2007 - Vivalis

dickeyarmΒιοτεχνολογία

10 Δεκ 2012 (πριν από 4 χρόνια και 11 μήνες)

375 εμφανίσεις

From cel l s to therapeuti cs
Vivalis
Annual report 2007 Rapport annuel 2007
Annual report 2007
Situation à fin 2007
Le mot du directoire
Les étapes clefs de Vivalis depuis sa création
Faits marquants
Gouvernance d’entreprise
Comptes
Principes et méthodes comptables
Transition vers les comptes IFRS
04
0607081217182226
Situation at the end of 2007
Statement by the management board
The key stages of Vivalis since it was founded Main events
Corporate gouvernance
Financials
Accounting policies and methods
Transition to IFRS financial statements
Photos et graphisme : Olivier Dupont Delestraint [www.monsieurdupont.fr]
Mission statements Vocation
Vivalis (Euronext Paris : VLS) est une société biopharmaceutique
qui fournit à l’industrie pharmaceutique des solutions cellulaires innovantes
pour la production de vaccins et de protéines thérapeutiques, et qui développe des médicaments pour prévenir et traiter les pathologies virales
Le savoir-faire et la propriété intellectuelle de Vivalis sont principalement exploités dans 3 domaines :
1. Le développement et la fabrication de vaccins. Vivalis propose, à l’industrie pharmaceutique et biotechnologique, des licences
de recherche et des licences commerciales d’exploitation de ses lignées cellulaires embryonnaires EBx® pour la production
de vaccins viraux, en alternative aux œufs embryonnés de poules.
2. La mise au point de systèmes d’expression d’anticorps monoclonaux, un des segments majeurs des protéines thérapeutiques.
Vivalis collabore avec des entreprises de la pharmacie et des biotechnologies et leur propose des licences d’exploitation
de ses lignées cellulaires EBx® pour la production d’anticorps monoclonaux à activité biologique améliorée.
3. La constitution d’un portefeuille de produits propriétaires dans les vaccins et les molécules anti-virales.
Basée à Nantes (France), Vivalis a été créée en 1999 par le Groupe Grimaud (1.450 personnes), n° 2 mondial de la sélection
génétique animale. Vivalis a établi de nombreux partenariats avec les leaders mondiaux du secteur, notamment Sanofi Pasteur,
GlaxoSmithKline, Novartis Vaccines, Schering Plough, Kaketsuken, Merial, SAFC Biosciences.
Vivalis est membre du pôle bio-cluster Atlantic Biotherapies.
Vivalis (Euronext Paris: VLS) is a public biopharmaceutical company that provides innovative
cell-based solutions for the industrial manufacture of viral vaccines and therapeutic proteins,
and develops drugs to prevent and treat viral diseases
Vivalis’ know-how and proprietary technologies are commercially exploited in three main areas.
1 – Vaccine development and manufacturing. Vivalis grants research and commercial licences to its proprietary EBx® embryonic
stem cell lines to pharmaceutical and biotechnology companies active in the viral vaccine business, to replace the classical
production process in eggs.
2 – Recombinant therapeutic protein and monoclonal antibody expression systems development. Vivalis partners with
pharmaceutical and biotechnology companies in this area, to which it licences its proprietary EBx® embryonic stem cell lines
to manufacture recombinant therapeutic proteins.
3 – The build-up of a proprietary portfolio of vaccines and anti-viral molecules.
Based in Nantes (France), Vivalis was created in 1999 by Group GRIMAUD (1450 employees), the n°2 group worldwide in animal
genetic breeding. Vivalis has established several partnerships with companies that are worldwide leaders in their respective fields,
including Sanofi Pasteur, GlaxoSmithKline, Novartis Vaccines, Kaketsuken, Merial and SAFC Biosciences.
Vivalis is a member of the French Atlantic Biotherapies cluster.

Situation at the end of 2007
Twenty-one EBx® licences: 8 commercial licences and 13 research licences for the manufacture of vaccines.
Two research agreements and 1 EBx® research licence for the manufacture of proteins.
Two programmes for the development of anti-hepatitis C proprietary molecules in the dicovery stage.
Important partnerships, including with Sanofi Pasteur, GlaxoSmithKline, Novartis Vaccines, CSL limited, Kaketsuken,
Nobilon (company in the Schering Plough Group), Merial and SAFC Biosciences.
A sound financial situation: 4 years of cash flow.
Vivalis at a glance Vivalis en quelques mots
Vivalis
> rapport d’activité 2007
21 8 13 2 1 2
Situation à fin 2007
Vingt-et-une licences EBx® : huit licences commerciales et treize licences de recherche pour la production de vaccins.
Deux accords de recherche et une licence de recherche EBx® pour la production de protéines.
Deux programmes de développement de molécules propriétaires anti-hépatite C au stade discovery.
Des partenariats importants, entre autre, avec Sanofi Pasteur, GlaxoSmithKline, Novartis Vaccines, CSL limited,
Nobilon (société du Groupe Schering Plough), Merial et SAFC Biosciences.
Une situation financière solide : quatre années de trésorerie.
Significant financial information
Points financiers significatifs
Cash, equivalent and financial instrument
Évolution de la trésorerie
In million euros En millions d’euros
FGAP IFRS
Research and Development expenses
Évolution des dépenses de recherche et développement
In million euros En millions d’euros
FGAP IFRS
30
25
20
15
10
5
2005
2006
2007
0
30
25
20
15
10
5
2005
2006
2007
0
6
5
4
3
2
1
2005
2006
2007
0
6
5
4
3
2
1
2005
2006
2007
3,6
4,0
5,5
5,0
4,1
6,0
0
05
Statement by the executive board Le mot du directoire
Since Vivalis was founded in 1999, it has endeavoured to focus
on the development of breakthrough technologies that meet
clearly identified demands from the human and animal
pharmaceutical industry. The company holds the conviction
that its job is not to take the same route as the pharmaceutical
industry whose financial resources it cannot match; rather its
mission is to develop innovative scientific approaches for large,
global players in this industry.
This approach has led to the development of the EBx® cell lines
from avian embryonic stem cells. These cell lines which are now
used or tested by 22 large human and animal pharmaceutical
companies throughout the world, should gradually become
a standard for the industrial manufacture of vaccines by
replacing the traditional system of production on eggs which
has been used for 70 years.
More recently, this same cell platform EBx® opened up another
new field of application: therapeutic proteins, and in particularmonoclonal antibodies. Thanks to their unique biological
properties, the EBx® cell lines should enable Vivalis to capture
a market share in this strong growth area, and hence be
in a position to produce these antibodies efficiently while
improving their biological activity, thereby increasing their
therapeutic efficacy.
This breakthrough philosophy is also applied by Vivalis in the
development of its proprietary products. It relies on a very
original proprietary platform for the screening of small
molecules libraries the 3D-Screen platform, which should makeit possible to identify and develop anti-hepatitis C drug
candidates that are first in class, and of great importance forthe pharmaceutical industry due to the absence of effective
treatment for this major pathology.
The business model of the company is therefore not to bring
a pharmaceutical product onto the market at the end of a long,
costly and risky process; the aim, rather, is to license its
technologies and its products at pre-clinical or early clinical
stages, in return for up front payment upon signature,
milestones payments and royalties on its clients net sales.
At the start of 2008, the challenges have been identified and
future targets have been well marked out: the 3 main business
activities of the company are being consolidated and are
making rapid progress; financial resources are available; and all
the necessary areas of expertise have been brought together.
We will therefore take on 2008 with confidence andmotivation.
The Executive Board
Franck Grimaud – Majid Mehtali – Céline Breda
Depuis sa création en 1999, Vivalis s’est efforcée de se focaliser
sur le développement de technologies de rupture répondant à
des demandes clairement identifiées du marché de la pharmacie
humaine et vétérinaire. La société a en effet la conviction que son métier n’est pas d’emprunter les mêmes voies dedéveloppement que celles de l’industrie pharmaceutique
dont elle n’a pas les ressources financières, mais qu’elle a pour
vocation de développer des approches scientifiques innovantes
au service des grands acteurs mondiaux de cette industrie.
We are pleased to present this annual company report for 2007,
a year that is to be a landmark in the short history of Vivalis.
Nous sommes heureux de pouvoir présenter ce premier rapport annuel 2007 de la société,
année qui est à marquer d’une pierre blanche dans la jeune histoire de Vivalis.
Vivalis
> rapport d’activité 2007
Cette approche a abouti aux développements des lignées
cellulaires EBx® issues de cellules souches embryonnaires
aviaires. Ces lignées cellulaires, qui sont aujourd’hui utilisées ou testées par 22 industriels de la pharmacie humaine et
vétérinaire à travers le monde, devraient peu à peu devenir
un standard en matière de production industrielle des vaccins
en remplacement du système traditionnel de production sur
œufs embryonnés, qui date de 70 ans.
Plus récemment, cette même plateforme cellulaire EBx®
s’est ouvert un nouveau champ d’application majeur, celui
des protéines thérapeutiques, et plus particulièrement celui
des anticorps monoclonaux. De part ses propriétés biologiques
uniques, les lignées cellulaires EBx® devraient permettre
à Vivalis de capturer une part de marché dans ce domaine
en très forte croissance, cette technologie permettant de
produire efficacement ces anticorps tout en leur conférant une activité biologique améliorée et donc une efficacité
thérapeutique accrue.
Cette philosophie de rupture, Vivalis l’applique également
au développement de ses produits propriétaires. Elle s’appuie
sur une plate-forme propriétaire de criblage de molécules
chimique très originale, la plate-forme 3D-Screen, qui devrait
lui permettre d’identifier et de développer des candidats
médicaments anti-hépatite C « first in class », de grand intérêt
pour l’industrie pharmaceutique en raison de l’absence
de traitements efficaces pour cette pathologie majeure.
Le business model de la société n’est donc pas aujourd’hui
d’emmener un produit pharmaceutique sur le marché au terme
d’un processus long, couteux et risqué, mais de licencier ses
technologies et ses produits à des stades précliniques ou
cliniques précoces, en contrepartie de paiements à la signature
(up front), de paiements d’étapes (milestones) et de royalties sur les ventes de ses clients.
En ce début d’année 2008, les enjeux sont bien identifiés
et l’horizon est bien balisé: les 3 axes d’activité de la société
se consolident et progressent rapidement, les ressources
financières sont disponibles et les compétences sont réunies.C’est donc avec sérénité, confiance et motivation que nous
abordons l’année 2008.
Les étapes clefs de Vivalis depuis sa création
Vivalis was founded by the Grimaud Group, following the purchase
of exclusive rights to patents from INRA, the CNRS, and the ENS
on embryonic bird stem cells.
Vivalis a été fondée par le Groupe Grimaud, suite à l’acquisition de droits
exclusifs sur les brevets de l’INRA, du CNRS, et de l’ENS sur les cellules
souches embryonnaires aviaires.
Expertise gained on all the stages of handling avian embryonic stem cells.
Maîtrise de toutes les étapes de manipulation des cellules souches
embryonnaires aviaires.
Focus on industrial applications of avian embryonic stem cells
for the manufacture of vaccines.
