bio-based eConomy starts at the head of the CLass

Le premier rang se prépare très tôt :

Le pLan du Canada pour dominer La bioéConomie CommenCe en avant de La CLasse
dr. danielle gauci, northern secondary
school, toronto is the 2007 first place win-
ner and was recognized at the tbi annual
awards gala in toronto this past february.
Throughout her seven years of teaching,
Ms. Gauci has gone above and beyond to bring
biotech into Northern’s classrooms, and show
students how biotechnology can be discovered
in the home.
Danielle Gauci, Ph. D., de la Northern Second-
ary School de Toronto, a obtenu le premier
prix en 2007, qu’on lui a remis lors du gala
annuel de remise des prix de l’Initiative toron-
toise de biotechnologie en février dernier.
Tout au long de ses sept années dans le domaine
de l’enseignement, Mme Gauci s’est dévouée de
manière exceptionnelle pour introduire la bio-
technologie dans les classes de l’école secondaire
Northern et pour apprendre aux étudiants la façon
dont on peut découvrir la biotechnologie à la
maison.

sharon brennan, holy heart high school,
st. John’s, nf
Sharon Brennan is a biology teacher with over
20 years of teaching experience. With limited re-
sources, creativity, workshops, hands-on biotech
activities, curriculum supplements, field trips and
more, she introduced the world of biotech to her
students and colleagues at the school.
Sharon Brennan, Holy Heart High
School à St. John’s, Terre-Neuve
Sharon Brennan est une enseignante en bio-
technologie qui compte au-delà de 20 années
d’expérience. Malgré des ressources limitées, Mme
Brennan a initié ses élèves et ses collègues au
monde de la biotechnologie grâce à sa créativité,
à des ateliers, à des activités pratiques, à des sup-
pléments au programme, à des sorties éducatives,
et plus encore.
Christian duhme, st. george’s school,
vancouver receives his award from peter
brenders, bioteCanada president & Ceo.
Mr. Duhme was recognized for his work in the
classroom instilling excitement in his students
about the new possibilities biotech innovations
bring and their societal implications.
Christian Duhme, de la St. George’s School
à Vancouver, reçoit son prix des mains de
Peter Brenders, le président et chef de la
direction de BIOTECanada.
M. Duhme a été récompensé pour son travail en
classe. En effet, il a su éveiller l’enthousiasme de
ses élèves à l’égard des nouvelles possibilités
qu’apporte la biotechnologie et de leurs con-
séquences sociales.
The future CEOs, researchers and biotech industry innovators
are sitting in classrooms across Canada today, which is why
BIOTECanada and Biogen-Idec Canada created a unique
award to recognize those inspiring them.
The BIOTECanada Biogen-Idec Canada Teaching Excellence
Award program, now in its third year, honours secondary
school teachers who are leaders in their field. Their creativity
in the classroom, curriculum development, and ability to foster
awareness and create excitement among their students
about careers in biotechnology helps shape the success
of the next generation of biotech leaders.
The award includes three annual cash prizes, one for $5,000
and two for $2,500, which are divided equally between the
winning teacher and his/her school. the deadline for 2008
applications is June 20. Contest details are available at
www.biotech.ca.
Les futurs chefs de la direction, chercheurs et innovateurs de
l’industrie de la biotechnologie se trouvent actuellement sur
les bancs d’école du Canada. Voilà pourquoi BIOTECanada et
Biogen-Idec Canada ont créé un visant unique à reconnaître
ceux qui inspirent les élèves.
Le programme de Prix d’excellence dans l’enseignement
de BIOTECanada – Biogen-Idec, qui en est à sa troisième
année d’existence, a pour but d’honorer les enseignants
du secondaire qui se démarquent dans leur domaine. Leur
créativité en classe, leur élaboration de programmes et leur
aptitude à sensibiliser les élèves à la biotechnologie ainsi qu’à
susciter chez eux de l’enthousiasme à la perspective d’une
carrière dans ce secteur contribuent à assurer la réussite de
la prochaine génération de chefs de file en biotechnologie.
Ce programme comprend trois bourses annuelles : une de
5 000 $ et deux de 2 500 $, qui est séparée en parts égales
entre l’enseignant lauréat et son établissement d’enseignement.
La date limite 2008 de présentation des demandes est le 20
juin. Les détails du concours figurent à l’adresse www.biotech.ca.
CongratuLations to the 2007 reCipients! / FélICITaTIONS aux lauréaTS DE 2007!
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 31
vaccine news
nouvelle de vaccins
From polio to cancer:
The new face of vaccine technology
De la polio au cancer : le nouveau visage
des technologies en matière de vaccins
by the BIOTECanada Vaccine Industry Committee