Focus sur les applications industrielles des cellules souches embryonnaires
aviaires pour la production de vaccins.
Commercial licenses for the use of EBx® cells for the manufacture
of poxvirus-based vaccines with Sanofi Pasteur and Merial.
Accords commerciaux pour l’utilisation des cellules EBx® pour la
production de vaccins à base de poxvirus avec Sanofi Pasteur et Merial.
Proof of the concept with the EBx® platform of chicken origin.
Preuve du concept avec la plate-forme EBx® d’origine poulet.
Building and certification of the manufacturing unit in compliance
with GMP for clinical batches.
Installation et qualification de l’unité de fabrication BPF de lots cliniques.
Development of the 3D screen platform and the launch of the programme
to discover drugs against hepatitis C.
Développement de la plate-forme 3D-screen et lancement du programme
de découverte de médicaments contre l’hépatite C.
Development of the EBx® duck platform. Extension of the platform
to the manufacture of therapeutic proteins.
Développement de la plate-forme EBx® canard. Application de la plate-
forme à la production de protéines thérapeutiques.
3 commercial licences for the use of EBx® cells for the manufacture
of vaccines against influenza.
Accords commerciaux sur l’utilisation des cellules EBx® pour la production
de vaccins contre la grippe.
Vivalis is listed on the NYSE Euronext stock exchange (compartment B):
46 million Euro transaction.
Introduction en bourse de Vivalis sur Euronext (compartiment B) :
Opération de 46 millions d’Euro.
The key stages of Vivalis since it was founded
1999
2000
2003
20032004
20052005
200620072007
07
Main events Faits marquants
The year 2007 was a very busy one for Vivalis,
characterised by 4 major milestones in the 3 areas of business
The signing of 3 commercial licenses in the area
of vaccination against influenza.
Vivalis signed 3 co-exclusive commercial license agreements
with the co-world vaccine leader, the British company
GlaxoSmithKline, and the n°4 in the world for influenza
vaccines, the Australian company CSL, and Nobilon (company of the American company Schering Plough). These major
agreements with the world’s leading companies in the vaccineindustry show the trust and the very high potential of the EBx®technology developed by Vivalis. The influenza market will
represent a turnover of 4 billion dollars in 2012.
The company considers that these 3 clients could take at least
25% of market share, which would represent, at peak sales,
and providing certain development stages are completed,
around 40 million dollars in royalties for Vivalis. Vivalis is
expecting that the first influenza vaccine, produced on EBx®
cell lines, will be launched on the market by 2012-2013.
Vivalis has also signed a new research licensing agreement
with the Danish company Bavarian Nordic to develop several
human vaccines, and a commercial licence with the French
company Virbac for the development of biological products
in the veterinary sector.
A second commercial licence with Sanofi Pasteur has also been
signed following the fist commercial licence signed in April
2003 in the field of vaccines against several types of cancer and AIDS. The co- world leader of the vaccine substantiates
the strategic importance for the EBx® cell technology.
The vaccine market
Le marché du vaccin
The launch of the EBx
®
cell line
on the therapeutic protein market.
In addition to the vaccine market which now comes
to 12 billion dollars, the therapeutic protein market represents
over 76 billion, and is the second strategic focus for Vivalis.
Vivalis has shown, with 2 industrial partners, that anti-cancer
monoclonal antibodies, manufactured with the EBx® cell line,
had increased biological efficacy compared with the same
antibodies manufactured with the cell line normally used by the
industry, the CHO hamster cell line. This improvement is a major
challenge for the industry. Investment in industrial production
units reachs the sum of 500 to 800 million dollars, and the cost
of the therapeutic dose, could indeed be significantly reduced,
if, with the same therapeutic effect, it is possible to manufacture
and inject a lesser quantity of antibody, due to the improvement
in quality from manufacturing on the EBx® cell line.
These initial results have enabled Vivalis to sign partnership
agreements with Innate Pharma (Euronext: IPH) and MAT
Biopharma, and the first research licensing agreement
with the world’s n°4 pharmaceutical company, Sanofi-Aventis.
This sector is strategic for the company, which intends to sign
more research licences in 2008 and its first commercial licence
in 2009-2010. The business model is identical to the vaccine
model: the signing of commercial licences in return for up front
payment, milestones payments and royalties on client net sales.
The therapeutic recombinant protein market
Le marché des protéines
recombinantes thérapeuthiques
Discovery and development of proprietary products.
In order to prepare the future and create a balanced portfolio,
Vivalis started in 2005 investing in proprietary products
in the antiviral sector, its area of interest. By relying on a
proprietary platform of screening, the 3D-Screen platform,
and a chemical library of 25,000 original molecules,
Vivalis has started up 2 programmes to identify and develop
anti-hepatitis C molecules, aiming for 2 validated viral targets,
polymerase and protease.
The programmes have already isolated promising original
molecules that are currently under detailed caracterisation.
140
120
100
80604020
0
2005 2010 2012
Proteins
Vaccines
30
25
20
15
10
5
2005 2010 2012
0
10Md$
19Md$
25Md$
Markets applicable
to EBx® technology
Vivalis
> rapport d’activité 2007
Target market
anti-cancer antibodies
L’année 2007 a été très dense pour Vivalis,
marquée par quatre étapes majeures, dans nos trois métiers :
La signature de trois accords commerciaux
dans le domaine du vaccin contre la grippe.
Vivalis a conclu trois accords co-exclusifs de licence
commerciale avec le co-leader mondial du vaccin,
le britannique GlaxoSmithKline, le n°4 mondial du vaccin
grippe, l’australien CSL, et Nobilon (société du groupe Schering
Plough). Ces accords majeurs avec des leaders mondiaux
reconnus dans l’industrie du vaccin, démontrent la confiance et le très fort potentiel de la technologie EBx® développée par
Vivalis. Le marché de la grippe représentera un chiffre d’affaires
de 4 milliards de dollars en 2012. La société considère que
ses trois clients pourraient capturer au moins 25 % de part
de marché, ce qui pourrait représenter, aux ventes maximales,
et sous réserve du franchissement de certaines étapes
de développement, environ 40 millions de dollars de royalties
pour Vivalis. Vivalis anticipe qu’un premier vaccin grippe,
produit sur ses lignées cellulaires, pourrait atteindre
le marché en 2012-2013.
Par ailleurs, Vivalis a également conclu une nouvelle licence
de recherche avec la société danoise Bavarian Nordic
pour le développement de plusieurs vaccins humains,
et une licence commerciale avec la société française Virbac
pour le développement de produits biologiques dans le domaine
vétérinaire.
Une deuxième licence commerciale avec Sanofi Pasteur a
également été conclue, après la première licence commerciale
signée en avril 2003 dans le domaine des vaccins contre
plusieurs types de cancers et le sida. Le co-leader mondial du
vaccin confirme ainsi son intérêt stratégique pour la techno-
logie cellulaire EBx®.
Le lancement de la lignée cellulaire EBx
®
sur le marché des protéines thérapeutiques
A côté du marché du vaccin, qui s’élève aujourd’hui à
12 milliards de dollars, le marché des protéines thérapeutiques
représente plus de 76 milliards, et constitue le deuxième axe
stratégique de Vivalis.
Vivalis a pu démontrer, avec 2 partenaires industriels, que les
anticorps monoclonaux anti-cancers, produits sur la lignée
cellulaire EBx®, avaient une efficacité biologique accrue par
rapport aux mêmes anticorps produits sur la lignée cellulaire
habituellement utilisée par l’industrie, la lignée de hamster CHO.
Cette amélioration est un enjeu majeur pour l’industrie.
En effet, les investissements dans les unités de production
industrielle, de l’ordre de 500 à 800 millions de dollars, ainsi
que le prix de revient de la dose thérapeutique, pourraient
être significativement réduits si, à effet thérapeutique égal,
il était possible de produire et d’injecter une quantité moindre
d’anticorps, du fait de l’amélioration qualitative induite par
la production sur la lignée cellulaire EBx®.
Ces premiers résultats ont permis à Vivalis de conclure 2 accords
de collaboration avec les sociétés Innate Pharma (Euronext : IPH)
et MAT Biopharma, et une première licence de recherche
avec le n° 4 mondial de la pharmacie, Sanofi-Aventis.
Ce secteur est un axe stratégique pour la société qui entend
signer de nouvelles licences de recherche en 2008 et une
première licence commerciale en 2009-2010. Le business model
est identique à celui du vaccin, à savoir la signature de licences
commerciales en contrepartie de paiements à la signature
(up front), de paiements d’étapes (milestones) et de royalties sur les ventes de ses clients.
Découverte et développement
de produits propriétaires
Afin de préparer l’avenir et d’équilibrer son portefeuille, Vivalis
a commencé en 2005 à investir sur des produits propriétaires
dans le domaine antiviral, son secteur de spécialisation.
En s’appuyant sur une plate-forme de criblage propriétaire,
la plate-forme 3D-Screen, et une librairie chimique originale
de 25 000 molécules, Vivalis a initié 2 programmes d’identi-fication et de développement de molécules anti-hépatite C,
ciblant 2 cibles virales validées, la polymérase et la protéase.
Les programmes ont d’ores et déjà permis l’isolement de
molécules originales prometteuses en cours de caractérisation.
09
Hepatitis C, which causes the death of 500,000 people
throughout the world every year, including 2,600 in France,
is a pathology for which there is currently no effective
treatment. Due to this lack of treatment and to the apetite ofthe pharmaceutical industry for innovative anti-hepatitis C
drugs, Vivalis expects the nomination of its first clinical
candidate by 2010.
Expected growth
of the market for anti-hépatitis C therapies
Croisssance anticipée
sur le marché des molécules anti-hépatites C
As the table next page shows, several agreements including
milestones payment often over 100 million dollars,
and royalties, were signed in 2006 between biotechnology
companies and the pharmaceutical industry.
If Vivalis manages to develop original first in class molecules,
this type of agreement can be envisaged.
Company listed
on the NYSE Euronext stock exchange.
Vivalis was listed on the stock exchange on 29 June 2007 (first
negotiation) on compartment B of Euronext Paris of NYSE
Euronext. The transaction, to the sum of 46 million euros, with
a 29 million capital increase, has been hugely successful
because financial institutions have oversubscribed by 7.1 times,
giving 4 years of financial visibility to the company. This
transaction will also enable Vivalis to finance its ambitions, and
speed up its development through its strategic axes.
Conclusion
The year 2007 was a year of change for Vivalis. The company
switched from a business model focussed on cell technology for
manufacturing vaccines, to a company with a more balanced
range of business activities with three sources of revenue:
licences to use EBx® cell lines for the manufacture of vaccines,
licences to use EBx® cell lines for the manufacture of proteins,
and the development of proprietary products. In addition, the
company has gone from being a private company to a public
company and has in so doing considerably increased its visibility
and its renown.
Thanks to the results achieved over the year and a comfortablefinancial situation, Vivalis intends to speed up its development
in 3 strategic areas:
- The signing of new research and commercial licences to use
EBx® cell lines in the areas of vaccines, regulatory qualification
processes for the EBx® cell line. This regulatory qualification
process will be confirmed when the “Biological Master File(BMF)” is submitted in mid 2008 to the American “Food and
Drug Administration”. This BMF will be used by our clients to
register their vaccines and their proteins when manufacturedwith EBx® cell line.- Confirmation of the performance of the EBx® cell lines for the
manufacture of anti-cancer monoclonal antibodies in order tospeed up the marketing of the technology in this field,
- A boost for research and development of anti-hepatitis Cmolecules.At the start of 2008, the challenges have been identified and
future targets have been well marked out: the 3 main business
activities of the company are being consolidated and are
making rapid progress; financial resources are available;
and all the necessary areas of expertise have been brought
together. We will therefore take on 2008 with confidence and motivation.
14 000
12 000
10 000
8 0006 0004 0002 000
0
2005 2015
3 bn$
12 bn$
Vivalis
> rapport d’activité 2007
Date Licensor Licensee Target Status Deal structure
2003 Idenix Novartis Polymerase Phase I IUp to 175 m$ in milestone + royalties
2004 Achillion Gilead Protease Phase I Up to 100 m$ milestone + royalties
2006 Vertex J & J Protease Phase II Upfront: 165 m$ + 380 m$ milestone + mid-20% royalties
2006 GeneLabs Novartis Polymerase Discovery Upfront: 12.5 m$ + 8.5 m$ R&D funding; up to 175 m$ milestone + royalties
2006 PTV Therapeutics Shering-Plough IRES Discovery Upfront: 12 m$ + R&D funding; up to 200 m$ milestone + royalties
2006 Biota Boehringer Polymerase Discovery Up to 102 m$in upfront, R&D funding, milestone + royalties
2006 InterMune Roche Protease Discovery 60 m$ in upfront, 470 m$ milestone + royalties
2006 Enanta Abbott Protease Discovery
57 m$ upfront + equity investment,
up to 250 m$ milestone for 1st product, double-digit royalties
L’hépatite C, qui provoque le décès de 500 000 personnes
à travers le monde chaque année, dont 2 600 en France,
est une pathologie pour laquelle il n’existe aujourd’hui pas de
traitement efficace. Du fait de l’absence de traitement efficaceet de l’appétit de l’industrie de la pharmacie pour des moléculesanti-hépatites C innovantes, Vivalis anticipe l’identification de
son premier candidat clinique en 2010.
Comme l’illustre le tableau ci-dessus, plusieurs accords incluant
des paiements d’étapes souvent supérieurs à 100 millions
de dollars et des royalties, ont été conclus en 2006 entre des sociétés de biotechnologie et de l’industrie pharmaceutique.
Si Vivalis réussi à développer des molécules originales et « first
in class », ce type d’accord est envisageable.
L’introduction en bourse sur NYSE Euronext
L’introduction en bourse de Vivalis a été réalisée la 29 juin 2007
(première négociation) sur le compartiment B d’Euronext Paris
de NYSE Euronext. L’opération, d’un montant de 46 millions
d’euros, dont 29 millions par augmentation de capital,
a remporté un grand succès puisque le placement institutionnel
a été sursouscrit 7,1 fois et permet d’assurer 4 années de
visibilité financière à la Société. Cette opération permet ainsi
à Vivalis de disposer des moyens financiers de ses ambitions,
et d’accélérer son développement au travers de ses axes
stratégiques.
Conclusion
L’année 2007 a été une année de mutations pour Vivalis.
La société est passée d’un business model focalisé sur une
technologie cellulaire de production de vaccin, à une société
aux activités plus équilibrées avec trois sources de revenus
à savoir les licences d’exploitation des lignées cellulaires EBx®
pour la production de vaccins, les licences d’exploitation
des lignées EBx® pour la production de protéines, et le
développement de produits propriétaires. De plus, la société est passée du statut de société privée à celui de société cotée
et a ainsi considérablement accru sa visibilité et sa notoriété.
Fort des résultats obtenus au cours de l’année et bénéficiant
maintenant d’une trésorerie confortable, Vivalis entend
accélérer son développement selon ses 3 axes stratégiques :
- Signature de nouvelles licences d’exploitation de recherche
et commerciale des lignées cellulaires EBx® dans le domaine
des vaccins, et qualification réglementaire de la lignée EBx®.
Cette qualification réglementaire sera concrétisée par le dépôt
en mi-2008 à la « Food and Drug Administration » américaine
d’une « Biological Master File (BMF) », dossier réglementaire
dont se serviront nos clients pour l’enregistrement de leurs
vaccins ou de leurs protéines.
- Confirmation des performances des lignées cellulaires EBx®
pour la production d’anticorps monoclonaux anti-cancers, afin
de pouvoir accélérer la commercialisation de la technologiedans ce domaine.
- Renforcement des recherches et du développement des molécules anti-hépatite C.
En ce début d’année 2008, les enjeux sont bien identifiés
et l’horizon est bien balisé: les 3 axes d’activité de la société
se consolident et progressent rapidement, les ressources
financières sont disponibles et les compétences sont réunies.C’est donc avec sérénité, confiance et motivation que nous
abordons l’année 2008.
Examples of recent agreements in the field of anti-hepatitis C molecules (selection)
Exemples d’accords récents dans le domaine des molécules anti-hépatites C (sélection) –
Source : BioCentury
11
Corporate gouvernance Gouvernance d’entreprise
Vivalis is a company under French law with an Executive
Board and a Supervisory Board. The company has drafted
a ”Document de Référence” which was registered by the AMF
(French Financial Market Authority), on 23 May 2007, under
the number I.07-077. This document can be consulted on the
Internet site of Vivalis (www.vivalis.com). An up-to-date
”Document de reference” is currently being processed
by the AMF. It will be possible to consult it on the Internet siteof the company as soon as it has been validated. The Supervisory
Board works under the guidance of a specific charter, the“Réglement Intérieur . The ”Réglement Intérieur”, adopted on
12 March 2007, can be consulted on the Internet site of Vivalis.
To date, the Supervisory Board has two sub-committee, thecompensation and nomination committee, the audit committee.
The two committees reports to the Supervisory Board.
Vivalis also benefits from the expertise of a Scientific board.
Management board
Franck GRIMAUD, CEO; Chairman of the Management Board
Majid MEHTALI, CSO; Managing Director
Celine BREDA, Qualified person; Managing Director
Executive committee
Franck GRIMAUD, CEO; Chairman of the Management Board
Majid MEHTALI, CSO; Managing Director
Celine BREDA, Qualified person; Managing Director
Frédéric VOLE, Director; CFO
Pierre MINIOU, Director; Business Development,
Intellectual Property
Stephen BROWN, Director; Biomanufacturing
Dominique MARY, Director; Legal Advisor
Supervisory board
Frédéric GRIMAUD, Chairman. Joseph GRIMAUD, Vice-Chairman.
Grimaud Group (permanent representative: Renée GRIMAUD).Thomas GRIMAUD. Alain MUNOZ Independent Member*.
Michel GRECO, Independent Member*.
Remuneration committee
Frédéric GRIMAUD, Chairman. Alain MUNOZ, Independent
Member*. Michel GRECO, Independent Member*.
Accounts committee
Frédéric GRIMAUD, Chairman. Alain MUNOZ, Independent
Member*. Michel GRECO, Independent Member*.
*See paragraph 16.4 of the Company’s “Document de référence” for the
definition of the criteria of independence.
Vivalis
> rapport d’activité 2007
Vivalis est une société de droit français à directoire et conseil
de surveillance. La société a rédigé un document de base,
qui a été enregistrée par l’AMF, le 23 mai 2007, sous le numéro
I.07-077. Ce document est consultable sur le site internet
de Vivalis (www.vivalis.com). Un document de référence
actualisé est en cours d’enregistrement auprès de l’AMF.
Il sera consultable sur le site internet de la société dès son
enregistrement.
Un règlement intérieur régit le fonctionnement du conseil
de surveillance et des comités spécialisés. Le règlement
intérieur, adopté le 12 mars 2007, est consultable sur le site
internet de Vivalis. A ce jour, les comités mis en place sont
le comité de rémunérations des nominations, et le comité
d’audit. Chaque comité rend compte de ses missions au conseil de surveillance.
Vivalis a par ailleurs accès aux compétences de son conseil
scientifique.
Directoire
Franck GRIMAUD, président du directoire
Majid MEHTALI, directeur scientifique, directeur général
Celine BREDA, pharmacien responsable, directeur général
Comité exécutif
Franck GRIMAUD, président du directoire
Majid MEHTALI, directeur scientifique, directeur général
Celine BREDA, pharmacien responsable, directeur général
Frédéric VOLE, directeur administratif et financier
Pierre MINIOU,
Director ; Business Development,
propriété intellectuelle
Stephen BROWN,
Director ;
bio-production
Dominique MARY,
Director ;
juriste
Conseil de surveillance
Frédéric GRIMAUD, président. Joseph GRIMAUD, vice- président.
Groupe Grimaud (représentant permanent : Renée GRIMAUD).
Thomas GRIMAUD. Alain MUNOZ, membre indépendant*.
Michel GRECO, membre indépendant*.
Comité de rémunération et des nominations
Frédéric GRIMAUD, président
Alain MUNOZ, membre indépendant*
Michel GRECO, membre indépendant*
Comité des comptes
Frédéric GRIMAUD, président
Alain MUNOZ, membre indépendant*
Michel GRECO, membre indépendant*
*Vous reportez au paragraphe 16.4 du document de base de la société sur la
définition du critère d’indépendance.
13
Scientific council
Marc ELOIT is a veterinary medicine and virology doctor and
professor at the National Veterinary School in Maisons Alfort,
near Paris. He runs the UMR INRA-AFSSA-ENVA for virology.
He is an expert advisor for AFSSAPS, the French health products
safety agency.
Marcel HIBERT is currently the director of the research
department “Pharmacochemistry of cell communication” at the Gilbert Laustriat Institute (pharmaceutical faculty of
Strasbourg) and director of the National Chemical Library.
The mission of the National Chemical Library is to bring
together collections of synthetic products and natural extracts
in state funded laboratories. Marcel Hibert has also been
responsible for medicinal chemistry at HMR then Synthélabo(now Sanofi Aventis).
Otto MERTEN, doctor in biotechnology, is currently in charge
of the development department of Généthon. He is working
on developing cell lines, production processes and purification
of vectors for gene therapy. He started work at Généthon
in 1997. He is also an associate professor at the University
of Life Sciences in Vienna (Austria). From 1986 to 1997, he ran
the cell technology laboratory of the Pasteur Institute in Paris,
and from 1984 to 1986 he managed the Sandoz ResearchInstitute in Vienna.
James PETITTE is a professor at North Carolina State University.
He is a specialist in embryonic bird stem cells.
Corporate gouvernance
In accordance with the French Commercial Code (the “Code du
commerce”), the Chairman of the Supervisory Board has drafted
a report about the internal control procedures in the Company.
In accordance with the same regulation, the auditors
of the Company have drafted a report on the Chairman’s report.
These two reports are included in the “Document de Référence”
of the Company.