par le Comité de l’industrie des vaccins de BIOTECanada
Over the past 200 years, vaccines have been the basis of a
systematic attempt to reduce or eliminate ill health and mortality
associated with infectious diseases. By stimulating the immune
system to provide humans with protection against what were
once common and deadly infections, vaccines have done more
to reduce human mortality than any other medical interven-
tion—and they have done so in the most cost-effective manner.
It is estimated the introduction of polio immunization in
Canada in 1955, and the subsequent eradication of polio in
this country, has saved approximately $3.3 billion in healthcare
costs. Vaccine manufacturers in Canada expect those savings
to increase as the next generation of vaccine technology,
targeting both infectious and non-infectious diseases such
as cancer and neurological disorders, is introduced.
New biotech approaches to vacciNe
developmeNt
Biotechnology is a key driver in the development of new
understanding about the immune system, opening the door
to a host of new vaccines directed at the more
difficult communicable diseases and chronic
diseases. Throughout the nineteenth and
twentieth centuries, most vaccines were
developed by the stimulation of the immune
system to produce antibodies. Advances in
immunology have given us a deeper under-
standing of cell-mediated immunity, which is
essential to the development of vaccines for
HIV, tuberculosis and malaria.
Likewise, advanced genetic engineering and
molecular biology are enabling the application
of new strategies in vaccine development
(Table 1). These second-generation vaccines
Au cours des 200 dernières années, les vaccins ont été à la
base d’une tentative systématique de réduire ou d’éliminer la
morbidité et la mortalité associées aux maladies infectieuses.
En stimulant le système immunitaire de l’humain afin de le
protéger contre des infections autrefois répandues et mortelles,
les vaccins ont fait plus pour diminuer les taux de mortalité
que n’importe quelle autre intervention médicale, et ce, de la
façon la plus rentable qui soit.
On estime en effet à 3,3 milliards de dollars les frais de soins
de santé épargnés grâce à l’arrivée de l’immunisation contre la
polio au Canada en 1955 et à l’éradication de cette maladie qui
a eu lieu par la suite dans le pays. Les fabricants de vaccins du
Canada s’attendent à ce que ces économies augmentent, car la
prochaine génération de technologies en matière de vaccins
ciblera à la fois les maladies infectieuses et celles non infec-
tieuses, notamment le cancer et les troubles neurologiques.
les Nouvelles approches de la biotechNologie
au chapitre de la mise au poiNt de vacciNs
La biotechnologie joue un rôle de premier plan dans l’acquisition
de connaissances à propos du système immunitaire et elle
ouvre la porte à une multitude de nouveaux vaccins visant les
maladies contagieuses et chroniques les plus difficiles à traiter.
Aux 19
e
et 20
e
siècles, la plupart des vaccins avaient pour rôle
de stimuler le système immunitaire afin de lui
faire produire des anticorps. Les progrès en
immunologie ont toutefois permis de mieux
comprendre les principes de l’immunité à
médiation cellulaire, laquelle est essentielle
au développement de vaccins contre le VIH,
la tuberculose et la malaria.
Par ailleurs, les techniques de pointe du génie
génétique et de la biologie moléculaire donnent
lieu à la mise en œuvre de nouvelles stratégies
au regard de la mise au point de vaccins
(voir le tableau 1). Ces vaccins de deuxième
génération comprennent des vaccins conjugués
contre les infections à Haemophilus influenzae
“ Biotechnology is a key driver in the
development of new understanding
about the immune system.”
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 33
vaccine news
nouvelle de vaccins
include: conjugate vaccines for Hib, meningococcal disease
and pneumococcal disease; genetically engineered subunit
vaccines for Streptococcus and HPV; and recombinant vector
vaccines for diseases such as HIV and hepatitis B.
table 1
strategy examples
Recombinant protein production Hepatitis B, Pertussis toxin, Lyme
outersurface protein A, CMV gB
protein
Live recombinants carrying genes
from other organisms
Dengue genes in yellow fever
17D, M tuberculosis genes in BCG
Recombinant vector recombining
genes from pathogens
HIV, CMV
Alphavirus replicons HIV, hemorrhagic fevers
Replication-defective particles HPV, SARS
Naked DNA plasmids HIV and many others
Reverse vaccinology Meningococcal B
Synthetic peptides Cancer, CTL vaccines
Reverse genetics Influenza, RSV
de type b, à méningocoques et à pneumocoques; des vaccins à
virus fractionné génétiquement modifié contre le streptocoque
et le virus du papillome humain; et des vaccins à vecteur
recombinant contre des maladies comme le VIH et l’hépatite B.