Vivalis
> rapport d’activité 2007
Conseil scientifique
Marc ELOIT, docteur en médecine vétérinaire et en virologie,
est professeur à l’École nationale vétérinaire de Maison-Alfort.
Il dirige l’UMR INRA-AFSSA-ENVA de virologie. Il est expert
auprès de l’AFSSAPS.
Marcel HIBERT est actuellement le directeur du département
de recherche « Pharmacochimie de la communication cellulaire »de l'Institut Gilbert-Laustriat (faculté de pharmacie de
Strasbourg) et directeur de la Chimiothèque nationale.
La mission de la Chimiothèque nationale est de fédérer
les collections de produits de synthèse et d’extraits naturels
existants dans les laboratoires publics. Marcel Hibert
a également été le responsable de la chimie médicinale chez
HMR puis Synthélabo (aujourd’hui Sanofi Aventis).
Otto MERTEN, docteur en biotechnologie, est actuellement
en charge du département développement du Généthon. Il se
consacre au développement de lignées cellulaires, de procédés
de production et de purification des vecteurs dans un but de
thérapie génique. Il a rejoint le Généthon en 1997.
Il est également professeur associé à l’Université des Sciences
de la Vie de Vienne (Autriche). De 1986 à 1997, il a été le
responsable du laboratoire de technologie cellulaire de l'Institut
Pasteur à Paris, et de 1984 à 1986 le responsable de l’institut
de recherche de Sandoz à Vienne.
James PETITTE est professeur de l'Université d'Etat de Caroline
du Nord (North Carolina State University). Il est spécialiste
notamment des cellules souches embryonnaires aviaires.
Contrôle interne
Conformément aux dispositions du Code de commerce,
le président du conseil de surveillance a émis un rapport sur le fonctionnement du conseil de surveillance et sur les
procédures de contrôle interne mises en place par la société.
Conformément aux mêmes dispositions, les commissaires
aux comptes ont émis un rapport sur le rapport du président
du conseil de surveillance. Ces deux rapports figurent dans le
document de référence de la société.
15
16

Éléments financiers
Financial information
Financials Comptes
Balance Sheet Bilan (IFRS)
(in thousands of euros / en milliers d'euros)
Years ended December 31
/ exercices clos au 31 décembre
ASSETS ACTIFS 2005 2006 2007
Currents assets Actif courant
Cash and Cash equivalents Trésorerie et équivalents de trésorerie 1 640 114 13 397
Current Financial instruments Instruments financiers courants 3 373 1 682 11 559
Trade receivables and prepaid expenses Créances courantes et charges constatées d'avance 125 1 287 558
Other current assets Autres actifs courants 1 944 2 241 2 612
Total current assets Total actif courant 7 082 5 324 28 126
Non-current assets Actif non courant
Non-current receivables Autres débiteurs non courants 600 484 1 246
Property, plant and equipment Immobilisations corporelles 4 330 5 178 5 433
Intangible assets Immobilisations incorporelles 2 568 3 904 4 671
Other fixed assets Autres actifs immobilisés 21 32 108
Total non-current assets Total actif non courant 7 519 9 598 11 448
TOTAL ASSETS TOTAL ACTIF 14 601 14 922 39 584
LIABILITIES PASSIF COURANT/NON COURANT 2005 2006 2007
Currents liabilities Passif courant
Trade payables Dettes fournisseurs 527 573 846
Income & payroll taxes owed Dettes fiscales et sociales 573 643 579
Borrowings Emprunts 352 449 566
Other current debt Autres dettes courantes 2 046 1 641 1 952
Total current liabilities Total passif courant 3 498 3 306 3 943
Non-current liabilities Passif non courant
Provision for contingent liabilities Provisions pour risques et charges 23 42 54
Borrowings Emprunts 2 709 2 888 3 124
Other non current debt Autres dettes non courantes 3 593 4 027 3 453
Total non-current liabilities Total passif non courant 6 325 6 957 6 361
TOTAL LIABILITIES TOTAL PASSIF HORS CAPITAUX PROPRES 9 823 10 263 10 574
SHAREHOLDERS'EQUITY CAPITAUX PROPRES
2005 2006 2007
Share capital Capital social 1 312 1 322 2 175
Share premium Prime d'émission 6 773 6 786 33 616
Accumulated losses Report à nouveau- Résultats cumulés (-3 319) (-3 461) (-6 361)
Own shares held through liquidity contract Actions détenues en propre (Contrat de liquidité) 0 0 (- 432)
Other Autres éléments des capitaux propres 12 12 12
Total shareholders' equity Total capitaux propres 4 778 4 659 29 010
TOTAL LIABILITIES AND EQUITY TOTAL PASSIF 14 601 14 922 39 584
Income statement Compte de résultat (IFRS)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros)
Years ended December 31 /
exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
Licensing & Services revenues Revenus des accords de collaboration et de licence 3 011 2 329 866
Capitalized development costs Frais de développement immobilisés 1 374 1 716 1 421
Grants Subventions publiques 417 1 012 832
Other income Autres produits d'exploitation 90 131 29
OPERATING REVENUE PRODUITS D'EXPLOITATION 4 892 5 188 3 148
Cost of supplies and consumable materials Achats de matières premières, consommables et fournitures (475) (726) (975)
Other purchases and external expenses Autres achats et charges externes (1 346) (1 485) (2 129)
Salaries, Benefits and Social charges Charges de personnel (1 993) (2 301) (3 172)
Depreciation and amortisation Amortissements et dépréciations (2 326) (758) (1 217)
Other operating expenses Autres coûts opérationnels (182) (139) (440)
OPERATING EXPENSES CHARGES OPERATIONNELLES (6 322) (5 409) (7 933)
OPERATING INCOME (LOSS) RESULTAT OPERATIONNEL (PERTE) (1 430) (221) (4 785)
Interest income/ (expenses), net Résultat financier net 34 (25) 396
Income/ (loss) before tax Résultat avant impôt sur le revenu (1 396) (246) (-4 389)
Income tax expense Crédit d'impôt 176 3 1 027
NET LOSS RESULTAT DE L'EXERCICE (PERTE) (1 220) (243) (-3 362)
LOSS PER SHARE ATTRIBUTABLE TO THE SHAREHOLDERS ( in
L
per share)
RESULTAT PAR ACTION REVENANT AUX ACTIONNAIRES (en
L
par action)
Basic De base-non dilué (14,74) (2,77) (0,29)
Diluted Dilué (14,74) (2,77) (0,29)
Vivalis
> rapport financier 2007
Informations extraites du rapport financier annuel de Vivalis
Information selected from Vivalis financial annual report

Balance Sheet Bilan (FGAAP)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros)
Years ended December 31 /
exercices clos au 31 décembre
ASSETS ACTIFS 2005 2006 2007
Currents assets Actif courant
Cash, Cash equivalents, Current financial instruments Trésorerie et équivalents de trésorerie, VMP 5 013 1 796 24 956
Trade receivables and prepaid expenses Créances courantes et charges constatées d'avance 125 1 287 558
Other current assets Autres actifs courants 2 713 2 992 4 303
Total current assets Total actif courant 7 851 6 075 29 817
Non-current assets Actif non courant
Non-current receivables Autres débiteurs non courants 0 0 0
Property, plant and equipment Immobilisations corporelles 4 330 5 178 5 433
Intangible assets Immobilisations incorporelles 3 672 5 575 7 635
Other fixed assets Autres actifs immobilisés 21 32 424
Total non-current assets Total actif non courant 8 023 10 785 13 492
TOTAL ASSETS TOTAL ACTIF 15 874 16 860 43 309
LIABILITIES PASSIF COURANT/NON COURANT 2005 2006 2007
Currents liabilities Passif courant
Trade payables Dettes fournisseurs 527 573 846
Income & payroll taxes owed Dettes fiscales et sociales 573 643 579
Borrowings Emprunts 0 0 0
Other current debt Autres dettes courantes 909 943 1 591
Total current liabilities Total passif courant 2 009 2 159 3 016
Non-current liabilities Passif non courant
Provision for contingent liabilities Provisions pour risques et charges 23 42 54
Borrowings Emprunts 3 061 3 337 3 690
Other non current debt Autres dettes non courantes 3 043 2 471 3 939
Total non-current liabilities Total passif non courant 6 127 5 850 7 683
TOTAL LIABILITIES TOTAL PASSIF HORS CAPITAUX PROPRES 8 136 8 009 10 699
SHAREHOLDERS'EQUITY CAPITAUX PROPRES
2005 2006 2007
Share capital Capital social 1 312 1 322 2 175
Share premium Prime d'émission 6 773 6 786 33 616
Accumulated losses Report à nouveau- Résultats cumulés -1 843 -2 152 (-5 420)
Other Autres éléments des capitaux propres 1 496 2 895 2 239
Total shareholders' equity Total capitaux propres 7 738 8 851 32 610
TOTAL LIABILITIES AND EQUITY TOTAL PASSIF 15 874 16 860 43 309
Income statement Compte de résultat (FGAAP)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros)
Years ended December 31 /
exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
Licensing & Services revenues Revenus des accords de collaboration et de licence 974 1 687 221
Capitalized development costs Frais de développement immobilisés 1 374 1 716 1 421
Grants Subventions publiques 189 259 734
Other income Autres produits d'exploitation 2 777 1 109 823
OPERATING REVENUE PRODUITS D'EXPLOITATION 5 314 4 771 3 199
Cost of supplies and consumable materials Achats de matières premières, consommables et fournitures (475) (726) (975)
Other purchases and external expenses Autres achats et charges externes (1 346) (1 485) (2 129)
Salaries, Benefits and Social charges Charges de personnel (1 870) (2 187) (2 723)
Depreciation and amortisation Amortissements et dépréciations (1 127) (808) (1 291)
Other operating expenses Autres coûts opérationnels (95) (89) (149)
OPERATING EXPENSES CHARGES OPERATIONNELLES (4 913) (5 295) (7 267)
OPERATING INCOME (LOSS) RESULTAT OPERATIONNEL (PERTE) 401 (524) (4 068)
Interest income/ (expenses), net Résultat financier net 43 (23) 280
Non operating income/ (expenses), net Résultat exceptionnel (662) 235 (507)
Income/ (loss) before tax Résultat avant impôt sur le revenu (218) (312) (4 295)
Income tax expense Crédit d'impôt 176 3 1 027
NET LOSS RESULTAT DE L'EXERCICE (PERTE) (42) (309) (3 268)
LOSS PER SHARE ATTRIBUTABLE TO THE SHAREHOLDERS ( in
L
per share)
RESULTAT PAR ACTION REVENANT AUX ACTIONNAIRES (en
L
par action)
Basic De base-non dilué (0,51) (3,52) (0,28)
Diluted Dilué (0,51) (3,52) (0,28)
19
Cash Flow statement Tableau de flux de trésorerie (IFRS)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros) Not audited / non audité
Years ended December 31 /
Exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
CASH FLOW FROM OPERATING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES OPERATIONNELS
Net Loss Résultat de l'exercice (1 220) (243)
(3478)
Adjustments to reconcile net loss to net cash Elimination des charges et produits sans incidence
from operating activities sur la trésorerie ou non liés aux activités opérationnelles
Depreciation and amortisation Amortissements et depréciations 1 517 328 685
Capitalized development costs Frais de développement immobilisés (1 374) (1 716) (1 421)
Debt waivers Abandon de créances (230) (504) 0
Other items not including in operating activities Autres charges/produits sans incidence sur la trésorerie (422) (1 700) (944)
Change in working capital Variation du fonds de roulement 2 410 1 100 1 593
Net cash generated from/ (used in) Flux de trésorerie généré par les activités opérationnelles 681 (2 735) (3 565)
operating activities
CASH FLOW FROM INVESTING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES D'INVESTISSEMENT
Acquisition / Disposal of fixed assets Acquisition / Cession d'immobilisations (3 746) (1 146) (1 565)
Acquisition / Disposal of current financial instruments Acquisition / Cession d'actifs financiers courant (3 373) 1 691 (9 877)
Change in working capital related to assets Variation du fonds de roulement liées aux immobilisations 388 (453) 267
Net cash used in investing activities Flux de trésorerie absorbées par les activités d'investissement (6 731) 92 (11 175)
CASH FLOW FROM FINANCING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES DE FINANCEMENT
Net proceeds from issuance of share capital Produits nets d'émission d'actions 1 250 22 27 684
Indebtedness increase/ decrease Nouveaux emprunts 3 287 657 1 606
Debt payment Remboursement des emprunts (234) (381) (1 253)
Grants & Other financing items Subventions et autres éléments financiers 941 820 (14)
Net cash generated from financing activities Flux de trésorerie générés par les activités de financement 5 244 1 118 28 023
NET INCREASE / (DECREASE) IN CASH AUGMENTATION / (DIMINUTION) DE LA TRESORERIE
AND CASH EQUIVALENT ET DES EQUIVALENTS DE TRESORERIE (806) (1525)
(13283)
Cash and cash equivalent at the beginning of the year Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture 2 445 1 639 114
Cash and cash equivalent at the end of the year Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture 1 639 114 13 397
Income statement by function Compte de résultat par fonction (IFRS)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros) Not audited / non audité
Years ended December 31 /
exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
Licensing & services revenues Revenus des accords de collaboration et de licence 3 011 2 329 866
Capitalized development Costs Frais de développement immobilisés 1 374 1 716 1 421
Grants Subventions publiques 417 1 012 832
Other income Autres produits d'exploitation 90 131 29
Operating revenue Produits d'exploitation 4 892 5 188 3 148
Research and Development Dépenses de recherche et de développement (4 977) (4 052) (6 026)
General and administrative Frais généraux (1 345) (1 357) (1 907)
Net operating expenses Charges opérationnelles nettes (6 322) (5 409) (7 933)
Operating income / (loss) résultat opérationnel (perte) (1 430) (221) (4 785)
Interest income/ (expenses), net Résultat financier 34 (25) 396
Income tax expense Crédit d'impôt 176 3 1 027
Net loss Résultat de l'exercice (perte) (1 220) (243) (3 362)
Vivalis
> rapport financier 2007
Cash Flow statement Tableau de flux de trésorerie (FGAAP)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros)
Years ended December 31 /
Exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
CASH FLOW FROM OPERATING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES OPERATIONNELS
Net Loss Résultat de l'exercice (42) (309)
(3 268)
Adjustments to reconcile net loss to net cash Elimination des charges et produits sans incidence
from operating activities sur la trésorerie ou non liés aux activités opérationnelles
Depreciation and amortisation Amortissements et depréciations 1 991 1 285 2 088
Capitalized development costs Frais de développement immobilisés (1 374) (1 716) (1 421)
Debt Waivers Abandon de créances (230) (504) 0
Other items not including in operating activities Autres charges/produits sans incidence sur la trésorerie (110) (205) (174)
Change in working capital Variation du fonds de roulement 446 (1 286) (790)
Net cash generated from/ (used in) Flux de trésorerie généré par les activités opérationnelles 681 (2 735) (3 565)
operating activities
CASH FLOW FROM INVESTING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES D'INVESTISSEMENT
Acquisition / Disposal of fixed assets Acquisition / Cession d'immobilisations (3 746) (1 146) (1 565)
Change in working capital related to assets Variation du fonds de roulement liées aux immobilisations 388 (453) 267
Net cash used in investing activities Flux de trésorerie absorbées par les activités d'investissement (3 358) (1 599) (1 298)
CASH FLOW FROM FINANCING ACTIVITIES FLUX DE TRESORERIE LIES AUX ACTIVITES DE FINANCEMENT
Net proceeds from issuance of share capital Produits nets d'émission d'actions 1 250 22 27 684
Indebtedness increase/ Decrease Nouveaux emprunts 3 287 657 1 606
Debt payment Remboursement des emprunts (234) (381) (1 253)
Grants & Other financing items Subventions et autres éléments financiers 941 820 (14)
Net cash generated from financing activities Flux de trésorerie générés par les activités de financement 5 244 1 118 28 023
NET INCREASE / (DECREASE) IN CASH AUGMENTATION / (DIMINUTION) DE LA TRESORERIE
AND CASH EQUIVALENT ET DES EQUIVALENTS DE TRESORERIE 2 567 (3 216) 23 160
Cash and cash equivalent at the beginning of the year Trésorerie et équivalents de trésorerie à l'ouverture 2 445 5 012 1 796
Cash and cash equivalent at the end of the year Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture 5 012 1796
24 956
Income statement by function Compte de résultat par fonction (FGAAP)
(in thousands of euros /
en milliers d'euros)
Years ended December 31 /
exercices clos au 31 décembre
2005 2006 2007
Licensing & services revenues Revenus des accords de collaboration et de licence 974 1 687 221
Capitalized development Costs Frais de développement immobilisés 1 374 1 716 1 421
Grants Subventions publiques 189 259 734
Other income Autres produits d'exploitation 2 777 1 109 823
Operating revenue Produits d'exploitation 5 314 4 771 3 199
Research and Development Dépenses de recherche et de développement (3 588) (3 967) (5 498)
Sales,General and administrative Frais généraux (1 325) (1 328) (1 769)
Net operating expenses Charges opérationnelles nettes (4 913) (5 295) (7 267)
Operating income / (loss) Résultat opérationnel (perte) 401 (524) (4 068)
Interest income/ (expenses), net Résultat financier 43 (23) 280
Non operating income/ (expenses), net Résultat exceptionnel (662) 235 (507)
Income tax expense Crédit d'impôt 176 3 1 027
Net loss Résultat de l'exercice (perte) (42) (309) (3 268)
21
1 – Accounting policies and methods
More detailed information on the preliminary financial statements of the
Company as of 31 December 2007 will be available on the company website
from 31 March 2008.
a – General background
The historic company financial statements have been drawn up in accordance
with French rules in line with the requirements of Regulation 99-03 of the
Accounting Regulations Committee relating to te official chart of accounts
for 1999. Usual standards have been applied which respect the fundamentalaccounting principle of prudence, going concern, consistency and accruals,
in compliance with general rules for the drawing up and presentation of
annual financial statements. No changes in accounting methods were made
during financial year 2007.
The basic method retained for valuing items in the accounts is the historical
cost method.
b – Use of estimates
In drawing up the financial information, the Company’s management has to
make estimates and assumptions which affect the carrying amount of theasset and liability , income and expenses. The management of the Companymakes these estimates and assessments on an ongoing basis based on its past
experience as well as various other factors considered reasonable.
The figures that may be presented in future financial statements are likely
to be different from these estimates depending on how assumptions andconditions evolve.
The main significant estimates made by the Company’s management concern
the valuation of intangible fixed assets and provision.
c – Unrealised exchange gains or losses
Income and expenses in currencies are recorded at their exchange rate on the
transaction date. Debt, receivables and cash in currencies are included in the
balance sheet at the closing exchange rate. The difference resulting from
revaluing such debt and receivables in currencies at the latest exchange rate is
included in the balance sheet under the item “Unrealised exchange gains or
losses”. Unrealised exchange losses are provisioned in their entirety.
d – Intangible fixed assets
Intangible fixed assets are generally recognised at their acquisition cost except
in exceptional circumstances as mentioned below. They are amortised overtheir useful life as assessed by the Company when such useful life is known,
determined on a case-by-case basis depending on the nature and
characteristics of the items included under this heading.
When their useful life is unknown, intangible assets are not amortised but
instead are subject to annual impairment tests.
e – Research and development expenses
Research and development expenses are accounted for as expenses when
incurred.
In conformity with the option provided by the French General Chart
of Account , development expenses are accounted for as assets whenever
the Company considers that the following 6 criteria have all been fulfilled:technical feasibility of completing the intangible fixed asset with the aim ofexploiting or selling it, the intention to complete the intangible fixed assetand use it or sell it, the ability to use or sell the intangible fixed asset, the way
in which the intangible fixed asset will generate probable future economic
benefits, the availability of appropriate technical, financial or other
resssources to complete the development and use or sale of the intangible
fixed asset and the ability to reliably determine the expenses attributable to the financial fixed asset during its development.
Unless all of these conditions are fulfilled, development expenses are
accounted for as expenses. When a project for which development costs havebeen included in the assets no longer fulfils all of the above criteria, the assetis cancelled.
Development expenses included as assets include staff costs (wages and social
expenses) allocated to the development projects, the cost of raw materials and
services, as well as depreciation and amortisation of fixed assets. When
development expenses are capitalized, economic amortisation begins at the
beginning of the period of commercial exploitation of the products resulting
from this development work. The amortisation period is calculated according
to the straight-ine method over the useful life of the project. For development
expenses currently in an amortisation phase, this period has been estimated
at 5 years. . Furthermore, in conformity with the French Tax Administration,
the Company records accelerated tax amortisation expenses on recognition
of the assets using the straight line method over 5 years.
f – Concessions, patents and similar rights
For the needs of its business, the Company uses patent licences. These licences
involve “guaranteed payments” and royalties. In conformity with tax
regulations, the amounts recorded as assets for such licences include the
guaranteed payments as well as an amount reflecting the estimated future
royalties to be paid (the counterpart is recorded as “Amount payable in respect
of fixed assets and related accounts “) Future royalties are estimated annually
on the basis of likely royalty payments as well as an update.
The amount of “guaranteed payments” is amortised over the shorter
of the licence period and the period during which the patents covered by the
licences are protected (i.e. in practice 13 and 15 years). Estimated royalties
are amortised each year on the basis of royalties actually due for the financial
year, actual payments are charged to “ Amount payable in respect of fixed
assets and related “.