tableau 1
stratégie exemples
Production de protéines
recombinantes
Hépatite B, anatoxine
coquelucheuse, protéine A de
la bactérie responsable de la
maladie de Lyme, protéine
gB du cytomégalovirus
Recombinants vivants trans-
portant des gènes provenant
d’autres organismes
Gènes de la dengue 17D dans
la fièvre jaune, gènes de la
tuberculose M dans le BCG
Vecteur recombinant des gènes
à partir d’agents pathogènes
VIH, cytomégalovirus
Répliques d’alphavirus VIH, fièvre hémorragique
Particules à réplication déficiente VPH, SRAS
Plasmides d’ADN nu VIH et beaucoup d’autres
Vaccinologie inversée Méningocoque B
Peptides synthétiques Cancer, lymphocyte T cytotoxique
Génétique inversée Grippe, virus respiratoire
syncytial
BIOTECanada

spring/printemps 2008 | 35
vaccine news
nouvelle de vaccins
Proteomic analysis of disease-causing organisms will eventually
lead to the construction of synthetic peptide-based vaccines.
Combination vaccines and vaccines that take advantage of
new routes of administration (oral, intranasal, transdermal,
intradermal) are also playing an important role in the
development of future vaccines for a host of communicable
disease targets (Table 2). New adjuvants will be used to
improve immune responses to influenza and other vaccines.
table 2
target groups New disease targets
Infants RSV, otitis media, tuberculosis
Adolescents CMV, gonococcal, Epstein Barr, hepatitis C, HIC
chlamydia
Adults Improved influenza, H pylori, toxigenic E. coli, UTI
Vaccines for tropical
regions
Cholera, Shigella, ETEC, dengue, malaria,
shistosomia, leishmania
Biosecurity Anthrax, plague, smallpox, Ebola and others
New vacciNes are just arouNd the corNer
Worldwide, over 150 vaccines are under development.
Vaccines are currently being evaluated to treat non-infectious
diseases such as cancer, chronic infectious diseases, metabolic
diseases, neurolodegenerative diseases, autoimmune diseases,
allergies and asthma, hormonal regulation and addictions
(Table 3).
table 3
chroNic diseases vacciNes
Cancer Melanoma, breast cancer, colorectal cancer
Chronic infections HIV, hepatitis C, chlamydia
Autoimmune diseases Multiple sclerosis, rheumatoid arthritis
Metabolic diseases Diabetes, atherosclerosis, hypertension,
hypercholesteraemia
Neurodegenerative
diseases
Alzheimer’s, stroke
Hormonal regulation Contraception, menopause, infertility
Allergic reactions Allergies, asthma
Addictions Nicotine, cocaine
Vaccines incorporating proteins or peptides from cancer
antigens are currently showing promising results in advanced
clinical trials. These tools may soon be used to treat autoim-
mune diseases such as multiple sclerosis and diabetes.
Sufferers from common ailments such as asthma and
allergies may also soon find relief through vaccine technology.
L’analyse protéomique d’agents pathogènes finira par mener à
la fabrication de vaccins synthétiques basés sur des peptides.
Les vaccins combinés, de même que ceux tirant profit de
nouvelles voies d’administration (orale, nasale, transdermique
et intradermique) jouent également un rôle important dans la
mise au point de vaccins destinés à traiter différentes mala-
dies contagieuses (voir le tableau 2). En outre, de nouveaux
adjuvants seront utilisés pour améliorer les réactions immuni-
taires provoquées par les vaccins contre la grippe et d’autres
maladies.
tableau 2
groupes visés Nouvelles cibles
Enfants Virus respiratoire syncytial, otite moyenne,
tuberculose
Adolescents Cytomégalovirus, gonorrhée, virus d’Epstein-
Barr, hépatite C, chlamydia
Adultes Grippe (réaction améliorée), H. pylori, E. coli
toxigène, infection urinaire
Régions tropicales Choléra, shigelle, ETEC, dengue, malaria,
shistosomia, leishmania
Biosécurité Anthrax, peste, variole, virus Ebola et autres
de Nouveaux vacciNs sur le poiNt d’apparaître
À l’échelle planétaire, au-delà de 150 vaccins sont en
développement. On évalue actuellement des vaccins qui
pourraient permettre de traiter des maladies non infectieuses
comme le cancer, de même que des maladies infectieuses
chroniques, métaboliques, neurodégénératives et auto-immunes,
des allergies, l’asthme et certaines dépendances, ou même
d’assurer la régulation hormonale (voir le tableau 3).
tableau 3
maladies chroNiques vacciNs
Cancer Mélanome, cancer du sein, cancer
colorectal
Infections chroniques VIH, hépatite C, chlamydia
Maladies auto-immunes Sclérose en plaques, polyarthrite
rhumatoïde
Maladies métaboliques Diabète, athérosclérose, hyperten-
sion, hypercholestérolémie
Maladies neurodégénératives Alzheimer, accident vasculaire