Computer software is recorded at acquisition cost. Depreciation is over
a period of 2 years on a straight line basis. Accelerated tax depreciation over
12 months is also practised.
g – Tangible assets
Tangible assets are recognised at acquisition cost or, if applicable, production
cost. Depreciation is calculated according to the straight line or declining
balance method over the useful life of the assets. No residual value is taking
into account in the depreciable amount of the property plant and equipmenton the acquisition date, as it is the intention of the Company to use such
assets over their useful life. Nevertheless, the residual value and useful life of
property plant and equipment is reviewed each year by the Company and any
modifications are taken into account in the calculation of the depreciable
amount. Estimated useful lives are as follows:
Construtions
Buildings except(*) 25 years
(*) Ext carpentry and partition walls 20 years
General installations 10 to 15 years
Constructions on the land of others 8 to 10 years
Land: improvements, plantations 10 years
Industrial tools and equipment 4 to 10 years
Transport equipment 4 years
Office and computer equipment 3 to 10 years
Furniture 4 to 10 years
Transport equipment= vehicules
h – Impairment of assets
Intangible and tangible fixed assets are subject to impairment tests whenever
there exists a likelihood of a loss of value. To determine whether there exists
any indication that an asset has lost value, the Company considers the
following internal and external indicators:
For external indicators: a loss in the market value of the asset (to a greater
extent than would be expected simply by the passage of time or the normaluse of the asset), substantial changes that have had a negative impact on the
entity, have occurred during the financial period, or are likely to occur in the
near future, in the technical, financial or legal environment or market in
which the company operates or in which the asset is used, market interest
rates or other market yields have increased during the financial period and
it is likely that such increases will significantly reduce the market and/or valuein use of the asset.
Vivalis
> rapport financier 2007
1 – Principes et méthodes comptables
Des informations plus détaillées sur les Comptes provisoires de la Société
au 31 décembre 2007 sont disponibles sur le site de l’entreprise depuis
le 31 mars 2008.
a – Contexte général
Les comptes sociaux historiques de la Société sont établis conformément aux
règles françaises suivant les prescriptions du règlement 99-03 du Comité de la
Réglementation Comptable relatif au plan comptable général 1999. Les conven-
tions générales ont été appliquées, dans le respect du principe de prudence,conformément aux hypothèses de base : continuité d’exploitation, permanence
des méthodes d’un exercice à l’autre, indépendance des exercices et conformé-
ment aux règles générales d’établissement et de présentation des comptes
annuels. Il n’y a pas eu de changement de méthode comptable au cours de
l’exercice 2007.
La méthode de base retenue pour l’évaluation des éléments inscrits en compta-
bilité est la méthode du coût historique.
b – Recours à des estimations
Pour établir ces informations financières la direction de la Société doit procéder
à des estimations et faire des hypothèses qui affectent la valeur comptable des
éléments d’actif et de passif, des produits et des charges. La direction de la
Société procède à ces estimations et appréciations de façon continue sur la base
de son expérience passée ainsi que de divers autres facteurs jugés raisonnablesqui constituent le fondement de ces appréciations.
Les montants qui figureront dans ses futurs états financiers sont susceptibles
de différer de ces estimations en fonction de l’évolution de ces hypothèses ou
de conditions différentes.
Les principales estimations significatives faites par la direction de la Société
portent notamment sur l’évaluation des immobilisations incorporelles
et les provisions.
c – Ecart de conversion
Les charges et produits en devises sont enregistrés pour leur contre-valeur
à la date de l’opération. Les dettes, créances et disponibilités en devises figurent
au bilan pour leur contre-valeur au cours de clôture. La différence résultant
de l’actualisation des dettes et créances en devises à ce dernier cours est portée
au bilan au poste « Ecart de conversion ». Les pertes de change latentes font
l’objet d’une provision pour risques en totalité.
d – Immobilisations incorporelles
Les immobilisations incorporelles sont, en règle général, comptabilisées à leur
coût d’acquisition sauf cas particuliers mentionnés ci-après. Elles sont amorties
sur leur durée d’utilisation attendue par la Société lorsque leur durée d’utilité
est définie, déterminée au cas par cas en fonction de la nature et des caracté-ristiques des éléments inclus dans cette rubrique.
Les immobilisations incorporelles ne sont pas amorties mais sont soumises
à des tests annuels systématiques de perte de valeur lorsque leur durée d’utilitéest indéfinie.
e – Frais de recherche et développement
Les frais de recherche sont comptabilisés en charges de l’exercice au cours
duquel ils sont encourus.
Conformément à l’option offerte par le Plan Comptable Général, les frais de
développement sont comptabilisés à l’actif dès lors que la Société estime que
les 6 critères suivants sont simultanément remplis : la faisabilité technique
nécessaire à l’achèvement de l’immobilisation incorporelle en vue de sa mise en
service ou de sa vente, l’intention d’achever l’immobilisation incorporelle et de
l’utiliser ou de la vendre, la capacité à utiliser ou à vendre l’immobilisation
incorporelle, la façon dont l’immobilisation incorporelle génèrera des avantages
économiques futurs probables, la disponibilité de ressources appropriées
(techniques, financières et autres) pour achever le développement et utiliser
ou vendre l’immobilisation incorporelle et la capacité à évaluer de façon
fiable les dépenses attribuables à l’immobilisation incorporelle au cours de sondéveloppement.
Dès lors que l’ensemble de ces conditions n’est pas rempli, les frais de dévelop-
pement sont comptabilisés en charges. Lorsqu’un projet pour lesquels les coûtsde développement ont été inscrits à l’actif du bilan ne répond plus à l’un des
critères définis précédemment, l’actif est annulé.
Les frais de développement enregistrés à l’actif comprennent le coût du
personnel (salaires et charges sociales) affecté aux projets de développement,
le coût des matières premières et des services, les prestations externes ainsi
que l’amortissement des immobilisations. Lorsque les frais de développement sont portés à l’actif, l’amortissement économique commence au début de
l’exploitation commerciale des produits issus de ces travaux de développement.
L’amortissement économique est calculé selon le mode linéaire sur la durée
d’utilité des projets. Cette dernière est estimée à 5 ans pour les frais de dévelop-
pement actuellement en phase d’amortissement. Par ailleurs, en conformité
avec la doctrine de l’administration fiscale, la Société constate des amortis-
sements dérogatoires dès l’enregistrement des actifs, calculés selon le mode
linéaire sur 5 ans.
f – Concessions, brevets et droits similaires
Pour les besoins de son activité, la Société bénéficie de licences d’exploitation
de brevets. Ces licences donnent lieu à « paiements garantis » et à des
redevances. Conformément aux règles fiscales, le montant enregistré à l’actif
pour ces licences inclut d’une part les « paiements » garantis, et d’autre part
un montant correspondant à l’estimation des redevances futures à payer
(la contrepartie est enregistrée en « Dettes sur immobilisations »).
Ces redevances futures font l’objet d’une ré estimation annuelle, en fonction
des perspectives de redevances à payer et d’une actualisation.
Le montant des « paiements garantis » est amorti sur la période la plus
courte entre la durée de la licence et la durée de protection des brevets faisant
l’objet des licences (soit en pratique 13 et 15 ans). Les redevances estimées
sont amorties chaque année en fonction des redevances effectivement dues
au titre de l’exercice, les paiements effectifs s’imputant sur les « Dettes surimmobilisations ».
Les logiciels informatiques sont enregistrés au coût d’acquisition.
Leur amortissement est pratiqué sur une durée de 2 ans selon le mode linéaire.
Un amortissement dérogatoire sur 12 mois est pratiqué.
g – Immobilisations corporelles
Les immobilisations corporelles sont comptabilisées à leur coût d’acquisition ou,
le cas échéant, leur coût de production. Les amortissements sont calculés selon
le mode linéaire ou dégressif sur la durée d’utilité estimée des actifs. Aucune
valeur résiduelle n’est prise en compte dans la base amortissable des immobili-
sations corporelles à leur date d’acquisition, la Société prévoyant de les utilisersur leur durée de vie. Cependant, la valeur résiduelle et la durée d’utilité
des immobilisations corporelles sont revues annuellement par la Société et les modifications éventuelles sont prises en compte dans le calcul de la base
amortissable des immobilisations corporelles. Les durées d’utilité estimées sontles suivantes :
Construtions
Bâtiment sauf(*) 25 ans
(*) Menuiseries extérieures et cloisons intérieures 20 ans
Installations générales 10 à 15 ans
Constructions sur sol d’autrui 8 à 10 ans
Terrains : agencements, aménagements, plantations 10 ans
Matériel et outilage industriel 4 à 10 ans
Matériel de transport 4 ans
Matériel de bureau et informatique 3 à 10 ans
Mobilier 4 à 10 ans
h – Dépréciation d’actifs
Les immobilisations incorporelles et corporelles doivent être soumises à des
tests de perte de valeur dès lors qu’il existe un indice de perte de valeur.
Pour apprécier s’il existe un quelconque indice qu’un actif ait pu perdre de la
valeur, l’entreprise considère les indices externes et internes suivants :
Pour les indices externes : une diminution de la valeur de marché de l’actif
(de façon plus importante que du seul effet attendu du passage du temps ou de l’utilisation normale de l’actif), des changements importants, ayant un effet
négatif sur l’entité, sont intervenus au cours de l’exercice ou surviendront dans
un proche avenir, dans l’environnement technique, économique ou juridique
23
For internal indicators: the existence of any sign of obsolescence or physical
damage of an asset not planned in the depreciation schedule; substantialchanges in how the asset is used, less than expected performance of the asset,
substantial reduction of future cash flows generated by the Company.
When there exists an indication of loss of value, an impairment test is carried
out and the net book value of the fixed asset is compared to its current value.
The current value is an estimated value which is based on the market and
the usefulness of the asset for the Company. It is the result of a comparisonbetween fair market value and value in use.
i – Borrowing costs
Any borrowing costs supported by the Company in the context of financing
tangible or intangible assets are accounted for as charges when incurred.
j – Financial fixed assets
Financial fixed assets comprise deposits and security provided to lessors for
renting property as well as the liquidity contract entered into at the time of
the listing of the Company on the stock market and designed to improve the
liquidity of transactions and the consistency of stock prices. When the
recoverable value at closing of such financial fixed assets is less than their
book value, a provision for impairment is constituted for the difference. For
the liquidity contract, the provision is equal to the difference between book
value and recoverable value calculated on the basis of the average share price
over December 2007.
k – Liquid assets and Investment Securities
Liquid assets comprise bank current accounts.
Investment securities comprise mutual funds, term deposits and negotiable
medium-term bonds that can be traded or sold over the very short term, andwhich do not involve any significant risk of loss of value. An impairment
provision is constituted whenever recoverable value is less than book value.
l – Other current assets
Inventories are recorded at acquisition cost on the basis of actual prices.
Provisions may be constituted based on their net sale value.
Receivables are valued at their nominal value. A provision for depreciation
is constituted whenever recoverable value is less than book value.
m – Commitments to employees
Company employees may receive indemnities when they retire. Since
31 December 2005, the corresponding commitments are accounted for in the
form of provisions calculated on the basis of rights acquired by beneficiaries.
For defined benefits schemes, retirement expenses are determined once a year
according to the projected units credit method. According to this method,
each service period results in an additional unit of rights and each of these
units is valued separately to obtain the final obligation.
This final obligation is then discounted taking into account the following
assumptions: discount rate, a salary increase rate and a staff turnover rate.
The losses and gains resulting from changes in actuarial assumptions are
recognized in the income statement.
For basic schemes and other defined benefit schemes, the Company
accounts for contributions as charges when they become due. The Company
has no commitments beyond the contributions that are paid.
n – Grants and subordinated Grants
Grants are recognised when contracts are signed. Investment grants are
recognised in liabilities in the balance sheet under “Investment grants” and
included within “Shareholders Equity”. Such grants are included in the incomestatement (in the item “Other exceptional income”) as the economic and
accelerated depreciation of the assets financed with such grants is recognized.
Operating grants are recorded in operating income in the item “Other
operating income” at the same pace as the charges financed by such grants.
Subordinated grants are recognised in liabilities in the balance sheet under
“Subordinated Grants”. If a failure is pronounced, a debt waiver is recorded as
“Other exceptional income for grants used to finance the project was includedas an asset in the balance sheet under “Development expenses”, and as
“Operating grants” in the event to the grants finance research projects or
projects not capitalized.
o – Provisions for contingencies and losses
Provisions for contingencies are constituted when the Company has a
commitment to a third party and it is probable or certain that it must make
payments to this third party without any counterpart. Such provisions arebased on the most likely assumptions on the date the financial statements
are closed.
p – Payables
Payables are stated at nominal value.
q – Sales and other income
Sales made by Vivalis correspond to research services carried out for the
account of clients in the framework of commercial agreements, as well as the
right to use biological “equipment”, in particular for tests by clients prior to
signature of licence agreements. Sales are recognized as the services provided
for contractually are provided or when they are delivered. Any possible
reductions, discounts or rebates granted to the clients are considered as
reductions in saleswhen sales are recognised.
Other income mainly comprises lump sum payment for licence concessions
and royalties. Lump sum payments for licence concessions are due by partners
upon the achievement of various milestones. Income is recognized on the basis
of invoices drawn up according to contracts. Royalties are recorded as income
based on sales generated over the period by partners. No such income was
recognized in 2007.
r – Exceptional items
Exceptional income and expenses comprise items which, because of their
nature, or their unusual or non-recurrent character cannot be considered as
inherent to the operations of the Company, such as disposal or scrapping of
fixed assets, accelerated tax depreciation charges or reversals, shares of
investment grants recorded in the income statement etc.
s – Corporate income tax
Tax due is determined on the basis of the tax result of the period, which may
be different from the result in the financial statements because of add-backs
and deductions of certain types of income and charges to reflect current taxpositions.
Industrial and commercial companies that are taxed on the basis of the actual
regime and which incur research expenditures, are entitled to tax credits.
The tax credits are calculated each year and deducted from the corporate tax
due by the company for the year in which the research expenditure occurred.
Tax credits that cannot be deducted are carried forward over the following
three years following that in which the expenditure occurred. The unused
portion at the end of this period is repaid to the company.
t – Earnings per share/diluted earnings per share
Basic net earnings per share are calculated on the basis of the average number
of shares in circulation during the period. Diluted earnings per share are
calculated by dividing net income by the number of ordinary shares in
circulation plus all potentially dilutive ordinary shares. In the event of a loss,
net diluted earnings per share are identical to basic net earnings per share.
Vivalis
> rapport financier 2007
ou sur le marché dans lequel l’entreprise opère ou auquel l’actif est dévolu,
les taux d’intérêt du marché ou autres taux de rendement du marché ont
augmenté durant l’exercice et il est probable que ces augmentations diminuent
de façon significative les valeurs vénales et/ou d’usage de l’actif.
Pour les indices internes : l’existence d’un indice d’obsolescence ou de
dégradation physique d’un actif non prévu par le plan d’amortissement; deschangements importants dans le mode d’utilisation de l’actif, des performances
de l’actif inférieures aux prévisions, une baisse sensible du niveau des flux
futurs de trésorerie générés par la Société.
Lorsqu’il existe un indice de perte de valeur, un test de dépréciation est alors
effectué : la valeur nette comptable de l’actif immobilisé est comparée à savaleur actuelle.
La valeur actuelle est une valeur d’estimation qui s’apprécie en fonction du
marché et de l’utilité du bien pour la Société. Elle résulte de la comparaison
entre la valeur vénale et la valeur d’usage.
i – Coûts d’emprunt
Les éventuels coûts d’emprunt supportés par la Société dans le cadre du
financement d’immobilisations corporelles et incorporelles sont comptabilisés
en charges l’exercice au cours duquel ils sont encourus.
j – Immobilisations financières
Les immobilisations financières sont constituées de dépôts et cautionnements
versés aux bailleurs pour la location de locaux, ainsi que d’un contrat de
liquidité conclu lors de l’introduction en bourse de la Société en vue de
favoriser la liquidité des transactions et la régularité des cotations des titres.
Lorsque la valeur recouvrable à la clôture de ces immobilisations financières
est inférieure à la valeur comptabilisée, une provision pour dépréciation est
constituée pour le montant de la différence, ou en ce qui concerne le contrat
de liquidité pour le montant de la différence entre la valeur comptabilisée et la
valeur recouvrable calculée à partir du cours moyen du titre en décembre 2007.
k – Disponibilités et Valeurs mobilières de placement
Les disponibilités comprennent les liquidités en comptes courants bancaires.
Les valeurs mobilières de placement comprennent les OPCVM, dépôts à terme
et BMTN, qui sont mobilisables ou cessibles à très court terme et ne présentent
pas de risque significatif de pertes de valeur. Une provision pour dépréciation
est pratiquée lorsque la valeur recouvrable est inférieure à la valeur comptable.
l – Autres actifs circulant
Les stocks sont enregistrés au coût d’acquisition sur la base du prix réel. Des
provisions peuvent être constituées sur la base de la valeur nette de réalisation.
Les créances sont valorisées à leur valeur nominale. Une provision pour
dépréciation est pratiquée lorsque la valeur recouvrable est inférieure à lavaleur comptable.
m – Engagements envers les salariés
Les salariés de la Société peuvent percevoir des indemnités lors de leur départ
à la retraite. Depuis le 31 décembre 2005, les engagements correspondants sont
pris en charge en fonction des droits acquis par les bénéficiaires sous forme de
provisions. Pour les régimes à prestations définies, les charges de retraite sont
déterminées une fois par an, selon la méthode des unités de crédit projetées.Selon cette méthode, chaque période de service donne lieu à une unité
supplémentaire de droits à prestations, et chacune de ces unités est évaluéeséparément pour obtenir l’obligation finale.
Cette obligation finale est ensuite actualisée en prenant en compte les
hypothèses suivantes : un taux d’actualisation, un taux d’augmentation de
salaires et un taux de rotation du personnel. Les gains et pertes résultant des
changements d’hypothèses actuarielles sont reconnus au compte de résultat.
Pour les régimes de base et autres régimes à cotisations définies, la Société
comptabilise en charges les cotisations à payer lorsqu’elles sont exigibles,
la Société n’étant pas engagée au-delà des cotisations versées.
n – Subventions et avances conditionnées
Les subventions sont enregistrées lors de la signature des contrats.
Les subventions d’investissements sont enregistrées au passif du bilan en
« Subventions d’investissements » au sein des capitaux propres. Ces subventions
sont ramenées au résultat (dans la rubrique « Autres produits exceptionnels »)
au fur et à mesure de la constatation des amortissements économiques et
dérogatoires des actifs financés à l’aide de ces subventions. Les subventions
d’exploitation sont enregistrées en produits d’exploitation dans la rubrique
« Autres produits d’exploitation » au même rythme que les charges financéespar ces subventions.
Les avances conditionnées sont enregistrées au passif du bilan en « Avances
conditionnées ». En cas de constat d’échec prononcé, l’abandon de créance
consenti est enregistré en « Autres produits exceptionnels » en cas d’octroi
pour le financement de projets inscrits à l’actif du bilan en « Frais de dévelop-
pement », et en « Subventions d’exploitation » en cas d’octroi pour des projets
de recherche ou de développements non inscrits à l’actif du bilan.
o – Provisions pour risques et charges
Des provisions pour risques et charges sont constituées, lorsque la Société a
une obligation à l’égard d’un tiers et qu’il est probable ou certain qu’elle devra
faire face à une sortie de ressources au profit de ce tiers sans contrepartie.
Ces provisions sont estimées en prenant en considération les hypothèses les plus
probables à la date d’arrêté des comptes.
p – Dettes
Les dettes sont évaluées pour leur montant nominal.
q – Chiffre d’affaires et Autres produits
Le chiffre d’affaires réalisé par Vivalis correspond aux prestations de recherche
réalisées pour le compte de clients dans le cadre d’accords commerciaux ainsi
que le droit d’utilisation de « matériel » biologique, notamment à des fins
de tests par les clients avant signature de contrats de licences. Il est reconnu en
fonction de la réalisation des prestations prévues contractuellement ou lors de
la livraison. Les éventuels rabais, remises, ristournes consentis aux clients sont
classés en réduction du chiffre d’affaires simultanément à la reconnaissance des ventes.
Les autres produits comprennent pour l’essentiel les rémunérations forfaitaires
au titre de concessions de licence ainsi que les royalties. Les rémunérations
forfaitaires au titre des concessions de licence sont dues par les partenaires en
fonction de la réalisation de différentes étapes. Le produit est reconnu en
fonction de la facturation effectuée selon les bases contractuelles. Les royalties
sont enregistrées en produit en fonction des chiffres d’affaires réalisés sur
la période par les partenaires, aucun enregistrement n’a été effectué sur 2007.
r – Résultat exceptionnel
Les charges et produits exceptionnels sont constitués d’éléments qui, en raison
de leur nature, ou de leur caractère inhabituel et de leur non récurrence ne
peuvent être considérés comme inhérents à l’activité opérationnelle de la
Société, tels que les cessions ou mises au rebut d’immobilisations, les dotations
ou reprises d’amortissements dérogatoires, les quote-part de subventions
d’investissement enregistrées en résultat, etc.
s – Impôt sur les Sociétés
L’impôt exigible est déterminé sur la base du résultat fiscal de la période,
qui peut différer du résultat comptable suite aux réintégrations et déductions
de certains produits et charges selon les positions fiscales en vigueur.
Les entreprises industrielles et commerciales imposées selon le régime réel qui
effectuent des dépenses de recherche peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt.
Il est calculé par année civile et s’impute sur l’impôt dû par l’entreprise au titre
de l’année au cours de laquelle les dépenses de recherche ont été encourues.
Le crédit d’impôt non imputé est reportable sur les trois années suivant celle
au titre de laquelle il a été constaté. La fraction non utilisée à l’expiration
de cette période est remboursée à l’entreprise.
Résultat par action / résultat dilué par action
Le résultat net de base par action est calculé sur la base du nombre moyen
pondéré d’actions en circulation au cours de la période. Le résultat net dilué par
action est calculé en divisant le résultat net par le nombre d’actions ordinaires
en circulation majoré de toutes les actions ordinaires potentiellement dilutives.
En cas de résultat déficitaire, le résultat net dilué par action est identique au résultat net de base par action.
25
2 - Transition to IFRS financial statements
a – General bacground
In conformity with the recommendations of the AMF, and in order to ensure
a certain comparability of the financial information published by Vivalis,
the Company has sought to identify the main differences between French
Generally Accepted accounting principles ( “French GAAP”) and IFRS
standards. Financial information drawn up under IFRS standards has not been
audited in the strict sense of these standards but was nevertheless examined
by the statutory auditors of the Company when the accounts were finalised.
b – IFRS 2 – Share-based payment
Vivalis has granted certain company directors and employees stock options,
warrants or free shares.
According to IFRS 2, unlike French accounting principles, the Company must
account as a charge the benefit granted to the beneficiaries of the granting
of such instruments. The charge is valued on the basis of the Black and
Scholes valuation model.
In conformity with the option provided under IFRS 2 for schemes involving
share-based payments, the Company has chosen only to apply this standard to
schemes introduced after 7 November 2002 and for which rights had not been
acquired as of 1 January 2005.
c – IAS 16 – Property plant and equipment
In conformity with the option provided under IFRS 1, the company has chosen
not to revalue property plant and equipment in the opening balance sheet at
fair market value but to apply the depreciated cost method. The main French
accounting standards retained by the Company do not differ from standardIAS 16.
d – IAS 17 – Lease contracts
The Company has not entered into lease contracts that fulfil the criteria of
standard IAS 17 for classification as finance leases in any significant amount.
The main French accounting standards retained by the Company do not differ
from standard IAS 17.
e – IAS 18 – Income
Application of standard IAS 18 modifies the rate at which income received by
the Company is taken into account in the framework of partnership contracts.
Such contracts generally involve receiving sums at the beginning and during
the contract (“upfront payments” and” milestones”).
Under French accounting principles, such income is recorded at each of the
stages defined in such contracts. Under the IFRS system, such income is spreadout over the development period.
f – IAS 12 – Deferred taxes
Under IAS 12, tax timing differences give rise to the creation of deferred tax
assets or liabilities. Under French rules, divergences between the book value
and the tax value of assets and liabilities does not result in any deferred tax
being accounted for in the company’s financial statements.
For Vivalis, this difference mainly concerns deferred tax debits recognized on
the basis of IAS 12 rules covering tax deficits carried forward. Nevertheless,
the Company considers that the criteria defined in IAS 12 have not been
fulfilled for the various periods presented.
g – IAS 19 – Staff benefits
When drawing up financial information as of 31 December 2005, Vivalis
accounted for retirement indemnities for the first time.
The valuation methodology retained for the financial information provided
as of 31 December 2007 complies with the recommendations of IAS 19.
h – IAS 20 – Government Grants
Application of standard IAS 20 has resulted in the following reclassifications:
investment grants, recorded in the company financial statements under
“Shareholder’s equity”, have been reclassified as “Other non-current liabilities”
or “Other current liabilities” depending on their repayment terms.
Subordinated grants , presented in “Other equity capital” according to the
French system, have been presented as “Other non-current liabilities” underthe IFRS system.
Furthermore, as IAS 38 has resulted in the cancellation of accelerated tax
depreciation, the recording of investment grants in the income statement has
been modified under the IFRS system (under the French system, investment
grants are included in the income statement on the basis of recognition of
economic and accelerated depreciation).
i – IAS 36 – Asset impairment
The Company has reviewed the value of its assets (in particular development
expenses) on the basis of the methodology recommended by IAS 36.
This review did not lead to the need for any additional impairment as a similar
procedure had already been applied by the Company under French accounting
standards.
In contrast, in its financial statements drawn up under French standards,
the Company has recognized accelerated tax depreciation, in conformity with
tax regulations, under tax driven reserves on the balance sheet.
Under the IFRS system, accelerated tax depreciation has been cancelled .
j – IAS 38 – Intangible fixed assets
Under IAS 38, intangible fixed assets must initially be valued at cost.
Consequently, amounts recorded for future payments have been cancelled for the application of IFRS.
k – IFRS 7 – Financial instruments
This concerns in particular the presentation of the cash position of the
Company: liquid assets, bank current accounts, mutual fund investments (FCP or SICAV), term deposits (negotiable certificates of deposit or mediumterm notes).
Under the French system, such instruments are classified as cash or investment
securities. In order to respect the recommendations of both the AMF
and IFRS 7, a more precise analysis of these instruments was carried out as of
31 December 2007. Following market upheavals in 2007, it became apparent
that the classification of such instruments as euro denominated money market
instruments no longer entirely guaranteed their liquidity or a complete
absence of risk for the Company. Part of these financial instruments have
therefore been reclassified as “Current Financial Instruments” in the
information presented.
l – Other IFRS standards
are either not applicable to the Company or
show no significant difference with the French accounting standards appliedby Vivalis.
Vivalis
> rapport financier 2007
2 – Transition vers les comptes IFRS
a – Contexte général
Conformément aux recommandations de l’AMF et afin de pouvoir assurer une
certaine comparabilité des informations financières publiées par Vivalis, la
Société a conduit un projet d’identification des divergences entre les principes
comptables français et les normes IFRS. Les informations financières données au
titre de l’information IFRS ne sont ainsi pas auditées au sens strict de la Norme,
mais ont été revues lors de travaux de clôture par les Commissaires auxComptes de la Société.
b – IFRS 2 – Paiements fondés sur des actions
Vivalis a accordé à certains de ses mandataires sociaux et de ses salariés des
Options de Souscription d’Actions (OSA), des Bons de Souscription d’Actions
(BSA) ou des actions gratuites.
Selon la Norme IFRS 2, à la différence des principes comptables Français,
la Société doit comptabiliser une charge représentative de l’avantage accordé
aux bénéficiaires de l’octroi de ces instruments. L’évaluation de la charge a été
réalisée selon le modèle de « Black and Scholes ».
Conformément au choix laissé par la Norme IFRS 2, pour les plans réglés en
actions, la Société a choisi de n’appliquer cette norme qu’aux plans émis après
le 7 novembre 2002 et dont les droits ne sont pas acquis au 1er janvier 2005.
c – IAS 16 –Immobilisations corporelles
Conformément à l’option offerte par la norme IFRS 1, la Société a choisi
de ne pas réévaluer à leur juste valeur les immobilisations corporelles dans
le bilan d’ouverture, mais d’appliquer la méthode du coût amorti. Les principes
comptables français retenus par la Société ne présentent pas de divergence
avec la norme IAS 16.
d – IAS 17 – Contrats de location
La Société n’est pas engagée, pour des montants significatifs, dans des contrats
de location remplissant les critères énoncés par la norme IAS 17 pour être classé
en tant que location financière. Les principes comptables français retenus par la
Société ne présentent pas de divergence avec la norme IAS 17.
e – IAS 18 – Revenus
L’application de la norme IAS 18 modifie le rythme de prise en compte des
produits perçus par la Société dans le cadre de contrats de partenariats.
Ces contrats impliquent en général la perception de sommes en début et en
cours de contrat (« Up-front payments » et « Milestones »).
En principes comptables français, ces produits sont enregistrés à chacune
des étapes définies dans les contrats. Selon le référentiel IFRS, l’enregistrement
des produits est étalé sur la durée de développement.
f – IAS 12 – Impôts différés
Selon la norme IAS 12, les différences fiscales temporelles doivent donner lieu à
la constatation d’actifs et de passifs d’impôts différés. Selon les règles françaises
ces divergences entre la valeur comptables et la valeur fiscale des actifs
et passifs ne donnent lieu à aucune comptabilisation d’impôts différés dans
les comptes sociaux.
Pour Vivalis, cette divergence pourrait concerner essentiellement les impôts
différés actifs reconnus selon IAS 12 sur les déficits fiscaux reportables.
Toutefois, la Société considère que les critères définis par IAS 12 ne sont pas
remplis au titre des différentes périodes présentées,
g – IAS 19 – Avantages au personnel
Dans le cadre de l’établissement des informations financières au 31 décembre
2005, Vivalis a comptabilisé pour la première fois les indemnités de départs à la
retraite. La méthodologie d’évaluation retenue dans les informations financières
au 31 décembre 2007 est conforme à celle préconisée par la norme IAS 19.
h – IAS 20 – Subventions publiques
L’application de la norme IAS 20 conduit à procéder aux reclassements suivants :
les subventions d’investissements, enregistrées dans les comptes sociaux au sein
des « Capitaux propres », sont reclassées pour les besoins de la présentation
des comptes selon le référentiel IAS en « Autres passifs non courants »
et « Autres passifs courants » en fonction de leur échéancier. Les avances
conditionnées, présentées dans une rubrique spécifique « Autres fonds propres »
selon le référentiel français, sont présentées en « Autres passifs non courants »
selon le référentiel IFRS.
Par ailleurs, l’application de la norme IAS 38 conduisant à annuler les amortis-
sements dérogatoires, l’enregistrement des subventions d’investissement
au résultat se trouve modifiée selon le référentiel IFRS (en présentation selon
le référentiel français, les subventions d’investissements sont ramenées au résultat en fonction de la constatation des amortissements économiques
et dérogatoires).
i – IAS 36 – Pertes de valeur des actifs
La Société a procédé à une revue de la valeur de ses actifs (en particulier frais
de développement) selon la méthodologie prescrite par la norme IAS 36.
Cette revue conduit à ne constater aucune dépréciation complémentaire,
une procédure similaire étant déjà appliquée par la Société selon les principes
comptables français.
Par contre, la Société constate dans ses comptes établis selon le référentiel
français, en rubrique Provisions réglementées au passif du bilan, des amortis-
sements dérogatoires conformes aux règles fiscales. Ces amortissements
dérogatoires sont annulés pour application du référentiel IFRS
j – IAS 38 – Immobilisations incorporelles
Selon IAS 38, une immobilisation incorporelle doit être évaluée initialement au
coût. En conséquence, les montants enregistrés au titre des redevances futures
sont annulés pour application du référentiel IFRS.
k – IFRS 7 – Instruments financiers
Cela concerne particulièrement la présentation de la trésorerie de la Société :
les liquidités en comptes courants bancaires, les placements en OPCVM (FCP ou SICAV), les dépôts à terme (Certificats de Dépôt Négociables ou Bons à Moyen terme Négociables).
En référentiel français, ces instruments sont classés en disponibilités ou en
VMP (Valeur Mobilière de Placement). Afin de respecter à la fois les
recommandations de l’AMF et les indications de la norme IFRS 7, une analyse
plus précise sur ces instruments a été réalisée au 31 décembre 2007. Suite aux
perturbations des marchés rencontrées en 2007, il est apparu en effet que la
classification de ces outils en « Monétaire euros » ne suffisait plus à garantirleur totale liquidité et l’absence de risque pour la Société. Une partie de ces
outils financiers a ainsi été reclassée en « Instruments Financiers Courants »dans les informations présentées.
l – Les autres normes IFRS
sont soit non applicables à la Société,
soit ne présentent aucune divergence significative avec les principes comptables
français appliqués par Vivalis.
27
From cel l s to therapeuti cs
Vivalis
Campus Bio-ouest – 6, rue Alain-Bombard
44821 Saint-Herblain cedex Nantes – France
info@vivalis.com
www.vivalis.com
Tel
+33 (0) 228.07.37.10
Fax
+33 (0) 228.07.37.11